[Chronique] Viewfinder, Volume 1 – Ayano Yamane

[Chronique] Viewfinder, Volume 1 – Ayano Yamane

viewfinder 1


Takaba Akihito est photographe indépendant et son travail l’amène à prendre de nombreux risques. À cause d’un scoop trop vite étouffé, il se met à dos Asami, un dangereux mais séduisant yakuza. Pourra-t-il lui échapper ?

Mon avis

Viewfinder est LE yaoi incontournable de la collection Asuka Boy’s Love ! Paru dans le magazine de prépublication BexBoy, il a su me tapé dans l’œil et j’ai profité de la Japan Expo de cette année pour pouvoir me le procurer…

Le yaoi, c’est quoi ? Le mot yaoi est un terme employé pour caractériser une histoire lorsque celle-ci fait référence à des relations homosexuelles entre deux hommes. Généralement il y a un Seme (dominant) et un Uke (soumis) dans les relations présentées dans les Boy’s Love.

Bref, Viewfinder c’est l’histoire de Takaba, un jeune photographe cherchant des scoops grâce à une source policière, qui se retrouve à poursuivre Asami, un yakuza plutôt connu pour ses trafics de drogue. Sachant que Takaba essaye à tout prix de prendre un cliché de lui dans une situation compromettante, il l’enlèvera et lui fera subir toute sorte de sévices sexuels particulièrement hard (ici le  »public averti » en couverture prend tout son sens) qui finiront au final par plaire au photographe, qui apparemment n’a pas l’air d’être traumatisé de ce faire violer à chaque chapitre… Mais le dernier chapitre nous laisses entrevoir que cette relation évoluera sûrement par de l’amour, ce que nous espérons pour Takaba ! Mais ce premier tome est composé de trois autres histoires, Love Lesson, D.N.A of Love, et Risky Society : God Bless my Justice.

Love Lesson : Histoire plutôt simpliste mettant en scène Yûsuke, un jeune élève de seconde qui se fait  »toucher » par un pervers dans le bus le conduisant à son école. Heureusement, Ichijô, un élève de terminal qui prenait le même bus, le défend et lui permet de se tirer de cette situation quelque peu honteuse. Mais Ichijô n’est pas celui qu’il laisse prétendre, et cherchant Yûsuke, trouve le moyen de coucher avec et de remettre ça à plus tard en lui piquant son paquet de cigarettes. Ce n’est pas mon histoire favorite en tout cas.

D.N.A of Love : Cette fois-ci l’auteur met en scène Hiyama qui a surprit son père et celui de son ami Mizuno à l’hôtel où il livrait du vin, qui se tiennent la main et qui on l’air plus que proche. Persuadé qu’il se passe quelque chose entre eux deux, il prévient Mizuno qui décide de se rendre là-bas pour en avoir le cœur net. Ils tombent sur leurs pères main dans la main, et prennent la décision de prendre la chambre voisine à celle de leurs pères, mais une fois sur place, Hiyama succombe à l’envie de faire la même chose à Mizuno, qui malgré quelques réticences, finira par se laisser faire…

Risky Society – God Bless my Justice : Risky Society est une organisation gouvernementale qui forme des personnes ayant des capacités spéciales, comme la télékinésie, le télépathie, la force surhumaine, ect. Ici nous suivons Tôdô Akira, Yûto Myashita et Rei Yukimura, trois agents de la RS en plein travail. Nous remontons sur l’arrivée d’Akira à l’agence 3 mois plutôt, pour finir au final sur une affaire qui tourne mal et qui finit, on ne le sait comment, dans le lit de Rei, qui couche avec Akira. Cette histoire est très brouillon, et aurait mérité d’être un peu plus travaillée.

Au niveau du dessin, les personnages sont très expressifs et nous emmènent dans un univers à part entière, cohérent. Les dessins sont détaillés, assez mature. Chaque personnage à son caractère propre mit en relief par une diversité visuelle intéressante. En bref, un plaisir pour les yeux !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.