Archives de
Étiquette : pirate

[Chronique] One Piece, Volume 2 – Eiichiro Oda

[Chronique] One Piece, Volume 2 – Eiichiro Oda

one piece 2


Nous sommes à l’ère des pirates. Luffy, un garçon espiègle, rêve de devenir le roi des pirates en trouvant le  » One Piece « , un fabuleux trésor. Par mégarde, Luffy a avalé un jour un fruit démoniaque qui l’a transformé en homme caoutchouc. Depuis, il est capable de contorsionner son corps élastique dans tous les sens, mais il a perdu la faculté de nager.

Avec l’aide de ses précieux amis, dont le fidèle Shanks, il va devoir affronter de redoutables pirates dans des aventures toujours plus rocambolesques.

Mon avis

Ce deuxième tome ne m’a pas plus enchantée que ça. Ici nous découvrons le principal ennemi de Luffy, et ce dernier n’a aucun charisme. Quand je pense aux ennemis des autres mangas, ils font peur. Là, c’est un clown qui a le pouvoir de fragmenter son corps et de s’en servir à distance, grâce au fruit du démon. Lui aussi cours après le One Piece, comme tant d’autres. Le seul ennemi qui ressemble à un ennemi est Cabaji, mais malheureusement, il fait qu’une courte apparition pour mourir…

L’histoire devient plate, Luffy et sa bande ne perdent aucun combat et arrivent toujours in extremis à échapper à leurs poursuivants, même en s’infligeant eux même des blessures pour prouver qu’ils sont forts même en perdant des litres de sang (cf le combat Zoro/Cabaji). Insipide, ennuyant, je n’ai pas réussi à aller au bout du deuxième tome, ne comprenant toujours pas l’engouement autour de la saga de plus de 70 tomes de Eiichiro Oda. Je ne lirais pas la suite, bien évidemment .

[Chronique] One Piece, Volume 1 – Eiichiro Oda

[Chronique] One Piece, Volume 1 – Eiichiro Oda

one piece 1


Nous sommes à l’ère des pirates. Luffy, un garçon espiègle, rêve de devenir le roi des pirates en trouvant le  » One Piece « , un fabuleux trésor. Par mégarde, Luffy a avalé un jour un fruit démoniaque qui l’a transformé en homme caoutchouc. Depuis, il est capable de contorsionner son corps élastique dans tous les sens, mais il a perdu la faculté de nager.
Avec l’aide de ses précieux amis, dont le fidèle Shanks, il va devoir affronter de redoutables pirates dans des aventures toujours plus rocambolesques.

 

Mon avis

Je n’ai jamais compris l’engouement autour de One Piece, n’étant pas particulièrement fan de l’animé. Mais comme mon petit frère aime la saga et qu’il y avait un stand dédié à Japan Expo, j’en ai profité pour prendre les deux premiers tomes, et voir au delà de l’animé…

One Piece, c’est l’histoire d’un garçon, Luffy, qui souhaite devenir le Roi des pirates en trouvant le  »One Piece », un trésor légendaire, que Gold Roger,  »le roi des pirates » a laissé derrière lui, avant de se faire exécuter. Depuis, tout les pirates sont à sa recherche.

Mais Luffy a une particularité : étant un véritable ventre sur patte, il a mangé sans le savoir le fruit du démon, un fruit donnant d’incroyables pouvoirs. Celui du jeune garçon est celui d’avoir un corps élastique, mais depuis qu’il a mangé ce fruit, il ne peut plus nager, le comble pour quelqu’un qui veut devenir pirate.

Je n’ai pas aimé le style du mangaka, et encore moins l’histoire. Le manga se laisse lire, mais on s’ennuie par moment, et même si l’action est omniprésente, j’ai eu envie de finir au plus vite ce premier tome.

[Chronique] Barracuda, Volume 2 : Cicatrices – Jean Dufaux & Jérémy

[Chronique] Barracuda, Volume 2 : Cicatrices – Jean Dufaux & Jérémy

barracuda 2


Barracuda raconte les aventures pleines de sang et de larmes de trois adolescents au temps des pirates. L’action se déroule sur une île : la mal nommée Puerto Blanco. Dans ce 2e tome, le terrifiant Morkam revient sur l’île pour tenter de se venger de Flynn, le frère de celle qu’il voulut jadis épouser à Londres, et qui l’en empêcha. Emilio/Emilia, qui dissimule toujours sa véritable identité sexuelle, assistera à la scène… Raffy, enfin remis de ses blessures, ne rêve
que de se venger de Maria. Mais le fils du pirate Blackdog et la belle aristocrate qui vient d’épouser Ferrango, le richissime marchand d’esclaves, tombent amoureux l’un de l’autre. Les auteurs observent, avec une acuité et une clairvoyance toutes contemporaines, la façon dont
Emilio, Raffy et Maria affrontent des situations extrêmes.

