Archives de
Étiquette : manoir

[Chronique] A pile ou face – Samantha Bailly

[Chronique] A pile ou face – Samantha Bailly

a pile ou face


Emma n’en croit pas ses yeux quand elle reçoit un mail de son frère Maxime.
Impossible ! Absolument impossible !
Les images du passé s’impriment sur sa rétine.
La voiture de Maxime. L’accident.
Les secours qui évacuent son corps sans vie.
Emma s’éloigne de l’ordinateur. S’approche à nouveau.
Ses doigts tremblent. Une pression de l’index.
Le message s’ouvre…

Et si soudain, vous pouviez prévoir l’avenir ?

Mon avis

Emma a perdu son frère Maxime lors d’un accident de voiture. La perte d’un proche n’est jamais facile. Interne au lycée caennais Fresnel, Emma passe son week-end chez sa meilleure amie. Alors qu’elle jette un œil à ses mails, elle en voit un envoyé par son frère… Une blague de mauvais goût ? Un mail de l’au-delà ? Après lecture, Emma va vite être partagée entre le hasard et son esprit cartésien…

Premier thriller jeunesse de Samantha Bailly, j’ai décidé de continuer la découverte de ses titres avec A pile ou face pour la simple et bonne raison qu’il se déroule à Caen, ma ville natale que j’ai quitté récemment. Donc, quand Samantha donne les adresses des lieux où Emma se rend, il m’a été très facile de la situer. Tout particulièrement au 200 rue Caponière, que j’ai toujours trouvé intriguant et un peu effrayant quand je passais tous les jours devant. Un vieux manoir inhabité, derrière un haut portail rouillée et cadenassée, perdu au beau milieu d’arbres, à l’entrée du Nice caennais… De mémoire ça m’est resté ! Bref, je me suis bien imprégnée de l’ambiance !

La fin de A pile ou face de Samantha Bailly, c’est à St Pierre, et tout le roman se déroule à Caen 💕

Une photo publiée par Séverine – BFrei (@aponey_supreme) le

On reste dans une certaine dualité du début à la fin : le présent et le passé, croire au hasard ou le rejeter, rester dans le présent ou se perdre dans un futur hypothétique décidé par des tirages… C’est en plus un roman qui se lit facilement, personnellement je l’ai lu d’une traite. C’est toujours un plaisir de retrouver la plume de Samantha Bailly en général, qui est très agréable à lire, c’est un peu l’assurance de passer un bon moment pour qui adore les romans de l’auteure. En plus, ce n’est pas un thriller des plus complexes, cela reste jeunesse, donc parfaitement adapté au lectorat visé, à ceux qui veulent découvrir ce genre par quelque chose de soft, simple, mais efficace ou ceux qui veulent lâcher un peu les grands thrillers plus poussés psychologiquement.

Côté personnage, on se sent facilement proche de Emma, notre personnage principal. C’est une jeune fille forte, qui ne se laisse pas faire, mais qui tombe facilement dans les ennuis. Bien sûr, elle reste une adolescente qui a des contraintes : lycée, parents, amis,… et ça, Samantha ne l’oublie pas. Pour ces raisons, je l’ai prêté à ma sœur qui est élève à Rostand, juste en face de Fresnel, qui devrait plutôt apprécier et se retrouver dans ce personnage !

En bref, le premier thriller de Samantha Bailly est bien mené, savamment dosé et avec des personnages convainquant. J’ai totalement adoré le fait que tout se déroule à Caen. C’est un thriller à la portée de tous, qui traite les sujets de la voyance et la perte d’un proche sans tomber dans les clichés et le larmoyant. En clair, une belle petite réussite.

[Chronique] Un manoir pour refuge – Ena Fitzbel

[Chronique] Un manoir pour refuge – Ena Fitzbel

un manoir pour refuge


Élève au lycée français de Prague, Mila vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents.
Chaque nuit, elle fait ce rêve étrange et rassurant d’un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise.
Elle y retrouve une amie chère à son cœur et rencontre Kenneth, un mystérieux jeune homme dont elle tombe amoureuse.
Un jour, lors d’un atelier de dessin-écriture, Mila révèle à sa classe l’existence du manoir. Le soir même, se trouve bouleversé le rêve qu’elle croyait immuable : elle découvre que ses camarades du lycée se sont glissés dans la peau de nouveaux domestiques.
Mila doit se rendre à l’évidence : son rêve n’est pas comme les autres.

Merci aux éditions L’ivre-Book et au forum Au cœur de L’imaginarium pour cette lecture !

 

Mon avis

Mila est élève au lycée français de Prague où elle présente sa nouvelle, tirée de son rêve récurrent qui la présente sous les traits d’Elsa qui rend visite à son amie Bridget dans son manoir écossais. Le soir même, son rêve change pour la première fois : des élèves de sa classe y sont également ! Mais comment ont-ils fait ? Et pourquoi quand l’un d’entre eux meurt dans ce monde onirique, il ne se réveille pas dans la vraie vie ? C’est en arpentant les passages secrets du manoir que Mila et ses amis découvriront la vérité sur ce lieu…

Petit roman science-fiction publié initialement en 2014 chez Bookélis en papier, puis en numérique cette année chez L’ivre-Book, Un manoir pour refuge est le premier roman de l’auteure, que j’ai adoré. J’ai réussi à m’immerger très rapidement dans l’histoire grâce aux descriptions justes des lieux et des différentes scènes, j’avais l’impression de vraiment y être. Ni trop nombreuses, ni trop courtes, ni trop longues, ni trop petites, Ena Fitzbel a su trouver un juste milieu. De plus, avec une écriture fluide qui se lire très facilement et avec un vocabulaire des plus simple, Un manoir pour refuge est un livre qui se veut ouvert à tous, et rend l’immersion d’autant plus facile.

Il y a beaucoup de personnages dans ce roman, sans compter leurs “adaptations” dans le rêve, et pourtant je n’étais pas perdue une seule fois. Les personnages sont travaillés, même les personnages secondaires et s’intègrent bien à l’histoire. Chacun apporte sa pierre à l’édifice ! Cependant, quand Mila et son amie Tif cherchent lesquels de leurs camarades se sont glissés dans la peau des nouveaux habitants du manoir, je trouve que l’auteure prend des raccourcis un peu trop rapide et qui sonnent un peu bancals : à peine ont-ils prononcé une phrase qu’elles les reconnaissent immédiatement, alors qu’ils n’ont pas la même voix, le même physique, voir même certains pas le même caractère. Ces parties-là me paraissent un peu trop floues et auraient mérités qu’on s’y attarde un peu plus.

Que dire de plus? Je ressors globalement satisfaite cette lecture et j’ai hâte de découvrir les autres écrits de Ena Fitzbel !

[Chronique] The Gardener, Volume 1 – Marc G.

[Chronique] The Gardener, Volume 1 – Marc G.

the gardener 1


Ambroise Archibald, jeune homme fortuné et bien mis de sa personne, s’est retiré au manoir familial après quelques soucis de santé. Il y coule des jours paisibles jusqu’à sa rencontre avec Léo, le jardinier en charge du domaine. Il est alors confronté à un homme qui ne lui ressemble en rien et qui va pourtant susciter chez lui une vive émotion.

Mon avis

The Gardener est un webcomic publié périodiquement sur internet que je suit depuis bientôt un an, il était donc temps que je vous en parle, de cette petite perle! Ce webcomic met en scène Ambroise, un jeune homme fortuné en convalescence au manoir familial après un accident de polo. En se baladant sur le domaine, il fait la rencontre de Léo, le jardinier et c’est le coup de foudre pour notre convalescent…

Contrairement à d’autres boy’s love, l’auteur prend tout son temps pour installer la romance entre nos deux protagonistes et il en va de même pour les scènes de sexe, qui au final sont peu nombreuses et plutôt bien intégrées à l’histoire.  Au contraire, Ambroise et Léo apprennent à se connaître, et pour l’un passer au dessus de ses petites appréhensions (c’est qu’il est timide notre Ambroise!), et passer sur ses préjugés pour l’autre.

J’ai eu un petit coup de cœur pour Eugène, le majordome de la famille. Il s’occupe de l’emploi du temps d’Ambroise et de sa remise en forme. Quant à Léo, il a tout de l’ours mal léché, mais on sent tout de même une certaine sensibilité derrière. Comme dit plus haut, Ambroise devient timide quand il s’agit de son jardinier, ce qui donne des situations parfois cocasses.

Côté graphisme, on sent une inspiration tirée des comics pour le design des visages et des corps, et une influence du style graphique des mangas pour ce qui est du découpage des scènes et des expressions des personnages, le tout restant très cohérent, offrant au lecteur un webcomic de qualité.

En bref, j’ai passé un bon moment avec The Gardener, que ce soit au niveau des graphismes ou de l’histoire, j’en ressort séduite!

Lire The Gardener

the gardener illu

©MG

[Chronique] Invitation au manoir – Chloé Saffy et Emma Cavalier

[Chronique] Invitation au manoir – Chloé Saffy et Emma Cavalier

invitation au manoir


Lorsque Pauline et Julien (personnages du Manoir d’Emma Cavalier) reçoivent, en compagnie de Pierre, le mentor de Julien, les personnages d’Adore (roman de Chloé Saffy) Anabel et Verlaine, ce sont deux univers romanesques qui se côtoient. Les personnages se jaugent, s’apprécient, se jalousent… Invitation au Manoir peut figurer comme un chapitre inédit des deux romans précités et les lecteurs de l’un ou l’autre titre, et a fortiori des deux, retrouveront avec plaisir personnages et lieu, ainsi que l’érotisme des scènes de domination, servi par l’écriture riche et séduisante de ces deux auteures. Les lecteurs qui ne connaissent pas encore Le Manoir et Adore trouveront quant à eux l’occasion d’une découverte…

Mon avis

La nouvelle Invitation au manoir est un cross-over des deux romans Adore de Chloé Saffy et Manoir de Emma Cavalier. Ayant lu la première le mois dernier, Adore, j’étais plutôt contente de retrouver Verlaine et Anabel, même si la fin d’Adore m’avait quelque peu déçue.

Verlaine et Julien se sont rencontrés à un vernissage. Ce dernier a invité Anabel et Verlaine pour une séance sadomaso chez lui dans son manoir, avec sa femme et soumise Pauline, ainsi que son mentor, Pierre. Nous suivrons ce groupe pendant une de leurs séances très émoustillante, qui ne laisse vraiment pas de marbre.

Connaissant déjà Anabel et Verlaine, je me suis surtout intéressée au trio Julien/Pierre/Pauline qui est très intéressant et j’ai très envie de découvrir leur histoire également, comment en sont-ils arrivés là tous les trois et quel liens les unis tous. Concernant la scène de sexe, Fifty Shades of Grey peut aller se rhabiller avec ses sois-disant scènes SM, Invitation au manoir est trois fois plus réaliste, excitant et bon Dieu, du SM, du vrai !

J’avais un peu peur que l’écriture à quatre mains de cette nouvelle soit fouillis et que l’écriture de ces deux auteures ne s’accorde pas, même si l’idée de faire rencontrer ces cinq-là est plutôt bonne. Le résultat est plutôt parfait, on ne voit pas de différence de changement de main, nous avons à peine le temps de nous plonger dans l’histoire que c’est déjà fini.

En bref, une très bonne nouvelle érotique qui a su me séduire et qui m’a donné envie de lire Manoir de Emma Cavalier pour en savoir plus sur notre trio.

Merci au forum Have a Break, Have a Book et à l’éditeur pour ce partenariat.