[Chronique] Deux nuances de brocoli – Marie Laurent

[Chronique] Deux nuances de brocoli – Marie Laurent

deux nuances de brocoli


Le chemin d’Amalia Faust, brave fille complexée et un peu nunuche, caissière chez Brico, croise pas hasard celui d’Edouard Green, le séduisant patron d’une boîte de sex toys. Green propose bientôt à Amalia un étrange pacte. Elle découvre un univers insoupçonné où sexe, légumes et soumission sont étroitement associés. Mais à la longue, les positions inconciliables des deux héros risque de rendre leur relation difficile.

Mon avis

Ayant lu Fifty Shades et l’ayant trouvé ridicule en tout point, quand le forum Have a Break, Have a Book et les éditions Artalys se sont associés pour nous proposer cette nouvelle en service de presse, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion. Résultat ? Du fou rire et un bon moment de passé en compagnie de Edouard et Amalia

Cette parodie reprend les scènes les plus connues de Fifty Shades: la rencontre, le contrat (qui, Dieu merci, est moins barbant que dans la saga originale), leur première fois, la rupture, les cadeaux hors de prix… Façon légumes. Mais revenons à notre histoire. Amalia est caissière chez Brico, n’assume pas son poids et n’a eu que des relations sexuelles minables. En dehors de sa colocataire, Lucie, elle est seule, sans parents. Un soir, Edouard Green, tout de vert vêtu, demande de l’aide à Amalia pour l’aider à trouver une corde verte. Pour Green, elle est parfaite pour ses habitudes sexuelles, alors, il l’invite à prendre un café et lui explique ses pratiques sexuelles, à savoir le BDSML, le SML et le SL: le sexe légumier, où comment prendre du plaisir avec un brocoli. Et c’est là que ça devient drôle.

Des relations sexuelles à base de légumes, c’est tordant! Imaginez un Edouard qui fouette Amalia avec un poireau ou qui lui donne du plaisir avec un brocoli, et qui a une panne si les légumes ne sont pas au centre de leurs relations… Alors, évidemment, les scènes de sexe ne sont pas du tout excitantes, mais invitent au fou rire incontrôlable.

Tout comme dans la série originale, Green est un sacré macho qui passe du super-amant-protecteur au mec le plus détestable, tellement il est exigeant. Rajoutons en plus sa lubie pour le vert: tout est vert, que ce soit ses tenues, ses voitures, ses cadeaux, les tenues qu’il offre à Amalia, sa décoration d’intérieur… S’en est une véritable obsession limite étouffante pour qui vit avec un maniaque du contrôle tel que Green. Quant à Amalia, elle est encore plus nunuche et naïve qu’Ana, mais sans la déesse intérieure (merci, mille fois merci de ne pas l’avoir ajoutée, je crois que je n’aurais pas supporté). Les traits de caractère des personnages sont poussés à l’extrême, les rendant encore moins attirants que dans Fifty Shades, mais au moins Deux nuances de brocoli a le mérite d’être fluide et de se laisser lire extrêmement vite. C’est une petite nouvelle addictive et on ne peut s’empêcher d’en demander plus à la fin de notre lecture.

En bref, un bon moment de passé, beaucoup de fou rires et du vert, beaucoup de vert. Merci aux éditions Artalys et au forum Have a Break, Have a Book!

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.