Mon avis

J’ai commencé ce deuxième tome, en lisant le résumé du premier, proposé comme un rappel à l’histoire. Là, une question a enfin trouvé sa réponse. Souvenez-vous, je ne savais toujours pas après ma lecture qui était Emilio/Emilia. Et là, c’est chose faite : il est en réalité le serviteur de Dona et Maria. Je me demande pourquoi Dona, et surtout sa fille, ont décidées dans le tome précédent d’aider leur serviteur en lui faisant revêtir une robe, pour le faire passer au yeux de tous pour une femme, surtout que l’ont voit bien que Maria n’est pas très attachée à lui… Sûrement pour les besoins de l’histoire…

Bref, nous voilà trois ans après l’enlèvement et la vente de Dona, sa fille, et son serviteur à différents pirates de l’île Blanco Puerta. Les choses ont évoluées : Dona et morte de chagrin en ayant été séparée de sa fille, cette dernière s’est mariée avec son acheteur, Ferrango, uniquement pour profiter de sa fortune, et Emilio/Emilia devient l’amant de son acheteur, Mister Flynnt.
Tandis que Maria trompe son mari avec le fils de Blackdog, Flynnt voit son passé le rattraper, sous le personnage de Morkam, l’ancien amant de sa sœur, Virginia. Morkam le provoque en duel, et malgré l’entraînement de Flynnt, il ne parviendra pas à survivre, tout cela sous les yeux de son amant, Emilio…

L’histoire est moins plate que dans le premier tome, avec toujours ces beaux graphismes, mais je n’ai pas plus aimé que ça. On devine très facilement que Emilio va vouloir se venger, et donc sous l’apparence d’une femme ou d’un homme il se fera justice, ou que Maria va se venger de son mari, tout en se servant de Ryff, le fils de Blackdog. D’ailleurs, ce dernier… Nous ne savons pas ce qu’il devient. Il est mort ? Il a trouver son diamant maudit ? Et l’expédition des espagnols pour retrouver Dona et sa fille, sont-ils en route ? Bref, tout autant de questions dont il aurait été utile de renseigner le lecteur. Avec ses 52 pages, les auteurs de BD ne peuvent se permettre d’abandonner leurs lecteurs ainsi, surtout quand il y a un an de décalage entre chaque parutions des tomes. Vu qu’il y a cinq tomes de prévus, trois sont déjà publiés… Cinq ans pour juste une moyenne de 150 pages dont l’histoire n’avance pas, et dont on devine très facilement la suite, c’est moyen. Je ne pense pas que je lirais la suite de cette saga.

[Chronique] Barracuda, Volume 1 : Esclaves – Jean Dufaux & Jérémy

[Chronique] Barracuda, Volume 1 : Esclaves – Jean Dufaux & Jérémy

barracuda 1


A bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d’un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de son sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n’avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin…

Mon avis

Il faut savoir pour commencer, que pour cette saga déclinée en trois tomes, l’auteur a décidé de privilégier les passages à terre plutôt qu’en mer. Pour les fans de la piraterie pure et dure en mer, avec des abordages et tout ce qui s’en suit, vous n’aurez droit qu’à tout ça juste le temps des 5 premières pages environ. Le reste du temps, nous verrons nos personnages évoluer sur l’île des pirates :  Puerto Blanco.

L’histoire est simple, vraiment simple : on assiste à l’abordage d’un des navires des espagnols par l’équipage du Barracuda, du massacre total des personnes présente, en dehors cinq personnes. L’un, De La Loya, est laissé dans une barque, Dona Scuebo et sa fille (nous apprenons que vers la fin de ce premier tome, qu’elle se nomme Maria), gardées pour être revendues comme esclaves, Emilio, déguisé en femme et devient donc Emilia, et un moine espagnol. Comme ce n’est pas indiqué dans l’histoire, je présume que le moine était présent pour enterrer le mari de Dona. Quant à Emilio/Emilia… Nous n’en savons rien. Nous ne resterons pas bien longtemps sur l’équipage du Barracuda, étant donné qu’ils partent à la recherche du Diamant du Kashar, et que nous les suivrons pas. Les seules personnes que l’on suivra seront Maria, Emilio/Emilia, et Raffy, le fils de Blackdog, le Capitaine du Barracuda.
En dehors de la vente des trois  »femmes », et ce qu’elles deviennent, nous n’en verront pas plus. Je m’attendais à ce que l’on avance un peu dans l’histoire, mais même sur le passage où Maria Emilio/Emilia et Dona sont emmenées chez leurs acheteurs, on avance pas du tout. Seul les dessins rattrapent ce premier tome.

