[Chronique] Lunaa, Volume 1 : La nuit des totems – Keramidas & Crisse

[Chronique] Lunaa, Volume 1 : La nuit des totems – Keramidas & Crisse

Luuna 1


Cette nuit, comme le veut la légende indienne, Luuna, la fille du grand chef de la tribu des Paumanoks, va partir à la rencontre de son Totem, et ainsi faire le lien entre le monde des hommes, de la nature et des Dieux.

Mon avis

Luuna est une BD que j’ai découverte il y a bien 5-6 ans, à la merveilleuse médiathèque de Dives sur Mer (qui, rappelons-le, à bien plus de contenu intéressant que la bibliothèque de Caen, sans compter son personnel trois fois plus aimable que celui de nos tenancières caennaises) (la média de Dives, c’est la vie) (elle me manque beaucoup depuis que je suis à Caen) (il faut que j’arrête avec ces parenthèses). Totalement tombée sous le charme des premiers tomes, je suis presque obligée de venir en parler ici (et du coup me faire la collection complète).

Luuna a réussi les épreuves de sa tribu pour rencontrer son totem, pour qu’elle soit enfin initiée. Quand le grand soir arrive enfin, tout ne se déroule pas comme prévu : en effet, cette nuit est celle de son initiation, mais aussi celle d’Unkui, un démon qui prend un malin plaisir à souiller les âmes quand sa nuit vient. L’arbre de vie tente de protéger la jeune Paumanok, mais le démon ne lâche pas l’affaire et propose de partager son âme. Elle aura deux totems et sera mauvaise tous les 28 jours, nuit de la pleine lune, où Luuna sera totalement sous l’emprise d’Unkui. Pour éviter que Luuna détruise son peuple à la prochaine pleine lune, elle part à la recherche d’une personne qui pourra la libérer de ses deux totems et donc de l’influence du démon…

Luuna est suivie par trois esprits, des pinpitus que seuls les paumanoks peuvent voir. Tout l’humour de la BD passe à travers ces trois là, qui n’en ratent pas une pour se faire remarquer. Ils suivent Luuna dans sa quête pour la survie de son peuple, mais ne servent pas à grand-chose pour l’histoire. J’ai beaucoup aimé Luuna qui est déchirée entre le bien et le mal, un peu comme si ses deux totems étaient sa bonne et sa mauvaise conscience.

Côté graphisme, ils sont magnifiques! Le trait est propre, le dessin est soigné et les personnages principaux sont extrêmement bien travaillés, mais on regrette que les seconds rôles n’aient pas reçu le même traitement. En effet, même si le dessin reste très propre et très expressifs, on remarque des petits problèmes de proportion, surtout au niveau des visages. La mise en couleur est juste parfaite et l’auteur met un point d’honneur à rendre l’image très dynamique, parfois poussé à l’excès. Globalement, le tout se laisse bien lire, le découpage des cases est fluide et c’est une très belle BD.

En bref, j’aime. Beaucoup. Et mon petit doigt me dit qu’on en reparlera très bientôt sur le blog!

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *