Archives de
Étiquette : boy’s love

[Chronique] Yellow, édition limitée Perfect, Volume 1 – Makoto Tateno

[Chronique] Yellow, édition limitée Perfect, Volume 1 – Makoto Tateno

yellow ed limitée 1


Goh et Taki partagent tout. De leur appartement à leur activité d’agents… très spéciaux. Il y a pourtant quelque chose qu’ils n’ont pas du tout en commun et que Goh cherche à tout prix à partager avec son ami, sexy en diable. Taki est hétéro et il ne semble pas prêt à changer d’avis sur la question… Le fantasme de Goh deviendra-t-il réalité ? Franchira-t-il la ligne jaune avec Taki ?

Mon avis

L’édition limitée Perfect regroupe les deux premiers tomes de la saga Yellow, parue initialement en quatre tomes, il y a quelques années. Ne connaissant pas ce yaoï, cette édition tombe à pic pour moi! Mais quoiqu’estcequique raconte Yellow?

Yellow raconte l’histoire de Taki et Goh, l’un irrémédiablement hétéro, l’autre à 100% gay, et pourtant si proches pour leur travail qu’ils ont en commun, celui de récupérateurs. Généralement de la drogue et des armes, ces deux récupérateurs travaillent pour le compte d’un patron de café, qui reçoit ce genre de missions de la police et de la mafia locale. Outre leur travail, Goh est tombé amoureux de Taki, et il a beau lui faire des avances, ce dernier fini toujours par le repousser… Goh arrivera-t-il à faire craquer Taki?

Histoire très intéressante, celle de leur métier de récupérateurs, qui promet du danger et de l’action en perspective, et danger et action il y a! On passe beaucoup plus de temps à s’occuper de leur travail que des fantasmes de Goh, si bien que nous en sommes encore qu’à l’étape des sentiments. Notre mangaka prend donc tout son temps de ce côté là.

Au lieu de s’intéresser uniquement au sexe dans cette histoire, Makoto met en avant également les sentiments et le passé de Taki et Goh, ainsi que leurs appréhensions. Nous sommes donc dans une véritable histoire d’amour avec un grand A, pour notre plus grand plaisir.

Côté graphismes, j’adore! Le trait est fin, le découpage est fluide et les expressions des personnages sont très bien représentées sans tomber dans l’extrême et les clichés que l’on à le droit habituellement dans un manga. Pour l’édition limitée Perfect, Makoto a entièrement redessiner ce manga, pour notre plus grand plaisir!

En bref, autant au niveau de l’histoire que du dessin, j’ai adoré! Yellow étant un yaoï soft, je le recommanderais à toute personne faisant ses premiers pas dans le monde du boy’s love. J’ai hâte de lire la suite!

[Chronique] The Gardener, Volume 1 – Marc G.

[Chronique] The Gardener, Volume 1 – Marc G.

the gardener 1


Ambroise Archibald, jeune homme fortuné et bien mis de sa personne, s’est retiré au manoir familial après quelques soucis de santé. Il y coule des jours paisibles jusqu’à sa rencontre avec Léo, le jardinier en charge du domaine. Il est alors confronté à un homme qui ne lui ressemble en rien et qui va pourtant susciter chez lui une vive émotion.

Mon avis

The Gardener est un webcomic publié périodiquement sur internet que je suit depuis bientôt un an, il était donc temps que je vous en parle, de cette petite perle! Ce webcomic met en scène Ambroise, un jeune homme fortuné en convalescence au manoir familial après un accident de polo. En se baladant sur le domaine, il fait la rencontre de Léo, le jardinier et c’est le coup de foudre pour notre convalescent…

Contrairement à d’autres boy’s love, l’auteur prend tout son temps pour installer la romance entre nos deux protagonistes et il en va de même pour les scènes de sexe, qui au final sont peu nombreuses et plutôt bien intégrées à l’histoire.  Au contraire, Ambroise et Léo apprennent à se connaître, et pour l’un passer au dessus de ses petites appréhensions (c’est qu’il est timide notre Ambroise!), et passer sur ses préjugés pour l’autre.

J’ai eu un petit coup de cœur pour Eugène, le majordome de la famille. Il s’occupe de l’emploi du temps d’Ambroise et de sa remise en forme. Quant à Léo, il a tout de l’ours mal léché, mais on sent tout de même une certaine sensibilité derrière. Comme dit plus haut, Ambroise devient timide quand il s’agit de son jardinier, ce qui donne des situations parfois cocasses.

Côté graphisme, on sent une inspiration tirée des comics pour le design des visages et des corps, et une influence du style graphique des mangas pour ce qui est du découpage des scènes et des expressions des personnages, le tout restant très cohérent, offrant au lecteur un webcomic de qualité.

En bref, j’ai passé un bon moment avec The Gardener, que ce soit au niveau des graphismes ou de l’histoire, j’en ressort séduite!

Lire The Gardener

the gardener illu

©MG

[Chronique] Viewfinder, Volume 2 – Ayano Yamane

[Chronique] Viewfinder, Volume 2 – Ayano Yamane

viewfinder 2


Après sa confrontation avec Asami et les yakuzas au Japon, Feilong, le chef de la mafia chinoise rentre à Hongkong. Il se souvient alors de sa première rencontre avec Asami, il y a longtemps, quand son père était encore en vie et qu’il officiait sous les ordres de son frère Yancui comme éxécuteur de la mafia de Hong Kong. C’est à ce moment qu’est apparu Asami, qui bouleversa la vie de Feilong jusqu’à laisser des traces indélébiles…

Mon avis

Je m’attendais beaucoup à ce que l’on voit la relation Takaba/Asami évoluer, mais ce n’est pas le cas. En dehors d’un chapitre, le reste du manga est un flashback sur la vie de Feilong, personnage que l’on croisera bien plus souvent dans le tome 03 et la suite de D.N.A of Love.

Viewfinder : En effet, en dehors du premier chapitre, on ne revoit plus du tout Takaba. Ça faisait un petit moment qu’il ne voyait plus Asami et il cherchait des réponses. Comme une de ses connaissances qui est dans la police en cherchait aussi, ils se rendent ensemble dans un des clubs super-select’ de Asami, dans l’espoir de trouver des réponses, mais tout ne se passera pas comme ils l’auront prévu!

Même si on regrette (énormément) que Yamane laisse Takaba de côté pour introduire Feilong, l’histoire de ce dernier est intéressante, puisqu’elle met en scène sa rencontre avec Asami, ce qui nous laisse imaginer que ce ne sera pas simple dans les prochains tomes pour Takaba, si Feilong a toujours envie de Asami…

Nous ne savons pas si Feilong va revenir auprès de Asami pour se venger ou jouer avec lui, voir même essayer de construire un semblant de relation, la mangaka s’étant vraiment penché uniquement sur leur passé commun. Ce deuxième tome est donc ce que l’on pourrait appeler un tome d’introduction pour la suite.

En bref, une bonne suite pour Viewfinder, même si je regrette de ne pas avoir vu plus que ça Takaba. L’introduction de Feilong est extrêmement longue, mais met en avant les sentiments qu’il y a eu à ce moment là. J’ai hâte de lire la suite!

D.N.A of Love : Histoire bien moins complexe que Viewfinder, je ne m’attendais pas à ce qu’une suite sois publiée dans ce tome. Dans ce chapitre, on reprend les deux amis Hiyama et Mizuno. La mère de ce dernier étant partie en voyage, c’est son père qui s’occupe de la cuisine. Mais il cuisine tellement mal que Mizuno tombe malade. Quand le père de Hiyama l’apprend, il prétexte une visite de courtoisie pour aller les voir, mais surtout pour voir son amant, qui est autre que le père de Mizuno… Pendant que les adultes discutent au rez-de-chaussé, Mizuno en profite pour sauter sur son camarade, qui finit une fois de plus par se laisser faire…

Ce n’était pas ma nouvelle préférée dans le premier tome, ça a été une surprise de la voir continuer ici. Malheureusement, une certaine routine se dessine petit à petit, celle de Mizuno qui saute sur Hiyama qui fini toujours par accepter. Espérons que Yamane ne continuera pas dans cette voie-là.

