Archives de
Étiquette : musique

[Bilan] Juillet 2016

[Bilan] Juillet 2016

bilan livresque

Hello !

Mon premier mois au travail s’est écoulé. Je suis assez contente, puisque mon collègue et moi avons déjà reçu nos premières félicitations de notre directrice car nous avons réussi à nous adapter très vite à notre poste. Je suis très contente de me trouver enfin dans une entreprise qui valorise mon travail 🙂 Bon sinon côté lecture, j’ai moins le temps, alors je lis moins. Je n’ai pas envie de bâcler mes chroniques, ni sauter des pages, alors je garde mon rythme. Et puis surtout, je tiens à ce que cela reste une passion, un plaisir et non une obligation 🙂

Sur ces belles paroles, voici mes lectures du mois :

Neuf livres lus pour ce mois-ci, dont la plupart des romans. Et pour la plupart, cela a été de bonnes lectures ! Toutes les chroniques sont sur le blog, rendez-vous dans la somptueuse (oui) barre de recherche :p

Pour la musique du mois, voici un artiste pas très connu, Astre. First Day est sublime, alors bonne écoute à vous 🙂

Passez un bon mois, et à bientôt !

[Bilan] Juin 2016

[Bilan] Juin 2016

bilan livresque

Hello !

Et oui, le blog a enfin fini de déménager, on y est. Alors, plein de choses à dire. Tout d’abord, à la demande générale, une newsletter a été remise en place ! Du miel dans ta boîte mail, à droite de votre écran. Ensuite, le design s’adapte enfin aux smartphones et tablettes 🙂 Ce qui est très très cool, c’est une chose que je voulais depuis très longtemps. J’ai aussi un boulot ! 😀 Et oui, enfin ! Dans le numérique, pas forcément dans la boîte de mes rêves, mais c’est toujours mieux que rien. Le mois dernier, j’ai visité les studios Harry Potter et c’était très très cool, je suis retombée en enfance ! J’ai grandi avec cette saga, alors vous comprenez, ça a été une journée intense pour moi. Et pour finir (enfin, je crois :p ), je fais parti des nouveaux blogueurs partenaires des éditions Milan !

Voilà pour les news, on passe aux lectures de juin :

Neuf lectures en finissant le transfert, tout ce qui m’est arrivé en juin… C’est plutôt pas mal ! Toutes les chroniques sont également en ligne, n’hésitez pas à faire une petite recherche 🙂

La musique du mois, c’est Dance off de Macklemore, Ryan Lewis et Idris Elba, parce qu’elle me fout la patate dès le matin :

Passez un bon mois, et à bientôt !

[Chronique] Les concentrés – La musique et Les monuments de France

[Chronique] Les concentrés – La musique et Les monuments de France



 

Mon avis

J’avais déjà présenté la collection Les concentrés sur le blog en mars dernier, ces petits livres bien fournis et toujours aussi bien présentés. Aimant plutôt bien ces petits ouvrages (et mon petit frère aussi, ils font parti des livres que je ne reverrais, je pense, jamais dans ma bibliothèque), donc quand j’ai eu l’opportunité de découvrir les petits derniers sur la musique et les monuments français, je n’ai pas hésité.

Pour rappel, ces petits livres sont adaptés pour le programme scolaire des 9-10 ans, c’est donc un très bon complément qui nous est proposé là, bien sûr, dans une version moins rébarbative que ce que l’ont retrouve dans nos écoles !

Chaque ouvrage est séparé en section, par thèmes bien définis, le tout pour pouvoir se repérer plus facilement. Bien sûr, tout n’y est pas en 80 pages, mais l’essentiel est là et c’est ce qui suffit à nos petites têtes blondes. Les pages se présentent toutes de la même manière : une fiche d’identité (de la personne, du bâtiment, du lieu, ou de l’instrument de musique…) avec des anecdotes sous les titres « Hallucinant ! », « Dur » ou encore « Trop gore! », pour le plus grand plaisir des jeunes. Quand c’est utile, une frise chronologique est là pour rappeler les grandes dates. Le tout est agrémenté d’un texte et d’illustrations. C’est clair, précis, et le langage est à la portée de tous.

Ce qui est intéressant sur ces deux ouvrages, c’est que pour La musique, on ne s’arrête pas aux fondateurs de tel ou tel genre, et on en évince pas : ainsi les jeunes pourront lire un article sur le rap, tout en lisant la bio des Daft Punk, ou pour les plus traditionnels, découvriront la naissance de la musique classique et apprendront tout ce qu’il faut savoir sur Mozart. Côté monuments, bien sûr nous avons les immanquables : Tour Eiffel, Château de Versailles ou encore les galeries Lafayettes, mais on découvre aussi des monuments moins connus des jeunes, comme Le palais idéal ou les Hospices de Beaune.

Je n’en avais pas parlé dans mon premier article, mais cette collection s’adapte à la nouvelle ère numérique ! Une application (Androïd et iOS) existe et permet à l’utilisateur de tester ses connaissances après lecture. Les adultes peuvent également s’en servir en augmentant la difficulté . Je ne l’ai pas encore testée sur mon sujet test (spoiler : c’est mon voleur de livres), mais il y a fort à parier qu’il resterait scotché devant rien que pour éclater les scores !

En bref, des petits livres à mettre entre toutes les mains.

Livres lu grâce aux éditions Nathan !

[Chronique] Phaenix : Âmes sœurs – Carina Rozenfeld

[Chronique] Phaenix : Âmes sœurs – Carina Rozenfeld

phaenix nouvelle


Psyché et Éros, Anaïa et l’homme de sa vie. Deux couples : l’un est déjà mythique, l’autre doit encore écrire sa légende.
Une nouvelle exclusive pour découvrir l’univers de la série Phænix de Carina Rozenfeld et le mythe de Psyché et Éros qui a inspiré l’auteur.
Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…

Mon avis

Après avoir lu la duologie Phaenix, j’ai eu un peu de mal à quitter cet univers. Alors quand j’ai vu qu’il y avait également une préquelle, je me suis dit qu’il fallait absolument que je la lise, une façon d’en terminer avec cette saga coup de cœur, en quelque sorte.

On retrouve ici E. qui nous raconte de son point de vue l’arrivée d’Anya en ville, leur première rencontre, et c’est agréable d’avoir sa version de l’histoire. Également, il y a quelques scènes bonus du premier tome, du point de vue d’Anya cette fois-ci. Elles n’apportent rien à l’histoire, mais ça reste plaisant à lire. Puis enfin, nous avons le fameux mythe de Psyché et Éros, dont l’auteure s’est inspirée pour sa saga.

Si j’avais lu cette préquelle avant Phaenix, je me serais précipitée chez mon libraire pour acheter les deux tomes et les dévorer très vite. Car en très peu de pages, on devine où veut en venir l’auteure et elle sait donner envie de lire. Carina Rozenfeld a un sacré talent de conteuse, à n’en pas douter !

A lire avant, entre les deux tomes ou après, cette nouvelle ravira les fans de la saga et donneront envie aux autres de la commencer !

[Chronique] Phaenix, tome 2 : Le brasier des souvenirs – Carina Rozenfeld

[Chronique] Phaenix, tome 2 : Le brasier des souvenirs – Carina Rozenfeld

phaenix 2


Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant.
Depuis l’origine des temps, ils se retrouvent pour former le Phænix et faire perdurer la légende.
Mais pour que l’oiseau mythique renaisse ce ses cendres, pour qu’ils puissent se rejoindre, elle doit regagner la mémoire, et le chemin qui la mènera à sa moitié.
Anaïa a découvert qu’elle était détentrice d’un secret oublié depuis longtemps. Deux garçons qu’elle a rencontrés à la fac, Eidan et Enry, attendent d’elle qu’elle se souvienne, qu’elle recouvre sa véritable identité.
Pour y parvenir, Anaïa doit explorer les recoins les plus sombres de son inconscient et emprunter un chemin où musique et sentiments se mêlent étroitement.
Prise dans le brasier des souvenirs, il lui faudra affronter bien plus que sa mémoire oubliée, et faire face aux démons de son passé.
Mais l’amour pourra-t-il suffire à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui la guette ?

