[Chronique] La sélection, tome 1 – Kiera Cass

[Chronique] La sélection, tome 1 – Kiera Cass

la sélection 1


Elles sont trente-cinq jeunes filles : la Sélection s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’oeil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…

Mon avis

Ça faisait un petit bout de temps que ce premier tome traînait dans ma PàL numérique, sans que j’ose vraiment le sortir. Même une LC ne m’y a pas aidée ^^’ Mais c’était sans compter sur ma binômette Cece qui voulait avoir mon avis sur la bête, dans le cadre de notre challenge mensuel, Choose me a Book.

Et donc, La sélection. La sélection est un jeu de télé-réalité (Hunger Games, mais en plus glamour) où le Prince Maxon cherche l’amour, avec un grand A. De ce fait, toutes les jeunes filles entre 16 et 20 ans peuvent s’inscrire dans l’espoir d’être dans les 35 candidates qui vivront au Palais durant tout le jeu. Éliminations ponctuelles, rendez-vous avec le Prince, être sous les caméras 24h24, 7j/7 alors qu’on vient de se faire quitter comme une vieille chaussette, ça ne fait pas peur à America, notre héroïne qui va tomber sous le charme du Prince Maxon, mais aussi de son ex, devenu garde au Palais (le hasard fait bien les choses, hein 😉 ) (Triangle amoureux spotted).

Concrètement, La sélection se lit très vite. C’est fluide, facile à lire, un vocabulaire très simple qui rend le tome facile de compréhension, bref le tout est bien jeunesse. Si vous pensiez revivre un Secret Story à la royale, c’est raté. Tout est dans le glamour, les paillettes, les petites guerres entre les filles qui ne sont pas si énormes que ça… Bref on reste dans un registre assez jeunesse. De ce côté là, je n’ai rien à redire car ça m’a plu, malgré mes réticences envers le genre.

Mais il y a certains point qui m’ont dérangée. Tout d’abord, America. Bon, s’appeler America alors qu’on vit aux States, on est d’accord pour dire que c’est cliché. Mais le cliché le plus gros et qui revient souvent, c’est celui qu’on nous ressort à chaque fois que le personnage principal est une jeune fille en fleur et qu’il y aura de la romance : le cliché éculé de la fille jolie qui se trouve moche. Resservi 156153 de fois, on pourrait penser que les auteurs changeraient, mais non. Mais dans La sélection, ce cliché a le mérite de revenir tout le temps : quand on nous présente America, quand celle-ci parle avec Maxon, quand elle se compare avec les autres filles… On va conclure qu’America a un gros manque de confiance en sois, et passer à autre chose sinon je pourrais faire tout le roman comme ça.

Si America accepte de faire La sélection, ce n’est pas parce que sa famille et elle sont au bord de la pauvreté car ils font partie d’une caste inférieur et que ça pourrait leur sauver la vie. Non, non, c’est son petit ami, Aspen, qui lui demande. Et Aspen n’a aucune raison de faire ça, d’ailleurs, il ne lui en donne pas une seule. America fait donc ce jeu pour… Bah, pour rien.

Et le détail qui tue c’est que les sélectionnées qui vivent au Palais sont censées être sous les caméras tout le temps. Le principe-même de la télé-réalité, en somme. Mais jamais l’auteure en parle ! Si, si, je vous assure ! Les seules fois où elle fait allusion à ces caméras, c’est quand America et Maxon se promènent dans le jardin et que ce dernier leur interdit de les suivre pendant leur petite promenade. Sinon, c’est tout. Et pour ceux qui se poseraient la question, rien ne nous dit non plus qu’il y a des caméras cachées un peu partout dans le Palais… Ça va être dur de retransmettre les images au public ! 😉

Mais malgré ces détails qui sautent aux yeux, ont est vite happés par le triangle amoureux Aspen/America/Maxon. J’ai très envie de lire la suite pour savoir qui choisira qui, ça promet d’être intense !

En bref, si on ne s’arrête pas sur les clichés et les détails qui tuent, on passe un bon moment de lecture 🙂

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *