[Chronique] Poupée de chair – Isabelle Lorédan

[Chronique] Poupée de chair – Isabelle Lorédan

poupée de chair


Histoire d’amour dans laquelle les sentiments profonds de deux êtres s’expriment dans une relation de domination, Poupée de chair est un récit érotique intense et émouvant.

De la rencontre de Claude dans les années 1960 jusqu’à l’époque contemporaine, les années s’écoulent, riches d’expériences. Claude pousse Solana à franchir progressivement certaines limites, de la simple fessée au fouet, d’une corde qui enserre son corps au port d’un collier définitif, signe de son entière soumission.

À travers un récit à la première personne, Solana évoque le couple atypique qu’elle forme avec son maître, qui est aussi l’homme de sa vie : cinglant, attachant, et avant tout aimant.

« Le temps que nous passions l’un sans l’autre était devenu pesant tant pour lui que pour moi. »

Mon avis

Solana et Claude se rencontrent, et entre eux, c’est le coup de foudre. Claude va initier Solana au BDSM, dans le respect de l’un et de l’autre, mais c’est plus un récit sur la place des sentiments que sur l’initiation de Solana…

En effet, ici les sentiments de Claude et Solana sont mis en avant, ainsi que ce qu’ils ressentent, donnant beaucoup plus de réalisme au récit, car après tout, le BDSM n’est pas exempt d’amour, de respect et de sentiments. Ce récit est raconté à la première personne par Solana, donnant son point de vue de soumise, et expliquant également ce que ressent Claude de son côté, comme expliqué en préambule par l’auteur.

Petit à petit, nous suivons lentement Solana et Claude dans leur découverte l’un de l’autre, dans un récit plein de sensualité. La nouvelle est très courte (48 pages), mais il n’en faut pas plus pour comprendre le message que l’auteur veut faire passer: les sentiments avant tout! Pour ceux qui ne connaissent pas le BDSM, cette nouvelle est parfaite pour comprendre ce qui se passe dans ce genre de relations.

La couverture représente bien Solana et Claude lors d’une de leur séance très marquante dans leur parcours. J’apprécie beaucoup les couvertures de cette maison d’édition, car elles montrent bien souvent une scène de l’histoire, ou expriment totalement l’ambiance qui va suivre.

Pour résumé, cette nouvelle est parfaite pour qui veut comprendre le BDSM autrement que par des récits émoustillants qui ne représentent pas souvent la réalité de la chose. Pour ma part j’ai totalement adoré découvrir ce côté là!

Merci au forum Au coeur de l’Imaginarium et aux éditions Dominique Leroy pour ce partenariat!

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *