[Chronique] La marque de Tétraskèle, tome 1 : Les filles du destin – J.M. Bonnel

[Chronique] La marque de Tétraskèle, tome 1 : Les filles du destin – J.M. Bonnel

la marque de tétraskèle


Au royaume d’Isylas, ce sont les femmes qui se succèdent sur le trône royal. La marque de Tétraskèle les protègent.. jusqu’à la vingt et unième génération. Car la prophétie annonce qu’alors destruction, malheur et désolation s’abattront sur le royaume.

Lorsque vient ce temps maudit, ce sont des jumelles qui naissent.. Laquelle devra monter sur le trône ? Peut-on empêcher que la prophétie s’accomplisse ? Nul n’a la réponse à ces questions, pas même le demi-orque ou la nécromancienne attachés à la famille royale.

Bientôt, les deux sœurs auront atteint l’âge adulte, ne sera-t-il pas trop tard?

Mon avis

La Reine Isaure est sur le point d’accoucher, et de mettre au monde une fille qui porterait la marque de Tétraskèle, la marque qui décide si oui ou non l’enfant apportera malheur ou bonheur sur la dynastie des Gylwann. Mavika et Gorak, une elfe nécromancienne et un demi-orque, sont appelés pour aider la Reine à accoucher et vérifier la marque d’Hécate. Sauf que ce n’est pas une fille que met au monde la Reine, mais deux jeunes filles qui naissent sans marque…
Quinze années plus tard, Syane et Fauve sont réveillées par une étrange douleur à l’épaule, la marque de Tétraskèle fait son apparition. Pour départager les deux princesses et savoir laquelle des deux pourra monter sur le trôle, Mavika part avec Fauve et Gorak avec Syane, afin de parfaire leur éducation en vue de l’épreuve finale qui décidera qui de Fauve ou Syane montera sur le trône…

C’est avec appréhension que j’ai ouvert ce premier tome, et pourtant j’en ressort satisfaite. L’univers qu’a installé l’auteur est simple, facile à comprendre, mais il est aussi très facile de s’y immerger. Sa plume, fluide, a réussi à me transporter dans l’histoire des deux jumelles. Nous suivons Syane et Fauve séparément, mais gardant une certaine logique et une cohérence, que ce soit au niveau des lieux que du temps.

Les personnages ont leur caractère bien à eux, et de ce côté là nous ne sommes pas en reste. Au contraire de l’univers un peu trop simple, la psychologie des personnages et un peu plus complexifiée, pour notre plus grand plaisir.
En bref, une bonne petite histoire de fantasy, pour les jeunes et moins jeunes qui ne veulent pas se prendre la tête dans une grosse histoire pleine de complot et de trahisons en tout poil un peu tirées par les cheveux.

-On s’arrête ici, ordonna Mavika à Fauve.
– Et pourquoi ce village plutôt qu’un autre? Qu’est ce qui te rebutait chez les deux premiers?
– Je n’aimais pas la couleur! Ni les vêtements des villageois! lui répondit Mavika.
– Tu plaisantes? Demanda Fauve incrédule.
-Non, pas du tout, j’ai même adhéré à un mouvement de soutien pour les vêtements élégants, lança Mavika d’un ton sacarstique. Si les villageois ne sont pas bien vêtus, on ne s’arrête pas! Allez, entre dans ce magasin au lieu de poser des questions stupides!

Je n’ai qu’un seul regret, celui que c’est une histoire de fantasy un peu trop jeunesse qui s’adresse aux non-initiés de ce genre ou au plus jeunes. C’est justement sa trop grande simplicité qui m’a frappée. Cependant, ce détail ne m’a pas empêché de boucler ce roman en une soirée. Ces quatre heures en compagnie de nos deux jumelles m’ont assez satisfaite pour que j’aille jusqu’à commander le deuxième tome, qui sort aujourd’hui.

Je remercie les éditions Hachette, ainsi que la team de Babelio.com pour ce partenariat et cette très sympathique découverte.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *