[Chronique] Chroniques de Shaa’l, tome 1 : L’esprit du dragon – Anne Muller

[Chronique] Chroniques de Shaa’l, tome 1 : L’esprit du dragon – Anne Muller

chroniques de shaa'l 1

  • Éditeur : Etherna (2013)
  • Pages : 426
  • Genre : Fantasy
  • Plus édité

Éloigné de sa famille pour son propre salut dès sa plus tendre enfance, le jeune zéphyr devra apprendre, écouter et comprendre son destin pour devenir l’un des plus grand Rêveurs d’Etherna. Malgré les perversions et les complots dont il est indirectement victime, il devra s’élever et trouver le chemin qui mène vers ce qui l’attend. La route est longue. Les épreuves multiples et les traumatismes nombreux. Repoussé par les pro-dragons à cause de ses origines religieuses, renié par les siens pour avoir été éclaboussé par le mal incarné, parviendra-t-il à dépasser la haine et la rancœur qui coule dans ses veines et accepter sa véritable nature? Rêveur. Âme corrompue par la malfaisance des grands dragons de lumière ou clairvoyant prophète né pour guider les mortels vers la paix et la véritable solidarité ?
Rien n’est joué. Le pari est osé et la victoire, des plus improbables.

Mon avis

Trois semaines. C’est le temps que j’ai passé pour lire entièrement ce livre, alors que 426 pages auraient du me prendrent deux jours, voir trois. Pourquoi ais-je mis autant de temps pour finir ce livre? Retour sur une saga fantasy qui part sur de bonnes bases, malheureusement trop peu exploitées…

Comme son nom l’indique, Chroniques de Shaa’l nous compte la vie de Shaa’l, un jeune zéphyr qui a la particularité de rêver. Mais c’est très mal vu chez les pro-dieux que sont les zéphyrs. Alors qu’il accompagnait son père et l’ami de celui-ci, Pense-Vent pour retrouver sa mère partie pour faire un rituel complexe, il assiste, impuissant, à la mort de ses deux parents. Le vieil ami de son père ne perd pas une seconde et le dépose loin de la capitale, Elathian, en Aschalabys, endroit où vivent de nombreux pro-dragons, des rêveurs. Il devra se faire une place chez eux, tout en apprenant à être un bon rêveur et réfléchissant à sa vengeance.

Très sincèrement, ce tome n’aurait pas du s’appeler Chroniques de Shaa’l, mais Chroniques de Pense-Vent et Alenstidh contre un complot politique, avec un peu de Shaa’l dedans. C’est bien simple, une fois l’enfant laissé aux mains des pro-dragons, on passe plus de temps à enquêter et fuir avec l’ex-capitaine Alenstidh et Pense-Vent l’archéologue, seule la fin est centrée sur le personnage principal de l’histoire, ce qui est dommage, car je trouve cette partie de l’histoire bien plus intéressante que les lourds complots politiques imbuvables avec toutes ces guildes et ces races.

En effet, il y en a tellement que l’auteur n’a pas pris la peine de les amener un par un pour laisser le temps au lecteur de tout assimiler, à la place nous avons un index avant le roman contenant toutes les races d’Etherna (oui, le même nom que la maison d’édition, ça m’a étonnée sur le moment), à vous de vous souvenir de tout, parce que pas une seule explication ne sera donnée de tout le roman. Pour ma part, je n’ai rien retenu.

Le début de l’histoire est long, fastidieux, on a l’impression que l’auteure ne sais pas du tout où elle veut en venir et ne donne clairement pas envie de continuer à lire le reste. Tant que l’enfant reste avec Pense-Vent, ça manque de fluidité, de profondeur, d’explications et de descriptions. Passé ce moment, le reste de l’histoire se lit bien (mais pas plus rapidement), c’est fluide, mais il y a beaucoup trop de descriptions, qui empiètent trop sur l’histoire pour vraiment apprécier cette dernière. J’ai beaucoup apprécié les passages concernant Shaa’l car on s’intéressait enfin au personnage principal et à sa formation de rêveur, mais malheureusement, ce sujet là est trop peu exploité.

Le reste de l’histoire est composée de complots politiques et autres machinations plus lourds les uns que les autres. On ne fait que caresser du bout des doigts la surface, sans vraiment rentrer dedans. Nous restons, à l’instar de l’archéologue et de l’ex-capitaine, des spectateurs car pas un n’essaye de déjouer ce qui se trame devant lui.

Shaa’l est le seule personnage qui m’a accrochée, l’ayant trouvé bien plus intéressant que les autres. Mais son manque évident de réaction face à la mort de ses parents, de devoir vivre dans une cité de gens qui le déteste, sans essayer de fuir ne m’a pas vraiment plu.

Quant à la fin, elle me laisse dubitative. Elle donne l’impression que le roman a été coupé en deux, mais pas au bon moment car il se finit au beau milieu d’une action d’une extrême importance pour Shaa’l.

En bref, j’en attendait beaucoup de ce roman et au final j’en sort déçue et fatiguée de cette longue lecture. Néanmoins, merci aux éditions Etherna et au forum Au cœur de l’imaginarium pour ce partenariat.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

4 réactions au sujet de « [Chronique] Chroniques de Shaa’l, tome 1 : L’esprit du dragon – Anne Muller »

  1. « Très sincèrement, ce tome n’aurait pas du s’appeler Chroniques de Shaa’l »

    D’ailleurs, il s’appelle L’esprit du dragon.
    Les Chroniques de Shaa’l, c’est le nom de la série, inspirée de l’univers du jeu de rôle DragonDead, d’où le « lore » assez lourd à s’encaisser au début. C’est un choix : distiller les informations au fur et à mesure, au risque que le lecteur ne comprenne pas tout tout de suite, ou lui expliquer dés le début les fondations de l’univers qu’il s’apprête à explorer dans le présent tome et les suivants (l’univers en question étant assez sombre et mature, plus proche de l’assassin royal que du Disque-monde, tout ne pourra pas forcément se régler par une facétie impromptue).

    1. Bonjour,

      J’ai chroniqué ce titre en … 2013 ? 2014 ? Je ne sais plus. C’est un transfert de blog et ce livre m’est totalement sorti de la tête.
      Mais bon.

      Il n’est pas question de distiller les infos ou de les donner rapidement. Vous confirmez que ce livre est bien tiré de l’univers d’un jeu de rôle (parfait, j’avais des doutes). Et ça tombe bien, je suis rôliste ! Bref. Ce n’est pas le premier titre adapté d’un jeu de rôle que je lis (j’ai même carrément lu un rapport de partie qu’on m’a présenté comme un roman fantasy ahah, mais c’était un horrible porte-monstre-trésor sans fin) et le même problème revient à chaque fois : Le roman est adapté uniquement pour ceux qui jouent à ce jeu, qui connaissent déjà son univers. Le lecteur lambda/non-joueur se verra tout de suite perdu, parce qu’on peut très bien distiller les informations tout au long d’un premier tome en gardant des révélations et autres plot twist sous le coude pour la suite, mais ici il n’y a aucune infos de données. A part le paquet de noms au début. Et quand on présente ce livre aux blogueurs dans le but de le promouvoir (car c’est un service de presse), il faut s’assurer de viser le bon public, tout en se rappelant que son univers n’est pas pour les non-initiés. Là, ils ont très mal visé, et présenter ça – à l’époque – comme juste un roman de fantasy et sans parler du jeu où il a été tiré, c’est un peu tromper sur la marchandise.

      Alors qu’à côté, prenons Warhammer Battle (normalement, les rôlistes connaissent aussi les jeux de GW), et son peuple de hauts-elfes. Ils ont (enfin, William King), écrit une trilogie sur les jumeaux Tyrion et Téclis. C’est sombre, c’est tiré du jeu, adapté de leur histoire qui tenait sur deux pages dans le codex de ce peuple, et pour l’avoir fait lire à des lecteurs non-joueurs, personne ne s’est retrouvé perdu, toutes les infos étaient là, et personne ne s’est ennuyé (alors que je me souvient bien m’être retenue de survoler la fin de Les chroniques de Shaa’l tellement j’en pouvais plus).
      L’univers que j’ai découvert dans ce premier tome ne me paraît pas si sombre que ça, je n’ai pas lu les deux sagas citées donc je ne peux comparer, mais j’ai lu des romans de fantasy beaucoup plus sombres que ça.

      Mais, est-ce que vous avez lu le roman ? Où êtes-vous juste joueur ?

      1. J’ai lu le roman à l’époque mais, en effet, connaissant son origine, j’avais déjà quelques très vagues notions en ce qui concerne son univers (je suppose que « joueur » est à prendre au sens propre, pas dans le sens « juste un troll »).

        Ma remarque quant au titre n’était pas une attaque (j’admets qu’un smiley aurait peut-être été le bienvenu) et je suis désolé si Vous l’avez ressentie comme telle. Elle explique pourquoi le tome n’est pas centré sur Shaa’l.
        De même dans « L’apprenti assassin », premier tome de « L’assassin royal » de Robin Hoob, Fitz ne tue quelqu’un (et encore, il ne l’assassine pas) que dans les dernières pages ^^

        Le récit est effectivement « tiré de l’univers du jeu de rôle DragonDead » (c’est précisé au dos, mais pour une œuvre cross-media, le logo du jeu ne serait pas de trop, comme l’a fait Bibliothèque Interdite pour les romans Warhammer).

        Quels sont les romans de fantasy sombres que Vous avez préférés ? (et oui, la question est également sincère, et non un test : je cherche des lectures)

        1. J’ai eu la version ebook, et rien n’était indiqué, pour le coup. Enfin, ce n’est pas grave, c’est une vieille lecture 🙂 Mais je trouve ça dommage de ne pas avoir rendu ce tome plus facile d’accès, cela donnerait envie de découvrir le jeu si c’était le cas.

          En roman fantasy sombre, de mémoire j’ai bien aimé :
          – Le septième guerrier-mage de Paul Beorn (Bragelonne)
          – Le premier arc de Les nains de Markus Heitz, je n’ai pas lu la suite (Milady)
          – Le début est pas très sombre, mais la suite tombe petit à petit dedans : Kushiel de Jacqueline Carey (Milady)
          – Les bannis et les proscrits de James Clemens, il faut s’accrocher avec le premier, la suite est très bonne (Milady)
          – Haut-Royaume de Pierre Pevel (Bragelonne)
          – Les trônes de fer, si on se sent de se faire les intégrales à 1000 pages, de Martin (Pygmalion)
          – Druide de Olivier Peru (J’ai lu, en one shot)
          – Le livre et l’épée de Antoine Rouaud (sorti en poche chez Milady je crois)
          – La fameuse trilogie Tyrion et Téclis, donc ! de William King (Black Library en a fait une version poche il y a un an ou deux)

          Et puis les classiques : La horde du contrevent de Alain Damasio (Folio), les sagas fantasy de chez Tolkien, … Et sinon il y a le Top Fantasy de Livraddict : http://www.livraddict.com/biblio/toplivres.php?g=Fantasy il y a un peu de tout, mais ça permet de s’y retrouver plus facilement, la base de donnée est plutôt complète 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.