[Chronique] Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli

[Chronique] Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli

sexe mensonges et banlieues chaudes


Descendante d’Helena Rubinstein, Sara vit à Neuilly entre son père, industriel blindé, sa mère éditorialiste chez Elle, et son petit ami Amaury de Saint Sauveur. Elle travaille à la « fondation pour les femmes-du-monde » que dirige sa bourgeoise fin-de-race de belle-mère, et brunche souvent avec ses deux meilleures copines aussi vénales que futiles. Mais Sara ne se sent pas à sa place et décide de gagner son indépendance. Pas de pot, c’est ce moment que choisit Amaury pour la demander en mariage en public. Elle est piégée… Par une suite de malentendus, Sara postule à un programme diversité chez France Télévisions et se fait passer pour une Marocaine de Seine-Saint-Denis afin de décrocher le job qui la mènera à l’indépendance professionnelle. C’est là que son chemin croise celui du mystérieux Djalil. Et si son salut se trouvait de l’autre côté de périph’ ? Peut-elle décemment quitter sa vie confortable à Neuilly pour aller vivre avec ce banlieusard qui ne lui promet rien ? Sara pourra-t-elle tout avoir, la fortune et le plaisir, la sexualité et le mariage ? De rebondissements en mensonges, scènes de sexe débridées et déclarations d’amour, un mélange détonnant entre le grand théâtre de quiproquos à la Marivaux et le film Tout ce qui brille. Avec un ton irrésistible, féminin mais pas cruche, drôle mais pas lourd, branché mais pas bobo, Sexe, mensonges et banlieues chaudes nous entraîne dans les coulisses des médias et nous fait voyager des immeubles cossus de Neuilly aux cités du 93.

Hommage vibrant à l’ouverture aux autres, Roméo & Juliette version érotico-moderne, ce roman se révèle un hymne aux femmes de cette génération, tiraillées entre idéalisation du couple et désir d’indépendance, fantasmes et réalité, hyperréalisme et troisième degré. Avec de vraies scènes de sexe à l’intérieur !! Un roman écrit par une fille, pour les filles, une comédie érotique et romantique dans la lignée de Sex in the kitchen, d’Octavie Delvaux (10 000 ex vendus).

Mon avis

Sara, de la génération Y, la jeunesse dorée, se rend compte qu’elle n’est pas heureuse avec Amaury, qu’en faite elle ne l’a jamais aimé. La dernière fois qu’elle a joui avec lui? Elle ne s’en souvient plus. Elle décide donc de le quitter, mais une fois rentrée elle tombe sur une surprise de taille : Amaury et toute sa famille, ainsi que ses amis sont là, pour leurs fiançailles. Elle ne dit pas non. Elle ne dit pas oui. Mais enfile la bague quand même. Quelques temps après, elle se rend compte qu’elle ne se plaît plus dans l’univers où elle vit, au point de la dégouter. Alors pour fuir, elle cherche un boulot d’elle-même, côtoie des jeunes banlieusard(e)s sur son nouveau lieu de travail et trompe allègrement Amaury…

J’ai eu beaucoup de mal avec ce roman, sur pas mal de points. La femme qui est en moi n’a pas pu s’empêcher de s’offusquer devant une Sara qui accepte de rester avec un homme qui veut la privée de son épanouissement personnel, professionnel et sexuel pour s’occuper de leur vie sociale et des enfants qu’ils pourraient avoir tous les deux, en toute connaissance de cause. La raison? Pour ne pas perdre ses amis aussi riches qu’elle, alors qu’on a plutôt l’impression quelle ne les aime pas tellement. Elle rappelle sans cesse que ses arrières grand-mères se sont données à fond dans leur vie pour amasser une fortune assez impressionnante, pour pouvoir vivre tranquillement et s’élever assez haut dans les sphères sociales, mais n’a pas l’air de se tenir au fait que ces mêmes femmes se sont sûrement battues pour obtenir leur liberté et vivre en femmes libres.

Qui dit érotisme dit… érotisme. On s’attend à du sexe, on s’attend à de l’excitation. Mais on ne s’attend pas à ce que l’auteur nous décrive tellement l’acte en lui-même qu’elle en décrit les bruits, comme le « splach splach »  du va-et-vient (« J’ai l’impression qu’il va me démonter […] et font un bruit, splash, splash, qui accompagne nos mouvements. » P.65) et les « ah ah aaaah ah » de la jouissance (« La mannequin est sur le point de jouir, elle jette sa tête en arrière et fait « ah ah aaaah ah » en hurlant » P.142). Les scènes de sexes sont banales, décrites à l’excès et ne m’ont pas plus émoustillée que ça, j’ai surtout éclaté de rire quand Amaury atteint l’orgasme, et de la seule chose qu’il semble capable de dire à ce moment là : « Vive… Vive la France! ». Je ne sais pas comment Sara fait pour rester excitée avec ça, mais moi ça me ferait fuir le plus vite possible, avec un traumatisme à la clé.

Quand Sara découvre réellement ce qu’est le sexe, elle tombe amoureuse du premier venu, parce qu’il a réussi à la faire jouir sur le capot d’une voiture en réparation, et de là décide vraiment de s’émanciper, de tout plaquer pour un homme qu’elle ne connait que depuis quelques heures, et qui lui a adressé trois mots, à tout casser. C’est le genre de comportement que je déteste par dessus tout dans les romans érotiques, le personnage principal qui tombe amoureux en un temps record pour une raison vraiment superficielle. Pas pour une qualité, pas pour un trait de caractère, mais pour un homme magnifique ou un dieu du sexe. De toute façon, Sara est superficielle de base, il suffit de revenir à pourquoi elle n’a pas voulu quitter Amaury dès les premières pages du livre…

Mais il n’y a pas que Sara, petite sœur de Ella (Hell de Lolita Pille pour le côté jeunesse doré) et Anastasia Steele (Fifty Shades pour la superficialité), mais d’autres personnes, comme ses parents, si peu présents mais toujours là pour signer le chèque ou pour s’occuper de marier leur fille – et encore – , et sa belle-mère, Hombeline, l’archétype de la belle-maman qui s’occupe de tout, et surtout de ce qui ne la regarde pas. Nous avons aussi Djalil, l’élément déterminant dans la vie de Sara, ou alors son copain gay, Stan. Malheureusement, on ne s’arrête pas assez sur ces personnages pour pouvoir s’attacher à eux et les comprendre vraiment.

L’épilogue est une grosse prise de risque qui pour moi est un échec plus qu’autre chose. On se retrouve quelques temps après, on voit comment nos personnages ont évolués mais le fait d’y ajouter des personnes connues et de les détourner de ce qu’ils sont réellement dans la vraie vie ne passe pas, comme Marion Maréchal – Le Pen qui se retire de la vie politique pour ouvrir un centre social d’alphabétisation pour les sans-papiers sénégalais. Quand on voit que Marion suis les traces de sa tante et de son grand-père, ça décrédibilise tout de suite la fin « tout est bien qui fini bien » qu’a imaginé l’auteure. Côté écriture, ça se lit vite, même si Marie Minelli à souvent tendance à nous coller plusieurs détails en plusieurs parenthèses au beau milieu des dialogues dans les premiers chapitres, incitant le lecteur à relire la phrase plusieurs fois pour être sûr d’avoir bien compris.

En bref, une déception pour moi, je ne m’attendais vraiment pas à ça.

Je remercie le forum Have a Break, Have a Book et les éditions La Musardine pour ce partenariat.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *