[Chronique] Kushiel, tome 1 : La marque – Jacqueline Carey

[Chronique] Kushiel, tome 1 : La marque – Jacqueline Carey

kushiel 1


Phèdre nô Delaunay a été vendue par sa mère alors qu’elle n’était qu’une enfant.
Habitant désormais la demeure d’un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l’histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais surtout…
les arts du plaisir.
Car elle possède un don unique, cruel et magnifique, faisant d’elle une espionne précieuse et la plus convoitée des courtisanes.
Rien ne paraît pourtant lui promettre un destin héroïque.
Or, lorsqu’elle découvre par hasard le complot qui pèse sur sa patrie, Terre d’Ange, elle n’a d’autre choix que de passer à l’action.
Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d’embûches, qu’il lui faudra mener jusqu’au bout pour sauver son peuple.

 

Mon avis

La première chose que j’ai dit quand on m’a demandé « C’est comment Kushiel? », c’est « C’est un peu comme GoT (Game of Thrones), mais en mieux traduit ». C’est pour dire, le niveau que j’accorde à cette saga ! Enfin bref, revenons un peu sur l’histoire…

Phèdre est une enfant, vendue à la maison du Cereus par sa mère, car elle n’avait plus d’argent. Sans remords, elle lui tourne le dos et part vivre sa vie. Phèdre grandit donc dans cette maison close (la première des treize de la Ville d’Elua), jusqu’au jour où elle est achetée par Anafiel Delauney, qui veut parfaire son éducation (littéraire, géographique, politique, gymnastique, linguistique, sexuelle, ect…) pour en faire la meilleure des espionnes/courtisanes. Mais Phèdre est marquée du signe de Kushiel, qui, pour faire court, est un Dieu porté sur le masochisme. Ses adeptes sont donc versés dans cet art, surtout ceux qui comme Phèdre portent son signe.
Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où Phèdre met le doigt sur un complot qui vise la couronne, et tout son monde bascule…

Des intrigues politiques, il y en a des tas, et pour tout vous dire, je n’ai réussi à les relier qu’à la fin, quand Phèdre raconte toute son histoire aux Seigneurs de Terre d’Ange. Des intrigues, mais point de complexité dans Kushiel : si à la fin on cherche le lien entre tout ça, le reste est à la portée du lectorat visé, donc totalement compréhensible. Et surtout, des intrigues bien menées, logiques, et qui ne se contredisent pas. En bref, de ce côté là, c’est le paradis !

Le sexe est également très présent dans Kushiel. En même temps, Phèdre est courtisane avant espionne, elle vend son corps pour droper des informations, c’est un point qu’il faut retenir. Cependant, rien de bien choquant ! Les scènes sont extrêmement poétisées, le mot le plus osé est « phallus ». Il faut retenir aussi que Phèdre est maso via Kushiel, mais de ce côté là, la scène la plus extrême est quand elle se fait taillader à l’aide de fléchettes par un de ses clients. Encore une fois, là aussi ça reste très poétisé. Donc rien de bien choquant, faut vraiment être ultra prude pour y trouver quelque chose à redire. Ou cassilin.

Côté écriture, l’auteure a un vocabulaire très riche, j’ai appris des tas de nouveaux mots avec ce premier tome ! Heureusement qu’un dictionnaire est intégré à la Kindle, parce qu’il m’a bien aidé ! L’auteure décrit beaucoup les scènes, les émotions, les lieux, on rentre complètement dans son univers. Ses phrases sont fluides, et pour un pavé de plus de 900 pages, je n’ai pas vraiment vu le temps passé. Autant l’histoire que l’écriture m’ont bien aidé à avancer dans ce premier tome.

En bref, j’ai adoré La marque, et je continuerais la saga !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *