Archives de
Étiquette : partenariat

Bilan livresque de l’année ! – 2015

Bilan livresque de l’année ! – 2015

bilan 2015

Photo de The Page Raid

Bonjour à toi, lecteur !

Tout d’abord, bonne année, bonne santé, et que tu te perdes encore pendant de longues années dans les rayons de ta librairie (ou sur Amazon, tu fais ce que tu veux). Pour ma part, cette année commence bien puisque j’ai enfin la confirmation que je rentre en formation de web-développeur en mars ! Et oui, enfin ! Si tu me suis sur Twitter, tu sais combien j’ai lutté pour l’obtenir.

Enfin, 2015 s’achève. Marquée par deux attentats, cette année n’a pas été simple. Mais j’ai réussi à finir l’année dans la joie et la bonne humeur ! Tout d’abord, j’ai déménagé en octobre, fini le petit appartement de 18m², bonjour la maison sur deux étages ! Tout de suite, ça fait plus grand 😀  Cela m’a fait un bien fou, mais surtout ça a eu un sacré impact sur la qualité de mes chroniques. Là où avant je peinais par moments pour dépasser les 200 mots, j’en écris le triple. Ce déblocage est dû aussi au fait que j’ai quitté la team des chroniques du forum Au cœur de l’imaginarium : moins de pression, moins de culpabilisation, plus l’impression que mon travail n’est pas respecté et surtout mes chroniques sont maintenant intactes, là où l’administrateur du forum les modifiait parce que cela ne lui plaisait pas. Oui, tout de suite je me sens plus sereine quand j’écris mes articles ! 🙂

Cette année, j’ai pu enfin aller au salon du livre de Paris ! J’y ai rencontré Le nain et Bianca, Morgane Caussarieu, Philippe Cardona et Florence Torta, j’ai vu également le mangaka de Blood Lad, Yûki Kodoma. J’y ai revu Delphine Garsuault et Samantha Bailly, et j’ai pu voir ma petite loutre Biijou, mais maintenant que nous sommes plus proches géographiquement, nous allons sûrement nous voir plus souvent 🙂 J’ai aussi eu l’immense joie de rencontrer les quatre auteurs de U4 lors d’une rencontre pour le lancement de la saga, organisé par les éditions Nathan et Syros, à Paris ! Ce fût une belle après-midi et une super expérience !

Cela fait trois belles années à vos côtés, gageons que plusieurs autres suivront !

Statistiques

Sur Facebook, vous êtes 327, sur Twitter 192 et sur Hellocoton, 146 ! Bref, que du beau monde D’un autre côté, il y a 716 articles en ligne et 2322 commentaires postés par vous !

Aussi, le blog a été visité (en visiteurs uniques) 18 164 fois, pour un total de 23 733 pages lues ! Ce qui fait un total d’environ 1 513 visiteurs uniques par mois, pour environ 1 977 pages lues ! Par rapport aux statistiques de l’année dernière, il a environ 7 000 nouveaux visiteurs uniques ! Merci

Les 10 articles les plus lus cette année

#1Fails dans la blogosphère Nouvelle entrée (519 vues)
#2 Mon journal intime de Lisa Azuelos -1(272 vues)
#3 Le fruit défendu de Esparbec Nouvelle entrée (225 vues)
#4 Wreck this journal ! Nouvelle entrée (183 vues)
#5 Trylle, tome 01 : Échangée de Amanda Hocking +2(180 vues)
#6 U4 : Koridwen de Yves Grevet Nouvelle entrée (176 vues)
# 7 Les biscutières de Esparbec ↓-2 (173 vues)
#8 Les égériades, tome 01 : 393 résidence Avalon de Corinne Guitteaud Nouvelle entrée (151 vues)
#9 Yashiro Manga : le manga-café bas normand ! ↑+1 (127 vues) (Edit du transfert de blog : Article retiré, le Yashiro n’étant plus un café-manga, mon article était devenu obsolète, donc je n’ai pas jugé utile de le garder)
#10 Nos étoiles contraires de John Green ↓-8 (124 vues)

Je suis étonnée de voir mon top fail sur la blogo en tête, mais finalement, ça fait sens. Il y a beaucoup de nouvelles entrées, certains s’accrochent désespérément au classement (coucou TFIOS !). Le Yashiro manga grimpe, mais il ne fait plus café-manga, juste café et vente de Japanese Food. En tout cas, ce top est beaucoup plus diversifié que l’année dernière, où j’avais à 80% que des articles négatifs ^^

Mes lectures de cette année : 183 livres lus

Comme l’année dernière, la liste et sous spoiler, et je vous invite à taper tout article qui vous intéresse dans la barre de recherche du blog ! Trop de livres, et peu de patience pour référencer les liens 😳

Les livres lus en 2015

Partenariats

Cette année, le blog continuera son petit bonhomme de chemin avec les éditions Nathan, Calepin, et Chemin Vert. La Musardine nous a rejoint en court d’année, à la suite de mon départ de la team des chroniqueurs mentionnée plus haut, et bien sûr, je continuerais à parler de leurs prochaines publications !

Et pour finir…

Un grand merci à vous. Vous qui m’avez redonné le goût en la lecture, vous qui êtes toujours présents année après année Je n’ai pas beaucoup de résolutions cette année, mais livresquement je vais essayer de tenir ce blog plus à jour niveau chroniques, et je vais faire en sorte de baisser ma PàL pharaonique 🙂 Je suis partie sur une bonne voie cette année, avec le déménagement et mon projet de formation qui vont/ont avoir/eu lieu ! J’espère tellement que l’année continuera sur cette note de joie et de bonne humeur. Bien sûr, j’ai quelques autres résolutions, mais je préfère garder celles-ci pour moi, car ce sont mes petits objectifs privés ^^ J’aimerais aussi cette année réussir à lancer mon concept de reviews-vidéos avec des anim’ en 3D, mais notre vie à beaucoup trop changé en fin d’année pur que nous réussissions à lancer tout cela.

Bref, encore merci pour tout, et j’espère vous revoir très vite sur le blog ou sur les réseaux sociaux

[Chronique] Le livre et l’épée, tome 1 : La voie de la colère – Antoine Rouaud

[Chronique] Le livre et l’épée, tome 1 : La voie de la colère – Antoine Rouaud

la voie de la colere


An 10 de la République, dans la cité portuaire de Masalia.
Dun-Cadal n’est plus que l’ombre de lui-même. Trahi par ses amis et accablé par la mort de son apprenti, celui qui fut le plus grand général de l’Empire déchu passe désormais son temps à boire dans une taverne.
Il s’est détourné de la politique, des aventures, et même de l’Histoire. Mais l’Histoire n’en a pas fini avec lui.
Viola est une jeune historienne à la recherche de l’épée de l’Empereur, symbole de l’ancien régime. Elle sait que Dun-Cadal est la dernière personne à avoir été en possession de la précieuse relique, qu’il aurait cachée pendant les dernières heures de la révolution.
Curieusement, c’est lorsqu’elle met enfin la main sur l’ancien chevalier que débute une série d’assassinats. L’un après l’autre, tous les anciens alliés de Dun-Cadal sont abattus par un homme qu’il a bien connu : l’assassin personnel de l’Empereur. L’ex-général en est convaincu : aucun de ces événements n’est le fruit du hasard. Dans l’ombre se dessine une conspiration qui va bouleverser le destin de chacun. Des secrets vont être révélés au fur et à mesure que Dun-Cadal va raconter son histoire. La véritable histoire.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier la team de Babelio et les éditions Bragelonne pour m’avoir permise de découvrir ce petit chef-d’œuvre en avant-première ! Franchement, aucune déception, une histoire à couper le souffle, des retournements de situation inattendus et des révélations énormes, sans compter une fin dont on ne peut imaginer l’issue sans lire jusqu’au dernier mot l’histoire du Général Dun-Cadal Daermon et son chevalier, Grenouille… Et d’un livre qui, paraît-il, contiendrait toute la destinée des hommes en ses pages…

Mais replaçons l’histoire dans son contexte : nous sommes en l’an 10, à Masalia, Dun-Cadal n’est plus que l’ombre de lui-même et attend sa mort dans le fond d’une chope de vin, avec le souvenir cuisant du jour où la Main de son Empereur a annoncé la mort de Grenouille, son apprenti, un petit bout d’homme qu’il a fait évoluer pour qu’il atteigne le statut de chevalier. Il n’y a plus d’Empire depuis 10 ans – il n’y a plus qu’une République dont il ne sait rien. Dun ne s’intéresse plus aux affaires de ce monde et préfère rester dans l’ignorance, répétant un quotidien qui ne laisserait jamais imaginé qu’il fût ne serait-ce qu’un jour un Général : il se lève, va boire à la taverne et se fait ramener chez son amante, Mildrel, une courtisane du temps de l’Empire. Et ainsi va la vie de Dun, jusqu’au jour où une historienne de la République, Viola, va venir lui demander de raconter ses derniers souvenirs de l’Empire, sa rencontre avec Grenouille pour deviner ou se cache l’Épée Eraëd qu’il a prit sur le corps de l’Empereur Ashim Reyes, le jour de son assassinat. Ce qu’il ne sait pas, c’est que tout tourne autour du fameux livre.

C’est donc ainsi que se déroule la première partie du livre. Nous remontons les dernières années de l’Empire, la rencontre de Grenouille et l’ascension de ce dernier. Grenouille n’est qu’un gamin des Salines, fuyant son peuple qui se révolte contre l’Empire. Il n’a plus de nom, plus de famille, plus rien. Dun cherchera à en savoir plus sur son apprenti, mais jamais il ne révèlera son histoire. Il cache une grande partie de mystère et l’auteur mettra tout en œuvre pour que nous sachons rien. La première partie ne fait qu’exposer les faits du passé, jusqu’au moment où justement un fantôme du passé revient et décide de venger ce que fût l’empire en s’en prenant à d’éminentes personnes de la République, sous les yeux du vieux Général.
La deuxième partie répond à toutes les questions de la première, les révélations sont faites et à l’instar de la première partie racontée par Dun, celle-ci est racontée par rapport à ce qu’a vécu Grenouille en parallèle. Une sorte de reboot de l’histoire, une version 2.0 plus détaillée des faits rapportés dans la première partie. L’histoire continue malgré les sauts dans le passé, et l’auteur laisse la fin du livre pour le présent, dont les actes des protagonistes deviennent plus frappants quand on a passé l’étape des révélations sur toutes les zones d’ombre.

Je ne vais pas vous spoiler plus l’histoire que ça, mais pour moi c’est clair : à quand la suite ? Je ne me suis pas ennuyée du début à la fin, l’histoire est prenante et ne laisse pas un seul moment deviner la suite. Les personnages sont charismatiques et on comprend leur motivations derrière cette flopée de complots en tout genre. Un livre qui fera plaisir à tout amateur de fantasy, et qui séduira plusieurs d’entre vous, j’en suis certaine !

Si l’histoire vous tente, le livre sortira le 31 octobre 2013 😉

[Chronique] Secret d’été – Elin Hilderbrand

[Chronique] Secret d’été – Elin Hilderbrand

secret d'été

  • Éditeur : JC Lattès (2013)
  • Pages : 399
  • Genre : Drame contemporain
  • Prix Poche: 7.60€
  • Achat Secret d’été

Par une chaude soirée de juin, les élèves du lycée de Nantucket High se rassemblent sur la plage pour le traditionnel feu de camp de fin d’année. Mais la fête se termine en tragédie : un terrible accident de voiture coûte la vie de la conductrice, Penny Alistair, et plonge Hobby, son frère jumeau, dans le coma.

Tout s’effondre pour Zoé, la mère des jumeaux, qui doit faire face à l’impensable : une vie sans sa fille et la convalescence douloureuse de son fils, un grand athlète à l’avenir désormais incertain. Zoé la libre-penseuse, aussi bien une mère qu’une amie pour ses enfants, doit aujourd’hui affronter des vérités pénibles sur eux comme sur son propre rôle dans cette tragédie. Au fil de l’été, le drame soulève de nombreuses interrogations au sein des familles. La clé de l’accident se cache dans le secret que Penny a découvert ce soir-là sur la plage… Ce secret détruira-t-il aussi la paix fragile des survivants ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions JC Lattès et la team de Livraddict.com pour m’avoir fait confiance pour ce quatrième partenariat !

Ici, nous retrouvons une bande d’amis, Penny et son frère jumeau Hobby, Jake, le petit ami de Penny et Demeter une jeune fille complètement tombée dans l’alcool. Après la remise des diplômes de fin d’année de Nantucket, ils rejoignent une soirée sur la plage. Avant de partir, Demeter part dans les dunes avec Penny, qui revient, abasourdie, anéantie, dévastée. C’est la seule à ne pas avoir bu, elle prend donc le volant, provoquant de son plein grès un accident, qui lui coutera la vie… Que c’est-il passé ? Qu’est ce que Demeter a pu raconté à Penny pour qu’elle se suicide ainsi ? C’est ce que nous allons tenté de découvrir…

Enfin presque.

Toute l’histoire est tournée sur les petits secrets des habitants de Nantucket, et à part quelques rares moment, personne ne tentera de savoir pourquoi Penny Allistair s’est tuée volontairement dans cet accident. Et quand le secret est enfin révélé, l’auteur n’y accorde aucune importance. C’est juste une information sans plus, et ce qui m’a le plus choqué, c’est qu’elle se suicide pour ça. Ceux qui veulent que je les spoils sur ce secret, contactez moi par la rubrique ‘contact’, je ne veux pas gâcher la surprise à ceux qui veulent lire le livre.

L’histoire est découpée en trois parties représentant différents mois d’été, en suivant certains personnages. L’auteur considère ici que Nantucket est un personnage à part entière, ce que j’ai trouvé bizarre. Le problème majeur, c’est les nombreux flashback, qui laissent lieu à des multiples répétitions, vues par différents personnages, ce qui rend le contenu indigeste. J’ai pu noté également quelques incohérences de lieux, de personnages, que l’auteur justifiera cent pages plus tard dans un énième flashback… Le début fait très brouillon, on a l’impression que les idées sont jetées sur le papiers sans qu’on ai tenté de les assembler, et la traduction est horrible par moment, laissant des phrases mal tournées, ce qui rend la lecture insipide par moments.

En bref, une histoire de base qui a du potentiel, malheureusement trop peu travaillée.

[Chronique] On a eu du mal – Jérémie Gindre

[Chronique] On a eu du mal – Jérémie Gindre

on a eu du mal


« Le premier soir au restaurant, alors que ça ne lui avait jamais traversé l’esprit, elle copie spontanément un couple d’Allemands qui grimacent en buvant du limoncello. Le copain rigole et commence à la trouver attirante, ce qui finit comme prévu. Il est gentil et musclé. Il lui parle du patrimoine de l’île, de petites plages quasi secrètes. Avec lui Mélanie Gillioz se sent prête à faire du topless. Un matin en faisant du jet-ski, elle se dit que finalement son truc, c’est plus que les sensations fortes. » L’auteur des cinq histoires de ce recueil est un explorateur. Ses investigations, destinées à décrypter le rôle des émotions, le mènent dans « l’extra-quotidien », d’où il rapporte des scènes singulières et drôles.

Mon avis

Avant de commencer mon avis, je tenais à remercier Libfly et les éditions de l’olivier pour leur confiance pour ce partenariat – en effet, On a eu du mal de Jérémie Gindre fut lu dans le cadre de l’opération On vous lit tout, organisée par Libfly et le Furet du Nord. Pour la quatrième année consécutive, ils se sont unis pour nous faire découvrir en avant-première les livres de la rentrée littéraire 2013 !

Même si je suis toujours enthousiaste de participer aux partenariats, je me dois bien de l’avouer que le livre porte bien son nom. Ici, l’auteur nous décrit des scènes de la vie quotidienne, des scènes pleines de banalité, relevées uniquement grâce aux pensées des personnages principaux des cinq nouvelles de l’ouvrage. Je me permets quand même de remettre ici la fin du résumé : « L’auteur des cinq histoires de ce recueil est un explorateur. Ses investigations, destinées à décrypter le rôle des émotions, le mènent dans « l’extra-quotidien », d’où il rapporte des scènes singulières et drôles. ». Or, j’ai eu beau chercher, les scènes singulières sont loin de l’être, et ne sont en aucun cas drôles. Je n’ai pas compris ce qui pouvait y avoir d’amusant de retranscrire des scènes de la vie quotidienne totalement dénuées d’originalité. Un livre que je lirais juste si je n’avais plus rien à me mettre sous la dent, l’ayant trouvé ennuyant.

[Chronique] Correspondances criminelles – Julien Martin

[Chronique] Correspondances criminelles – Julien Martin

correspondaces criminelles


Après une trahison, Anna Vendetta va connaître une escalade criminelle, mais des personnes se mettront sur sa route. Notamment le procureur Jérémy Marceur et le commissaire Guillaume Moute. Anna finira-t-elle en prison, ou bien réussira-t-elle à conserver sa liberté, tout en faisant illégalement fortune ?

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur de Correspondances Criminelles, Julien Martin, pour sa confiance pour ce partenariat et cette très sympathique découverte. Malgré ses 144 pages, ce petit roman à su se montrer très addictif…

Nous suivons ici Anna, une jeune femme qui se retrouve sans rien – plus de maison, plus d’argent – à cause de son ex-mari, Philippe, qui est parti avec ses biens, après l’avoir arnaquée. Le livre s’ouvre sur une lettre du malfrat, lui disant oh combien il l’a toujours détestée, qu’il ne l’a jamais aimée, et que surtout, la plupart des personnes de son entourage ont contribués à son arnaque. Seule, en colère, la touchante et naïve Anna se retourne vers une de ses amies, Rosalie, pour qu’elle l’aide à retrouver Philippe et qu’elle la loge quelque temps. En échange, Rosalie peut lui demander ce qu’elle veut, ce sera oui. Son amie accepte, et en échange, Anna devra aller récupérer des paris illégaux chez des parieurs… Elle gravira tous les échelons chez un bookmaker, se construisant un véritable réseau mafieux qui s’étend au niveau national, ce qui la rendra quasi-intouchable.

En parallèle nous suivons Philippe, qui a fuit aux États-Unis, plus précisément à Las Vegas, avec Sophie, une amie d’Anna qui a aidé son ex-mari à lui voler ses biens. Il continuera son escalade du crime en se servant de Sophie, qui cherchera par tous les moyens de se débarrasser de lui, mais il lui fait des propositions tellement alléchantes, qu’elle ne peut plus rien lui refuser, et qu’elle continuera à le servir, malgré qu’il ne soit pas honnête avec elle.

Nous suivrons aussi Jérémy, procureur, et Guillaume, un commissaire, qui chercheront à démanteler le réseau d’Anna, mais aussi se mettront sur la piste de Philippe et Sophie, car cette dernière est partie sans laisser de trace avec un homme dont tout le monde se méfie.

On suit nos protagonistes à travers des échanges de lettre, un chapitre pour une correspondance entre deux personnes, passant à trois ou plus à la fin du livre. Seul petit bémol, c’est l’échange de lettres entre Anna et Rosalie alors qu’elles habitent ensemble.

En bref, un petit roman qui se laisse lire vite, à lire sans modération !

[Chronique] Les récits du crépuscule et de l’aurore – Fanch Michelet-Nicolas

[Chronique] Les récits du crépuscule et de l’aurore – Fanch Michelet-Nicolas

les récits du crépuscule et de l'aurore


Fanch Michelet-Nicolas, créateur d’un art celtique contemporain et d’une nouvelle mythologie qui puise ses racines en Bretagne et en Grande Bretagne, a fait des études universitaires de Philosophie. Ancien élève des Beaux-arts de Rennes et des Ateliers de Paris, il vit en Bretagne. Dans Les Récits du Crépuscule et de l’Aurore, les protagonistes sont tantôt des humains, tantôt des êtres issus de son imagination, des éléments, des mots, des émotions… Parfaitement rédigés, ces textes, par leur puissance évocatrice, invitent le lecteur à se projeter dans un imaginaire fantasmatique où se retrouvent les thématiques universelles du connu et de l’inconnu.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Livraddict et les éditions Persée, pour m’avoir fait confiance pour mon tout premier partenariat. Dès que j’ai su que j’étais prise, j’ai attendu tous les jours avec impatience l’arrivée de ma factrice ! Mais je ne m’attendais pas à ce que ce recueil de nouvelles soit assez difficile à lire.

Ma lecture à été laborieuse, j’ai eu du mal à comprendre ces histoires, et encore plus à me projeter dedans, à imaginer l’univers pourtant si bien décrit, bien imagé de Fanch Michelet-Nicolas. Mais malheureusement un peu trop poétisé pour moi. On sent le talent, la qualité de l’écriture de l’auteur, mais ça ne m’a pas plus touché que ça.

J’ai eu particulièrement du mal avec la première nouvelle, intitulée  »Silence ». J’ai eu l’impression de lire des bouts d’idées, misent ensembles, bout à bout. D’un total de 155 pages, elle fait la moitié du recueil, alors qu’à côté il y à deux autres petites nouvelles de trois à quatre pages,  »Les voleurs » et  »La folle histoire du « chinois »  », que j’ai beaucoup plus aimé, et avec lesquelles j’ai réussi un peu à me projeter. Les petites nouvelles ont réussies à me redonner goût dans ma lecture, et m’ont aidée à finir ce recueil.

Je conseillerais ce livre aux personnes qui ont l’habitude ou qui aiment lire ce genre de texte, poétisés et imagés, et qui apprécieront plus que moi ces textes, qui n’en restent pas moins beaux.