A la fin de la BD, j’ai eu envie de laisser une chance à l’histoire, et lire la suite pour voir si on avance un peu plus… Ne restons pas sur une première déception ^^

[Chronique] Vampirates, Tome 1 : Les démons de l’océan – Justin Somper

[Chronique] Vampirates, Tome 1 : Les démons de l’océan – Justin Somper

Vampirates


2505. Le niveau des océans a monté. Une nouvelle ère de piraterie a commencé. Pris dans une violente tempête, Grace et Connor, des jumeaux, font naufrage au milieu de l’océan. Recueilli par un bateau pirate, Connor apprend très vite à manier le sabre. Mais est-il fait pour devenir pirate ? Grace, quant à elle, se trouve à bord d’un mystérieux navire. Enfermée à double tour, elle sait qu’on ne lui fera pas de mal tant qu’elle suivra les règles dictées par le capitaine.
Naviguant l’un et l’autre vers des eaux inexplorées, une seule chose compte désormais pour eux : se retrouver.

Mon avis

Vampirates est un livre dont je me suis retrouvée « propriétaire temporaire » il y a maintenant 2 ans. On me promettait une bonne lecture. Les seules chroniques de Livraddict sur ce livre me le promettait aussi, mais leurs auteurs se demandaient oh pourquoi, les éditions Hachette ont arrêté la publication au troisième tome. Faute de public, paraît-il. Mais pourquoi ? Après avoir lu ce premier tome, je crois avoir la réponse à votre question.

D’un premier abord, le style d’écriture est déplaisant. Des phrases très courtes et mal tournées par moment, rendant la compréhension compliquée. L’auteur se répète énormément, il n’est pas rare de voir répété trois fois la même information dans le même chapitre. Les chapitres seraient long, ça irait. Mais là ils font entre trois et dix pages . Les prénoms des personnages sont trop souvent répétés même quand le chapitre ne parlent que de trois d’entre eux. Il est très rares qu’ils soient remplacés par des « la sœur de Connor », « son garde du corps », « son frère ». Bref, de quoi rendre la lecture… Insipide. J’ai eu l’impression de lire un livre pour enfants.

Ensuite l’histoire. Replaçons le contexte. Nous sommes en 2505, dans le futur donc. Deux faux jumeaux vivent avec leur père dans un phare. Sept ans après, ce dernier meurt. Les autorités du village ne s’inquiètent pas de placer les deux enfants de 14 ans à l’orphelinat, ou même dans la famille qui se propose de les accueillir. Non, c’est à eux de choisir où ils doivent aller. Ils vont nargué la directrice de l’orphelinat et la mère qui se propose de les garder, puis ils fuient sur un bateau, autrefois celui de leur père mais saisit par la banque, vers je-ne-sais-où. Il y a une tempête, ils se font recueillir chacun par un navire différent. Le frère chez des pirates normaux, et la sœur par les Vampirates. Des vampires-pirates qui font tout pour contrôler leur soif pour pas la mordre… J’ai envie de crier au what the fuck tant cette histoire ne tient absolument pas debout ! (Comme le film Warm bodies avec l’humaine qui sort avec un zombie… )

L’histoire serait creusée, elle avancerait, ça irait. Mais même pas. J’ai trouvé ce premier tome ennuyeux. À chaque chapitre, on passe de Connor à Grace. Les passages du frère sont totalement vides de sens et sans aucun intérêt, j’ai préférer à partir de la page 150 de ne plus les lire. Quand aux passages de la sœur, ils sont un peu plus intéressants, mais on tape dans l’illogique et l’incohérence totale.

Bref, comme dirait mon chéri, c’est un livre-barbecue. Un livre qui sert à allumer le barbec’ du dimanche, au moins les 10,50€ du bouquin ne seront pas perdus pour tout le monde… Vous l’aurez compris, je ne prendrais pas la peine de lire la suite.