[Chronique] La femme du vampire – Nina Blazon

[Chronique] La femme du vampire – Nina Blazon

la femme du vampire


La jeune Jasna vit avec ses six sœurs dans une cabane misérable avec un père alcoolique et brutal. Celui-ci la vend à un homme de passage qui cherche une épouse pour son fils Danilo. Une fois le mariage célébré et la nuit de noce passée, Danilo ne touchera plus jamais la jeune fille. Une rumeur court sur ce dernier : serait-il un vampire ? Et pourquoi empêche-t-on Jasna d’aller à l’église ? Tandis que le mystère plane, elle rencontre un jeune bûcheron, Dusan, dont elle tombe immédiatement amoureuse. Mais lui aussi cache un sombre secret…

Mon avis

J’ai mis un petit bout de temps avant de me mettre à taper cette chronique, car j’ai un problème. Je ne sais absolument pas quoi penser de ce livre. Plus j’y réfléchis, plus j’ai de mal à trouver des points positifs à ressortir…

Revenons déjà sur l’histoire. Jasna vit avec son père alcoolique et ses six sœurs, dans une cabane misérable, quand Jovan passe chez eux et l’achète, pour pouvoir la marier à son fils, Danilo. Une fois sur place, les évènements plus étranges les uns que les autres vont se succéder, et Jasna n’y comprendra rien… Ou presque, vu que le lecteur n’a rien compris, mais elle, si.

Je me suis ennuyée, passé le mariage j’attendais encore qu’il se passe quelque chose. Une petite dose d’exorcisme par-ci, une autre dose de commérages par-là, bref rien de bien palpitant. Si j’en ai retenu une chose, c’est que tous mentent et qu’on a 3 versions pour différentes choses qui se sont déroulées, vue par chacun des personnages. Je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir, ça part dans tous les sens, pour revenir au même point, le lecteur ne comprend toujours rien, mais Jasna a tout compris…

Côté personnages, ça ne passe pas non plus, je n’ai pas réussi à m’attacher à un seul d’entre eux.

Pourtant il y a une bonne idée derrière tout ça, celle de montrer les vampires tels qu’ils étaient vus à l’époque : une simple maladie de peau qui t’empêchait de te montrer au soleil, et tu étais un vampire. Et par dessus tout, en cas de récolte perdue ou animaux attaqués, on déterrait les cadavres pour voir si un vampire n’était pas dans le tas. Mais ce pan là est travaillé que dans la fin, moment des révélations sur les secrets familiaux.

En bref, j’en ressort très très mitigée et que moyennement satisfaite de ma lecture, je m’attendais à plus d’action, plus de retournements de situation…

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

2 réactions au sujet de « [Chronique] La femme du vampire – Nina Blazon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *