Archives de
Étiquette : croisée des mondes

[Chronique] A la croisée des mondes : Le miroir d’ambre – Phillip Pullman

[Chronique] A la croisée des mondes : Le miroir d’ambre – Phillip Pullman

le miroir d'ambre


Lyra, l’héroïne des Royaumes du Nord et de la Tour des Anges, est retenue prisonnière par sa mère, l’ambitieuse et cruelle Mme Coulter qui, pour mieux s’assurer de sa docilité, l’a plongée dans un sommeil artificiel. Will, le compagnon de Lyra, armé du poignard subtil, s’est lancé à sa recherche, escorté de deux anges, Balthamos et Baruch. Avec leur aide, il parviendra à délivrer son amie. Mais, à son réveil, Lyra lui annonce qu’une mission encore plus périlleuse, presque désespérée, les attend : ils doivent descendre dans le monde des morts…

Mon avis

Il fallait que je termine cette saga. La voir en haut de ma PàL depuis autant de temps me déprimait ! Et puis comme on arrêtait pas de me dire de le lire, je l’ai sorti, et j’en ai donc enfin fini avec A la croisée des mondes ! Et j’en suis contente, parce que franchement, ce n’est pas une saga que je porte dans mon cœur.

Et pourtant, je pensais que ce troisième tome relevait le reste de la saga, vu que le deuxième tome était mieux que le premier. En faite, non. Première page lue, une envie pas possible de refermer ce livre. Revoir des enfants parler d’une manière totalement vieillotte, et des détails à n’en plus finir, ce n’était pas possible.

Mais, pourtant les détails ne me dérangent pas d’habitude, surtout quand ils apportent quelque chose à l’univers, comme Le Seigneur des Anneaux, ou Le Trône de Fer ! Là, c’était surtout du brodage, histoire de dire que le dernier tome est un pavé. Et pourtant, on peut sauter deux pages, et ne pas se retrouver à ne rien comprendre à l’histoire. Pendant un moment, je ne lisais plus que le début et la fin des chapitres, ça suffisait à suivre ! Comme quoi, le contenu ne valait pas tellement grand chose…

Ce qui m’a surtout dérangé, c’est que tous les personnages ont un comportement totalement différent par rapport à leur attitude des autres tomes, et ça part dans des situations illogiques pour tel ou tel personnage, voir même de l’incohérence. Rajoutons à cela des personnages greffés à l’histoire pour faire des pages de plus, et vous m’achevez.

En bref, je n’ai pas plus aimé que ça, et j’en ressort quelque peu déçue, même si je m’y attendais un peu…

[Chronique] A la croisée des mondes : La tour des anges – Philipp Pullman

[Chronique] A la croisée des mondes : La tour des anges – Philipp Pullman

a la croisée des mondes 2


Ayant franchi le pont entre les mondes édifié par Lord Asriel, son père, l’intrépide Lyra se retrouve dans la cité de Cittàgazze, la ville au-delà de l’aurore, où des spectres mangeurs d’âmes rôdent dans les rues, où les lointains battements d’ailes des anges résonnent au-dessus d’une mystérieuse tour. Mais Lyra n’est pas sans allié. Car le jeune Will Parry, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, a également pénétré dans cet étrange royaume par une porte magique. Ensemble, Lyra et Will vont entamer un périlleux voyage à travers les dimensions, et découvrir un secret mortel: un objet d’une puissance extraordinaire et dévastatrice. Mais à chaque étape de leur périple, ils se rapprocheront d’un danger plus funeste encore – et de l’incroyable vérité sur leur propre destinée…

 

Mon avis

Ma lecture du premier tome de cette saga avait été laborieuse et c’est à reculons que je me suis attaquée au deuxième, n’en attendant pas trop mais espérant tout de même une amélioration dans le style d’écriture de l’auteur, mais aussi sur le personnage de Lyra. Mes attentes ont-elles été comblées ? Oui et non.

Nous retrouvons Lyra dans le nouveau monde, Cittàgazze, où elle rencontrera Will, un jeune homme sans daemon qui a atterri ici pour fuir des personnes de son monde à lui, un Oxford ressemblant à s’y méprendre à celui de Lyra, dont la technologie est équivalente à la nôtre. Il cherche son père, un explorateur qui a disparu il y a de cela plusieurs années…

Cittàgazze est une ville sans adultes. Seuls les enfants habitent ici à cause des Spectres, des créatures qui se nourrissent uniquement des adultes, les changeant en créatures mi-mortes, mi-vivantes qui ne s’intéressent plus à rien. C’est dans ce monde que Lyra et Will trouveront refuge et chercheront des solutions à leurs problèmes respectifs.

Dans le dernier tome, nous découvrions que Lord Asriel était en vérité le père de Lyra, que Mme Coulter était sa mère et que tous les deux sont complètement fous. En effet, quand on cherche à lancer une guerre contre Dieu, on ne doit pas vraiment être sain d’esprit, mais ce n’est que mon avis. Enfin tout le monde semble croire que ça peut marcher, donc tous les anges et autres créatures se joignent à Lord Asriel et les sorcières vont devoir tenir une réunion pour savoir si oui ou non, elles aussi rejoindront la bataille…

Enfin, enfin ce tome n’est pas uniquement axé sur Lyra ! Même, petit moment de joie, Will la remet à sa place et pour la première fois de sa vie elle va participer aux tâches ménagères ! Ses aventures l’ont faite grandir, à l’instar de son daemon qui mérite aussi une petite prise de maturité au passage, espérons-le pour le dernier tome. D’ailleurs, une chose me chiffonne. L’aspect pratique d’un daemon est que du moment que son propriétaire n’a pas atteint la puberté, il peut changer d’apparence à volonté, sans limite de taille. Alors, pourquoi Pantalaimon ne se transforme pas en cheval pour aller plus vite quand Lyra et Will doivent parcourir de très longues distances au lieu de s’amuser à se transformer en cochon, chèvre et sauterelle ? Rien que pour l’aspect pratique, le voyage serait plus cours pour eux.

Philip Pullman a changé de style d’écriture et c’est franchement agréable comparé au premier tome qui était plutôt un calvaire à lire. Ce n’est pas encore ça, mais on s’approche plus d’une lecture fluide qui donne envie d’y revenir. Par contre, je ne sais pas ce que l’auteur a avec les fins de ses romans… Dans le premier, il se terminait sur Lyra qui rentre dans le nouveau monde et je me suis faite la remarque si je n’étais pas au courant qu’il y avait une suite, je ne l’aurais jamais devinée. Ici, le tome se termine en plein dans un moment crucial de l’histoire, comme ça. C’est comme si je m’étais arrêté dans cet avis à ”Par contre, je ne sais pas ce que l’auteur a avec les fins de ses romans…”, et paf, fin, à la prochaine. Néanmoins, cette fin donne envie de lire la suite vu qu’on s’arrête dans un moment important.

En bref, du mieux, mais ce n’est pas encore ça. La suite ne peut qu’être meilleure, du moins je croise les doigts !

En lecture commune avec ma partenaire bloguesque, Diary of Book Reader

[Chronique] A la croisée des mondes : Les royaumes du nord – Philip Pullman

[Chronique] A la croisée des mondes : Les royaumes du nord – Philip Pullman

les royaumes du nord


Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son daemon Pantalaimon, parmi les Érudits de Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures.

Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises…

Jetée au coeur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

 

Mon avis

L’amie qui m’a prêté la trilogie de A la croisée des mondes m’avait prévenue : le premier tome n’est pas le meilleur, mais la suite rattrape le tout. Heureusement qu’elle m’a prévenue, sinon j’aurais arrêté ma lecture dès les 4 premiers chapitres, et je lui aurait rendu ses livres.

L’histoire commence sur Lyra, une jeune fille qui a la faculté de bien mentir, et, comme à son habitude, désobéit à ses tuteurs et va dans des endroits où elle n’a pas le droit d’aller. Ses tuteurs sont des érudits et le maître du très célèbre Jordan Collège, à Oxford. Ils font tout pour l’aider à grandir, surtout intellectuellement mais mademoiselle Lyra n’en a que faire et préfère jouer à lancer de la boue sur les enfants Gitan de passage en ville… Donc, comme à son habitude, elle désobéit à ses tuteurs et se cache dans une salle interdite où va se dérouler une réunion de la plus grande importance, sur une particule extraordinaire et un monde caché qui n’est pas facile à voir. Elle sera mêlé à tout cela, car tel et son destin… Mais si elle est au courant de son destin, alors tout le monde mourra…

Je pense que vous avez pu sentir que je n’apprécie pas tellement Lyra. J’ai eu envie à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche de la remettre à sa place pendant les ¾ de l’histoire. Avec ses airs supérieurs parce que son oncle est Lord, ou parce qu’elle vit à Jordan Collège, je me demande comment elle réussit à se faire des amis… Elle se déplace toujours avec son daemon, Pantalaimon, qui serait à priori un équivalent de son âme. Et dans le monde où elle vit, tout les humains ont un daemon bien à eu. Un daemon, qu’est ce que c’est? Il prend la forme d’un animal, et peux changer son apparence tant que son maître n’a pas atteint la puberté. Une fois atteinte, le daemon prend une forme définitive qui ressemble au caractère de son maître.

J’ai eu beaucoup de mal à saisir le style de Philip Pullman. Jusqu’au 100 dernières pages, l’auteur se met à nous blinder des paragraphes énormes de détails insignifiants sur des choses totalement inutiles dont on se passerais bien. Et au contraire, les moments qui mériteraient qu’on s’attarde dessus sont passés à la trappe. Si bien que par moment, une action majeure pour l’histoire se produit, et on a pas plus d’explications. Elle s’est produite, et c’est tout. L’auteur prend des raccourcis énorme sur ces moment là, ce qui rend la lecture limite dérangeante. Mais pendant les 100 dernières pages, il se rattrape et se concentre sur l’action (et encore, dans les dernières pages il reprend cette habitude), et non la couleur et la taille d’un bâtiment pendant 20 lignes, bâtiment qu’on ne reverra pas de l’histoire…
Je me suis aussi ennuyée jusqu’au départ de Lyra de Jordan Collège. Il ne se passe rien avant, on revient tout le temps sur Lyra-et-ses-bêtises, Lyra-et-ses-mensonges, Lyra-et-sa-gueguerre-contre-les-enfants-gitans, Lyra-et-son-oncle-pas-du-tout-proche-d’elle… Et enfin quand elle part, enfin on s’intéresse, au présent, enfin on s’intéresse à l’histoire.

La fin du premier tome est simple, mais efficace. Pourtant, on à l’impression que l’histoire s’arrête là et qu’il n’y a pas de suite. En tout cas, tant qu’on est pas prévenu de la ”qualité” du premier tome, on ne peut imaginer qu’une suite à vu le jour. Je lirais la suite, en espérant que ce soit bien meilleur que cette lecture…