[Chronique] Détective Conan, Volume 1 – Gosho Aoyama

[Chronique] Détective Conan, Volume 1 – Gosho Aoyama

Detective conan 1


Shinichi Kudo est élève de première au lycée Tivedétec. Pour avoir résolu plusieurs enquêtes difficiles, beaucoup le considèrent comme « l’aide la plus précieuse que la police pouvait espérer ». Un jour, alors que Shinichi se baladait avec sa petite amie Ran Mouri, il fait la rencontre d’hommes étranges vêtus de noir. Par curiosité et intuition, Shinichi les suit et comprend que ce sont des maîtres chanteurs. Découvert, on lui fait boire un poison expérimental pour le faire taire et l’effet est inattendu, il rajeunit. Shinichi, aidé par son voisin le Dr.Agasa, inventeur génial et farfelu, décide de partir à la recherche de l’organisation secrète dont il a été victime. Il cache sa véritable identité sous le pseudonyme de Conan Edogawa, et se réfugie chez Ran, dont le père est détective.

Mon avis

Ah, Détective Conan… Souvenir souvenir, de l’époque où France3 diffusait l’anime après les cours. Je me suis toujours demandée, sachant que c’est toujours les mêmes personnes qui sont liées à l’enquête, commet ça se fait que personne n’a encore remarqué que Conan assomme/endort Mouri ? Par le plus grand de tous les hasard, il est dans les vapes, personne ne le remarque, Conan disparaît, idem, et l’enquête est résolue, comme ça. Malheureusement, c’est la trame de chaque enquêtes de la saga, déclinée en 72 tomes actuellement.

Quant aux graphismes, ils sont très détaillés, très complet, et Aoyama nous gâte avec ce premier tome. Les expressions des personnages sont très bien représentées, rendant ce tome un peu plus vivant à chaque pages.

Malgré que j’ai aimé ce premier tome, je ne prendrais pas la suite. En effet, Détective Conan est un manga qui traîne en longueur, au bout du 72è tome, notre héros est toujours un enfant. De plus, on peu aisément deviner la fin de celui-ci : soit il va retrouver les hommes en noir et guérir, soit le Docteur Agasa va trouver un remède bien avant, soit Conan va attendre de grandir tout seul. Et devoir lire 72 tomes, avec 3 à 4 enquêtes par livre se finissants toutes pareil, pour au final voir qu’effectivement Conan va récupérer sa taille normale, ça ne donne pas du tout envie de lire la suite. Du moins, quand ils annonceront le dernier tome, j’irais lire quelques scans pour vérifier ma théorie !

 

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

3 réactions au sujet de « [Chronique] Détective Conan, Volume 1 – Gosho Aoyama »

  1. (Je vois au passage ton nouveau blog: classe! 😀 )

    Ahah, la nostalgie des adaptations anime… ^^
    Quand je regardais la série sur France 3, je me faisais les mêmes réflexions que toi sur Mouri, Kudo, et cette blondiote de Ran qui est trèèès nunuche!

    J’ai toujours hésité de lire les mangas papiers, pour les raisons que tu as cité. Peut-être que le dernier tome paru…
    Après, je pense que même si c’est assez répétitif, ça peut avoir son mérite d’être lu. Je suppose qu’au fur et à mesure des tomes, en parallèle des enquêtes, on en apprend plus sur les personnages, peut-être quelques petits doute sur Kudo/Conan, quelques rebondissements, etc… ^^

    1. Juste : 82 tomes. Les grosses séries, je ne peux pas ^^’ Après il doit avoir d’autres qualités, mais c’est démoralisant autant de tomes ^^

      1. …82? XD
        Mon dieu, et moi qui trouvait que les 70 et perpet’ des One Piece c’était abusé…
        Je comprends pourquoi tu veux pas te lancer! ^^’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *