Archives de
Étiquette : jeunesse

[Chronique] Miss pain d’épices – Cathy Cassidi

[Chronique] Miss pain d’épices – Cathy Cassidi

miss pain d'épices


A l’école primaire, Cannelle était le bouc émissaire, celle que personne ne voulait avoir comme amie. Alors, à la rentrée de sixième, elle arrive au collège relookée et devient l’amie d’une fille cool. Depuis, elle tient son rôle de fille populaire à la perfection. Mais l’arrivée de Sam, un garçon décalé qui se moque du regard des autres, bouleverse tout. Cannelle craque pour lui, et c’est réciproque, mais sa meilleure amie le déteste. Cannelle réussira-t-elle à assumer ses sentiments, et surtout… à ne plus avoir peur d’être elle-même ?

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Canelle est une jeune fille mal dans sa peau. Rejetée par ses camarades de l’école primaire, elle se renferme sur elle-même. Pour la rentrée en sixième, la jeune fille se relooke, se lisse les cheveux et fait tout pour que personne ne sache combien elle est peu sûre d’elle. En un sens, tout fonctionne, l’élève la plus populaire de sa classe est devenue sa meilleure amie. Mais à quel prix ?

Je n’avais pas réellement compris pourquoi autant de monde, et des lectrices plus ou moins âgées adoraient Cathy Cassidy et ses livres. Après tout, c’est du jeunesse pour un public visé entre 10 et 12 ans, non ? Et bien, avec Miss pain d’épices, j’ai compris. Bien que ce soit un livre destinés aux plus jeunes, je l’ai trouvé vraiment poussé dans les sujets qu’aborde l’auteure. Que ce soit le harcèlement scolaire, le mensonge, les relations profs-élèves, la recherche d’identité des pré-ados, de leurs goûts, la relation avec les autres… Cathy Cassidy traite chaque sujet avec la même importance, le même sérieux, montrant aussi bien les conséquences, mais aussi comment s’en sortir. C’est court, mais intense. Je n’ai jamais lu un livre jeunesse aussi abouti, il est clair que je vais m’intéresser aux autres livres de l’auteure !

Côté écriture, c’est un livre à la portée de tous : pas de vocabulaire complexe, c’est fluide, il y a peu de descriptions, mais on se retrouve tellement absorbés par les émotions que véhicule Cathy dans son texte, qu’on arrive à la fin en se demandant pourquoi c’est déjà fini. Clairement, un(e) jeune n’ayant pas l’habitude de lire s’en sortira très bien avec ce roman, cela pourrait même donner envie de lire plus. Si mon enfance n’avait pas commencé par Harry Potter, mais par ce livre, l’effet aurait été le même, vous pouvez en être sûr !

En bref, Miss pain d’épices est un livre jeunesse à la portée de tous, abouti et vraiment poussé dans les sujets abordés. C’est un livre qui se veut positif, malgré les sujets durs, l’auteure ne tombe pas dans le mélodramatique. A mettre de toute urgence dans sa bibliothèque !

[Chronique] Eh bien, dansez maintenant ! – Béatrice Nicodème

[Chronique] Eh bien, dansez maintenant ! – Béatrice Nicodème

eh bien dansez maintenant


Vaux-le-Vicomte, 1661. Le château tout entier s’affaire pour préparer la fête somptueuse que Nicolas Fouquet, surintendant du Roi, veut donner en l’honneur de Louis XIV. Dans cette effervescence, la jeune Perrette ne parvient pas à parler à Fouquet ; pourtant, elle doit lui remettre de toute urgence un message secret de la plus haute importance ! Heureusement, dans sa déconvenue, elle croise le chemin de La Fontaine, proche du surintendant, qui veut bien se charger de cette mission. Mais Perrette découvre que le message a disparu…

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Perrette est envoyée séance tenante par sa mère, remettre un message à Nicolas Fouquet. En effet, quelqu’un va attenter à sa vie lors de la fête qu’il organise chez lui pour le roi Louis XIV. Une fois sur place, elle fait la rencontre d’un jeune poète, Jean de La Fontaine. Jean va tout faire pour aider la jeune fille à transmettre son message, jeune fille qui va beaucoup l’inspirer dans ses futurs écris…

Ceci est une fiction historique, bien entendu, tout ceci ne s’est jamais déroulé. Mais on plonge directement dans les intrigues politiques de l’époque, aux côtés d’un poète singulier en manque d’inspiration. C’est donc un poche parfait pour les jeunes qui aborderont le sujet en cours d’année en classe et qui voudraient aller plus loin que ne le suggère le programme scolaire – et son petit prix plaira beaucoup aux parents.

Eh bien, dansez maintenant ! est une histoire qui se déroule sous fond de mystères à résoudre pour notre Perrette et La Fontaine. Le lecteur fait donc travailler son imagination pour tenter de deviner ce qu’il en retourne, et comment éviter les pièges qui se dressent sur le chemin des deux amis. Entre une Perrette qui garde les pieds sur terre, mais qui est trop pressée, ou notre poète rêveur, ça va tout de suite coller…

On croise – et je pense que vous l’avez deviné – beaucoup de personnages qui ont inspiré Jean de La Fontaine par la suite, et on comprend aussi comment il en est venu à comparer les humains aux animaux dans ses textes (le roi = le lion, l’homme qui en veut à Nicolas Fouquet = La vipère, ect…) et puis l’inspiration de certains personnages, à l’instar de Perrette, la fameuse porteuse de lait.

Le tout est écrit par Béatrice Nicodème, dont la plume est fluide et le vocabulaire varié, sans être complexe. C’est vraiment adapté aux plus jeunes, sans tomber dans l’infantilisation. Clairement, un poche qui satisfera petits comme grands…

[Chronique] Petites histoires de la mythologie – Hélène Montardre

[Chronique] Petites histoires de la mythologie – Hélène Montardre



Mon avis

Sur le même concept que Petites histoires de l’Histoire, Petites histoires de la mythologie raconte aux plus jeunes (public visé : 7/8 ans) l’histoire de la mythologie grecque, sans prise de tête, sous la forme d’une petite histoire toute somme banale. Comme à chaque fois que le parle de mythologie chez Nathan, on retrouve à la barre Hélène Montardre, un nom synonyme de qualité sur ce domaine.  Aujourd’hui, on revient sur les deux dernières sorties de chez Nathan, Apollon le dieu dauphin et le combat de Rémus et Romulus.

Accompagnés de quelques illustrations en noir et blanc, on revient sur la naissance de Apollon et tout ce qu’il a du faire pour construire ses deux temples, ainsi que ses illustres combats. On revient aussi, dans le deuxième ouvrage, sur la vie de Rémus et Romulus. Mais ici, on ne reste pas longtemps sur la légende des enfants élevés par une louve pour aussi faire la lumière sur leur mythe sanglant, bien loin de la douceur enfantine…

Avec un petit dossier qui fait office de documentation de quatre pages, les jeunes pourront approfondir ce qu’ils voient déjà en cours avec ces petits livres. Vraiment faciles à lire, l’écriture de l’auteure est fluide et absolument pas infantilisant,  ce qui reste plaisant à l’heure où les jeunes en 5è sont tenus de décorer leurs cahiers au lieu de se préparer au programme scolaire et au brevet blanc dont ils passeront quelques épreuves l’année prochaine (true story).

Bref, les livres de la collection Petites histoires de la mythologie, c’est un large panel d’informations qui permettra aux plus jeune de compléter ce qu’ils apprennent en cour, de manière ludique et totalement plaisante ! En clair, à mettre entre toutes les mains !

Merci aux éditions Nathan pour ces lectures !

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

autre monde 2

  • Éditeur : France Loisir (2009)
  • Pages : 502
  • Genre : Fantastique
  • Prix poche : 7.60€
  • Acheter Malronce

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Mon avis

Matt, Tobias et Ambre quittent l’île des Pans pour en savoir plus sur les cyniks et leur reine, Malronce. Surtout ce qu’elle fait : pourquoi fait-elle enlever les enfants ? Que deviennent-ils ? Pourquoi fait-elle une fixation sur Matt au point de lancer ses troupes à sa recherche ? Et comment vivent les autres communautés de Pans ? C’est dans Malronce, deuxième tome de la saga, que nous en apprenons plus sur l’après…

J’avais eu un peu de mal avec le premier tome que je trouvais trop jeunesse sur bien des points (bien que je n’ai jamais lu du Chattam avant cette saga) et je suis ravie de voir que j’ai entre les mains un tome plus mature que le précédent. Que ce soit au niveau des personnages ou des situations, on quitte petit à petit le monde de l’enfance pour un monde plus noir, plus trash, avec la plongée dans les villes d’adultes, ces cyniks qui restent régis par la religion qu’ils interprètent à leur sauce (comme IRL, rien ne change) et une prophétie à laquelle Malronce croit énormément. Et par conséquent, son peuple et ses armées y croient dur comme fer.

 Il en allait ainsi dans le royaume des hommes. Il suffisait de quelques certitudes et d’un ennemi désigné pour rassurer les esprits vides ou troublés par l’ignorance. Toutes les peurs se focalisaient alors sur cette cible à combattre.

C’est aussi un tome beaucoup plus immersif, avec beaucoup plus de descriptions que son prédécesseur. J’ai moins eu l’impression de survoler l’histoire et d’être restée en dehors du texte. Je me suis également beaucoup attachée à Matt. Comme je le disais plus haut, c’est un tome où les personnages prennent en maturité, et cela fait beaucoup de bien. Mais aussi, Matt pense énormément au bien fondé du besoin de tuer leurs potentiels ennemis. Il n’éprouve aucune satisfaction dans cet acte, comparé à ses jeux de rôles où la vie d’un ennemi tient à un lancé de dès. Devoir enfoncer sa lame dans le ventre d’un homme, la retirer, voir le cynik mourir… C’est tout de suite différent. Une bonne prise de conscience donc, pour ce personnage dont j’apprécie l’évolution.

En bref, ce deuxième tome relève le niveau, est beaucoup plus mature et plus immersif. Nous sommes cependant en droit de se demander où sont les femmes, reléguées au rang de passantes ou d’une reine dont nous ne faisons qu’entendre parler. Ambre et une trinité de jeunes filles dans une communauté Pans sont les seules que nous croisons et qui ont plusieurs lignes de dialogues et mènent certaines actions, mais cela ne va pas plus loin. Peut-être dans la suite ? Espérons-le.

[Chronique] Agence Confettis, tome 4 : Poney Party – Juliette Saumande & Hélène Canac

[Chronique] Agence Confettis, tome 4 : Poney Party – Juliette Saumande & Hélène Canac

agence confettis 4


Pour l’anniversaire de Nathan, son nouveau client, l’Agence Confettis doit relever un défi de taille : le garçon adore les chevaux, mais… il a peur de tout. De tomber, de se faire mal, de marcher dans la rue… Alors aller dans un poney club pour son anniversaire, c’est hors de question ! Nathan fêtera son anniversaire chez lui. Mais comment faire venir un cheval dans un appartement ? Elliot décide de tout mettre en œuvre pour satisfaire son client.

Mon avis

On retrouve les annivexperts pour un nouvel anniversaire à organiser ! Sauf que Elliot n’a pas le moral. En effet, le jeune homme est habitué à voyager aux quatre coins du monde avec ses parents. Or là, il est obligé de rester chez sa cousine, et c’est long ! Alors quand un anniversaire se présente, c’est l’enchainement de catastrophes

Car Nathan n’est pas un client comme les autres : il a peur de tout. C’est handicapant, car la moindre de ses sorties se fait sous protections : casque, genouillères, ect… Il est fan de chevaux, mais ne remontera jamais l’un d’eux. Alors les annivexperts vont lui organiser une poney party, mais comment faire rentrer un équidé dans un appartement ? Et c’est là que les bêtises s’enchainent…

Elliot ment et pousse ses amis à faire de même pour obtenir un poney qui a été abandonné, ne réfléchissant pas aux conséquences de son acte. C’est qu’il a soif d’aventures, le globe-trotter ! Même si ça lui apporte des ennuis… On découvre un Elliot irresponsable, qui ne tient plus en place, et à côté le traumatisme de Nathan, qui ne fait pas un seul pas sans vérifier qu’il n’y a pas le moindre danger… Alors imaginez, organiser un anniversaire !

C’est toujours aussi bien écrit : fluide, un vocabulaire adapté, mais pas infantilisant, sans aucune leçon de morale. Les thèmes s’intègrent bien à l’histoire  et chaque enfant y trouvera son compte. Pour un petit livre de 133 pages, on en demande pas plus.

Côté graphismes, c’est très bien pour le public visé : des dessins simples, en noir et blanc (bien que je les aurais préférés en couleur), les personnages sont bien travaillés et il y a peu de décors. Les enfants seront ravis, les adultes trouveront que ça manque de dynamisme. Mais à la base, ces petits livres ne sont pas pour nous !

L’histoire se boucle, comme d’habitude, sur quelques conseils et idées pour un anniversaire réussi. Et bien sûr, un tome qui se lit indépendamment des autres, comme les trois premiers!

[Chronique] Agence Confettis, tome 3 : Carton rouge – Juliette Saumande & Hélène Canac

[Chronique] Agence Confettis, tome 3 : Carton rouge – Juliette Saumande & Hélène Canac

agence confettis 3


Malo et Zadig sont les meilleurs amis du monde et ils partagent tout, depuis leur passion pour le foot jusqu’à leur fête d’anniversaire, pour laquelle ils ont contacté l’Agence Confettis. Mais l’affaire se complique quand Malo se met en tête d’éblouir à tout prix la jolie Scarlett, quitte à se fâcher avec son copain… Comment organiser un anniversaire réussi quand les deux rois de la fête se détestent ?

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Ah l’Agence Confettis… J’adore ces petits romans ! J’ai passé l’âge, pourtant, mais l’histoire me plaît ! Cette fois-ci, les annivexperts vont devoir organiser un double anniversaire pour Malo et Zadig, deux meilleurs amis qui partagent tout et ont les mêmes goûts. Mais les deux garçons tombent amoureux de Scarlett, et Zadig ne supporte plus le comportement de son ami. Les annivexperts vont-ils réussir à réconcilier les deux amis avant leur anniversaire commun ?

Différents thèmes, encore une fois, qui nous sont proposés là et qui conviennent parfaitement aux jeunes lecteurs. On commence avec la première amourette de cours d’école, avec un triangle amoureux, ce qui entraine le deuxième thème : l’amitié n’est pas éternelle, et il peut y avoir des hauts comme des bas dans une telle relation, mais il faut savoir pardonner et tourner la page. Et enfin, apprendre à s’affirmer et dépasser sa timidité, sous forme de mini-conseils. Le tout est vraiment bien tourné, en tout cas !

C’est toujours aussi bien écrit : fluide, un vocabulaire adapté, mais pas infantilisant, sans aucune leçon de morale. Les thèmes s’intègrent bien à l’histoire  et chaque enfant y trouvera son compte. Pour un petit livre de 133 pages, on en demande pas plus.

Côté graphismes, c’est très bien pour le public visé : des dessins simples, en noir et blanc (bien que je les aurais préférés en couleur), les personnages sont bien travaillés et il y a peu de décors. Les enfants seront ravis, les adultes trouveront que ça manque de dynamisme. Mais à la base, ces petits livres ne sont pas pour nous !

L’histoire se boucle, comme d’habitude, sur quelques conseils et idées pour un anniversaire réussi. Et bien sûr, un tome qui se lit indépendamment des autres, comme les deux premiers!

[Chronique] Autre-monde, tome 1 : L’alliance des trois – Maxime Chattam

[Chronique] Autre-monde, tome 1 : L’alliance des trois – Maxime Chattam

autre monde 1


Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

Mon avis

A force d’entendre parler de Maxime Chattam, il était temps que j’essaye un de ses livres. J’ai donc commencé avec Autre-Monde, une saga fantastique jeunesse…
Quand Matt découvre des éclairs bleus qui rampent sur le sol et font disparaitre des personnes sans domicile fixe, il n’y croit pas trop et arrive à se convaincre qu’il n’a rien vu de tout cela. Mais le lendemain, les éclairs reviennent, plus puissants, et font disparaître tous les adultes de la surface de la terre. Les enfants, livrés à eux-mêmes, vont tenter de survivre dans un monde où la nature et les animaux reprennent leurs droits. Mais aussi d’étranges créatures qu’ils n’ont jamais vu de leur vie…

Je ne vous cache pas que l’histoire est lente à démarrer, on traine un peu en longueurs. Mais une fois qu’on arrive à la fin de la première partie, l’action s’enchaine, et un début de révélations se laisse entrevoir au milieu de ce cauchemar. Et surtout, ça se lit tout seul ! C’est fluide, Maxime Chattam a un vocabulaire riche et a parsemé son roman de références à Tolkien et à Jules Verne. Il a su placer du suspens là où il fallait, mais à côté j’ai trouvé les descriptions trop courtes. Je pense que c’est pour rester dans le côté “jeunesse” du livre qui est très présent. Entre nous, un enfant qui a lu et apprécié des sagas telles que Harry Potter trouvera son compte en commençant celle-là.

Ce premier tome pose les bases de l’univers, son background, les personnages, les lieux… Bref, le terrain est préparé pour la suite, tout en réussissant à garder le lecteur captivé. Cependant, malgré le travail apporté aux personnages, je ne me suis pas plus attachée que ça à l’un d’entre-eux. Peut-être parce qu’ils sont plus jeunes, ou le côté jeunesse trop présent, mais je suis passée à côté des trois personnages qui nous suivent jusqu’à la fin de la saga.

Malgré ça, l’histoire m’a convaincue et me donne envie de continuer la suite de la saga assez rapidement. La suite me semble prometteuse, très sincèrement. Mais peut-être aimerais-je plus les romans plus matures de l’auteur ? A voir…

[Chronique] The Mortal Instrument, tome 1 : La cité des ténèbres – Cassandra Clare

[Chronique] The Mortal Instrument, tome 1 : La cité des ténèbres – Cassandra Clare

the mortal instrument 1


Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup!

Mais le pire reste à venir…Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Mon avis

Ça faisait un bail que j’avais The Mortal Instrument dans ma PàL, sans trop vraiment oser me lancer puisque c’est une saga très longue, et sur plusieurs arcs ! Mais grâce à ma binômette Cece, j’ai enfin lu ce premier tome : La cité des ténèbres. Donc, c’est l’histoire de Clary, une jeune fille qui assiste au meurtre d’un garçon, alors qu’elle n’aurait jamais du le voir, ni ses meurtriers. Alors qu’elle est en froid avec sa mère, celle-ci se fait enlever, tandis que Clary va recroiser la route d’un des assassins, et va redécouvrir son monde avec un nouvel œil…

Alors. Tout ça, c’est très (voir trop) jeunesse sur bien des points, et cela m’a un peu gênée étant donné l’univers dans lequel nous nous trouvons. L’univers est assez violent et impitoyable envers certains personnages, le mélange avec le jeunesse m’a déroutée. Mais plus on avance dans l’histoire, plus on s’y fait et ça devient plus facile à accepter. J’ai trouvé aussi quelques ressemblances avec la saga Harry Potter, qui allait sur son dernier tome quand TMI a été publié. En effet, un bad guys censé avoir disparu de la circulation, qui refait surface avec ses adeptes pour prendre le contrôle de leur monde et tuer ceux qui s’y opposent ainsi que ceux qu’il a désignés comme étant ses ennemis… Un peu plus et Voldemort pourrait faire une cover de story of my life (Version Shaka Ponk [♥ sur eux] ou One Direction, chacun ses goûts !). Cependant, cela ne m’a pas plus dérangée que ça, puis que ces ressemblances restent très légères par la suite.

Côté personnages, j’ai trouvé le personnage de Clary indépendant et fort, malgré ce qu’elle traverse, ainsi tout ce qu’elle apprend sur elle et sa famille, en plus de vivre son premier amour (les joies de l’adolescence !). Par contre, les révélations qu’elle apprend, je les ai devinés bien vite, ça m’a un peu chagrinée, sachant que c’était un peu le plot twist de ce premier tome. Mais j’ai surtout adoré le personnage de Magnus et j’espère qu’on le recroisera plus souvent par la suite. Un arc entier lui est consacré, et j’ai plutôt hâte de le lire, c’est un personnage qui m’intrigue beaucoup !

Au sujet de l’écriture, c’est à la portée de tous : fluide, un vocabulaire simple, des descriptions ni trop longues, ni trop courtes, l’univers est bien mené et la trame est cohérente, bref un roman que l’on peut mettre entre toutes les mains !
Mais, j’ai fait l’erreur de voir le film juste après ma lecture ! Je me demande pourquoi je m’entête à regarder les adaptations, à 99% c’est à des kilomètres du livre et l’histoire est retaillée à la hache. Et The Mortal Instrument ne fait pas exception ! Une série sur la saga devrait voir le jour en 2016 sous le nom de Shadowhunter, vais-je craquer ? A suivre…

Coucou !

[Chronique] Tu es le héros ! – A l’assaut des flammes & Le dragon des mers

[Chronique] Tu es le héros ! – A l’assaut des flammes & Le dragon des mers



Mon avis

Ah, les livres dont vous êtes le héros. Ça faisait un tabac quand j’étais plus jeune, ce genre de bouquins ! Alors quand j’ai reçu ceux-là, je me suis dit : pourquoi pas ?
Ces petits livres sont tous écris sur le même schéma : présentation  du personnage que l’on incarne, explications sur les choix à faire et le background (le personnage dans l’univers, ect…). S’ensuit le début de l’histoire avec les fameux choix qui nous transportent d’un bout à l’autre du livre. Pendant la lecture, le jeune apprend du vocabulaire propre à l’univers du personnage incarné, grâce à des définitions bien placées. Il est important de les lire pour pouvoir répondre correctement  aux divers quiz proposés à la fin du livre.
Le tout fait engranger des points pour déterminer quel héros est le lecteur et permet de défier ses amis.

