Archives de
Étiquette : kurokawa

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 3 – Aya Shouoto

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 3 – Aya Shouoto

pure blood boyfriend 3


Eve Tsubakiin, la fiancée d’Aki, fait une apparition inattendue au lycée Sainte-Agathe. La succube s’est en effet déplacée pour venir informer Aki de l’organisation prochaine d’une « assemblée nocturne » à laquelle il doit se rendre. Ce dernier ne souhaitant pas s’attarder plus sur ce sujet pour impliquer personne, Kana et Jin se rendent finalement de leur propre chef à cette réunion dont le lieu leur est communiqué par un étrange personnage venu faire appel aux services du « club de l’insolite ». Une fois sur place, ils découvrent ce qu’ils n’auraient jamais dû connaître : un macabre spectacle dont Aki se trouve être le protagoniste principal…

Mon avis

J’étais très mitigée après la lecture de mes deux premiers tomes, mais là je suis satisfaite. Les deux premiers tomes servaient uniquement à lancer l’histoire, et maintenant qu’elle est bien en place avec un univers bien défini, ça fait enfin plaisir.

Aki se retrouve invité à une Assemblée Nocturne (Vampire Knight et ses Assemblées Nocturnes… *soupir*) par sa fiancée, une succube répondant au nom de Eve Tsubakiin, qui ne voit pas d’un bon œil que Kana soit devenue l’esclave de son vampire, laissant limite entendre qu’elle aurait bien aimé être à sa place -insérez un personnage jaloux ici- . Kana va recevoir les pouvoirs de l’esclave, pour enfin servir à autre chose qu’être une poche de sang ambulante pour vampire en manque.

Ça l’était fortement suggéré dans les premiers tomes, je n’ai pas pris le temps de soulever ce point-là, mais ça tourne carrément autour du sexe leur histoire esclave/vampire, mais bizarrement, ça ne me choque pas pour le coup, vu que ça ne prend pas une trop grande place dans l’histoire.

Aya Shouoto commence à répondre à nos questions, notamment concernant les stigmas, le frère de Aki et son passé, l’histoire prend enfin son envol pour quitter les petites enquêtes de lycéens, et le bestiaire s’agrandit! Après les vampires et les loups-garous, nous avons droit aux succubes et aux anges, ces derniers risquent de devenir très très intéressant pour la suite de l’histoire…

En bref ? Une très bonne suite qui donne un coup de pied dans l’histoire, pour moi ce troisième tome, si j’en sortais encore mitigée, j’aurais arrêté la saga d’office. Du coup, je vais continuer, et je ne remercierais jamais assez les éditions Kurokawa pour m’avoir permis de découvrir le premier tome en début d’année.

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 3 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 3 – Hikaru Nakamura

les vacances de jésus et bouddha 3


Après avoir surmonté les périls de la jungle urbaine tels que les soldes ou le métro à l’heure de pointe, Jésus et son ami Bouddha décident de partir se ressourcer à la campagne. Mais leur retraite spirituelle tourne court alors que Jésus découvre les joies et les peines du wasabi et que les anges manquent de déclencher l’Apocalypse lors d’une séance de karaoké. Décidément, les vacances de Jésus et Bouddha sur Terre ne sont pas de tout repos.

Mon avis

Nous retrouvons Messieurs Saints, Jésus et Bouddha, en plein voyage. Mais alors que Jésus mange du wasabi comme du petit pain, ne connaissant pas du tout ces effets, il fait appel à Uriel pour le sauver de là. C’est à ce moment là que Bouddha se rend compte qu’ils sont suivis partout par quatre archanges, chargés de la protection de Jésus…

Ce qu’il y a de bien avec Les vacances de Jésus et Bouddha, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les autres tomes pour comprendre l’histoire, ou relire la saga entière si un tome ne sort qu’un an après. Il n’y a que deux personnages récurent, la propriétaire et le yakuza, et les chapitres sont des histoires indépendantes les unes des autres.

Les gags sont toujours aussi drôles, les jeux de mots ou les références bibliques ou bouddhistes que le yakuza comprend de travers sont vraiment top! Moi qui avait peur de tomber dans une répétition des gags des tomes précédents, je suis vraiment satisfaite.

En bref, une bonne petite série à suivre si ce n’est pas encore fait, drôle à souhait, qui innove et ne tombe pas dans les répétitions!

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 2 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 2 – Hikaru Nakamura

les vacances de jésus et bouddha 2


Si vous aussi, quand vous allez chez votre libraire, vous demandez « vous n’auriez pas cette BD avec Jésus et Bouddha ? », ne craignez rien, vous n’êtes pas seul ! Tout le monde sait maintenant qu’ils prennent des vacances dans la grande banlieue de Tokyo. Bouddha compte toujours le moindre sou comme une mémère de province, tandis que Jésus met son blog à jour aussi vite que sa connexion le lui permet. Découvrez vous aussi cette nouvelle divine comédie !

Mon avis

Nous retrouvons dans ce tome Jésus et Bouddha, toujours en vacance sur terre, plus précisément à Tokyo, à la période de Noël. D’ailleurs, qu’est ce que symbolise cette fête aux yeux de Jésus? C’est le jour où le Père Noël a réalisé le premier vol stratosphérique en traîneau. Rien que ça!

Un tome tout aussi tordant que le précédent, j’avais peur de retomber dans les mêmes gags que le premier, et c’est avec joie que j’ai découvert de nouveaux jeux de mots, gags, blagues autour de Jésus, Bouddha et de leurs croyants. Cette fois-ci nous découvrons un Bouddha malade, qui doit rester une semaine entière au lit suite à un méchant coup de froid. Jésus fera tout pour l’aider à aller mieux, quitte à lui faire sa recette secrète… Nous retrouvons également le yakuza du premier tome, qui croit toujours que Jésus est un membre éminent de la mafia japonaise. Il devient en quelque sorte son nouvel apôtre.

En bref, un deuxième tome dans la lignée du premier, toujours aussi drôle et qui sais se renouveler pour ne pas tomber dans une certaine lassitude. Un petit manga qui se lit vite et se laisse apprécier avec ses multiples références au Japon d’aujourd’hui, à la touche Jésus et Bouddha!

les vacs de jésus et boubou illu

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi – Guide officiel – Cocoa Fujiwara

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi – Guide officiel – Cocoa Fujiwara

ss guide officiel


Dans ce Guide Book, Cocoa Fujiwara confronte chaque protagoniste à son « double » afin de mettre en lumière leurs différences de caractère. L’auteur ne s’arrête pas là puisqu’elle dévoile des détails croustillants sur les personnages, l’univers de Maison de Ayakashi, ainsi que sur elle-même en répondant aux questions des lecteurs. Comble de bonheur, ce volume contient également de nombreuses esquisses associées aux commentaires de la mangaka!

Mon avis

Ce guide officiel, considéré comme un tome 0, mériterait très franchement d’être plutôt considéré comme un tome 5. Mais pourquoi donc? J’vais vous expliquer tout ça!

Le quatrième tome se concluait sur un évènement de grande envergure pour nos yokais (sans vouloir spoiler), ainsi donc se terminait la première partie de l’histoire des habitants de la Maison Ayakashi. Le cinquième tome, se déroulant une vingtaine d’année plus tard, nous laisse dans le flou total, nous ne savons pas où nous en sommes, qui est quoi, pourquoi, comment, qu’est ce qui s’est passé pour en arriver là, si bien que de nombreux lecteurs ont arrêté de suivre la série à partir de ce moment là. Et bien tout est révélé dans le guide officiel! Voilà pourquoi ce guide est pour moi le tome 5 de cette série 🙂

Mais revenons sur le guide. Outre les révélations, nous en apprenons beaucoup sur les habitants de la maison à travers diverses fiches technique complètes. Nous avons aussi le nom de chaque yokai, et sa place dans le folklore japonais, ainsi que les noms et explications sur les divers ennemis croisés en cours de route.

De nombreuses illustrations en couleurs, qui ne sont pas sans rappeler l’anime, sont magnifiques. Cocoa Fujiwara a glissé également de nombreux croquis dans ces pages, pour notre plus grand bonheur. Pour conclure ce guide, une interview de Cocoa nous révélant quelques infos sur la série, mais également des croquis extrêmement détaillés des personnages tels qu’ils étaient prévus à la base. Personnellement, j’aime bien les deux versions 🙂

En bref, un bon petit guide permettant de mieux saisir cette série un brin complexe, qui vous sera indispensable!

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 2 – Aya Shouoto

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 2 – Aya Shouoto

pure blood boyfriend 2


Suite à l’apparition du Dealer Swalo, Kana comprend enfin ce que signifie réellement être « l’esclave d’un vampire ». Prenant son rôle au sérieux, elle décide de créer son propre club et entraîne dans son aventure Aki et Jin puisque, selon elle, cette activité les aidera à retrouver les Stigma restant. Elle devra cependant convaincre le conseil des étudiants pour obtenir l’autorisation de créer ce club, et se voit alors confier une mission pour le moins étrange.

Mon avis

Nous retrouvons Aki, Kana et Jin en compagnie de Swalo, l’arbitre du jeu auquel notre vampire participe -la chasse au stigma-, en apprenant en même temps qu’ils sont tous dans la même ville à l’occasion du jeu. Donc, Aki n’est pas le seul à chercher les stigma, ça va être la fête à la bestiole surnaturelle dans les prochains tomes. Ça fait du bien de savoir qu’on ne s’arrêtera pas au vampire et au loup-garou dans cette saga !

Vu que l’appartenance à un club est obligatoire au lycée, Kana décide donc de créer un club de service à la personne, puisque les stigma créent des soucis, les gens viendront s’en plaindre, donc ils les trouveront plus facilement. Mais de mon point de vue, les stigma ne sont pas tous des lycéens, ne sont pas tous dans leur école et qu’est ce qui lui dit que tous les stigma causent des problèmes ? Pour seul exemple Jin ? Ça fait très peu de preuves (toutes trouvées dans le premier tome), pour pouvoir se lancer dans cette entreprise…

Kana n’a toujours pas l’air d’être gênée d’être devenue une esclave (être immortel chargé d’offrir son corps pour l’éternité au vampire qui est son maître, aka être sa poche de sang sur patte). Mon problème est que le feu ne la tue pas, alors que vampire + feu = mort assurée (considérons un seul instant qu’elle est devenue un « vampire inversé »), mais elle peut mourir par des armes sacrées, comme celles que ce sert Swalo. Bref, Kana et moi, je crois que ça ne marchera pas.

Aki est un mystère à lui tout seul, ne laissant quiconque révéler quoique ce soit sur lui, au point que j’en viens à me demander si c’est vraiment pour son frère qu’il recherche tous les stigma. Loin d’être aussi naïf que Kana, rien ne me dérange dans son personnage, si ce n’est qu’il ne brûle pas au soleil, sans aucune protection. Reste à voir si au dernier moment il ne trahira pas Kana et Jin pour une quelconque raison, il cache trop de choses pour rester honnête jusqu’au bout.

En bref, un shôjo tout ce qu’il y a de plus classique, une héroïne naïve, un vampire mystérieux, seul reste à savoir si tout ira aussi bien dans la suite…

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 4 – Cocoa Fujiwara

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 4 – Cocoa Fujiwara

ss 4


Ririchiyo et Miketsukami se rendent ensemble dans la résidence de Shimon Satorigahara, la représentante non-officielle des Héritiers, capable de voir au-delà de la réalité et de lire dans les esprits. C’est grâce à elle que Miketsukami a pu être libéré de sa prison et rencontrer Ririchiyo. Pour la jeune Oni, c’est un choc, mais qui servira à rapprocher davantage le jeune couple. Mais leur destin ne semble pas être de connaître une vie paisible et confortable. Quelques jours plus tard, Karuta est attaquée par un groupe de Yôkai dans un parc. Frappée par un sort, elle ne peut plus reprendre son apparence humaine. Bien décidés à lui venir en aide et à neutraliser la bande de Yôkai qui les menace, les Héritiers de la Maison Ayakashi partent en guerre. Une guerre qui changera leur vie à tout jamais?

Mon avis

J’avais peur de devoir finir par catégoriser ce manga dans « Shôjo », mais finalement -et ce n’est pas trop tôt-, Cocoa Fujiwara s’intéresse enfin à l’action et aux ingrédients qui composent un bon Shonen ! Un tome certes triste, mais enfin à la hauteur de ce que la mangaka nous avait promis…

Pour le réveillon du nouvel an, chaque héritier Yokaï retourne dans sa famille. Comme Miketsukami ne peut pas retourner chez lui, Riri l’autorise à venir avec elle, pour son plus grand plaisir. Une fois sur place, ils sont convoqués par Satorigahara, l’héritière la plus puissante, pour parler de leur passé, mais aussi de leur avenir et pour le coup on s’intéresse enfin aux sentiments de Miketsukami vis-à-vis de Riri.

Une fois rentrés de cette visite, ils apprennent que Karuta est dans le coma, suite à une attaque d’un groupe d’héritiers. A son réveil, la jeune fille ne peut plus revenir à sa forme humaine et les coupables reviennent pour terminer leur travail… Une guerre entre héritiers va donc éclater.

En parallèle, on apprend que Nobara n’est pas que Secret Service, mais aussi conseillère en menace paranormale et nous allons la suivre dans une de ses missions, dans une école de campagne.

On s’intéresse aussi un peu plus de la relation de KarutaxWatanuki, on rentre dans les détails, mais ça n’empiète pas sur le reste de l’histoire.

L’action est omniprésente, ce tome est particulièrement violent et la fin est à la fois triste et magnifique, je ne saurais en dire plus sans spoiler l’élément majeur de ce tome-ci. La légende des Yokaï est traitée dans les moindres détails, tout en nous en apprenant plus sur celle-ci, mais aussi la création de la Maison Ayakashi.

En bref, un très bon tome, mais je reste sceptique concernant la suite, reste à voir comment la mangaka arrivera à tourner la perte d’un des… *spoil*

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 1 – Aya Shouoto

[Chronique] Pure Blood Boyfriend, Volume 1 – Aya Shouoto

pureblood boyfriend 1


Kana, une élève du lycée Sainte Agathe, voit son destin changer du jour au lendemain lorsqu’elle croit apercevoir dans la cohue son ami d’enfance perdu de vue depuis longtemps : Aki. Cette rencontre bouleverse sa vie lorsqu’elle apprend que ce dernier est un vampire…

Mon avis

Pure Blood Boyfriend est un manga qui me tentait déjà depuis un petit bout de temps, sachant qu’il a été écrit par Aya Shouoto, une mangaka très connue dans le monde du Yaoï. Alors, quand Babelio a proposé ce partenariat avec les éditions Kurokawa, que je tiens à remercier, j’ai bien évidemment sauté sur l’occasion !

C’est l’histoire de Kana, une jeune fille qui est un véritable garçon manqué : pas de poitrine, des cheveux très courts, sans compter son visage pas du tout féminin. Elle est membre provisoire de plus des ¾ des clubs de son école, ne pouvant plus faire d’athlétisme suite à un incident provoqué par un de ses camarades de classe, qui ne pense qu’à s’excuser depuis ce jour.

En voulant sauver un petit garçon qui était sur le point de se faire renverser par une voiture, elle se fait renverser à sa place et est sur le point de mourir… Mais son ami d’enfance, Aki, vampire de son état, la sauve et la transforme en esclave. Kana est donc devenue un repas sur patte pour vampire sociopathe et psychopathe…

Ce premier tome sert clairement à poser les bases et donc nous laisse avec une tonne de questions sans réponses et nous laisse entrevoir l’univers vampirique de Aya. Cependant, point de surprise de ce côté-là, ce n’est que du vu et revu : l’hypnose à la The Vampire Diaries, se servir de son sang pour pister ou blesser à la Vampire Knight, toutes les créatures mystiques qui tombent dingues du sang de l’héroïne à la True Blood, bref rien de bien nouveau au pays des vampires. Je pourrais même comparer ce manga à Twilight rien que pour l’instinct de survie quasi nul de Kana, à l’instar de Bella. En effet, rien de plus normal que de devenir une esclave et devenir le repas quotidien de Aki. Rien de plus normal aussi qu’il soit un vampire. Normal. La seule chose qui lui fait peur et qu’un autre de ses amis est une créature mystique qui ne lui veut aucun mal. Logique.

Qui dit shôjo, dit histoire d’amour. Là, le triangle amoureux se dessine parfaitement au fil des pages sans que l’on ait trop à chercher. Côté action la mangaka y va tout doucement, mais côté amour on avance à une vitesse hallucinante. Enfin, c’est un shôjo, quoi de plus normal.

Quand aux graphismes, ils sont très beaux, très détaillés. Une très bonne mise en scène et un bon découpage rendent la lecture agréable. Les personnages sont très expressifs, dynamiques, très stylisés et portent des tenues très jolies, bien travaillées. En un mot, parfaits.

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 3 – Cocoa Fujiwara

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 3 – Cocoa Fujiwara

secret service 3


À présent que Ririchiyo sait que c’est avec son Secret Service et non avec Kagerô Shôkiin, le fiancé que lui a choisi sa famille, qu’elle a correspondu pendant des années, elle a trouvé une certaine sérénité. Non seulement elle n’épousera pas le pervers Kagerô, mais sa relation avec Miketsukami n’en est que plus forte et plus belle. Lorsque le Service Secret de Watanuki, Zange Natsume, leur suggère d’enterrer une “capsule temporelle” contenant des lettres à l’attention de la prochaine incarnation de leurs proches, Ririchiyo choisit d’écrire une lettre d’amour à Miketsukami. Malheureusement, elle se trompe et enterre la mauvaise lettre et lui donne la lettre d’amour. Ne sachant comment réagir et se sentant très vulnérable, Ririchiyo s’enfuit. Mais Miketsukami la retrouver et tous deux s’avouent leurs sentiments…

Mon avis

Nous retrouvons les habitants de la Maison de Ayakashi pour un troisième tome, plein d’humour, de flashbacks, mais aussi d’amour… La fin du deuxième tome était assez révélateur, ont découvrait le passé de Miketsukami (Sôsô), de son enfance à son départ pour la Maison, mais aussi que Kagerô (Kage) n’est autre que le fiancé de Ririchyo (Chyo/Riri), qui elle aime Sôsô, mais pense que ça ne peut absolument pas être de l’amour (têtue et bornée, en plus) (mais seulement pour les premiers tomes).

Une fois les sentiments des trois avoués, ont suit le couple SôsoxChyo pendant six mois, à travers des petites scènes du quotidien, avec ou sans les autres habitants, et à part deux-trois scènes d’action/sérieuses, le reste de ce tome reste très axé sur l’humour, la franche rigolade et l’amour que porte Chyo à Sôsô et ce qu’elle ressent principalement. En revanche, de ce que ressent Sôsô, on y reste très éloignés, et en dehors de quelques allusions à ce propos, on ne creusera pas plus loin ce personnage complexe dont ont ne sais pas grand chose, en dehors de son passé.

Cocoa nous emmène voir aussi Zange Natsume et son client, Watanuki, ce dernier toujours amoureux de Karuta, même si lui aussi ne veut pas l’avouer et préfère se cacher derrière ses airs de racaille, comme il s’en vante si souvent. Ces personnages sont bien entendu très attachants, Natsume à l’air d’être un élément très important grâce à son don de voyance pendant quatre cases, mais ça ne va pas plus loin que ça. Encore une fois, la plus grande partie du manga reste focalisé sur Chyo et son problème d’interaction avec les autres, un peu de Sôsô, mais rien de plus.

On est en droit de se demander où est passé l’action normalement présente dans tout bon Shônen, et de déplorer que la mangaka s’intéresse un peu trop à l’amour qu’au reste, ce qui me donne plus l’impression de lire un Shôjo qu’autre chose. Mais mon petit doigt me dit que nous serons satisfaits dans les prochains tomes, j’ai hâte de m’y mettre !

En parallèle, j’ai regardé l’anime (Inu x Boku SS), et il n’est pas de trop pour apprécier les premiers tomes qui partent dans tout les sens. Du haut de ses douze épisodes, il est fidèle au manga et je le recommande à toute personne commençant la saga 🙂

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 2 – Cocoa Fujiwara

[Chronique] Secret Service : Maison de Ayakashi, Volume 2 – Cocoa Fujiwara

ss 2


Avec l’aide de Karuta Roromiya et Banri Watanuki, deux autres résidents de la Maison de Ayakashi, Ririchiyo semble avoir trouvé un certain équilibre. Si elle était au départ très hésitante à garder son secret service auprès d’elle, elle a fini par trouver sa présence rassurante. Mais la distance respectueuse qu’il maintient entre eux pèse de plus en plus à la jeune fille, qui aimerait avoir une relation aussi amicale et détendue que les autres avec leur secret service. Malheureusement, une intrusion peu agréable va perturber ses projets de rapprochement: Kagerô Shôkiin, le fiancé que lui a choisi sa famille, a décidé de revenir avec fracas dans sa vie après des années de silence.

Mon avis

Nous retrouvons Ririchiyo Shirakiin, et son Secret Service, Sôshi Miketsukami à la Maison de Ayakashi, bâtiment exclusivement réservé aux Yôkai… Pour la première fois, nous allons suivre Riri dans la vie de tout les jours, et plus particulièrement à l’école. Car, souvenez-vous, elle a toujours du mal à interagir avec les autres, en étant toujours blessante et se donnant l’air d’une jeune fille arrogante.

Mais pour la première fois aussi, ce tome ne tournera pas uniquement autour de Riri ! En effet, cette fois-ci nous allons nous intéresser au passé de Miketsukami, révélé grâce (ou à cause) de l’arrivée du fiancé de Riri, Kagerô (choisi bien entendu par sa famille) . Cette dernière ne l’entendra pas de cette oreille, et nous sentons qu’elle a beaucoup plus envie d’être avec son Secret Service qu’avec Kagerô.

Miketsukami se révèle enfin, et son passé n’est pas du tout comme on pouvait l’imaginer. Autant à la Maison de Ayakashi il est mignon, sert comme il se doit Riri, autant… Mais je m’en voudrais de spoiler l’histoire ! Quant à Kagerô, il est… Extravagant. Je pense que c’est ce qui peut mieux le définir. Son pouvoir ? Savoir si quelqu’un est S ou M (comprenez par là Sado ou Maso), et tout est S ou M, de la table à la fenêtre contre laquelle il se cognera… Un personnage très intéressant qui risque de bouleverser bien des choses au sein de la Maison !

Bien entendu, je lirais sans hésiter la suite !

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 1 – Hikaru Nakamura

[Chronique] Les vacances de Jésus et Bouddha, Volume 1 – Hikaru Nakamura

Les vacances de jésus et bouddha


La divine colocation de Jésus et Bouddha.
Après avoir œuvré au bonheur de l’humanité pendant 2000 ans, les deux amis décident de prendre quelques vacances en louant un petit appartement sur Terre. Ils vont découvrir un mode de vie bien éloigné du paradis et vous offrir un regard inédit sur notre quotidien. Vous apprendrez ce que ressent Jésus quand on le prend pour Johnny Depp, ou ce que pense Bouddha de ces statues à son effigie, qui ont tant de succès dans les magazines de décoration.

Mon avis

On retrouve Jésus et Bouddha, en vacance sur terre, plus précisément au Japon. Bouddha est très économe, si bien qu’à chaque fois que Jésus fait des excès, une auréole de sainteté apparaît. Ils devront faire face à des petits problèmes comme les animaux qui souhaitent se sacrifier si ils ont faim, les stigmates de Jésus qui s’ouvrent si il stresse, et l’auréole de sainteté de Bouddha quand il s’énerve.

L’auteur nous fait voir sa version du christianisme et du bouddhisme, en revisitant certains classique comme le baptême de Jésus, dont on découvre au passage sa phobie de l’eau qui fait qu’aujourd’hui, le baptême moderne ne se fait plus en plongeant entièrement dans l’eau. Et la colombe, descendue au moment de son baptême ? Juste le Saint Père qui a envoyé l’Esprit Saint pour s’assurer qu’il allait bien !

Les graphismes sont assez simple, mais deviennent très détaillés quand Nakamura revient sur certains passages de Jésus et Bouddha au ciel. Simple, mais efficace, tout comme l’histoire.

Je n’hésiterais pas à lire la suite, qui promet de belles lectures ! A suivre, donc.