Archives de
Étiquette : points

[Chronique] Le tueur intime – Claire Favan

[Chronique] Le tueur intime – Claire Favan


À quinze ans, Will a déjà conscience de sa différence. Solitaire, maltraité, il jette son dévolu sur une de ses camarades de classe. Ce qui n’aurait dû rester qu’une banale amourette devient une véritable obsession pour celui qui se révèle déjà comme un prédateur redoutable. Car Will est un tueur en série en devenir qui se construit pas à pas. Lorsqu’il estime le temps venu de livrer ses victimes au monde, il part sur les routes des États-Unis. Sa signature déroutante ne tarde pas à attirer l’attention du FBI. Pourtant, l’enquête de l’unité spéciale s’enlise. Un nouveau profiler, RJ, arrive alors en renfort dans l’équipe. Tous les espoirs reposent sur lui pour démêler les mises en scène de ce tueur diabolique.

 

Mon avis

Will est différend, et il le sait depuis toujours. Personne ne peut le comprends. Mais quand une nouvelle, Samantha, débarque à l’école et prend sa défense, Will trouve une alliée, une amie, une personne qui le comprends enfin…

Les années passent et Will voudrait tellement que son amitié avec Samantha évolue, mais rien y fait. Il est un ami parmis d’autres, la vie de sa seule et unique amie ne tourne pas uniquement autour de lui. Elle a des amis, des petits amis, et ce n’est pas du tout au goût du solitaire Will qui voudrait tellement la garder rien que pour lui…

C’est un thriller sombre et macabre que je regrette d’avoir lu si tard ! On me l’a offert  il y a quelques années (coucou Max !), et il fait partie de mes coups de coeur 2018. Il ne peut pas en être autrement quand je dévore 637 pages en un week-end. Un véritable page turner !

Clairement, Claire Favan n’a pas volé son prix VSD du polar de 2010

Ici nous suivons en partie Will Edwards, notre tueur en série psychopathe. Un homme sombre, dérangé, qui ne recule devant rien pour commettre ses crimes les plus… créatifs. Mais le FBI n’allait pas laisser un serial killer dans la nature, et c’est ici qu’arrive RJ. RJ est un profiler qui avait pour consigne de reprendre une équipe qui n’arrivait plus à faire la lumière sur ces affaires, pour les aider à remonter jusqu’au tueur.

Enfin, la tâche est tellement ardue qu’on se demande jusqu’au bout qui va s’en sortir haut la main ! 

Suspens, suspens everywhere

Car oui, Claire Favan maîtrise bien ses éléments, le suspens est présent de bout en bout. Nous avons beau être au courant de tout ce qui se passe des deux côtés, on ne peut que essayer de deviner quelle sera l’issue de cette histoire. Mais avons nous seulement le temps d’y réfléchir ? Car il n’y a aucun temps mort, nous n’avons pas le temps de sortir la tête de l’eau entre Will et RJ.

J’ai beaucoup aimé être tenue en haleine comme ça, jusqu’au bout, sans jamais me douter un seul instant de qui s’en sortira. Pendant ma lecture, j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter, j’étais beaucoup trop prise dans l’histoire. 

Et quand on pensait que tout était fini… J’ai eu la surprise de découvrir sur Livraddict qu’il y avait une suite. J’ai hâte de la découvrir !

En bref, c’est un coup de coeur pour ce premier roman de Claire Favan. L’histoire, les personnages, tout m’a tenu en haleine, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. A recommander les yeux fermés pour les lecteurs du genre !  

[Chronique] Les cendres froides – Valentin Musso

[Chronique] Les cendres froides – Valentin Musso

Les cendres froides


Dix jeunes femmes enceintes, grandes et blondes, sourient à la caméra. Elles attendent les enfants illégitimes de la guerre, conçus avec un officier allemand. Aurélien découvre ce film lors du décés de son grand-père médecin, qui y apparaît. Quand le jeune prof cherche à en savoir plus, il reçoit aussitôt des menaces. Et une octogénaire est tuée chez elle, tout près de la maison dudit grand-père…

Mon avis

Certaines choses sont trop pénibles pour être appréhendées sur le coup. Ce n’est que plus tard, dans la solitude, le souvenir, que pointe la compréhension ; quand les cendres sont froides, qu’on regarde autour de soi pour se trouver dans un monde entièrement différent. – Le Maître des illusions, Donna Tartt.

Ce thriller historique, édité en 2012 par les éditions Points, démarre pour ainsi dire, très rapidement. Nous sommes en 1999, et le corps de Nicole Brachet, une octogénaire, est retrouvé au fond d’un garde-manger, attaché à une chaise par des rubans adhésifs. Le désordre présent laisse imaginer que cette pauvre dame fut la victime d’un  »home-jacking » qui aurait mal tourné. Un mois après, jour pour jour, Henri Cochet décéda suite à une attaque cérébrale. Le narrateur, Aurélien Cochet, petit-fils de Henri, ne le sais pas encore, mais ces deux histoires sont liées, depuis la seconde guerre mondiale.

En parallèle, nous suivront l’histoire de Rachel Weil, en 1941. Une jeune fille de 18 ans née d’un père juif et d’une mère hollandaise, qui tomba enceinte à ses 19 ans d’un livreur de la boutique pour laquelle elle était stagiaire. Les lois contre les juifs se font de plus en plus drastiques, et son père, Élie, médecin de son état, se doute qu’un jour ou un autre, les allemands ne feront pas la différence entre eux deux, et qu’elle soit née d’un père juif la mènera tout bonnement à une de ces arrestations en masses. Voulant la protéger, Élie la confie à une de ses patientes, qui voit en son physique une chance : Rachel et blonde, il suffira d’inventer une quelconque histoire avec un soldat SS mort, et elle pourra rentrer dans un de ces fameux Lebensborn (fontaine de vie).

En triant la collection impressionnante de films amateurs et professionnels tournés en 7mm, 8mm, super 8 ou 9,5mm de son grand-père, Aurélien tombe sur une vidéo de Henri aux côtés d’un soldat SS, dans ce qui semble être une maternité accueillant des femmes se ressemblant physiquement. Un Lebensborn. Que fait son grand-père sur cette vidéo ? Pourquoi est-il aux côtés d’un SS alors qu’il disait être un résistant ? Qui sont ses femmes ? Aurélien va mener son enquête, le menant vers des secrets que ses grands parents ont tout fait pour les cacher. Mais quelqu’un ne souhaite pas qu’il connaisse l’histoire, et le menace de s’en prendre à ceux qu’il aime si il continue son enquête…

Le travail de Valentin Musso sur les Lebensborn est très complet. Autant l’histoire est purement fictive, les données historiques sur ces maternités pratiquant l’eugénisme et le tri racial sont bien réelles. Un point de l’histoire encore très peu connu, et qui mérite tout de même d’être soulevé, ce que l’auteur a très bien fait dans son livre. S’appuyant sur des anecdotes et des témoignages, il a réussi à faire revivre le projet fou de la politique nazi du IIIè Reich : repeupler l’Allemagne de parfaits Aryens élevés par des familles SS en vue de constituer l’élite du futur  »Empire de mille ans ».

Un très bon livre que je conseille à tout le monde, même à ceux qui ne sont pas très fan des thriller.
En savoir plus sur les Lebensborn: wikipédia