[Chronique] Werwolf – Tiéphaine G. Szuter

[Chronique] Werwolf – Tiéphaine G. Szuter

werwolf

  • Éditeur : House made of dawn (2014)
  • Pages : 51
  • Genre : Fantastique
  • Plus édité

Enlisés dans la campagne russe à bord de leur char, quatre soldats allemands errent en quête de secours.

Le froid, la fatigue et la peur pèsent sur eux depuis trop longtemps.

Mais le vrai danger vient peut-être d’ailleurs, de quelque chose qui dépasse leur imagination de simple soldat. Car que peuvent être ces ombres abominables qui rôdent de plus en plus près du char lorsque la nuit tombe ?

 

Mon avis

Werwolf (qui se prononce Vervôlf), est une courte nouvelle fantastique se basant sur les rumeurs et autres mythes qui entourent les troupes d’élite SS. Nous y suivons quatre soldats allemands qui tentent de rallier leurs lignes, en 1944. Deux vétérans, un bleu et un ex-SS qui se retrouvent malgré eux poursuivis par une bête sombre qui ne pense que par la vengeance…

L’auteur maîtrise totalement son sujet: l’Ordre Noir, l’Ahnenerbe, les armes et autres engins utilisés pendant la guerre (notamment les chars). Mais un gros problème persiste: vous avez intérêt à être calé sur ce sujet, sinon vous n’allez pas comprendre grand chose, car il n’y a pas d’annotations expliquant tel ou tel terme, ce qu’est par exemple l’Ahnenerbe, la véritable signification du Wolfsangel, ou ce qu’est un shrapnel.

Il en va de même pour les différents mots orthographiés en allemand, il n’y a aucune annotation. Heureusement pour moi, l’Allemand était ma LV1 et j’ai passé quelques temps dans un lycée bavarois, mais tous les lecteurs n’ont pas une connaissance de la langue. Par contre, il est dommage de constater que les villes citées par nos personnages principaux ne sont pas, elles, en allemand (Hanovre -> Hannover…). Car si on se lance dans cette voie-là, autant y aller jusqu’au bout.

Dans l’ensemble, l’histoire est plutôt bien écrite, mais c’est trop plat. Il n’y a aucune tension, et je ne l’ai pas ressentie à travers nos quatre soldats, traqués à la fois par les Russe, leurs partisans, et quelques loups-garous… On s’inquiète un peu, une fois passer les trois quart de la nouvelle, mais ça ne m’a pas plus touchée que ça.

Je trouve également dommage que l’ex-SS ne tienne pas sur ses positions. En effet, Wolfhart ne veut plus rien à voir avec son passé dans l’Ordre Noir et le projet Werwolf, mais nomme ses chars avec des noms de loups (dont notamment Fenrir, et je trouve dommage que ce nom soit utilisé dans 90% des histoires sur les loups-garous, ça manque cruellement d’originalité), et qu’il explique son passé dans la SS (et donc le projet Werwolf), très facilement à ses subalternes.

En bref, un gros potentiel, mais qui se retrouve gâché par le fait d’être obligé d’aller chercher les informations sur internet alors qu’une annotation en bas de page aurait suffit.

Merci au forum Au coeur de l’Imaginarium et aux éditions House Made of Dawn pour ce partenariat.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *