Archives de
Étiquette : fin du monde

[Chronique] Si c’est la fin du monde – Tommy Wallach

[Chronique] Si c’est la fin du monde – Tommy Wallach

si c'est la fin du monde


Et si une météorite avait deux chances sur trois… de faire exploser la Terre dans deux mois ? Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparaît dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard.
Tout à coup, l’avenir n’a plus la même importance… L’anarchie s’installe peu à peu : violence et pillages se multiplient, beaucoup arrêtent de travailler, la nourriture commence à manquer.
Les quatre adolescents doivent décider maintenant ce qu’ils feront du reste de leur vie, et peut-être, paradoxalement, en profiter pour être enfin libres et heureux, même pour peu de temps…

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Comment réagiriez-vous si l’on vous annonçais qu’une météorite allait s’abattre sur terre, signant la fin du monde ? C’est la question qui s’impose à quatre adolescents, Peter, Eliza, Anita et Andy. Quatre jeunes qui allaient finir leur terminale, qui se préparaient à rentrer à la fac, à affronter leur avenir. Mais Zandor – petit nom de la météorite – va mettre fin brutalement à leurs rêves et les questions qu’ils se posaient sur l’après-lycée…

Si c’est la fin du monde est un roman qui se base essentiellement sur les sentiments de ses personnages, leurs actions face à la fin imminente, leur façon à eux d’appréhender l’arrivée de la météorite. Est-ce le moment de faire des bonnes actions ? De tenir un blog ? D’organiser un concert géant en vue de la fin du monde ? Finir en prison ? Trainer avec un dealer/tueur/insérez ici un acte illégal ? Peut-être. Peut-être pas. Mais Zandor approche chaque jours, et soit il effleure la terre, soit il rentre en contact avec elle.

A tout cela va s’ajouter les petits tracas de nos lycéens. Ils ont une vie, ils sont en couple, ont des parents qui ont besoin d’eux, des promesses à tenir tandis que d’autres n’ont pas été respectées, une réputation à tenir, aussi basse soit-elle. Un mal-être. Un avenir qu’ils souhaitaient voir arriver, alors que pour certains, le projet était de rien glander ou de se soustraire à l’autorité parentale. Tout cela n’est plus qu’une futilité, mais Peter, Eliza, Andy et Anita y pensent encore. Bref, autant de petites questions existentialistes et pourtant légitimes, qui rendent le récit plus vivant, plus prenant, car on se met à espérer avec eux que Zandor ne viendra pas.

Côté écriture, on est loin du style simplifié des YA habituelles. Ici l’auteur opte pour un vocabulaire plus poussé, ce qui s’est révélé très intéressant. Et ça fait du bien, aussi ! Tommy Wallach a un style assez descriptif, on se sent immergés dans cet univers pré-apocalypse. Les personnages souffrent tout de même de quelques clichés : la petite sœur à moitié gothique pour être remarquée, le sportif pas très intelligent, la photographe un peu hippie qui saute sur tout ce qui bouge, le drogué qui se moque de tout ce qui arrive et qui a besoin des filles pour comprendre un peu mieux les émotions humaines. On a vu mieux, je vous le concède,  c’est pour moi le seul problème de Si c’est la fin du monde.

En bref, Si c’est la fin du monde se base sur les émotions, actes et sentiments qui arrivent quand on se retrouve confrontés à une telle situation. Il souffre de quelques clichés au niveau des personnages, mais le reste est authentique, vivant. En tout cas, il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’un déballage de sentiments, d’émotions et autre remise en question qui arrive à chacun de nos adolescents. Alors à votre avis, fin du monde or not ?

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

autre monde 2

  • Éditeur : France Loisir (2009)
  • Pages : 502
  • Genre : Fantastique
  • Prix poche : 7.60€
  • Acheter Malronce

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Mon avis

Matt, Tobias et Ambre quittent l’île des Pans pour en savoir plus sur les cyniks et leur reine, Malronce. Surtout ce qu’elle fait : pourquoi fait-elle enlever les enfants ? Que deviennent-ils ? Pourquoi fait-elle une fixation sur Matt au point de lancer ses troupes à sa recherche ? Et comment vivent les autres communautés de Pans ? C’est dans Malronce, deuxième tome de la saga, que nous en apprenons plus sur l’après…

J’avais eu un peu de mal avec le premier tome que je trouvais trop jeunesse sur bien des points (bien que je n’ai jamais lu du Chattam avant cette saga) et je suis ravie de voir que j’ai entre les mains un tome plus mature que le précédent. Que ce soit au niveau des personnages ou des situations, on quitte petit à petit le monde de l’enfance pour un monde plus noir, plus trash, avec la plongée dans les villes d’adultes, ces cyniks qui restent régis par la religion qu’ils interprètent à leur sauce (comme IRL, rien ne change) et une prophétie à laquelle Malronce croit énormément. Et par conséquent, son peuple et ses armées y croient dur comme fer.

 Il en allait ainsi dans le royaume des hommes. Il suffisait de quelques certitudes et d’un ennemi désigné pour rassurer les esprits vides ou troublés par l’ignorance. Toutes les peurs se focalisaient alors sur cette cible à combattre.

C’est aussi un tome beaucoup plus immersif, avec beaucoup plus de descriptions que son prédécesseur. J’ai moins eu l’impression de survoler l’histoire et d’être restée en dehors du texte. Je me suis également beaucoup attachée à Matt. Comme je le disais plus haut, c’est un tome où les personnages prennent en maturité, et cela fait beaucoup de bien. Mais aussi, Matt pense énormément au bien fondé du besoin de tuer leurs potentiels ennemis. Il n’éprouve aucune satisfaction dans cet acte, comparé à ses jeux de rôles où la vie d’un ennemi tient à un lancé de dès. Devoir enfoncer sa lame dans le ventre d’un homme, la retirer, voir le cynik mourir… C’est tout de suite différent. Une bonne prise de conscience donc, pour ce personnage dont j’apprécie l’évolution.

En bref, ce deuxième tome relève le niveau, est beaucoup plus mature et plus immersif. Nous sommes cependant en droit de se demander où sont les femmes, reléguées au rang de passantes ou d’une reine dont nous ne faisons qu’entendre parler. Ambre et une trinité de jeunes filles dans une communauté Pans sont les seules que nous croisons et qui ont plusieurs lignes de dialogues et mènent certaines actions, mais cela ne va pas plus loin. Peut-être dans la suite ? Espérons-le.

[Chronique] Autre-monde, tome 1 : L’alliance des trois – Maxime Chattam

[Chronique] Autre-monde, tome 1 : L’alliance des trois – Maxime Chattam

autre monde 1


Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

Mon avis

A force d’entendre parler de Maxime Chattam, il était temps que j’essaye un de ses livres. J’ai donc commencé avec Autre-Monde, une saga fantastique jeunesse…
Quand Matt découvre des éclairs bleus qui rampent sur le sol et font disparaitre des personnes sans domicile fixe, il n’y croit pas trop et arrive à se convaincre qu’il n’a rien vu de tout cela. Mais le lendemain, les éclairs reviennent, plus puissants, et font disparaître tous les adultes de la surface de la terre. Les enfants, livrés à eux-mêmes, vont tenter de survivre dans un monde où la nature et les animaux reprennent leurs droits. Mais aussi d’étranges créatures qu’ils n’ont jamais vu de leur vie…

Je ne vous cache pas que l’histoire est lente à démarrer, on traine un peu en longueurs. Mais une fois qu’on arrive à la fin de la première partie, l’action s’enchaine, et un début de révélations se laisse entrevoir au milieu de ce cauchemar. Et surtout, ça se lit tout seul ! C’est fluide, Maxime Chattam a un vocabulaire riche et a parsemé son roman de références à Tolkien et à Jules Verne. Il a su placer du suspens là où il fallait, mais à côté j’ai trouvé les descriptions trop courtes. Je pense que c’est pour rester dans le côté “jeunesse” du livre qui est très présent. Entre nous, un enfant qui a lu et apprécié des sagas telles que Harry Potter trouvera son compte en commençant celle-là.

Ce premier tome pose les bases de l’univers, son background, les personnages, les lieux… Bref, le terrain est préparé pour la suite, tout en réussissant à garder le lecteur captivé. Cependant, malgré le travail apporté aux personnages, je ne me suis pas plus attachée que ça à l’un d’entre-eux. Peut-être parce qu’ils sont plus jeunes, ou le côté jeunesse trop présent, mais je suis passée à côté des trois personnages qui nous suivent jusqu’à la fin de la saga.

Malgré ça, l’histoire m’a convaincue et me donne envie de continuer la suite de la saga assez rapidement. La suite me semble prometteuse, très sincèrement. Mais peut-être aimerais-je plus les romans plus matures de l’auteur ? A voir…

[Chronique] 20th Century Boys, Volume 2 – Naoki Urasawa

[Chronique] 20th Century Boys, Volume 2 – Naoki Urasawa

20th century boys 2


Kenji continue tranquillement son enquête et découvre que cet “Ami” pourrait en fait être un ancien de ses camarades d’enfance. Il retrouve aussi la belle Yukiji qui, alors qu’ils étaient enfant, était réputée pour être “la fille la plus forte du monde”. Entre les deux jeunes gens semble se nouer une drole de complicité, mais Kenji a du mal à passer le cap !

Mon avis

20th Century est le manga qui m’a mit une claque l’année dernière, je ne m’attendais vraiment pas à ça. On ne se le cache pas, la couverture n’est pas belle, mais le contenu est mille fois mieux à l’intérieur ! Ne dit-on pas qu’il n’y a que la beauté intérieure qui compte ? 🙂

On retrouve Kenji qui mène toujours son enquête autour d’Ami et sa secte, qui ne prévoit ni plus ni moins que de gouverner le monde -en le détruisant, sinon ce n’est pas marrant- , suite à un délire de gamins. En effet, quand Kenji était enfant, il a inventé avec son groupe d’amis, tout un univers où ils étaient les maîtres du monde, en ayant même réfléchi à comment en arriver là, avec quelles armes, avec quelles villes à détruire en premier. Ce qu’ils ne pensaient pas quand ils étaient plus jeunes, c’est que l’un d’entre eux pourrait reprendre ce qu’ils ont inventé pour le réaliser… Kenji retrouvera Yukiji, une amie d’enfance qui elle se souvient du moment où ils ont créé leur univers et l’aidera dans son enquête.

On avance dans l’histoire, nous en apprenons plus sur Ami, son organisation, mais aussi sur le passé de Kenji, de sa famille et de ses amis, ce qu’ils sont devenus depuis toutes ces années à travers de nombreux flashbacks, mais qui ne nous dérangent pas tant que ça. Cependant, les questions que je me posais au premier tome restent en suspend, rien n’a encore été éclairci pour l’instant.

En bref, un très bon deuxième tome à la hauteur de mes espérances, même si j’attendais des réponses, en même temps nous ne sommes qu’au deuxième tome. J’ai très envie de connaître le fin mot de l’histoire, c’est sans hésiter que je lirais la suite !

[Chronique] 20th Century Boys, Volume 1 – Naoki Urasawa

[Chronique] 20th Century Boys, Volume 1 – Naoki Urasawa

20th century boys


Kenji est seul avec sa mère pour s’occuper de son magasin, depuis que sa sœur a disparu il doit aussi prendre soin de sa petite nièce Kanna. Il habite depuis toujours ce quartier, croise régulièrement ses anciens camarades de jeu et semble avoir définitivement mis de côté ses ambitions, ses vieux rêves. Pourtant un jour il entend parler d’un couples qui a soudainement disparu près de chez lui, sur leur porte il aperçoit un étrange dessin qui commence à l’intriguer, un dessin qui lui rappelle le groupe qu’il formait avec ses copains, gamins, et avec qui il s’était engagé à “protéger le monde”… Mais c’est avec la mort de l’un d’eux, “Donkey”, que les choses s’affolent dans sa tête. Il va alors commencer son enquête et tenter de découvrir qui est ce mystérieux “Ami” qui dirige le groupe qui se cache sous ce dessin.

Mon avis

20th Century Boys est un manga que j’ai lu pour le baby challenge manga de Livraddict. Ce Seinen m’a surprise sur deux points, et à mon grand étonnement, j’ai aimé ce premier tome (je me voyais déjà le mettre en vente…).

Le premier point qui m’a beaucoup étonnée est le graphisme. Il suffit de voir la couverture pour se rendre compte que ce n’est pas ce qui attire le plus. Et généralement, mes achats de mangas se font surtout, en dehors du synopsis, à la vue de la couverture. Si je n’aurais pas du le lire pour ce baby challenge, je ne l’aurais jamais acheté. Les graphismes sont très détaillés, que ce soit aux nervures des feuilles aux lignes des journaux dans les étalages. C’est, on peut le dire, une grande claque pour cette lecture.

Le deuxième point, l’histoire. Je m’attendais à du post-apocalyptique (surtout quand Ami dit « c’est la fin du monde »), ou l’archétype du héros qui va sauver le monde à lui tout seul pour débusquer le mystérieux Ami. Mais pas du tout. On suit en parallèle l’histoire de nos héros aujourd’hui, mais aussi dans l’enfance. Leurs anecdotes, ainsi que celles d’Ami, sont renvoyées vers des flashbacks qui font avancer l’histoire. Heureusement qu’elles sont là, parce que pour l’instant, du moins dans ce premier tome, seuls les flashbacks font avancer l’histoire. C’est donc sur fond de sectes et autres groupes « spirituel », meurtres et retour en enfance que va se dérouler cette saga.

Néanmoins, plus on avance dans l’histoire, plus des questions se posent et elles restent sans réponse. Et plus on s’en posent, plus le héros s’en pose aussi. Et ainsi de suite, on fini le tome sans avoir tellement de réponses à nos questions, on reste sur notre faim.

Je n’hésiterais pas à me prendre la suite, l’histoire est captivante et promet de belles lectures.