[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 1 – Cocoa Fujiwara

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 1 – Cocoa Fujiwara

Secret Service 1


Ririchiyo Shirakiin a un gros défaut : elle ne peut pas ouvrir la bouche sans dire des choses désagréables aux gens. Sous ses airs revêches, la jeune lycéenne a pourtant un cœur en or, mais après des années passées à n’exister qu’à travers son statut d’héritière d’une riche famille, elle s’est construit une carapace qui l’étouffe. Bien décidée à changer de vie, Ririchiyo vient d’emménager dans la « Maison de Ayakashi », une résidence réservée aux descendants de créatures surnaturelles et d’humains. Avec ses étranges voisins, la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises… surtout lorsqu’elle découvre que son mystérieux garde du corps a le pouvoir de se transformer en renard démoniaque !

Mon avis

Dans la série  »premier tome qui sert uniquement à poser les bases de la saga », je vous présente Secret Service, un shonen qui a su me séduire grâce à ses dessins, et son héroïne qui n’est pas la jeune fille kawaii sans défauts que l’on retrouve dans la plupart des mangas. Bienvenue dans la Maison de Ayakashi…

On suit l’arrivée de Ririchiyo, la descendante du célèbre clan Shirakiin. Détestée par les élèves à cause de cette célébrité qu’elle n’a pas voulu, et adulée par les professeurs pour obtenir les faveurs de son clan, elle a fini par développer quelques manies : celle de se prétendre plus forte qu’elle ne l’est, et envoyer paître quiconque essayerait de se lier d’amitié avec elle ou de lui parler. Elle a fui sa famille en s’installant dans la Maison de Ayakashi, pour se retrouver seule, jusqu’à ce qu’elle trouve qui elle est, et qu’elle arrive à interagir avec les gens normalement. Nous irons aussi à la découverte des autres habitants de la maison, et aussi son Secret Service, Miketsukami.

Ce premier tome est vraiment axé sur Ririchiyo et le monde des Yokaï. Les scènes sont dirigées dans ce sens, est ça en devient quand même un peu ennuyant. On en apprend pas plus sur les autres, j’espère quand même que par la suite, nous lâcherons un peu l’héroïne pour découvrir les autres.

En tout cas, les graphismes m’ont beaucoup plu, que ce soit les détails des Yokaï, que les tenues des personnages, rien n’est laissé au hasard, et c’est vraiment plaisant à voir.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *