Archives de
Étiquette : hachette

[Chronique] Journal d’un vampire, tome 01 : L’éveil – L.J. Smith

[Chronique] Journal d’un vampire, tome 01 : L’éveil – L.J. Smith

avis vampire diaries livre

  • Éditeur : Hachette / Le Livre de poche (2007)
  • Pages : 448
  • Genre : Bit-Lit
  • Prix : 7.90 €
  • Acheter L’éveil

Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l’amour d’une même femme. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité.

Mon avis

Est-il vraiment utile de présenter encore Vampire Diaries ? Diffusé en long-large-travers, ordre et désordre par la télé française, on sait tous plus ou moins que Elena croise Stefan au lycée, futur amour de sa vie. Mais, ce qu’elle ne sait pas, c’est que la rencontre avec son soupirant va – bien évidemment – faire basculer sa vie.

Et c’est comme cela que j’en suis arrivée au roman. La série avait fini par me sortir par les yeux et j’imaginais que le livre serait sûrement meilleur, après tout ils nous l’ont fait assez souvent, détruire une saga. Mais pas du tout !

Dès les premières pages, Elena exaspère au plus haut point. C’est l’archétype de la Reine du lycée, du type Reine Abeille et son essaim qui lui tourne autour. Et attention si le sujet du moment où les autres ne gravitent plus autour d’elle, c’est la fin du monde. Alors imaginez un peu quand Stefan l’ignore purement et simplement ! Elle a besoin de tellement d’attention qu’elle en est désagréable avec tout le monde.

Je me suis donc rabattue sur les vampires. Peine perdue, au 21è siècle ils aiment toujours se faire passer pour des lycéens et mangent des écureuils. Je suis à deux doigts d’invoquer Anne Rice ou Morgane Caussarieu.  J’ai commencé à rire nerveusement quand Stefan explique son vampirisme à Elena… Et qu’elle répond à la positive en lui proposant son sang. En règle générale, leur relation m’a beaucoup trop fait lever les yeux au ciel. Déso pas déso.

A la fin du premier tome, les premières pages de la suite sont proposées. Ça a enterré ma décision de ne pas continuer la saga, tout simplement. Si j’avais ris nerveusement 250 pages plus tôt, j’en ai franchement éclaté de rire tellement le retournement de situation est beaucoup trop gros et présenté d’une façon qui sonne peu naturelle pour passer.

Il est vraiment temps d’en finir avec les vampires beaux, gentils, mais méga trop torturé. Non ? 

[Chronique] Chroniques des enchanteurs, tome 1 : 16 lunes – Kami Garcia & Margaret Stohl

[Chronique] Chroniques des enchanteurs, tome 1 : 16 lunes – Kami Garcia & Margaret Stohl

16 lunes

  • Éditeur : Hachette (2010)
  • Pages : 635
  • Genre : Seinen
  • Prix poche : 8.90€
  • Acheter 16 lunes

J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os dans au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille, dont j’allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction… Nous étions menacés. Et cette fois, j’allais devoir la sauver… L’amour sera-t-il plus fort que le destin ?

Mon avis

Ce premier tome est sorti en 2010, il était temps que je m’y mette ! Heureusement que les lectures communes sur Livraddict sont là, sinon je passerais à côté de bons moments livresques ^^ Mais rassurez-vous, je connaissais déjà la saga grâce au film, cependant je ne m’en souvient presque plus, et le peu qui me revient n’est pas très fidèle au livre et j’ai beaucoup de mal à faire la part des choses quand je vois des mauvaises adaptations, on ne se refait pas !

Tout d’abord je suis surprise, cette romance fantastique est du point de vue… d’un garçon ! Et oui, Ethan, un garçon qui a des sentiments et qui n’est pas BTM (Brun-Ténébreux-Mystérieux, la combinaison clichée de choc dans les romances de nos jours) ! Ça change, c’est original ! Et cette fois-ci, c’est une fille, Lena, qui va endosser le rôle de la brune ténébreuse et mystérieuse. Et j’applaudis, car cela me change énormément ! Rien que pour ça, ce livre vaut d’être lu.

C’est, certes, une romance, mais elle n’empiète pas sur l’histoire, Lena et Ethan se concentrant plus sur le fait que la demoiselle est une enchanteuse qui a des risques de devenir ténèbres à ses 16 ans et ils ne veulent pas que ça arrive, car ça signifierait qu’ils ne pourraient plus se voir et qu’elle serait chassée de sa famille pour devenir comme sa cousine Ridley, qui a tourné ténèbres elle aussi.

L’histoire se déroule à Gatlin, petite bourgade où tout le monde se connait, le genre de petite ville où votre voisine vous épie pour rapporter vos moindres faits et gestes à la prochaine réunion de son club sur la guerre de sécession. Ambiance. Ce lot d’habitants ne tolèrent pas les nouveaux venus,  et encore moins s’ils font partie de la famille de « ce vieux fou de Ravenwood« . Donc quand Lena arrive en ville, elle est considérée comme une pestiférée,  surtout au lycée auprès des élèves ou leurs parents.

Mis à part que l’histoire est lente à démarrer, le tout est très bien écrit, on ne s’ennuie pas une seule seconde : une fois qu’on est dans l’histoire, on a du mal à lâcher le livre ! Les descriptions sont détaillées, assez pour que l’on puisse imaginer les habitants de Gatlin et les bâtiments sans peine. Et chapeau aux deux auteurs, leur style est tellement proche l’un de l’autre que je n’ai pas remarqué quand elles changeaient de plume.

En bref, j’ai passé un très bon moment et je lirais volontiers la suite de la saga !

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

hésitation


« Deux futurs, deux âmes sœurs… C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. A présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin… ni de ce que je vais faire, là, maintenant. »

Mon avis

Je l’avais dit, je ne relirais que les deux derniers tomes si on me demandait de le faire : « Un livre au hasard » de Livraddict m’a fait sortir celui-ci de ma PàL. Plus qu’un, et j’enterre cette saga !

Encore une fois, Bella court un grave danger ! Victoria, toujours dans l’optique du « t’as tué mon copain, je vais tuer ta copine », lève une armée de jeunes vampires pour détruire tout ce beau monde. Sauf que ça risque de faire venir les Volturi qui ne manqueront pas de remarquer que Bella est toujours une humaine, il faut donc se charger du problème au plus vite. Et Jacob étale ses sentiments en long, large et travers, où Bella finira par dire « Je t’aime »… Alors qu’elle va se marier >.>

Ma relecture a été plus simple qu’avec les deux premiers tomes, j’en suis quelque peu satisfaite. Je m’attendais à passer la semaine sur ce roman, j’y ai passé que trois jours ! Mais là où j’y avais vu qu’un triangle amoureux avec une petite bataille il y a cinq ans, cette fois-ci j’ai pris conscience de choses qui m’ont fait grincer des dents.

Je sais que l’auteure est mormone est que ça penche énormément dans la balance de ses choix concernant le caractère de ses personnages, mais était-elle obligée de faire d’Edward un personnage totalement désagréable qui passe son temps à rabaisser Bella? Entre les « tu es trop maladroite » et les « que tu es sotte », c’est la fête! Mais qu’en plus Bella le laisse dire et confirme ses propos à coup de « je suis tellement sotte… toi qui est 10 fois plus intelligent que moi! », non ! Non, il y a un moment où la femme doit commencer à se respecter, et ce n’est pas avec ce style de comportement qu’elle y arrivera… M’enfin, c’est un personnage de fiction adulée par des hordes de jeunes filles qui prennent souvent leurs personnages préférés en exemple…

C’est aussi la question du mariage que je remet en cause, parce que Bella l’accepte à contrecœur, juste pour avoir ce qu’elle veut (à savoir : être transformée en vampire et être dépucelée). Et elle accepte tout : le mariage, qu’il paye ses études, ect… Elle se vend pour pouvoir coucher avec son mec et devenir un vampire… Il y a des mots pour qualifier ce genre de chose. Mais je crois que je vais m’arrêter là pour ce sujet.

Et je le redis encore une fois, mais c’est tellement dommage, vraiment. Parce que l’auteur a une bonne plume, elle a un vocabulaire très riche, mais elle ne sait pas construire l’histoire qui va avec. C’est un véritable gâchis.

Bon et bien… Plus qu’un et j’en suis débarrassée! 😀

[Chronique] La prophétie de Glendower, tome 1 – Maggie Stiefvater

[Chronique] La prophétie de Glendower, tome 1 – Maggie Stiefvater

la prophétie de glendower 1


Depuis l’enfance, Blue entend dire qu’elle tuera la mort de l’homme de sa vie… d’un simple baiser. Elle a donc résolu de ne jamais tomber amoureuse, ainsi le problème est réglé, la prophétie annulée. Pourtant, quand elle se voit entraînée dans le groupe des Corbeaux, elle se met à douter. Car, à la tête de cette bande de riches étudiants, se trouve Gansey. Or récemment l’esprit de Gansey est apparu à Blue. Depuis, elle ne cesse de se remémorer la prophétie : « Il n’y a que deux raisons pour lesquelles un esprit peut apparaître à un non-voyant à la veille de la Saint-Marc, Blue. Tu dois être soit l’amour de sa vie, soit la cause de sa mort. »

Mon avis

Le résumé m’avait l’air intéressant, et c’est ce qui m’avait attirée au premier abord, car on ne peut pas dire que la couverture est particulièrement belle. Quelconque et banale, si je n’avais pas pris la peine de retourner ce livre, j’aurais passé mon chemin et jeté mon dévolu sur un autre livre. Mais voilà, j’ai abandonné ce livre…

Je n’aime pas abandonner un livre, mais pour le coup je ne pouvais pas continuer. J’ai tenu une bonne centaine de page avant de jeter l’éponge, car il n’y a aucune action, c’est plat. L’auteur passe tellement de temps à mettre en place la psychologie de chaque personnages, chaque tenues, chaque lieux et tout son univers autour de Glendower et la prophétie. Long, ennuyeux, rébarbatif, une lectrice à tenu jusqu’au bout et s’est ennuyée jusqu’à la page 300. Bref, il restait 152 pages pour commencer à s’intéresser à l’histoire… C’est très peu!

En bref, je ne recommanderais pas ce livre, dont j’en sort déçue.

[Chronique] Boys out ! – Rawia Arroum

[Chronique] Boys out ! – Rawia Arroum

boys out !


Depuis l’Éradication, le monde est gouverné par les femmes et pour les femmes uniquement. Les hommes n’ont plus le droit de cité. Tous sont bannis, ou bien traqués et placés en détention pour assurer leur seule fonction : la reproduction. Ensuite, systématiquement, ils sont éliminés. Comme toutes les jeunes filles de son âge, Lyra s’entraîne dur pour être capable d’affronter et de maîtriser les mâles qui rôdent encore. Jusqu’au jour où elle doit rencontrer un homme pour procréer à son tour…

Merci à Hachette et à Babelio pour cette lecture !

Mon avis

Boys Out ! est un livre qu’on ne présente plus. Dystopie qui fait beaucoup parler d’elle en bien sur la blogo ces dernières semaines, elle a réussi à séduire pas mal de blogueurs. En est-il de même avec la tenancière de ce blog? Petite plongée dans le monde de Lyra…

Un monde uniquement dirigé par des femmes, c’est une première pour moi dans le monde littéraire. Une idée très intéressante que voilà : un univers féministe qui bannit tout ce qui vient de l’homme et empêche la femme de s’épanouir dans sa féminité. Ainsi donc, il y a des tenues réglementaires, des coiffures réglementaires… Bref, on est en pleine dictature dont les jeunes filles en vive l’endoctrinement tous les jours.

Nous suivrons donc tout particulièrement Lyra, une jeune qui a été convoquée à la Structure pour faire son rôle de femme : avoir des enfants. Mais une fois en face de l’homme ses certitudes vont flancher. Lyra commence comme toute bonne héroïne de dystopie de base, mais elle a le mérité d’évoluer suite à son contact avec Loan, l’homme qui est censé être son destiné. Cependant, je ne me suis pas tellement attachée à Loan. Certes, il est un des moteurs de cette histoire, mais j’ai trouvé ses réactions par moment inappropriées pour certaines situations.

Le tout est bien écrit et l’univers est bien travaillé. Avec la plume fluide de Rawia Arroum, il m’a fallu quatre heures pour arriver à bout de ce roman. Cependant, il y a quelques incohérences qui m’ont un peu dérangée, mais dont je suis passée au dessus. A certains moment, j’ai trouvé l’histoire très prévisible également : par exemple quand on annonce que les sœurs Diva ne sortent plus de chez elles, ou quand on parle de Paradis ou quand Lisa explique la « tenue » des rebelles, j’ai très vite deviné ce qu’il en était.

Mis à part ces quelques défauts, j’ai tout de même apprécié ma lecture et j’en ressort satisfaite, bien que la fin soit extrêmement frustrante.

[Chronique] Hantise – Michelle Jaffe

[Chronique] Hantise – Michelle Jaffe

hantise

  • Éditeur : Hachette (2011)
  • Pages : 408
  • Genre : Thriller jeunesse
  • Prix : 16.25€
  • Acheter Hantise

Heurtée de plein fouet par un chauffard, la jolie Jane est laissée pour morte dans un rosier. Elle ne se souvient pas de ce qui s’est passé, mais d’étranges messages laissés sur le miroir de l’hôpital et des menaces téléphoniques instillent en elle le doute : a-t-elle réellement été victime d’un accident, ou quelqu’un a-t-il vraiment tenté de la supprimer ? Qui ? Serait-elle en train de perdre la tête ? Et si le tueur était tout proche ?

 

Mon avis

Jane, ultra-populaire, riche et en froid avec sa mère et son beau-père, est retrouvée laisser pour morte au fond d’un rosier. Par chance elle survit, mais ne se souvient pas de ce qui s’est passé. Depuis l’hôpital, elle reçoit d’étranges appels que personne n’entends… Tous pensent qu’elle est en pleine paranoïa et qu’elle délire, jusqu’au jour où elle se souvient de tout.

Hantise est un excellent livre.

Fin.

Vous en voulez plus? Hantise est LE thriller jeunesse à lire absolument (après Réseau(x), bien sûr) ! Michele Jaffe sait tenir le suspens jusqu’à la dernière page et le lecteur en haleine. Je n’aurais vraiment pas pensé que ça se finirait comme ça! De plus, la plume de l’auteur est tellement agréable à lire… Le seul défaut de se livre, sont les très nombreux flashbacks qui ne concernent pas forcément la soirée précédant l’accident, et peuvent se révéler ennuyants par moments.

J’ai lu dans une critique qu’une personne avait détesté ce livre pour la simple raison que le personnage principal est riche, belle et populaire (un conseil, ne lit JAMAIS Hell de Lolita Pille. Jamais), mais c’est ce qui fait que Jane est Jane et qu’elle a cet accident : sans cette popularité et tout le reste, jamais tout cela ne se serait déroulé. Surtout que Jane n’est pas le genre perso principal qui te tape sur les nerfs tout le long de ta lecture parce qu’elle est riche, belle, ect, loin de là ! Et heureusement, me direz-vous.

En bref, que retenir de ce livre? Merveilleusement bien écrit, du suspens, un bon thriller jeunesse, trop de flashbacks et un coup de cœur pour la serial lectrice que je suis!

 Les gens trouvent les habitudes réconfortantes, même si elles sont malsaines. Il faut être très courageux pour admettre qu’on a tort et essayer d’arranger les choses.

[Chronique] Tentation – Stephenie Meyer

[Chronique] Tentation – Stephenie Meyer

tentation

  • Éditeur : Hachette (2006)
  • Pages : 576
  • Genre : Romance fantastique
  • Prix : 8.99€
  • Acheter Tentation

« Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m’en mêlerai plus. Ce sera comme si je n’avais jamais existé. » Rejetée par celui qu’elle aime passionnément, Bella ne s’en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n’a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d’Edward, et éprouve l’illusion de sa présence. Comme s’il ne l’avait pas abandonnée, comme s’il tenait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?

Mon avis

Quand j’ai décidé l’année dernière de relire ma petite collection que je possédais (qui depuis à grandi, c’est devenu un beau bébé de plus de 300 livres… hum), la saga des vampires végétariens ne pouvait pas passer à travers les mailles du filet : elle aussi, je vais la relire. Sachant que le jour de ma première lecture, j’avais beaucoup apprécié cette saga, ma relecture cinq ans après me semble amère, parce qu’aujourd’hui je n’aime plus cette saga. Je n’ai pas flanché face aux détracteurs qui n’ont vu que les films (et je vous comprends…), mais j’ai juste eu un œil plus mature sur une saga que je n’aurais même pas pris la peine de continuer à lire si elle était sortie cette année.

Reprenons l’histoire, et ce deuxième tome qui annonce le triangle amoureux que nous aurons par la suite (et donc la gueguerre qu’on avait eu, team Edward ou team Jacob, guerre que je trouvais puérile à l’époque). Un tome où Bella va se faire larguer par son vampire, et qui va vivre pendant quatre mois en dépression, et va tenter de s’accrocher à Jacob pour sortir la tête de l’eau. Mais ce n’est qu’une fois que ça va mieux, que Jacob devient un loup-garou et devient donc distant avec elle, pour se rapprocher ensuite de l’humaine, qui filera avec Alice pour retrouver Edward. Oui. Bon. Vu comme ça, c’est négatif.

Ce que je n’ai pas aimé, c’est Bella. Se taper une dépression parce qu’on se fait larguer après six/sept mois de relation, faut pas exagérer non plus. Elle réalise par la suite que si elle se met dans des situations quasi-suicidaires, elle entend la voix d’Edward, telle une hallucination, qui lui dit de ne pas faire de bêtises. Quelqu’un de normal fuirait ces hallucinations auditives, Bella les traque, quitte à filer aux urgences ou être sur le point de mourir. Et je trouve ça égoïste. Égoïste pour son père, pour ses amis, sa famille, mais surtout hypocrite pour Jacob, qui n’est en faite que la roue de secours de l’humaine. Bella au final joue avec les sentiments de son pote loup-garou pour ne pas le perdre, comme la scène où ils se revoient après sa transformation et qu’il l’envoie bouler puissance x1000, et qu’elle lui fait le coup qu’elle peut essayer de tomber (en gros) amoureuse de lui pour qu’ils puissent continuer à se voir. Bon, Jacob tombe dans le panneau, mais c’est débile. Quant à sa relation avec les vampires, les prendre de haut comme elle fait (sauf avec les Volturi, dommage d’ailleurs…), alors que ce sont juste des bêtes assoiffées de sang qui peuvent la tuer, je ne m’y fait toujours pas. Sa volonté à devenir un vampire avant la menace m’énerve également, limite elle est avec lui juste pour se faire transformer, et ça je ne comprends pas.

Ce que je ne comprends pas surtout, c’est que l’auteur écris très bien. Elle a un vocabulaire riche (j’ai appris pas mal de mots en lisant Twilight, si, si, je vous assure), elle raconte bien son histoire, c’est poétisé, c’est cohérent, tous les autres personnages sont logiques et intéressants, mais ses deux personnages principaux sont plats et détestables comme ce n’est pas permis. Et autre point incompréhensible pour moi, dans Midnight Sun (Twilight vu par Edward, jamais publié, mais trouvable sur internet), Edward ne me paraît pas détestable, et est présenté comme un être torturé, qui fait moins vampire-guimauve… Donc, je ne comprends pas pourquoi il me paraît comme ça dans Twilight vu par Bella…

En bref, je n’aime plus cette saga, et je crois que je continuerais ma relecture uniquement si on me demande de les sortir de ma PàL. Sinon bah… Ils y resteront.

[Chronique] La marque de Tétraskèle, tome 1 : Les filles du destin – J.M. Bonnel

[Chronique] La marque de Tétraskèle, tome 1 : Les filles du destin – J.M. Bonnel

la marque de tétraskèle


Au royaume d’Isylas, ce sont les femmes qui se succèdent sur le trône royal. La marque de Tétraskèle les protègent.. jusqu’à la vingt et unième génération. Car la prophétie annonce qu’alors destruction, malheur et désolation s’abattront sur le royaume.

Lorsque vient ce temps maudit, ce sont des jumelles qui naissent.. Laquelle devra monter sur le trône ? Peut-on empêcher que la prophétie s’accomplisse ? Nul n’a la réponse à ces questions, pas même le demi-orque ou la nécromancienne attachés à la famille royale.

Bientôt, les deux sœurs auront atteint l’âge adulte, ne sera-t-il pas trop tard?

Mon avis

La Reine Isaure est sur le point d’accoucher, et de mettre au monde une fille qui porterait la marque de Tétraskèle, la marque qui décide si oui ou non l’enfant apportera malheur ou bonheur sur la dynastie des Gylwann. Mavika et Gorak, une elfe nécromancienne et un demi-orque, sont appelés pour aider la Reine à accoucher et vérifier la marque d’Hécate. Sauf que ce n’est pas une fille que met au monde la Reine, mais deux jeunes filles qui naissent sans marque…
Quinze années plus tard, Syane et Fauve sont réveillées par une étrange douleur à l’épaule, la marque de Tétraskèle fait son apparition. Pour départager les deux princesses et savoir laquelle des deux pourra monter sur le trôle, Mavika part avec Fauve et Gorak avec Syane, afin de parfaire leur éducation en vue de l’épreuve finale qui décidera qui de Fauve ou Syane montera sur le trône…

C’est avec appréhension que j’ai ouvert ce premier tome, et pourtant j’en ressort satisfaite. L’univers qu’a installé l’auteur est simple, facile à comprendre, mais il est aussi très facile de s’y immerger. Sa plume, fluide, a réussi à me transporter dans l’histoire des deux jumelles. Nous suivons Syane et Fauve séparément, mais gardant une certaine logique et une cohérence, que ce soit au niveau des lieux que du temps.

Les personnages ont leur caractère bien à eux, et de ce côté là nous ne sommes pas en reste. Au contraire de l’univers un peu trop simple, la psychologie des personnages et un peu plus complexifiée, pour notre plus grand plaisir.
En bref, une bonne petite histoire de fantasy, pour les jeunes et moins jeunes qui ne veulent pas se prendre la tête dans une grosse histoire pleine de complot et de trahisons en tout poil un peu tirées par les cheveux.

-On s’arrête ici, ordonna Mavika à Fauve.
– Et pourquoi ce village plutôt qu’un autre? Qu’est ce qui te rebutait chez les deux premiers?
– Je n’aimais pas la couleur! Ni les vêtements des villageois! lui répondit Mavika.
– Tu plaisantes? Demanda Fauve incrédule.
-Non, pas du tout, j’ai même adhéré à un mouvement de soutien pour les vêtements élégants, lança Mavika d’un ton sacarstique. Si les villageois ne sont pas bien vêtus, on ne s’arrête pas! Allez, entre dans ce magasin au lieu de poser des questions stupides!

Je n’ai qu’un seul regret, celui que c’est une histoire de fantasy un peu trop jeunesse qui s’adresse aux non-initiés de ce genre ou au plus jeunes. C’est justement sa trop grande simplicité qui m’a frappée. Cependant, ce détail ne m’a pas empêché de boucler ce roman en une soirée. Ces quatre heures en compagnie de nos deux jumelles m’ont assez satisfaite pour que j’aille jusqu’à commander le deuxième tome, qui sort aujourd’hui.

Je remercie les éditions Hachette, ainsi que la team de Babelio.com pour ce partenariat et cette très sympathique découverte.

[Chronique] Journal de Stefan, Tome 1 : Les origines – L.J. Smith

[Chronique] Journal de Stefan, Tome 1 : Les origines – L.J. Smith

journal de stefan 1

  • Éditeur : Hachette/Le livre de poche (2011)
  • Pages : 259
  • Genre : Fantastique
  • Prix : 6.90€
  • Acheter Les origines

Mystic Falls, 1864. Stefan Salvatore vit avec son père, qui arrange son mariage avec une jeune fille de bonne famille, Rosalyn. Malgré son sens des convenances et des traditions, Stefan a du mal à se résigner totalement à cette union qu’il ne désire pas. C’est alors qu’arrive Katherine, que le père de Stefan recueille après que la jeune fille a perdu toute sa famille dans un terrible accident. Stefan tombe aussitôt sous le charme de cette mystérieuse personne. Un charme qui va s’exercer également sur Damon, le frère de Stefan, de retour du front. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité commence alors à se dessiner… Mais bientôt des événements sanglants se succèdent dans la région. On soupçonne la présence de vampires. Lorsque sa fiancée est retrouvée morte dans des conditions atroces, les soupçons de Stefan grandissent.

 

Mon avis

J’ai mes petites habitudes quand je fini un livre et que je m’apprête à taper mon article. En dehors d’un café et de mon grignotage habituel, je lis les avis des autres chroniqueurs, histoire de ne pas écrire la même chose, pour sortir au final un avis quasi-unique, dont vous n’aurez pas une seule ligne venant d’un autre blog. Et parfois, quand j’en lis certain, je me demande si nous avons lu le même livre, vu la même série en rapport, ou si c’est moi qui ai une autre version du livre. Et le Journal de Stefan n’y échappe pas. Là, pour le coup, je me suis demandé si les autres chroniqueurs avaient lu le livre en entier et pas sauté certains chapitre. Il est donc temps pour moi de rétablir une certaine vérité autour de se livre, et de lui rendre un avis qui correspond vraiment à son contenu.

Replongeons donc dans le journal intime (enfin pas si intime…) de Stefan Salvatore, jeune homme de 17 ans, sur le point de se fiancer à Rosalyn -un mariage arrangé- , tiraillé entre la belle et douce Katherine Pierce, fraîchement arrivée en ville avec sa domestique, Emily, et sa future épouse, terne, pour qui il n’éprouve rien du tout. Mais heureusement pour Stefan, un coup de chance (ou de crocs), le sortira de ce futur mariage dont il n’a pas envie, et la belle Katherine n’y semble pas étrangère…
Le livre reprend les flahsbacks de la série  »The Vampire Diaries » sur le passé de Stefan, l’arrivée de Katherine et le comportement des frères Salvatore avec elle. Là où la série ne fait que suivre juste les informations importantes, ce journal les reprends, les décortiques, et  l’on en apprend pas mal sur la connaissance des vampires dans la famille Salvatore, l’intégration au conseil des fondateurs de Stefan, ce qu’il savait sur Katherine mais pourquoi il n’a rien fait pour la dénoncer, et pourquoi au final, il ne s’intéressait plus tellement à elle.

Cependant, ceux qui cherchent de l’action pour ce premier tome risques d’être déçus. En effet, à part la guerre et les attaques sur les animaux, rien de bien méchant de ce côté là. L’histoire tourne principalement autour du triangle amoureux Stefan/Katherine/Damon, Rosalyn, l’amour de Jonathan Gilbert pour Pearl (et encore), et sur les décisions des fondateurs de la ville contre les suceurs de sang et rien de plus, en bref un tome qui pourrait être ennuyant pour une personne qui ne s’intéresse ni à la série ni aux livres  »Journal d’un vampire » (qu’il faudrait que je me procure), mais les fans en trouveront sûrement un intérêt quelconque, qui ne rêverait pas de lire les journaux du mystérieux Stefan ?

Ce livre n’est pas un coup de cœur, ni même mon préféré. Il se laisse lire, mais rien de plus, le manque d’action y compte pour beaucoup. Je lirais quand même la suite, qui me semble bien plus prometteuse avec la fin de ce premier tome que nous offre L.J Smith!

[Chronique] Fascination – Stephenie Meyer

[Chronique] Fascination – Stephenie Meyer

Fascination


Pour laisser à sa mère la liberté d’accompagner son compagnon dans ses déplacements, Bella décide de quitter Phoenix et s’installe chez son père, chef de la police de Forks, petite bourgade de l’état de Washington. Au lycée, ses regards se portent sur Edward Cullen dont la beauté et le comportement la terrorisent et la fascinent. La passion qui naît entre eux ne peut que l’exposer à de nombreux dangers car Edward n’est pas un humain et elle le sait.

Mon avis

J’avais lu ce tome la première fois il y a 5 ans, et pour moi, à l’époque, c’était un très bon livre, avec une très bonne histoire et de l’action ! Que l’on peut être naïf à 15 ans… Le relire aujourd’hui m’a fait changer de point de vue sur la saga. Comme quoi relire sa biblio, ça a du bon ^^

Oubliez les films si vous n’avez pas lu ne serait-ce que le premier tome ! Dans la série  »adaptation mauvaise », il remporte haut la main ! Twilight, c’est l’histoire de Bella, une adolescente de 16 ans, un peu surdouée et irrévocablement maladroite, qui s’installe avec son père à Forks, la ville la plus humide des États-Unis. Sa route croisera Edward, vampire végétarien de son état, qui tente de lui faire comprendre qu’il reste un être dangereux, même si Bella ne semble pas être dotée d’instinct de survie. Jusqu’au jour où trois vampires tomberont sur elle, et que l’un d’eux voudra en finir avec…

Si vous cherchez de l’action dans Fascination, reposez ce livre tout de suite. C’est avant tout de la romance, et donc en dehors des trois derniers chapitres, vous risquez d’être déçus. Le reste de l’histoire se compose de l’arrivée de Bella, son arrivée au lycée, sa découverte des environs et des Cullen, sa drague minable mais qui fonctionne avec Jacob Black pour en apprendre plus sur la famille de vampires du coin. S’ensuit le jeu du chat et de la souris entre Bella et Edward, jusqu’à ce que ce dernier accepte de sortir avec elle. Bref, que de la romance.

Bella n’est pas un des personnages que j’apprécie. Avec son instinct de survie quasiment nul, et le fait qu’elle prenne trop souvent ses parents et son entourage -en dehors des vampires- de haut, comme si elle valait mieux qu’eux ne m’a pas du tout enchantée. Et Edward, vampire-guimauve au premier abord, qui se soucie trop de Bella… Cependant, il a plusieurs côtés sombre qui rattrapent le tout. Je pense avoir réussi à mieux le supporter grâce aux 12 premiers chapitres de Midnight Sun, Twilight vu par Edward, d’où l’on comprend mieux ses motivations vis-à vis de Bella, et surtout son côté  »torturé ».

Fascination, à lire au moins une fois, à condition que l’on n’y cherche pas trop d’action, et que les histoires basées sur la romance vous plaisent un minimum 😉