Archives de
Étiquette : saga

[Chronique] Freaks’ Squeele, tome 1 : Etrange université – Florent Maudoux

[Chronique] Freaks’ Squeele, tome 1 : Etrange université – Florent Maudoux

freaks squeele étrange université


À la Faculté des Études Académiques des Héros, Chance, Xiong Mao et Ombre entament le cursus qui fera d’eux des super-héros aptes à sauver le monde et ses environs. Du moins l’espèrent-ils ! Ces trois nouvelles recrues vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié entre étudiants, les professeurs sadiques et le stress des examens. Une université pour apprendre à gérer son image et obtenir son permis de super héros : il fallait y penser !

Mon avis

Quand j’ai travaillé en librairie lors de mes cinq longues années Caennaises, j’ai fait de belles découvertes. C’était la partie cool du job. Elle était rangée à part, à hauteur de pieds – là où personne ne regardait. La tranche des BD a attiré mon regard. Quand j’ai vu « Florent Maudoux », il y a quelque chose qui me disait que ce nom ne m’était pas inconnu… Et j’ai mis une semaine à capter que ce nom est sur plusieurs affiches dans mon bureau, des affiches qui datent puisqu’elles sont toutes sorties du jeu Confrontation de feu Rackham ! #TeamPasDouée

Et il a fallu que je me fasse violence pour ne pas lire d’une traite la saga sur mon lieu de travail…

Nous suivons ici Chance, Ombre et Xiong Mao, tous trois élèves de la Faculté d’Études Académique… des Héros ! (FEAH)? Une école aux élèves particuliers (sorcière, loup, change-forme, valkyrie…), au gardien assez spécial pour ne pas en dire plus. Et le Directeur ? Il m’a tout l’air d’être un sacré radin qui visiblement, aime bien mettre en scène ses élèves pour avoir toujours plus.

Vous l’aurez deviné, nous sommes dans un univers où les héros ont limite pignon sur rue, où ils suivent des études pour avoir le droit d’exercer le métier de héros (à la One Punch Man pour les plus jeunes). Et c’est définitivement cool, tout ça. C’est cohérent, ça se lit d’une traite et nous ne sommes pas perdus. En effet, le premier tome installe l’univers, présente les personnages et nous intègre petit à petit à l’histoire bien particulière de nos trois élèves.

Un univers graphique qui ne ressemble à aucun autre

Côté dessin… Il n’y a rien à redire. C’est beau, c’est fluide. Les scènes de combats sont d’un style très cinéma, mélangé au coup de crayon qui se rapproche plus du manga, ça donne un sacré résultat. Le tout en noir et blanc, Florent Maudoux maîtrise son art et perso, j’en redemande.

En bref, j’ai aimé cette entrée en matière et j’ai très envie de découvrir la suite ! En furetant sur Elbakin et Livraddict, j’ai pu découvrir qu’il y avait également des one-shots, des spin-offs, un roman et peut-être un dessin animé – projet en stand-by depuis 2009. De longues heures de lecture en perspective !

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

kath 1

  • Éditeur : Éditions du Petit Caveau (2014)
  • Pages : 420
  • Genre : Fantasy
  • Prix : 18.90€
  • Acheter Kath, tome 1

Les vampires : une espèce plus ancienne que l’humanité.
Kath fut leur reine après avoir mené la rébellion contre son père, le premier d’entre eux.
Aujourd’hui, elle sort d’un long sommeil et découvre un monde changé. Une grande partie de sa mémoire a disparu durant son enfermement.
De la Sibérie aux États-Unis, en compagnie de son vassal, elle traque les indices qui l’aideront à reconstituer le fil de son histoire qui se confond avec celle de l’humanité.
Lorsque l’historien Jess Andrews croise sa route, il cherche à en savoir plus sur la mystérieuse inconnue et lève peu à peu le voile sur un univers étrange…

Mon avis

Kath est réveillée après plusieurs années passées, enfermée sous la glace dans une grotte. A son réveil, elle retrouve son fidèle vassal de toujours, Anthon Soldek. Amnésique, elle va tenter de retrouver sa mémoire, et pourquoi elle était endormie en Russie…

Je ne peux pas en dire plus sur le contenu du roman, car je n’ai absolument pas compris où voulait en venir l’auteur. Il n’y a aucun fil conducteur, on ne sait pas ce que veut faire Kath, pourquoi elle est réveillée, pourquoi nous avons l’impression que son vassal la manipule… Rien. Et c’est un énorme problème qui se justifie par le fait que l’auteur passe sous silence tous les moment importants qui nous aiderait à comprendre l’histoire de Kath.

En effet, Kristoff Valla saute d’un moment à l’autre avec beaucoup trop de rapidité. D’un paragraphe où Kath n’a plus de mémoire, dans une chambre d’un hôtel en Russie, qui ne se reconnaît pas en se regardant dans un miroir, pour passer au paragraphe suivant où elle sait qui elle est, qu’elle était reine des vampires, à Berlin, préparant le vol d’un collier important à ses yeux. Entre temps, on ne sait pas ce qui s’est passé. Et c’est comme ça tout le temps, si bien que nous n’essayons pas (et Kath non plus), de rechercher sa mémoire. Ou alors elle le fait, mais nous ne le savons pas.

Autre problème, la multitude de flashback. Autant au début, c’était très bien amené: suivant une situation, Kath avait des flashs de sa vie d’avant. Pendant qu’elle revivait ces différends moment, le temps s’écoulait autour d’elle. Mais à partir d’un moment, les flashs vont et viennent à chaque moment important, cassant la dynamique de l’histoire. En effet, difficile de quitter une bataille contre un commando de mercenaires pour se retrouver dans une soirée mondaine absolument calme.  Et c’est à partir de ces moment là que quand Kath à un flash, le temps s’arrête autour d’elle, à la fin des flashback nous reprenons l’histoire principale comme si rien n’avait eu lieu.

Les descriptions des scènes les plus banales sont absolument parfaites, on s’y croirait, mais quand on se retrouve dans une scène d’action, une bataille ou quoi que ce soit, les descriptions sont quasi-inexistantes. Je n’ai pas ressentit l’urgence du moment, l’adrénaline, la fureur des quelques combats… Je me suis ennuyée. J’ai donc voulu m’intéresser à l’intrigue politique, mais elle m’a paru tellement plate et … incompréhensive, car encore une fois, l’auteur a passé tous les moments les plus importants sous silence. Concrètement, quand Jess et Donovan rencontrent Morigian, j’aurais plus voulu suivre Donovan pour suivre l’intrigue politique que suivre Jess qui prend des photos avec son téléphone des objets qui l’entoure, activité en somme inutile à la vue de la suite… Ou encore quand Kath échafaude des plans, je veux la suivre, je ne veux pas suivre son vassal qui rumine parce que sa maîtresse n’est pas là! Et c’est tout le temps comme ça…

Au final, nous en apprenons bien plus sur le passé de Kath en lisant l’annexe des personnages en fin de roman, car tout y est expliqué. Éléments qui auraient eu plus d’utilité dans l’histoire, que dans une simple annexe.

En bref, une bonne idée de base qui aurait pu me séduire si je ne m’étais pas autant ennuyée. Néanmoins merci aux éditions du Petit Caveau et au forum Au cœur de l’Imaginarium pour cette lecture.