Pour moi qui suis rôliste, j’ai trouvé ces ouvrages très bien tournés, bien écrits et très accessibles pour les enfants qui s’amuseront et essayeront de débloquer toutes les fins prévues. Cependant, j’ai trouvé celui sur les vikings cliché : la vie entre eux n’était pas faite uniquement de morts, pillages et meurtres entre eux, pourtant c’est ce que suggère l’auteure,  Madeleine Deny. D’ailleurs, deux des fins se résument à la mort pure et simple du personnage incarné, c’est joyeux quand on pense que le public visé sont des jeunes de 8 ans ! Personnellement ce n’est pas le genre de choix que j’aurais fait.

Un petit problème qui se présente, c’est que dans les deux cas, viking et pompier, il n’est pas possible de choisir le sexe du personnage : on a juste deux garçons qui débutent, l’un dans les pillages et l’autre dans le sauvetage de vies. Pourtant, il  y avait des femmes chez les vikings, certes leurs activités étaient différentes de celles des hommes, mais elles étaient bien là. Pareil chez les pompiers, il existe des femmes chez les pompiers volontaires. Pourquoi avoir fait le parti pris de ne faire incarner que des garçons, excluant donc le lectorat féminin qui à cette âge-là ne va pas penser à incarner un personnage d’un autre sexe (on pense à la facilité de se représenter le personnage, de se l’approprier, de se comparer à lui…).

Dans l’ensemble, de bons petits livres, mais il ne faut pas chercher plus loin. Dommage !

[Chronique] Zoé tout court : Soirée Pyjama – C.M. Harper

[Chronique] Zoé tout court : Soirée Pyjama – C.M. Harper

zoé tout court


Zoé participe à une soirée pyjama… à la belle étoile !

Zoé est invitée à la soirée pyjama de son amies Zoé F. L’idée lui semble géniale jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’elle va dormir dehors, sous une tente ! La voilà tout à coup morte de trouille. Et si elle se faisait piquer par des insectes ? Ou manger par un ours ? Ou enlever par un monstre ? Toujours pleine d’imagination, Zoé invente un mensonge pour se sortir de là… qui va la mettre dans une situation pire encore !

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Zoé est invitée à une soirée pyjama pour l’anniversaire de Zoé F., sa camarade de classe. Mais malheur, elle apprend qu’elle va devoir dormir dehors sous un tente, chose qu’elle n’a jamais fait ! Et si des insectes rentrent et la pique ? Et si un ours l’attaque la nuit ? Et si… ? Elle a tellement peur qu’elle commence à faire un peu n’importe quoi, comme mentir, ce qui va la mettre dans une situation délicate moins agréable qu’une nuit dehors…

Avant de commencer, je tenais à dire que j’adore totalement le format de ce livre ! En poche, cartonné, avec des pages beiges très fines, une écriture ni trop grande, ni trop petite, fluide. Avec des chapitres très courts, ce qui est parfait pour le public visé (dès 8 ans) !

L’histoire ne se déroule pas uniquement pendant la soirée pyjama, mais aussi dans la vie toute simple de l’élève qu’est Zoé, avec les cours, les copines, les parents et les inquiétudes liés à cet âge-là. Puis la soirée en elle-même et l’après. Les situations sont vraiment banales et sont au plus proche de la réalité, ce que j’ai trouvé assez captivant. Les jeunes peuvent donc facilement s’identifier à Zoé ou aux situations qu’ils peuvent avoir déjà vécu. Bien sûr, ce genre d’ouvrage n’est pas sans quelques leçons de morale, ici autour du mensonge et la peur de l’inconnu, entre autre.

Le tout est accompagné d’illustrations enfantines qui illustrent Zoé à un moment ou un autre de l’histoire, permettant au lecteur de s’immerger un peu plus dans l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié ce tome, c’est le premier que je lis dans la saga Zoé tout court et je ne me suis pas perdue une seule fois, ils peuvent donc se lire indépendamment les uns des autres si un sujet abordé vous plaît plus qu’un autre…