En bref, le tome complet m’a plu, mais je reste un peu déçue de ne pas voir plus que ça Takaba, j’en attend beaucoup du troisième tome et de l’évolution de la relation entre Asami et le jeune photographe, qui se retrouvera très certainement parasitée par Feilong.

[Chronique] GMO Project : Homecoming – 6san & Creative Alchemy

[Chronique] GMO Project : Homecoming – 6san & Creative Alchemy

homecoming

  • Auto-édition (2013)
  • Genre : Romance M/M
  • Plus disponible

Doujinshi sur KainxCamille dessiné par Caim-Thomas et scénarisé par 6san.

Mon avis

Ce doujinshi est une tranche de vie concernant Kain et Camille, suite à la guérison du dernier. Kain rentre chez eux, et au lieu d’aller voir Camille directement, s’occupe de leur petit chat, Cecil, ce qui rend son amant un peu jaloux. Camille dit regretter le Kain du passé, et ce dernier va lui prouver au lit qu’il n’a rien à regretter… Quel plaisir de voir ces deux-là dans un doujinshi, et aller bien plus loin qu’avec le roman et ses belles illustrations. Et puis Cecil est tellement mignon! Comme c’est avant tout visuel, on va se concentrer sur la partie graphique.

Les dessins sont très bien faits, le trait est simple. Les personnages sont bien proportionnés d’une case à l’autre et leurs visages sont très expressifs malgré la simplicité du trait. Côté découpage des cases, le tout est assez classique mais ça se laisse lire. Quant aux scènes de sexes, elles sont explicites, après tout cela reste un boy’s love. Ces scènes ne laissent pas indifférentes, sans toutefois tomber dans le vulgaire. Et je le répète Cecil est vraiment mignon!

En bref, ce doujinshi est complémentaire à la saga GMO Project sans forcément être indispensable, mais il serait dommage de ne pas le lire…

homecoming dédicace

[Chronique] GMO Project, tome 2 – 6san

[Chronique] GMO Project, tome 2 – 6san

GMO project 2

  • Auto-édition (2013)
  • Pages : 492
  • Genre : Science-fiction, M/M
  • En cours de réécriture

Les résidents du Centre prennent petit à petit leur envol, suite à la rébellion de Ruby qui s’est sacrifiée pour Rain. Chacun mène sa vie à sa façon, mais tout le monde n’est pas au bout de ses peines.
Kain se bat aux côtés de Camille pour l’aider à combattre sa maladie et trouver une solution, Glenn désormais une idole s’éloignera de ses camarades pour vivre sa vie tandis que Cody démarrera une carrière dans le free-fight. Sans oublier de nouvelles rencontres qui permettront à nos héros de découvrir le monde extérieur du Centre.
Venez découvrir le destin des GMO dans le dernier volet de la saga mêlant aventure et sentiments.

Mon avis

GMO Project est à la base une webfiction publiée gratuitement et périodiquement sur le site officiel de la saga, suivi par pas moins de 3700 personnes à l’heure où je tape cet article! Comment passer à côté de ce phénomène boy’s love made in France?

Ce deuxième tome reprend nos GMO là où nous les avions laissés dans le premier. Ruby et Richter sont en couple, la première s’est sacrifiée pour faire revivre Rain, qui lui vit le parfait amour avec Shin malgré un départ assez… compliqué, Cody démarre sa carrière dans le free-fight, tandis que son compagnon, Glen, commence sa carrière d’idole, mais entre eux rien ne va plus. Kain est de plus en proche de Camille et le soutient totalement pendant sa longue hospitalisation, et Gush et Stella préparent leur avenir également, tandis que Youri, le Gouverneur du Centre, se dénonce aux autorités pour son projet GMO, ce qui chamboulera les petites vies de ses protégés.

Nous suivons chacun des GMO et leurs créateurs, ce qui nous permet de bien comprendre chaque point de vue et mieux saisir leur motivation par moment. Étant donné que Ruby était réduite à un tas de cendre, elle ne m’a pas tellement manquée, j’ai apprécié ne pas l’avoir à chaque fois qui essaye de diriger tout et n’importe quoi au sein du Centre, comme dans le premier tome (on peut dire que ce n’est pas un de mes personnages préférés). Encore une fois j’ai apprécié que les sentiments soient plus mis en avant que les scènes de sexe, donnant une pointe de réalisme à l’histoire. L’action est omniprésente, le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer en passant d’un personnage à l’autre.

Nous découvrons dans ce tome le passé des protégés d’Ivan : Will et Zack. Un chapitre particulièrement touchant et triste qui relate leur rencontre et ce qu’ils ont vécu avant d’être placé en foyer. L’auteur retranscris avec habilité les sentiments de ses personnages, faisant ressentir au lecteur la profondeur de ces derniers. Ajoutons à cela une écriture fluide qui transporte très facilement le lecteur dans l’univers des GMO, ce qui en fait un tome parfait, malgré les petites coquilles et quelques fautes que j’ai pu relever.

Comme pour le premier tome, nous nous retrouvons avec une belle galerie d’illustrations par Nominee84 et Lehanan, deux dessinateurs/trices dont j’ai eu un coup de cœur pour leurs illustrations dans le tome précédent. Je suis ravie de les retrouvés ici encore une fois.

En bref, la saga GMO Project, c’est un coup de cœur pour moi, je suis absolument satisfaite de cette lecture! 🙂

[Chronique] Le jeu du chat et de la souris, Volume 1 – Setona Mizushiro

[Chronique] Le jeu du chat et de la souris, Volume 1 – Setona Mizushiro

le jeu du chat et de la souris 1


A cause de son caractère indécis. Kyoïchi s’est laissé prendre plusieurs fois au piège de l’adultère. Mais un jour apparaît devant lui un homme que son épouse a engagé pour enquêter sur ses infidélités: il s’agit d’Imagasé, un garçon qu’il a connu à la fac. Ce dernier accepte de garder le secret. Mais en échange, il lui réclame son corps… Entre les deux hommes, c’est le début d’une histoire d’amour qui ne manquera pas de vous serrer le cœur.

Mon avis

Kyoïchi va avoir trente ans, il est hétéro et n’a jamais connu l’amour, le vrai. Plusieurs filles l’on pourtant aimé, mais ça n’a jamais été réciproque. Par peur d’être trop insistant, il n’a jamais fait le premier pas, que ce soit un baisé, pour coucher ou un rendez-vous, et par culpabilité, il n’a jamais su dire non quand quelqu’un lui demandait de coucher avec, même pendant son mariage. Sa femme, ayant des doutes, engage un détective privé qui n’est autre que Imagasé, un ancien camarade de Kyoïchi à la fac, et qui était éperdument amoureux de lui. Ce qu’il va lui proposer est simple : en échange de son corps, Imagasé ne dira rien à la femme de Kyoïchi, qui pourra continuer à jouer les maris « fidèle ». Quelques jours après, sa femme le quitte, voyant que leur relation ne mène à rien, laissant le champ libre à Imagasé qui en profite pour s’installer chez Kyoïchi…

Si je devais conseiller un manga pour commencer à lire du yaoï, je citerais celui-ci sans hésiter. Comparé aux autres mangas du même genre, Le jeu du chat et de la souris et plutôt un manga mature beaucoup plus axé sur les sentiments que le sexe en lui-même, bref un yaoï plutôt psychologique. Un autre code du yaoï est bouleversé, concernant l’uke et le seme qui sont normalement respectivement jeune=uke plus âgé/plus mature=seme (on retrouve les définitions ici), et qui se retrouve totalement inversé dans ce tome-ci. En effet, Imagasé est le seme et Kyoïchi est l’uke. Un premier tome plutôt soft, pas trop cru, bref tout ce qui pourrait plaire à quelqu’un débute dans la lecture de yaoï.

Concernant le dessin, c’est un peu fouillis, le trait est propre, le découpage des cases est fluide et on arrive à suivre les flashbacks, mais une impression par moment de dessin bâclé à la va vite reste quand même, mais que l’on pardonne à l’auteur étant donné que Le jeu du chat et de la souris est une de ses premières publications.

En bref, un bon premier tome que je conseille à toute personne voulant se lancer dans le yaoï !

[Chronique] GMO Project, Tome 1 – 6san

[Chronique] GMO Project, Tome 1 – 6san

gmo project 1

  • Auto-Edition (2012)
  • Pages : 453
  • Genre : Science-Fiction, M/M
  • En cours de réécriture

Douze adolescents aux pouvoirs hors du commun vivent depuis toujours dans un centre de la Terces Corporation, une entreprise pharmaceutique, qui répond à leurs besoins et toutes leurs envies. Ruby, flamboyante télékinésiste, troublée par des rêves plus vrais que nature, se met à douter de leurs origines. Elle entraine alors avec elle tous ses compagnons dans une quête infernale pour la vérité.
Mais cette aventure est périlleuse et ils devront se tenir prêts à bien des sacrifices pour découvrir leurs véritables origines : leur innocence, leurs amis, voire peut être leur vie. Au cours de leur périple, les liens se resserrent et d’autres se dévoilent. L’amour et l’amitié seront mis à rude épreuve. Doivent ils se réjouir ou trembler de peur avant de partir à la recherche de leur passé ? Une chose est sûre : ils ne sont pas seuls !

Mon avis

GMO Project est une saga que j’ai découvert sur internet l’année dernière, quelques mois avant Japan Expo. Malheureusement pour moi, la lecture sur écran me donne des migraines pas possible, je m’étais donc résolue à ne pas suivre la saga, jusqu’au moment où j’ai appris que la version papier allait sortir, je ne vous raconte pas mon bonheur quand j’ai reçu mon premier tome ~

GMO « Genetically Modified Organism »

Ruby, une GMO, vit avec ses amis dans un centre dirigé par le Gouverneur, qui les a vus grandir, évoluer et surtout qui les a accompagnés pendant le développement de leurs dons.

Mais Ruby fait de plus en plus de rêves où elle voit son passé et commence à réfléchir sur sa venue dans le Centre… Étaient-ils tous réellement orphelins, sans familles ? Que s’est-il passé pour qu’ils se retrouvent au Centre avec leurs capacités spéciales ? Et pourquoi personne ne veut leur dire la vérité ? Avec ses amies Stella et Glen, elles feront tout pour découvrir la vérité, mais cette dernière à un prix bien élevé…

Par où commencer ? Tout d’abord, ce roman est un boy’s love, mais il n’y a pas que des relations homosexuelles et toutes les situations ne sont pas prétextes à coucher, comme j’ai pu le voir plusieurs fois dans certaines fictions. Les sentiments que partagent les protagonistes sont placés en avant, donnant une pointe de réalisme à notre histoire. Rajoutez à ça les hormones de nos adolescents qui commencent à ne plus voir qu’en eux des coéquipiers ou des membres d’une famille de cœur, mais bien plus que ça.

Côté capacités spéciales, nous sommes gâtés ! Télékinésie, force surhumaine, contrôle mental, médiumnité, régénération… J’en oublie sûrement, surtout que certains des GMO, comme Ruby, Glen et Richter mutent et apprennent de nouvelles capacités qui s’ajoutent aux premières. Pour limiter ces capacités et toujours avoir un contrôle sur leurs sujets test, les scientifiques du centre ont créés des bracelets électroniques. D’ailleurs à ce sujet, dans la scène de la piscine avec Shin et Rain, ce dernier se sert de sa capacité alors qu’il porte un bracelet et il n’est précisé nulle part qu’il l’enlève ou quoi que ce soit. Enfin comme ça n’arrive qu’au début du tome (donc fait parti des toutes premières publications de 6san), on lui pardonne cet oubli 😉

Durant toute ma lecture, je n’ai vraiment pas eu le temps de m’ennuyer étant donné que l’action est omniprésente et que l’on va de révélations en révélations. J’ai plus particulièrement aimé suivre les couples CodyxGlen et KainxCamille (d’ailleurs j’ai le doujinshi sur ces derniers dédicacé par l’auteur et l’illustratrice, acquis à Japan Expo, j’en parlerais après ma lecture du deuxième tome ~)

La galerie d’illustrations est bien fournie et j’ai eu un coup de cœur pour celles de Nominee84, LAS-T et Lehanan, vous pouvez en voir certaines sur le site officiel de la saga. Quant à la couverture, avec ses nuances bleu-gris est particulièrement jolie et me renvoie vers le style graphique du manga Akira.

