Archives de
Étiquette : twilight

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

[Chronique] Hésitation – Stephenie Meyer

hésitation


« Deux futurs, deux âmes sœurs… C’était trop pour une seule personne. Je compris que ce n’était pas Edward et Jacob que j’avais essayé de réconcilier, c’étaient les deux parts de moi-même, la Bella d’Edward et la Bella de Jacob. Malheureusement, elles ne pouvaient coexister et j’avais eu tort de tenter de les y contraindre. A présent, je ne doute pas de ce que je désire, ni de ce dont j’ai besoin… ni de ce que je vais faire, là, maintenant. »

Mon avis

Je l’avais dit, je ne relirais que les deux derniers tomes si on me demandait de le faire : « Un livre au hasard » de Livraddict m’a fait sortir celui-ci de ma PàL. Plus qu’un, et j’enterre cette saga !

Encore une fois, Bella court un grave danger ! Victoria, toujours dans l’optique du « t’as tué mon copain, je vais tuer ta copine », lève une armée de jeunes vampires pour détruire tout ce beau monde. Sauf que ça risque de faire venir les Volturi qui ne manqueront pas de remarquer que Bella est toujours une humaine, il faut donc se charger du problème au plus vite. Et Jacob étale ses sentiments en long, large et travers, où Bella finira par dire « Je t’aime »… Alors qu’elle va se marier >.>

Ma relecture a été plus simple qu’avec les deux premiers tomes, j’en suis quelque peu satisfaite. Je m’attendais à passer la semaine sur ce roman, j’y ai passé que trois jours ! Mais là où j’y avais vu qu’un triangle amoureux avec une petite bataille il y a cinq ans, cette fois-ci j’ai pris conscience de choses qui m’ont fait grincer des dents.

Je sais que l’auteure est mormone est que ça penche énormément dans la balance de ses choix concernant le caractère de ses personnages, mais était-elle obligée de faire d’Edward un personnage totalement désagréable qui passe son temps à rabaisser Bella? Entre les « tu es trop maladroite » et les « que tu es sotte », c’est la fête! Mais qu’en plus Bella le laisse dire et confirme ses propos à coup de « je suis tellement sotte… toi qui est 10 fois plus intelligent que moi! », non ! Non, il y a un moment où la femme doit commencer à se respecter, et ce n’est pas avec ce style de comportement qu’elle y arrivera… M’enfin, c’est un personnage de fiction adulée par des hordes de jeunes filles qui prennent souvent leurs personnages préférés en exemple…

C’est aussi la question du mariage que je remet en cause, parce que Bella l’accepte à contrecœur, juste pour avoir ce qu’elle veut (à savoir : être transformée en vampire et être dépucelée). Et elle accepte tout : le mariage, qu’il paye ses études, ect… Elle se vend pour pouvoir coucher avec son mec et devenir un vampire… Il y a des mots pour qualifier ce genre de chose. Mais je crois que je vais m’arrêter là pour ce sujet.

Et je le redis encore une fois, mais c’est tellement dommage, vraiment. Parce que l’auteur a une bonne plume, elle a un vocabulaire très riche, mais elle ne sait pas construire l’histoire qui va avec. C’est un véritable gâchis.

Bon et bien… Plus qu’un et j’en suis débarrassée! 😀

[Chronique] Tentation – Stephenie Meyer

[Chronique] Tentation – Stephenie Meyer

tentation

  • Éditeur : Hachette (2006)
  • Pages : 576
  • Genre : Romance fantastique
  • Prix : 8.99€
  • Acheter Tentation

« Tu ne me reverras plus. Je ne reviendrai pas. Poursuis ta vie, je ne m’en mêlerai plus. Ce sera comme si je n’avais jamais existé. » Rejetée par celui qu’elle aime passionnément, Bella ne s’en relève pas. Fascinée par un vampire, comment pourrait-elle retrouver goût à la pâle existence humaine ? Pourtant il faut vivre. Mais Bella n’a de goût pour rien, sinon le danger : alors elle entend la voix d’Edward, et éprouve l’illusion de sa présence. Comme s’il ne l’avait pas abandonnée, comme s’il tenait encore à elle. Bella échappera-t-elle à cette obsession amoureuse qui la hante ? A quel prix ?

