Archives de
Étiquette : aincrad

[Chronique] Sword Art Online, tome 2 : Fairy Dance – Reki Kawahara

[Chronique] Sword Art Online, tome 2 : Fairy Dance – Reki Kawahara

sword art online 2


Kazuto Kirigaya, plus connu sous le pseudonyme de Kirito, revient sain et sauf de sa quête de la forteresse d’Aincrad, alors qu’Asuna “l’Éclair Fulgurant” , la fille dont il est tombé éperdument amoureux à l’intérieur de SAO ne se réveille malheureusement pas de son long coma…
Kazuto se rend à l’hôpital autant qu’il le peut pour veiller sur elle, soutenu par sa sœur Suguha. C’est lors d’une de ces visites que Kazuto apprend de la bouche même de Nobuyuki Sugô, un ingénieur-programmeur, que ce dernier est sur le point de se marier avec Asuna sans attendre son réveil.
Au même moment, Agil, un ancien compagnon de lutte de Kazuto, lui signale qu’un avatar ressemblant étrangement à Asuna, serait retenu prisonnier dans un nouveau VRMMO qui fait fureur :  “ALfheim Online” ! 

Mon avis

Kazuto Kirigaya se réveille à l’hôpital, après avoir passé deux ans dans le VRMMO Sword Art Online sous le pseudo Kirito. Deux mois plus tard, il est toujours à l’hôpital, mais plus qu’en simple visiteur. En effet, il rend visite quotidiennement à Asuna, toujours endormie, accrochée à son Nerve Gear. Kazuto est désespéré et ne sait quoi faire pour sauver la fille qu’il aime. Mais l’espoir revient quand Agil, un ancien joueur de SAO lui parle de ALfheim Online, un nouveau VRMMO qui fait fureur, er où l’on a pu apercevoir une jeune fille enfermée dans une cage qui ressemble étrangement à Asuna. Le jeune homme va donc se lancer dans ce jeu pour sauver celle qu’il aime…

Fairy Dance est la suite de Aincrad, le premier tome de cette saga. Comme le précédent, ce livre regroupe deux tomes de la version japonaise, mais cette fois-ci le récit n’est absolument pas décousu, on garde une certaine continuité jusqu’au bout. Autre nouveauté, nous ne suivons plus uniquement le point de vue de Kazuto, mais également celui de sa sœur, Suguha et pendant quelques instants, celui de Asuna. Notre personnage principal n’est pas seul, et cela permet d’avoir un point de vue extérieur sur la situation qui n’est pas désagréable. 

Je n’étais sûr d’être en vie qu’au beau milieu de la mort.
– Kirito

Nous avons donc affaire ici à un nouveau jeu. Exit Sword Art Online et sa politique meurtrière, bonjour à ALfheim Online. Un nouvel univers, de nouvelles règles, de nouvelles compétences à apprendre, avec ici la magie qui n’avait pas voix au chapitre dans le premier tome. Dans ALO, les joueurs incarnent des fées et par conséquent réalisent le rêve des hommes : voler. C’est un jeu où le Player Killer est fortement encouragé, et dont le but est d’atteindre le sommet de l’Arbre Monde, une quête qui s’avère bien plus difficile que d’atteindre le dernier étage de l’Aincrad.

Je reste tout de même assez surprise que ALO ai marché, commercialement parlant, alors qu’il est sorti quelques temps après la capture des joueurs dans SAO. On aurait pu croire que les gens seraient vaccinés, mais bon ! Bienvenue dans ALfheim Online, un jeu dans lequel on ne peut mourir définitivement, mais qui cache une réalité terrifiante…

On alterne dans ce deuxième tome entre des phases in game et IRL, puisque l’on peut sortir du jeu normalement. On va donc voir Kazuto évoluer dans la vie réelle, aux côtés de sa sœur Suguha, qui pratique le kendo. Le jeune homme va devoir réapprendre à vivre dans un monde sans épées dans le dos, plus de compétences spéciales, reprendre l’école, reprendre tout simplement le cours de sa vie, même si Asuna occupe toutes ses pensées. Son retour à la réalité peut-il être complet sans le retour de l’Éclair Fulgurant ?

En bref, Fairy Dance est une bonne suite pour Sword Art Online. Un nouvel ennemi, un nouveau jeu, de nouveaux personnages, tous les ingrédients sont là pour revivre une aventure aux côtés de Kirito, sans le côté mortel dans la balance. On apprécie la continuité, et que ce tome ne soit pas décousu comme le précédent, permettant de mieux apprécier cette nouvelle lecture.

[Chronique] Sword Art Online, tome 1 : Aincrad – Reki Kawahara

[Chronique] Sword Art Online, tome 1 : Aincrad – Reki Kawahara

SAO 1


Un “game over” entraînera une mort réelle.
Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online.
Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna, une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier.
Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi. 

Merci aux éditions Ofelbe et à Babelio pour cette lecture !

Mon avis

Kirito se connecte à son nouveau jeu, Sword Art Online. Il a eu la chance de l’essayer en avant-première en tant que bêta-testeur et a tout de suite adhéré au côté immersif du jeu. Car SAO est une simulation. Pendant que le corps est en “veille”, le joueur connecté à un casque de réalité virtuelle va pouvoir se projeter littéralement dans le jeu. Mais au moment de se déconnecter, il remarque que le bouton pour quitter le jeu a tout bonnement disparu. C’est là que le créateur du jeu fait son apparition et annonce aux 10.000 joueurs qu’ils ne peuvent pas réintégrer leurs corps et la vie réelle car il les a tout simplement bloqués dans le jeu, volontairement. Comment faire pour sortir ? Il faut battre le dernier boss du niveau 100 et ça ne va pas être simple quand un Game Over est définitif et vous tue autant dans le jeu que dans la vie réelle…

Vous êtes bien dans un jeu-vidéo, mais vous n’êtes plus là pour jouer.

Sword Art Online est à la base un roman, adapté en animé et en manga, ce que l’on appelle communément un Light Novel. Très répandus au Japon, ça l’est un peu moins en France où nos éditeurs ne publient que les Light Novel des grosses séries : Naruto, One Pièce, Fairy Tail, Vampire Knight… Et c’est dommage, car je trouve ces romans très complémentaires aux mangas, généralement. Heureusement pour nous, c’est là qu’interviennent les éditions Ofelbe avec un catalogue 100% Light Novel !

Dans la première partie, nous allons suivre l’évolution de Kirito et du monde virtuel, comment les joueurs qui veulent se battre s’organisent  pour tenter de survivre, les clans qui se montent, les tensions… Mais aussi dans la deuxième partie, on suit les joueurs plus bas niveau, ceux qui ont peur de sortir de la ville, ceux qui tiennent les commerces, qui tentent de s’organiser sans avoir à risquer leurs vies, mais avec aussi ceux qui le vivent très mal psychologiquement, et ceux qui vont jusqu’au suicide, ne supportant plus de rester dans l’Aincrad. C’est ainsi que la deuxième partie se concentre sur quatre histoires, quatre jeunes filles qui croisent la route de Kirito

On retrouve les codes du shonen, ce qui est assez dérangeant au début mais on s’y fait. Par contre, ça devient vraiment… étrange quand on lit une scène de fan service. C’est déjà assez dérangeant dans les shonen, mais à l’écrit ça l’est plus. Imaginez, dans les anime, la scène banale de la fille qui tombe sur le héros, qui malencontreusement tâte un de ses seins pendant la chute, avec une tête de débile qui bave, la fille qui s’énerve et lui tape dessus avant de continuer l’histoire. Imaginez ça, décrit dans un roman avec les pensées du perso principal. C’est… gênant.

Il y a aussi pas mal de raccourcis de pris, ce que j’imagine être le découpage du manga, très certainement. Ainsi, l’histoire donne l’impression de se dérouler sur une semaine, alors qu’elle se passe sur deux bonnes années. Mais ça n’enlève rien au fait que c’est bien écrit, le vocabulaire est à la portée de tous, même le vocabulaire propre aux jeux-vidéos, car un lexique à la fin du roman explique tout ce qu’il faut savoir.

Quant aux illustrations, c’est magnifique. Je me demande si elles sont tirées du manga ou dessinées à l’occasion pour le roman, mais c’est du beau travail : le trait est propre, les personnages sont très expressifs, bref tout ça me donne très très envie de me pencher sur la version manga et la version anime de Sword Art Online. Vivement la suite !