En bref, une lecture fort sympathique et je file de ce pas commander le deuxième tome !

[Chronique] Viewfinder, Volume 1 – Ayano Yamane

[Chronique] Viewfinder, Volume 1 – Ayano Yamane

viewfinder 1


Takaba Akihito est photographe indépendant et son travail l’amène à prendre de nombreux risques. À cause d’un scoop trop vite étouffé, il se met à dos Asami, un dangereux mais séduisant yakuza. Pourra-t-il lui échapper ?

Mon avis

Viewfinder est LE yaoi incontournable de la collection Asuka Boy’s Love ! Paru dans le magazine de prépublication BexBoy, il a su me tapé dans l’œil et j’ai profité de la Japan Expo de cette année pour pouvoir me le procurer…

Le yaoi, c’est quoi ? Le mot yaoi est un terme employé pour caractériser une histoire lorsque celle-ci fait référence à des relations homosexuelles entre deux hommes. Généralement il y a un Seme (dominant) et un Uke (soumis) dans les relations présentées dans les Boy’s Love.

Bref, Viewfinder c’est l’histoire de Takaba, un jeune photographe cherchant des scoops grâce à une source policière, qui se retrouve à poursuivre Asami, un yakuza plutôt connu pour ses trafics de drogue. Sachant que Takaba essaye à tout prix de prendre un cliché de lui dans une situation compromettante, il l’enlèvera et lui fera subir toute sorte de sévices sexuels particulièrement hard (ici le ”public averti” en couverture prend tout son sens) qui finiront au final par plaire au photographe, qui apparemment n’a pas l’air d’être traumatisé de ce faire violer à chaque chapitre… Mais le dernier chapitre nous laisses entrevoir que cette relation évoluera sûrement par de l’amour, ce que nous espérons pour Takaba ! Mais ce premier tome est composé de trois autres histoires, Love Lesson, D.N.A of Love, et Risky Society : God Bless my Justice.

Love Lesson : Histoire plutôt simpliste mettant en scène Yûsuke, un jeune élève de seconde qui se fait ”toucher” par un pervers dans le bus le conduisant à son école. Heureusement, Ichijô, un élève de terminal qui prenait le même bus, le défend et lui permet de se tirer de cette situation quelque peu honteuse. Mais Ichijô n’est pas celui qu’il laisse prétendre, et cherchant Yûsuke, trouve le moyen de coucher avec et de remettre ça à plus tard en lui piquant son paquet de cigarettes. Ce n’est pas mon histoire favorite en tout cas.

D.N.A of Love : Cette fois-ci l’auteur met en scène Hiyama qui a surprit son père et celui de son ami Mizuno à l’hôtel où il livrait du vin, qui se tiennent la main et qui on l’air plus que proche. Persuadé qu’il se passe quelque chose entre eux deux, il prévient Mizuno qui décide de se rendre là-bas pour en avoir le cœur net. Ils tombent sur leurs pères main dans la main, et prennent la décision de prendre la chambre voisine à celle de leurs pères, mais une fois sur place, Hiyama succombe à l’envie de faire la même chose à Mizuno, qui malgré quelques réticences, finira par se laisser faire…

Risky Society – God Bless my Justice : Risky Society est une organisation gouvernementale qui forme des personnes ayant des capacités spéciales, comme la télékinésie, le télépathie, la force surhumaine, ect. Ici nous suivons Tôdô Akira, Yûto Myashita et Rei Yukimura, trois agents de la RS en plein travail. Nous remontons sur l’arrivée d’Akira à l’agence 3 mois plutôt, pour finir au final sur une affaire qui tourne mal et qui finit, on ne le sait comment, dans le lit de Rei, qui couche avec Akira. Cette histoire est très brouillon, et aurait mérité d’être un peu plus travaillée.

Au niveau du dessin, les personnages sont très expressifs et nous emmènent dans un univers à part entière, cohérent. Les dessins sont détaillés, assez mature. Chaque personnage à son caractère propre mit en relief par une diversité visuelle intéressante. En bref, un plaisir pour les yeux !