Mon avis

Quand j’ai décidé l’année dernière de relire ma petite collection que je possédais (qui depuis à grandi, c’est devenu un beau bébé de plus de 300 livres… hum), la saga des vampires végétariens ne pouvait pas passer à travers les mailles du filet : elle aussi, je vais la relire. Sachant que le jour de ma première lecture, j’avais beaucoup apprécié cette saga, ma relecture cinq ans après me semble amère, parce qu’aujourd’hui je n’aime plus cette saga. Je n’ai pas flanché face aux détracteurs qui n’ont vu que les films (et je vous comprends…), mais j’ai juste eu un œil plus mature sur une saga que je n’aurais même pas pris la peine de continuer à lire si elle était sortie cette année.

Reprenons l’histoire, et ce deuxième tome qui annonce le triangle amoureux que nous aurons par la suite (et donc la gueguerre qu’on avait eu, team Edward ou team Jacob, guerre que je trouvais puérile à l’époque). Un tome où Bella va se faire larguer par son vampire, et qui va vivre pendant quatre mois en dépression, et va tenter de s’accrocher à Jacob pour sortir la tête de l’eau. Mais ce n’est qu’une fois que ça va mieux, que Jacob devient un loup-garou et devient donc distant avec elle, pour se rapprocher ensuite de l’humaine, qui filera avec Alice pour retrouver Edward. Oui. Bon. Vu comme ça, c’est négatif.

Ce que je n’ai pas aimé, c’est Bella. Se taper une dépression parce qu’on se fait larguer après six/sept mois de relation, faut pas exagérer non plus. Elle réalise par la suite que si elle se met dans des situations quasi-suicidaires, elle entend la voix d’Edward, telle une hallucination, qui lui dit de ne pas faire de bêtises. Quelqu’un de normal fuirait ces hallucinations auditives, Bella les traque, quitte à filer aux urgences ou être sur le point de mourir. Et je trouve ça égoïste. Égoïste pour son père, pour ses amis, sa famille, mais surtout hypocrite pour Jacob, qui n’est en faite que la roue de secours de l’humaine. Bella au final joue avec les sentiments de son pote loup-garou pour ne pas le perdre, comme la scène où ils se revoient après sa transformation et qu’il l’envoie bouler puissance x1000, et qu’elle lui fait le coup qu’elle peut essayer de tomber (en gros) amoureuse de lui pour qu’ils puissent continuer à se voir. Bon, Jacob tombe dans le panneau, mais c’est débile. Quant à sa relation avec les vampires, les prendre de haut comme elle fait (sauf avec les Volturi, dommage d’ailleurs…), alors que ce sont juste des bêtes assoiffées de sang qui peuvent la tuer, je ne m’y fait toujours pas. Sa volonté à devenir un vampire avant la menace m’énerve également, limite elle est avec lui juste pour se faire transformer, et ça je ne comprends pas.

Ce que je ne comprends pas surtout, c’est que l’auteur écris très bien. Elle a un vocabulaire riche (j’ai appris pas mal de mots en lisant Twilight, si, si, je vous assure), elle raconte bien son histoire, c’est poétisé, c’est cohérent, tous les autres personnages sont logiques et intéressants, mais ses deux personnages principaux sont plats et détestables comme ce n’est pas permis. Et autre point incompréhensible pour moi, dans Midnight Sun (Twilight vu par Edward, jamais publié, mais trouvable sur internet), Edward ne me paraît pas détestable, et est présenté comme un être torturé, qui fait moins vampire-guimauve… Donc, je ne comprends pas pourquoi il me paraît comme ça dans Twilight vu par Bella…

En bref, je n’aime plus cette saga, et je crois que je continuerais ma relecture uniquement si on me demande de les sortir de ma PàL. Sinon bah… Ils y resteront.

[Chronique] Fascination – Stephenie Meyer

[Chronique] Fascination – Stephenie Meyer

Fascination


Pour laisser à sa mère la liberté d’accompagner son compagnon dans ses déplacements, Bella décide de quitter Phoenix et s’installe chez son père, chef de la police de Forks, petite bourgade de l’état de Washington. Au lycée, ses regards se portent sur Edward Cullen dont la beauté et le comportement la terrorisent et la fascinent. La passion qui naît entre eux ne peut que l’exposer à de nombreux dangers car Edward n’est pas un humain et elle le sait.

Mon avis

J’avais lu ce tome la première fois il y a 5 ans, et pour moi, à l’époque, c’était un très bon livre, avec une très bonne histoire et de l’action ! Que l’on peut être naïf à 15 ans… Le relire aujourd’hui m’a fait changer de point de vue sur la saga. Comme quoi relire sa biblio, ça a du bon ^^

Oubliez les films si vous n’avez pas lu ne serait-ce que le premier tome ! Dans la série  »adaptation mauvaise », il remporte haut la main ! Twilight, c’est l’histoire de Bella, une adolescente de 16 ans, un peu surdouée et irrévocablement maladroite, qui s’installe avec son père à Forks, la ville la plus humide des États-Unis. Sa route croisera Edward, vampire végétarien de son état, qui tente de lui faire comprendre qu’il reste un être dangereux, même si Bella ne semble pas être dotée d’instinct de survie. Jusqu’au jour où trois vampires tomberont sur elle, et que l’un d’eux voudra en finir avec…

Si vous cherchez de l’action dans Fascination, reposez ce livre tout de suite. C’est avant tout de la romance, et donc en dehors des trois derniers chapitres, vous risquez d’être déçus. Le reste de l’histoire se compose de l’arrivée de Bella, son arrivée au lycée, sa découverte des environs et des Cullen, sa drague minable mais qui fonctionne avec Jacob Black pour en apprendre plus sur la famille de vampires du coin. S’ensuit le jeu du chat et de la souris entre Bella et Edward, jusqu’à ce que ce dernier accepte de sortir avec elle. Bref, que de la romance.

Bella n’est pas un des personnages que j’apprécie. Avec son instinct de survie quasiment nul, et le fait qu’elle prenne trop souvent ses parents et son entourage -en dehors des vampires- de haut, comme si elle valait mieux qu’eux ne m’a pas du tout enchantée. Et Edward, vampire-guimauve au premier abord, qui se soucie trop de Bella… Cependant, il a plusieurs côtés sombre qui rattrapent le tout. Je pense avoir réussi à mieux le supporter grâce aux 12 premiers chapitres de Midnight Sun, Twilight vu par Edward, d’où l’on comprend mieux ses motivations vis-à vis de Bella, et surtout son côté  »torturé ».

Fascination, à lire au moins une fois, à condition que l’on n’y cherche pas trop d’action, et que les histoires basées sur la romance vous plaisent un minimum 😉

[Chronique] Vampire Knight, Volume 1 – Matsuri Hino

[Chronique] Vampire Knight, Volume 1 – Matsuri Hino

Vampire knight 1


A l’Académie Cross, internat réputé, la Night Class n’est composée que de beaux et brillants élèves. Mais derrière leur apparence de lycéens ordinaires, se cachent en réalité… des vampires!! Yûki et Zero sont tous deux des Gardiens, chargés de protéger ce secret. Yûki, convaincue d’une coexistance pacifique possible entre humains et vampires, prend son rôle très au sérieux… Alors que Zero nourrit une haine féroce contre ceux qu’il voit comme des monstres.

Mon avis

Yûki et Zéro sont gardiens à l’Académie Cross. En plus d’y être élèves et les enfants adoptifs du Directeur, ils doivent veiller à ce que les élèves de la classe de jour (Day Class) rencontrent le moins possible la classe de nuit (Night Class), car ces derniers ne sont autre que des vampires attirés par la moindre goûte de sang. Les élèves de la Day Class ignorent qu’ils partagent leur Académie avec des suceurs de sang, et la plupart d’entre eux sont déjà sous le charme de ces créatures, décrites comme belles, intelligentes, dotées de pouvoirs surhumains…

Vampire Knight est pour ainsi dire, le premier manga que j’ai découvert. C’est ce tome précis qui m’a donné envie d’en lire plus que de raison. Ah, 2007, tu fus vraiment une belle année ! J’ai donc commencé ma plongée avec ce shojo, aux graphismes bien particuliers.
Le thème du vampire + school life, c’est du vu et revu en 2015, c’en est même barbant. Mais à l’époque, ce n’était pas trop le cas, on avait pas encore découvert les ravages de Twilight et c’était très bien. On pouvait donc découvrir un manga aux évènements dramatiques, mais dont la mangaka, Matsuri Hino, a parsemé de touches d’humour. C’était le premier manga sérieux pour cette dame habituée aux comédies, on ne se détache pas facilement d’un genre !

Ce premier tome pose les bases, un triangle amoureux, et nous présente les quatre personnages que nous rencontrerons bien souvent. Nous avons donc ici Yûki, la première fille adoptive de Kurosu. Jeune fille candide avec un air innocent, elle ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour tout le monde – sauf pour elle – et se retrouve toujours dans les situations les plus compliquées. Gardienne de l’Académie, elle est accompagnée pour ça de Zéro, le fils adoptif. Il donne l’impression de s’ennuyer constamment. Du duo de gardiens, c’est celui qui a clairement plus la tête sur les épaules. Leur « Père » , Kurosu, est le directeur de l’Académie. Il a recueilli ses deux gardiens quand ils ont perdu leurs parents, à plusieurs années d’intervalles. Il est très clairement très, très loufoque. Et celui qui est le plus mystérieux n’est autre que Kaname, un vampire. Ayant sauvé Yûki il y a plusieurs années, on retiendra qu’il pense qu’à elle et frappe souvent les vampires qui lui sont inférieurs. (Spoiler : il devient plus intéressant dans les autres tomes).

Côté graphismes, ce que l’on notera tout d’abord, ce sont les yeux, qui sont énormes. C’est clairement ce qui marque le plus quand on commence Vampire Knight, mais qui peut aussi dérouter. Le tracé est fin, et les visages des personnages sont tous anguleux. Les hommes sont tous efféminés au niveau du visage, quand j’ai commencé ce manga en 2007, j’ai eu du mal à accepter que Kurosu était un homme. Pour moi, il est resté pendant de longues années une femme (oui, oui). Côté vampire, ce qui les distingue, c’est le costume blanc, les dents, les airs supérieurs, et surtout il y a clairement dans ce premier tome beaucoup plus d’hommes chez eux. Dans la Day Class, on rencontre que des jeunes filles (en dehors de Zéro), qui sont toutes (sauf une) sous le charme des vampires. C’est un côté assez réducteur, mais je me souvient que par la suite on rencontre enfin les jeunes hommes de la classe de jour. Les expressions sont parfois exagérées, on ressent bien que Matsuri Hino a du mal à quitter la comédie, mais dans la plupart des cas, elles sont plutôt bien rendues. Côté décors, ils sont sombres, lugubres, le sang coule dès le premier tome, indiquant que la suite ne sera pas forcément un school life normal…

En bref, le thème pourrait clairement rebuter aujourd’hui, on a trop mangé de vampires lycéens ces dernières années, mais étant donné que l’on n’y restera pas pendant toute la série, ça se laisse tenter !