Archives de
Étiquette : jésus

[Chronique] Le testament de Marie – Colm Tóibín

[Chronique] Le testament de Marie – Colm Tóibín

le testament de marie


Mon fils s’était laissé capturer. Au cours des heures que j’ai passées dans cette maison avec ses disciples, j’ai bien vu que, pour eux, c’était dans l’ordre des choses. Son arrestation faisait partie des étapes nécessaires de la grande délivrance qui surviendrait dans le monde. J’ai failli leur demander si cette délivrance signifiait qu’il ne serait pas crucifié, mais libéré au contraire. Je me suis ravisée. Tous ces gens ne parlaient que par énigmes, et j’ai compris qu’aucune de mes questions ne recevrait de réponse claire. J’étais revenue dans le monde des idiots, des bègues, des contorsionnés et des malcontents.
Ils sont deux à la surveiller, à l’interroger pour lui faire dire ce qu’elle n’a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas, et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu’elle refuse. Seule, elle tente de s’opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger.

Merci à Net Galley et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture !

Mon avis

Marie, mère de Jésus. Son fils vient d’être crucifié et elle est enfermée chez elle, avec deux de ses disciples qui veulent lui faire dire ce qu’elle n’a pas vu pour pouvoir écrire ce qui est aujourd’hui le livre le plus lu au monde : la bible. Ils tentent de construire un mythe sur son fils et ses proches, et elle refuse de jouer à ce jeux-là. En attendant la délivrance, Marie revient sur la vie de son fils…

Le testament de Marie est un texte très court (120 pages), mais il n’en a pas fallu plus pour revenir sur les passages visés par l’auteur. Colm Tóibín nous propose ici une autre vision de la vie du fils de Dieu : et si tout n’était qu’une mascarade ? Une vaste blague ? Et si Lazare n’était pas si mort que ça au moment de sa résurrection ? Et si le vin était déjà dans les cruches d’eau aux noces de Cana ? Bien sûr, tout cela nous est conté sous forme de suggestions, et chacun en fait l’interprétation personnelle qu’il veut. L’auteur ajoute également que les apôtres étaient mal vus par Marie et son décrits comme étant des gens un peu simplets, mais avec un mauvais fond :

 J’étais revenue dans le monde des idiots, des bègues, des contorsionnés et des malcontents.
Marie à propos des apôtres de son fils.

Marie n’est pas décrite ici comme la mère du sauveur de l’humanité, mais comme une mère tout ce qui a de plus simple et qui a cherché à protéger son fils de ce qui se tramait dans l’ombre. Elle voyait, selon le point de vue de Tóibín, son fils et ses suivants faire tout un tas de mises en scènes qui l’ont tout simplement menées à sa perte. Jésus était-il au final conscient que cela se terminerait ainsi, ou au contraire a-t-il été manipulé quand le vent a commencé à tourner pour sa petite troupe ?

Racontée du point de vue de Marie, l’histoire est très courte et donc se lit très vite. Mais c’est aussi grâce à l’écriture fluide de l’auteur et une bonne traduction de Anna Gibson. De plus, Tóibín a un vocabulaire riche, mais rien de bien complexe, ce qui rend la lecture agréable.

En bref, Le testament de Marie est une bonne fiction historique qui plaira à tous, et surtout à ceux qui aiment remettre en cause leurs connaissances. Pour ma part, ayant déjà lu la bible, imaginer une autre version de l’histoire ne m’a pas du tout dérangée !

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 3 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 3 – Hikaru Nakamura

les vacances de jésus et bouddha 3


Après avoir surmonté les périls de la jungle urbaine tels que les soldes ou le métro à l’heure de pointe, Jésus et son ami Bouddha décident de partir se ressourcer à la campagne. Mais leur retraite spirituelle tourne court alors que Jésus découvre les joies et les peines du wasabi et que les anges manquent de déclencher l’Apocalypse lors d’une séance de karaoké. Décidément, les vacances de Jésus et Bouddha sur Terre ne sont pas de tout repos.

Mon avis

Nous retrouvons Messieurs Saints, Jésus et Bouddha, en plein voyage. Mais alors que Jésus mange du wasabi comme du petit pain, ne connaissant pas du tout ces effets, il fait appel à Uriel pour le sauver de là. C’est à ce moment là que Bouddha se rend compte qu’ils sont suivis partout par quatre archanges, chargés de la protection de Jésus…

Ce qu’il y a de bien avec Les vacances de Jésus et Bouddha, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les autres tomes pour comprendre l’histoire, ou relire la saga entière si un tome ne sort qu’un an après. Il n’y a que deux personnages récurent, la propriétaire et le yakuza, et les chapitres sont des histoires indépendantes les unes des autres.

Les gags sont toujours aussi drôles, les jeux de mots ou les références bibliques ou bouddhistes que le yakuza comprend de travers sont vraiment top! Moi qui avait peur de tomber dans une répétition des gags des tomes précédents, je suis vraiment satisfaite.

En bref, une bonne petite série à suivre si ce n’est pas encore fait, drôle à souhait, qui innove et ne tombe pas dans les répétitions!

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 2 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 2 – Hikaru Nakamura

les vacances de jésus et bouddha 2


Si vous aussi, quand vous allez chez votre libraire, vous demandez « vous n’auriez pas cette BD avec Jésus et Bouddha ? », ne craignez rien, vous n’êtes pas seul ! Tout le monde sait maintenant qu’ils prennent des vacances dans la grande banlieue de Tokyo. Bouddha compte toujours le moindre sou comme une mémère de province, tandis que Jésus met son blog à jour aussi vite que sa connexion le lui permet. Découvrez vous aussi cette nouvelle divine comédie !

Mon avis

Nous retrouvons dans ce tome Jésus et Bouddha, toujours en vacance sur terre, plus précisément à Tokyo, à la période de Noël. D’ailleurs, qu’est ce que symbolise cette fête aux yeux de Jésus? C’est le jour où le Père Noël a réalisé le premier vol stratosphérique en traîneau. Rien que ça!

Un tome tout aussi tordant que le précédent, j’avais peur de retomber dans les mêmes gags que le premier, et c’est avec joie que j’ai découvert de nouveaux jeux de mots, gags, blagues autour de Jésus, Bouddha et de leurs croyants. Cette fois-ci nous découvrons un Bouddha malade, qui doit rester une semaine entière au lit suite à un méchant coup de froid. Jésus fera tout pour l’aider à aller mieux, quitte à lui faire sa recette secrète… Nous retrouvons également le yakuza du premier tome, qui croit toujours que Jésus est un membre éminent de la mafia japonaise. Il devient en quelque sorte son nouvel apôtre.

En bref, un deuxième tome dans la lignée du premier, toujours aussi drôle et qui sais se renouveler pour ne pas tomber dans une certaine lassitude. Un petit manga qui se lit vite et se laisse apprécier avec ses multiples références au Japon d’aujourd’hui, à la touche Jésus et Bouddha!

les vacs de jésus et boubou illu

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 1 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 1 – Hikaru Nakamura

Les vacances de jésus et bouddha


La divine colocation de Jésus et Bouddha.
Après avoir œuvré au bonheur de l’humanité pendant 2000 ans, les deux amis décident de prendre quelques vacances en louant un petit appartement sur Terre. Ils vont découvrir un mode de vie bien éloigné du paradis et vous offrir un regard inédit sur notre quotidien. Vous apprendrez ce que ressent Jésus quand on le prend pour Johnny Depp, ou ce que pense Bouddha de ces statues à son effigie, qui ont tant de succès dans les magazines de décoration.

Mon avis

On retrouve Jésus et Bouddha, en vacance sur terre, plus précisément au Japon. Bouddha est très économe, si bien qu’à chaque fois que Jésus fait des excès, une auréole de sainteté apparaît. Ils devront faire face à des petits problèmes comme les animaux qui souhaitent se sacrifier si ils ont faim, les stigmates de Jésus qui s’ouvrent si il stresse, et l’auréole de sainteté de Bouddha quand il s’énerve.

L’auteur nous fait voir sa version du christianisme et du bouddhisme, en revisitant certains classique comme le baptême de Jésus, dont on découvre au passage sa phobie de l’eau qui fait qu’aujourd’hui, le baptême moderne ne se fait plus en plongeant entièrement dans l’eau. Et la colombe, descendue au moment de son baptême ? Juste le Saint Père qui a envoyé l’Esprit Saint pour s’assurer qu’il allait bien !

Les graphismes sont assez simple, mais deviennent très détaillés quand Nakamura revient sur certains passages de Jésus et Bouddha au ciel. Simple, mais efficace, tout comme l’histoire.

Je n’hésiterais pas à lire la suite, qui promet de belles lectures ! A suivre, donc.