Archives de
Étiquette : vampire

[Chronique] La dernière larme – Fatou Ndong

[Chronique] La dernière larme – Fatou Ndong

la dernière larme

  • Éditeur : Valentina (2012)
  • Pages : 213
  • Genre : Bit-Lit
  • Plus édité

Ces êtres étranges nous ressemblent. Leurs différences ? Ils ont le sang froid, vivent la nuit et se nourrissent de sang humain.
Ce sont des vampires… et ils vivent au nez et à la barbe des Hommes depuis la nuit des temps, dans l’attente de pouvoir sortir de l’ombre.
Selon la légende, le sacrifice des quatre enfants de la prophétie permettra le retour de la reine Adonia. Trois sont déjà morts. Kali est la dernière encore en vie.
Mais la jeune femme ignore tout de ce monde là. Pourtant, une étrange marque en forme de larme est lovée sur sa poitrine.
Le maître de l’Odyssée, chef des vampires, envoie Ethan pour retrouver le dernier enfant de la prophétie afin de le sacrifier.

Et si tout ne se déroulait pas comme prévu ?

Merci à Livraddict et aux éditions Valentina pour cette lecture !

 

Mon avis

Kali est une jeune femme d’origine amérindienne, qui traine derrière elle une sacrée légende de son peuple, à propos de vampires et de sacrifices humains. Et si tout était vrai et que Kali était au centre de cette légende?

Il y a du bien, et du pas mal de moins bien, mais commençons par les points positifs du roman

  • Le début est vraiment bien. Tant que que la romance n’est pas là, tout va pour le mieux.
  • Les vampires brûlent au soleil, ce qui est à mes yeux extrêmement important.

Et… Voilà.

Le reste… ne passe pas. Vraiment. Je vais tenter d’expliquer tout ça avec des mots et des gifs (Attention, ces derniers illustrent les points qui les précèdent, et servent juste d’illustration et doivent être interprétés tels quels) :

  • Le coup de la tache de naissance qui brûle et fait mal à Kali quand un vampire est dans le coin, et que ce même vampire peut voir ce qu’elle fait dans la journée, et elle, en dormant elle peut voir ce qu’il fait la nuit… J.K Rowling l’a déjà fait avec la cicatrice de Harry Potter et Voldy (sauf qu’ils ne sont pas tombés amoureux l’un de l’autre).

La dernière larme - Fatou Ndong

  • C’est extrêmement cliché ! Le coup du méchant vampire qui tout d’un coup devient gentil pour sauver l’humaine, parce qu’ils sont tombés amoureux… Ce n’est n’est absolument pas original. Ni même le triangle amoureux avec l’un des ennemis dudit vampire. Rajoutons à ça que Kali n’a pas peur du vampire (sic), même si elle sait qu’il est dangereux, et qu’il doit l’emmenée à son sacrifice… C’est illogique.

La dernière larme - Fatou Ndong

  • C’est répétitif. Le coup de David-m’a-trompée-je-me-suis-sentie-trop-mal-je-ne-dois-plus-aimer-un-seul-homme répété à chaque fois qu’elle voit son vampire, non. On l’a comprise, même si elle flanche vachement vite devant ses résolutions…

La dernière larme - Fatou Ndong

  • L’auteur ne prend pas le temps de planter le décors à chaque nouvelle scène. Le plus souvent, quand elle change de bâtiment ou qu’elle en quitte un, impossible de le savoir tant qu’un détail ne vous en dira pas plus, du style “j’ai envie de me cacher derrière la voiture” alors que je pensais qu’elle était encore dans le bar…

La dernière larme - Fatou Ndong

  • Certains faits (comme la psychose de Kali envers Maîli), auraient plus d’impact, d’importance et de logique si l’histoire s’étalait dans le temps. Car sans indicateurs temporels, j’estime que l’histoire se déroule sur une semaine et demi, donc ce genre de fait (comme son amour pour son vampire), sont illogiques et je n’y crois pas, à moins que l’on justifie tout ça par un syndrome de Stockholm… (mais un syndrome qui s’est installé très rapidement, quand même..)

La dernière larme - Fatou Ndong

  • Quand la romance débarque, l’histoire est happée pour passer au dernier plan, même dans le raisonnement logique des personnages, et je ne supporte pas ce genre de chose dans un roman, ça tue l’histoire.
  • Le tout reste en surface, et on ne rentre pas dans les détails, il y a très peu de description peu d’élément pour nous permettre de nous accrocher à l’univers de l’histoire. De plus, il y a trop d’incohérences que sautent aux yeux.

En bref, une histoire qui avait du potentiel, mais ça ne va pas plus loin que ça…

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

hésitation


“Deux futurs, deux âmes sœurs… C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. A présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin… ni de ce que je vais faire, là, maintenant.”

Mon avis

Je l’avais dit, je ne relirais que les deux derniers tomes si on me demandait de le faire : “Un livre au hasard” de Livraddict m’a fait sortir celui-ci de ma PàL. Plus qu’un, et j’enterre cette saga !

Encore une fois, Bella court un grave danger ! Victoria, toujours dans l’optique du “t’as tué mon copain, je vais tuer ta copine”, lève une armée de jeunes vampires pour détruire tout ce beau monde. Sauf que ça risque de faire venir les Volturi qui ne manqueront pas de remarquer que Bella est toujours une humaine, il faut donc se charger du problème au plus vite. Et Jacob étale ses sentiments en long, large et travers, où Bella finira par dire “Je t’aime”… Alors qu’elle va se marier >.>

Ma relecture a été plus simple qu’avec les deux premiers tomes, j’en suis quelque peu satisfaite. Je m’attendais à passer la semaine sur ce roman, j’y ai passé que trois jours ! Mais là où j’y avais vu qu’un triangle amoureux avec une petite bataille il y a cinq ans, cette fois-ci j’ai pris conscience de choses qui m’ont fait grincer des dents.

Je sais que l’auteure est mormone est que ça penche énormément dans la balance de ses choix concernant le caractère de ses personnages, mais était-elle obligée de faire d’Edward un personnage totalement désagréable qui passe son temps à rabaisser Bella? Entre les “tu es trop maladroite” et les “que tu es sotte”, c’est la fête! Mais qu’en plus Bella le laisse dire et confirme ses propos à coup de “je suis tellement sotte… toi qui est 10 fois plus intelligent que moi!”, non ! Non, il y a un moment où la femme doit commencer à se respecter, et ce n’est pas avec ce style de comportement qu’elle y arrivera… M’enfin, c’est un personnage de fiction adulée par des hordes de jeunes filles qui prennent souvent leurs personnages préférés en exemple…

C’est aussi la question du mariage que je remet en cause, parce que Bella l’accepte à contrecœur, juste pour avoir ce qu’elle veut (à savoir : être transformée en vampire et être dépucelée). Et elle accepte tout : le mariage, qu’il paye ses études, ect… Elle se vend pour pouvoir coucher avec son mec et devenir un vampire… Il y a des mots pour qualifier ce genre de chose. Mais je crois que je vais m’arrêter là pour ce sujet.

Et je le redis encore une fois, mais c’est tellement dommage, vraiment. Parce que l’auteur a une bonne plume, elle a un vocabulaire très riche, mais elle ne sait pas construire l’histoire qui va avec. C’est un véritable gâchis.

Bon et bien… Plus qu’un et j’en suis débarrassée! 😀

[Chronique] Vampire kisses, tome 1 – Ellen Schreiber

[Chronique] Vampire kisses, tome 1 – Ellen Schreiber

vampire kisses


Raven, 16 ans, vit à Dullsville, la ville de l’ennui. C’est bien simple : il ne s’y passe jamais rien et tout le monde se connaît depuis toujours. Le look gothique et l’esprit rebelle de Raven en font une originale… mais pas pour longtemps !

Le manoir étrange, aux fenêtres clouées de planches et prétendument hanté est vide depuis des années..enfin jusqu’à ce que de nouveaux occupants emménagent. Qui sont ces gens ? Et surtout, qui est le beau, sombre et insaisissable Alexander Sterling ? Si les rumeurs disent vrai, ce sont des vampires.

Raven, qui rêve d’un baiser avec un vampire depuis la maternelle, est prête à risquer sa vie pour découvrir la vérité.

Mon avis

J’avais découvert le manga quand j’étais au lycée et que je ne dépendais plus de mes parents pour l’argent de poche, grâce aux boulots d’été. Une nouvelle librairie venait d’ouvrir dans notre petite ville de Dives-sur-Mer, et oh joie, vendait uniquement que des mangas ! Le Saint Graal dans une ville pareille ! Bon, maintenant je suis sur Caen et je ne compte plus ce genre de librairies, ahah. J’avais été déçue cependant, le manga était une adaptation d’une saga roman qui n’était toujours pas traduite chez nous !

Mais depuis, Castelmore a édité les trois premiers tomes, et s’est arrêté là alors que neuf autres suivent ! Et Soleil n’a pas édité le dernier et troisième tome de la saga manga, laissant les lecteurs penser que le tout s’arrêtait au deuxième tome. D’un côté, un manga qui reprenait que les moments forts de la saga, et qui sonnait creux au final, et de l’autre cette saga fantastique considérée comme trop jeunesse par une poignée de lectrices de mauvais goûts, qui s’attendent toujours à une effusion de scènes de sexe improbables dans ce genre de bouquin. Lisez un bouquin érotique et laissez nous avec nos bouquins fantastiques avec des vampires sans sexe! Bref, je suis déçue. Et un peu énervée, je crois ahah.

Mais bref, passons. Vampire Kisses c’est l’histoire de Raven, jeune gothique de Dusville, qui rêve depuis sa plus tendre enfance de devenir une vampire. Et un jour, Alexander débarque en ville et… c’est un vampire! Son rêve deviendra-t-il réalité? C’est un scénario peut original, je vous l’accorde. Mais là où réside toute la force du roman, c’est dans les relations entre les personnages. L’amitié, la trahison, l’amour, la méchanceté… Mais aussi dans les émotions. C’est un roman très vivant, un peu comme Ce qui nous lie de Samantha Bailly, mais version jeunesse et avec des vampires.

Le manga est creux, mais le roman est extrêmement bien écrit, fluide. Il m’a fallu que trois heures pour en arriver à bout! Les descriptions sont belles, et chaque moment est écrit avec une telle intensité! Moi, il m’a conquise…

En bref, un début de saga jeunesse très plaisant et dont j’ai hâte de lire la suite. Quel dommage que la suite ne soit pas éditée!

[Swap] Nuit noire avec un vampire

[Swap] Nuit noire avec un vampire

swap nuit noire avec un vampire

Pour ce premier swap dans la blogo littéraire (avant j’étais une addict aux swaps héhé), j’ai choisi un univers qui me plaît bien. Au tirage au sort, je me suis retrouvée avec Toine, un nain ami des elfes (ahah). Pour ce swap, voici le contenu des colis :

  • Deux livres sur le thème
  • Une gourmandise
  • Un mot sympa
  • Un marque-page

Alors, comme nous on respecte rien du tout (mais vraiment rien), Toine ne m’a pas envoyé de marque-page parce que j’en ai déjà trop, et a oublié le mot sympa. Mais c’est pas grave, vu tout les gentils mots sympa qu’on s’envoie régulièrement :’) Moi… mon colis n’est pas partit, mais il y aura aussi des entorses à la liste.

Mais passons, place aux photos du colis que j’ai reçu:

VFHm6v6cVXYi32131pMoVgq3zhM@322x429

XEgcx9a1Ik-ta1na7X7I5Yh_fZ4@317x424

Anamorphose de Nathy, un roman que j’ai beaucoup aimé. Du coup, je l’ai maintenant en version papier 😀 w2eFDvyA0TSxQKP5zlwr3tgYD8U@332x443

d2m4mDH491G3lDACAuztIDOO7Rg@352x470

La dédicace avec une tête de poney découpée prend tout son sens après lecture, vraiment ! ^^8_rX-FS59Sl6I3SXvnzLSnLgs0U@373x280

OfVx00JSfoEHCRVLsE3boBSlV10@380x285

Nomnomnomnomnom

xs6NlKjrRFkSWm7WOs0WcWhugCk@433x325

Et une petite pochette surprise remplie de stickers, post-its, sucette, et un badge !

Encore un grand merci à mon nain pour cet envoi, et surtout pour le livre dédicacé par Morgane 😀

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

kath 1

  • Éditeur : Éditions du Petit Caveau (2014)
  • Pages : 420
  • Genre : Fantasy
  • Prix : 18.90€
  • Acheter Kath, tome 1

Les vampires : une espèce plus ancienne que l’humanité.
Kath fut leur reine après avoir mené la rébellion contre son père, le premier d’entre eux.
Aujourd’hui, elle sort d’un long sommeil et découvre un monde changé. Une grande partie de sa mémoire a disparu durant son enfermement.
De la Sibérie aux États-Unis, en compagnie de son vassal, elle traque les indices qui l’aideront à reconstituer le fil de son histoire qui se confond avec celle de l’humanité.
Lorsque l’historien Jess Andrews croise sa route, il cherche à en savoir plus sur la mystérieuse inconnue et lève peu à peu le voile sur un univers étrange…

Mon avis

Kath est réveillée après plusieurs années passées, enfermée sous la glace dans une grotte. A son réveil, elle retrouve son fidèle vassal de toujours, Anthon Soldek. Amnésique, elle va tenter de retrouver sa mémoire, et pourquoi elle était endormie en Russie…

Je ne peux pas en dire plus sur le contenu du roman, car je n’ai absolument pas compris où voulait en venir l’auteur. Il n’y a aucun fil conducteur, on ne sait pas ce que veut faire Kath, pourquoi elle est réveillée, pourquoi nous avons l’impression que son vassal la manipule… Rien. Et c’est un énorme problème qui se justifie par le fait que l’auteur passe sous silence tous les moment importants qui nous aiderait à comprendre l’histoire de Kath.

En effet, Kristoff Valla saute d’un moment à l’autre avec beaucoup trop de rapidité. D’un paragraphe où Kath n’a plus de mémoire, dans une chambre d’un hôtel en Russie, qui ne se reconnaît pas en se regardant dans un miroir, pour passer au paragraphe suivant où elle sait qui elle est, qu’elle était reine des vampires, à Berlin, préparant le vol d’un collier important à ses yeux. Entre temps, on ne sait pas ce qui s’est passé. Et c’est comme ça tout le temps, si bien que nous n’essayons pas (et Kath non plus), de rechercher sa mémoire. Ou alors elle le fait, mais nous ne le savons pas.

Autre problème, la multitude de flashback. Autant au début, c’était très bien amené: suivant une situation, Kath avait des flashs de sa vie d’avant. Pendant qu’elle revivait ces différends moment, le temps s’écoulait autour d’elle. Mais à partir d’un moment, les flashs vont et viennent à chaque moment important, cassant la dynamique de l’histoire. En effet, difficile de quitter une bataille contre un commando de mercenaires pour se retrouver dans une soirée mondaine absolument calme.  Et c’est à partir de ces moment là que quand Kath à un flash, le temps s’arrête autour d’elle, à la fin des flashback nous reprenons l’histoire principale comme si rien n’avait eu lieu.

Les descriptions des scènes les plus banales sont absolument parfaites, on s’y croirait, mais quand on se retrouve dans une scène d’action, une bataille ou quoi que ce soit, les descriptions sont quasi-inexistantes. Je n’ai pas ressentit l’urgence du moment, l’adrénaline, la fureur des quelques combats… Je me suis ennuyée. J’ai donc voulu m’intéresser à l’intrigue politique, mais elle m’a paru tellement plate et … incompréhensive, car encore une fois, l’auteur a passé tous les moments les plus importants sous silence. Concrètement, quand Jess et Donovan rencontrent Morigian, j’aurais plus voulu suivre Donovan pour suivre l’intrigue politique que suivre Jess qui prend des photos avec son téléphone des objets qui l’entoure, activité en somme inutile à la vue de la suite… Ou encore quand Kath échafaude des plans, je veux la suivre, je ne veux pas suivre son vassal qui rumine parce que sa maîtresse n’est pas là! Et c’est tout le temps comme ça…

Au final, nous en apprenons bien plus sur le passé de Kath en lisant l’annexe des personnages en fin de roman, car tout y est expliqué. Éléments qui auraient eu plus d’utilité dans l’histoire, que dans une simple annexe.

En bref, une bonne idée de base qui aurait pu me séduire si je ne m’étais pas autant ennuyée. Néanmoins merci aux éditions du Petit Caveau et au forum Au cœur de l’Imaginarium pour cette lecture.

[Chronique] Vampire Knight, Volume 7 – Matsuri Hino

[Chronique] Vampire Knight, Volume 7 – Matsuri Hino

vampire knight 7


La nuit venue, Yûki ne parvient pas à trouver le repos. Elle est obsédée par ce passé dont elle ne parvient pas à se souvenir mais qui pourtant cherche à ressurgir.
De son côté, Zero sombre inéluctablement vers le Level E… Pour retarder l’échéance, Kaname lui propose un marché terrifiant!

Mon avis

Ce septième tome est de loin mon préféré. Nous arrivons à un point de non-retour et nous nous enfonçons encore plus dans la noirceur qui caractérise cette saga. De plus, nous avons enfin notre romance! Et oui, Vampire Knight reste un shôjo!

Les révélations commencent à tomber, et le passé de Yûki est sur le point d’être révélé, et un nouveau personnage censé être mort fait son apparition, dans le corps de Shiki. Qui-est-ce? Que veut-il? Quels ennuis va-t-il amené? Et surtout, quel est son lien avec le frère de Zero, fraîchement admis à l’académie Cross?

Et puis, c’est un tome qui a inspiré bien des yaoïstes, avec la scène entre Kaname et Zero, les deux ennemis de toujours qui s’enferment dans la chambre du sang pur pour proposer des marchés plus ou moins potables au chargé de discipline…

Ce tome est axé également sur Yûki et sa recherche de souvenirs, et qui a des hallucinations terrifiantes, et commence à se douter de certaines choses. J’ai hâte d’arriver aux révélations, pour en savoir plus, car les mêmes souvenirs commencent à devenir rébarbatifs: une nuit, dans la neige, et il y a eu du sang, et un vampire a voulu l’attaquer, et Kaname est arrivé et l’a sauvée, ect… Un coup de pied dans ce sens là va être énorme!

Hâte de me mettre sur la suite! 🙂

[Chronique] Anita Blake, tome 2 : Le cadavre rieur – Laurell K. Hamilton

[Chronique] Anita Blake, tome 2 : Le cadavre rieur – Laurell K. Hamilton

le cadavre rieur


Savez-vous ce que c’est qu’une “chèvre blanche”? Eh bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés… mais ça, non! Pas question… Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire le boulot. Qu’on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires…

 

Mon avis

Deuxième de la courte liste de saga bit-lit que je lis (sur deux sagas, ce qui ne m’engage pas des masses), les aventures de Anita Blake m’avaient séduite pour plusieurs point:

  1. Il n’y a pas de créatures bizarres mi-ange mi-vampire mi-bestiole inconnue. Que des trucs connus et plausibles.
  2. Anita, notre personnage principal, ne couche pas au premier tome (ni dans le second). C’est donc un personnage principal qui ne nous fait pas part de 15545 scènes de sexes improbables en 400 pages qui sont propres au genre qu’est la bit-lit.
  3. Notre personnage principal n’est pas une bad-ass infaillible qui n’a pas froid aux yeux. C’est une humaine qui a ses faiblesses, ses peurs, et qui dérouille. Méchamment.

Bref, tout pour me faire aimer les premiers tomes!

Ce deuxième tome commence loin des vampires, et au plus proche d’Anita et de son métier, ainsi que ses talents de nécromancienne et surtout le vaudou, son encrage à St Louis. On s’intéresse donc à une facette que je traite pour la première fois. Mes impressions? C’est tout bonnement intéressant et donne une autre dimension à l’histoire qui aurait pu s’enliser et devenir très répétitive par la suite avec pour seul problème les vampires et un hypothétique triangle amoureux. Heureusement, Laurell K. a su tiré son épingle du jeu et se démarquer de ses collègues.

Mais rassurez-vous, si vous aimez les vampires. Vous y aurez droit, à petite dose, mais néanmoins suffisante pour faire avancer l’intrigue de ce côté-là. Plus aurait été du rajout de page inutile, car le vaudou et la nécromancie prend énormément de place.

Il y a cependant quelques problèmes de répétitions. Plusieurs phrases ou informations reviennent assez régulièrement. J’entends par là, que si au début du chapitre on me dit que Anita porte des Nike blanches, je ne vois pas tellement l’intérêt de nous le faire savoir 5 fois dans le même chapitre. Ces derniers étant relativement assez courts (5 à 10 pages), ça revient trop souvent.

Ce deuxième tome reste dans la lignée du premier, qui reste assez bien écrit dans l’ensemble. Toujours écrit à la première personne, il nous donne un point de vue global de la situation et des états d’âmes de Anita, avec comme dans le premier, une touche d’humour noir, d’ironie et de sarcasme que l’auteur manie à la perfection, ni trop, ni peu, je n’ai pas eu peur d’avoir une overdose d’humour douteux (mais qui fait néanmoins rire).

En bref, il me faut le troisième tome au plus vite !

[Chronique] Alice Royale, tome 2 : Le chat du Cheshire – Céline Mancellon

[Chronique] Alice Royale, tome 2 : Le chat du Cheshire – Céline Mancellon

alice royale 2


A la fin du premier tome, nous avions laissé Alice dans une situation délicate. Il est temps de découvrir de quelle manière notre enquêtrice aux yeux vairon arrivera à se sortir de là…

Mon avis

Alice se retrouve enfermée dans une maison hantée, avec aucun moyen d’en sortir. Mais c’est sans compter sur Beleth, Julius et Russel, ses trois prétendants. En bref, une situation quelque peu tendue…

Après ma lecture du premier tome, je me suis décidée à laisser une chance à cette saga, tout simplement parce que le premier tome était drôle -il m’en faut peu- , malgré ses petits défauts. Force est de constater que j’ai bien fait, car j’ai adoré celui-ci!

Déjà, l’humour qui est toujours au rendez-vous, et qui donne une sensation de fraîcheur. Le sarcasme, l’ironie… Deux choses que Julius et Beleth (respectivement vampire et démon) maîtrisent, en dehors de tourmenter notre Alice pour savoir lequel des deux finira dans son lit en premier, et leur façon de se moquer ouvertement de l’humain qu’est Russel, le coéquipier de notre jeune clonée. Russel, que je n’aime pas particulièrement et dont j’aurais presque espérer qu’il meurt assez vite (ceci n’est pas un spoil, il vit encore) (on ne se refait pas).

La tension sexuelle qui plane sur ce deuxième tome est beaucoup plus prononcée que dans le premier, ce qui reste assez drôle vu que j’estime le nombre des “préposés au poste” à cinq à la fin de ce livre, ce qui commence à faire beaucoup! Mais j’apprécie qu’on ne tombe pas dans un grand cliché de la bit-lit qui est de l’héroïne réticente puis ouverte à toutes propositions, car notre F.C (femme clonée) n’a pas été fabriquée pour concevoir ce genre de sentiments ou d’envies.

Moi qui attendait à ce que notre bestiaire surnaturel soit un peu plus fourni (pour rappel, nous avions que des démons et des vampires -et un wiccan, mais c’était un humain-). Ici, nous avons des égrégores (des espèces de familiers) et des cavaliers sans tête à la Sleepy Hollow ! Ça change, et puis ça met un peu d’ambiance !

Les autres points que j’apprécie et dont je suis contente de voir que nous en parlerons plus en avant dans le troisième tome, ce sont les égrégores, le lourd secret de Mérédith -qui tout d’un coup devient beaucoup plus intéressante-, le fait que des organisations soient contre les clonés et les créatures surnaturelles, mais surtout qu’il y ait un énorme complot derrière tout ça, sans vouloir spoiler.

En bref, ce deuxième qui est aussi bien écrit que le premier m’a entièrement satisfaite et me donne envie de continuer cette saga, qui m’a l’air plus qu’intéressante!

[Chronique] Vampire Knight, Volume 6 – Matsuri Hino

[Chronique] Vampire Knight, Volume 6 – Matsuri Hino

vampire knight 6


Zero, rongé par la souffrance que provoque sa lente dégénérescence vers le Level : E, approche ses lèvres de celles de Yûki. Ce baiser manqué trouble beaucoup la jeune fille. Plus déconcertant encore, quelques jours plus tard, Kaname lui demande si elle veut devenir un vampire. Victime d’hallucinations terrifiantes, Yûki décide de retrouver ses souvenirs perdus. Mais un nouvel ennemi se dresse dans les ténèbres…

Mon avis

Le cinquième tome bouclait la première partie de l’histoire, soulevait d’autres questions, mais comment mettre en place cette deuxième partie après tout ça? Et bien, Matsuri Hino l’a fait, et le résultat est plutôt pas mal…

Maintenant que les bases de cet univers sont bien installées et intégrées, il est temps de s’intéresser à des choses un brin plus complexes, comme le passé de Kaname et de Yûki. Tandis que l’un ne souhaite pas tellement qu’il soit étalé, Yûki cherche par tous les moyens possible à deviner ce qui s’est passé dix ans avant, quand Kaname l’a sauvée de griffes d’un vampire. On entre aussi un peu plus dans l’aristocratie vampire, et le fonctionnement de la guilde des hunters, ce qui nous permet moult révélations (accompagnées de leurs questions).

Mais Matsuri a réussi à conserver le côté sombre de ce manga, toute cette noirceur qui s’en dégage, ce qui est plutôt appréciable, tout en gardant quelques notes d’humour avec nos vampire pas trop dégourdis. Il reste à voir comment évoluera la suite de l’histoire, qui promet pas de mal de rebondissements et de nouveautés…

[Chronique] La femme du vampire – Nina Blazon

[Chronique] La femme du vampire – Nina Blazon

la femme du vampire


La jeune Jasna vit avec ses six sœurs dans une cabane misérable avec un père alcoolique et brutal. Celui-ci la vend à un homme de passage qui cherche une épouse pour son fils Danilo. Une fois le mariage célébré et la nuit de noce passée, Danilo ne touchera plus jamais la jeune fille. Une rumeur court sur ce dernier : serait-il un vampire ? Et pourquoi empêche-t-on Jasna d’aller à l’église ? Tandis que le mystère plane, elle rencontre un jeune bûcheron, Dusan, dont elle tombe immédiatement amoureuse. Mais lui aussi cache un sombre secret…

Mon avis

J’ai mis un petit bout de temps avant de me mettre à taper cette chronique, car j’ai un problème. Je ne sais absolument pas quoi penser de ce livre. Plus j’y réfléchis, plus j’ai de mal à trouver des points positifs à ressortir…

Revenons déjà sur l’histoire. Jasna vit avec son père alcoolique et ses six sœurs, dans une cabane misérable, quand Jovan passe chez eux et l’achète, pour pouvoir la marier à son fils, Danilo. Une fois sur place, les évènements plus étranges les uns que les autres vont se succéder, et Jasna n’y comprendra rien… Ou presque, vu que le lecteur n’a rien compris, mais elle, si.

Je me suis ennuyée, passé le mariage j’attendais encore qu’il se passe quelque chose. Une petite dose d’exorcisme par-ci, une autre dose de commérages par-là, bref rien de bien palpitant. Si j’en ai retenu une chose, c’est que tous mentent et qu’on a 3 versions pour différentes choses qui se sont déroulées, vue par chacun des personnages. Je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir, ça part dans tous les sens, pour revenir au même point, le lecteur ne comprend toujours rien, mais Jasna a tout compris…

Côté personnages, ça ne passe pas non plus, je n’ai pas réussi à m’attacher à un seul d’entre eux.

Pourtant il y a une bonne idée derrière tout ça, celle de montrer les vampires tels qu’ils étaient vus à l’époque : une simple maladie de peau qui t’empêchait de te montrer au soleil, et tu étais un vampire. Et par dessus tout, en cas de récolte perdue ou animaux attaqués, on déterrait les cadavres pour voir si un vampire n’était pas dans le tas. Mais ce pan là est travaillé que dans la fin, moment des révélations sur les secrets familiaux.

En bref, j’en ressort très très mitigée et que moyennement satisfaite de ma lecture, je m’attendais à plus d’action, plus de retournements de situation…