Mon avis

Anaïa cherche à retrouver la mémoire, mais rien ne vient. Pas très heureuse dans son couple, malheureuse après le départ son oiseau et par dessus tout en pleine période d’examens, la jeune fille est complètement vidée. Pour tenir le cap, elle se met en tête de retrouver la mémoire, faire revenir son oiseau, et en finir avec son couple, pour le bien du Phaenix. Et tout ça ne va pas être simple.

Deuxième tome, et déjà la conclusion de Phaenix, une duologie qui m’aura transportée jusqu’au bout. J’ai retrouvé les mêmes émotions que dans ma première lecture, ce qui m’a fait passé un très bon moment. Le choix des musiques qui nous accompagnent est toujours aussi judicieux que dans le premier tome, c’est une playlist très agréable à écouter. La conclusion de l’histoire du Phaenix est très belle, très chargée en émotions. Je pense que la fin aurait été tout aussi magnifique si elle aurait été différente.

Mais en parlant d’émotions, Carina Rozenfeld nous en fait vivre de très belle. Entre l’amour que porte Anaïa à ses amis, sa première fois, toutes ses découvertes (pas de spoil promis), et cette fin, ce livre est un véritable ascenseur émotionnel !

En bref, pour moi c’est une très bonne conclusion et je garderais un très bon souvenir de cette saga. Je compte également lire la préquelle, car je n’ai pas tellement envie de quitter le Phaenix aussi vite…

[Chronique] Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli – Carina Rozenfeld

[Chronique] Phaenix, tome 1 : Les cendres de l’oubli – Carina Rozenfeld

Phaenix 1


Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S’ouvriront alors les portes d’une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés. 

Mon avis

Alerte coup de cœur !

Anaïa vient de déménager en Provence avec ses parents. A l’université, elle se fait rapidement de nouveaux amis, dont deux étranges garçons, Eidan et Enry, qui lui tournent autour. Ils semblent tout connaître d’elle, alors qu’elle les rencontre pour la toute première fois. C’est étrange, mais ça l’a devient encore plus quand les rêves d’Anaïa se confondent avec la réalité…

J’ai trouvé ce premier tome très puissant, très chargé en émotions diverses. Il plane sur l’histoire une certaine mélancolie qui ne m’a pas lâchée avant que je ferme ce roman. Cette mélancolie s’accorde tellement avec l’histoire du Phaenix que je me suis sentie vidée à la fin.

Mais il n’y a pas que l’histoire, il y a aussi les personnages. J’ai été beaucoup plus marquée par Eidan que Enry et entre les deux, il est difficile de connaître le fin mot, tant Carina Rozenfeld brouille les pistes, au point où je me suis sentie aussi perdue qu’Anaïa, ce qui nous rapproche considérablement de ce personnage principal que j’ai adoré suivre tout du long.

L’écriture y est aussi pour beaucoup, totalement fluide. L’auteure nous livre son récit sous le ton de la confidence, raconté à la première personne, du point de vue d’Anaïa. Comme si tout cela n’était qu’une histoire racontée par une vieille amie à propos de son entrée à l’université pour des moins singulière.

Le tout est agrémenté d’une playlist musicale qui colle parfaitement avec le thème. J’ai eu pour ma part un coup de cœur pour Meaning de Cascadeur, qui reflète pour moi le contenu du livre et l’histoire du Phaenix. Je compte lire la suite très prochainement, j’ai tellement adoré que je crois que je ne pourrais pas attendre encore très longtemps !

Phaenix, mon coup de ❤ de 2015 !

Une photo publiée par Séverine – BFrei (@aponey_supreme) le