Archives de
Étiquette : malaise

[Chronique] Pandora Project – Yuna Minhaï Dekebat

[Chronique] Pandora Project – Yuna Minhaï Dekebat

pandora project

  • Éditeur : Auto-édition (2014) (Blind Symphonia est la maison d’édition crée par l’auteur pour publier Pandora Project)
  • Pages : 636
  • Genre : Anticipation
  • Prix : 5.11€
  • Acheter Pandora Project

Newport, New Hampshire, dans un futur proche.
L’Enfer a désormais un nom. Autrefois si radieuse, la ville de Newport n’est maintenant plus que l’ombre d’elle-même ; une ombre grandissante, oppressante, dévorant tout sur son passage. Dans ce monde où corruption et tyrannie ont depuis longtemps pris le pas sur la démocratie, Ensaï tente de reconstruire sa vie malgré l’amnésie qui le ronge. Bientôt, de douloureuses marques apparaissent sur son corps, et d’étranges murmures le poussent peu à peu au bord de la folie. Des secrets trop longtemps enfouis semblent se battre pour refaire surface… Comment échapper à cette inexorable chute vers l’enfer qui lui tend les bras ?

Désert d’Ekkar, Nevada.
Des Dunes majestueuses, un sable doré et ardent à perte de vue, dissimulant des mystères oubliés du monde… Depuis des siècles, le Clan d’Ekkar est le théâtre de combats muets qui s’immiscent dans la vie des quelques nomades qui foulent ces terres sacrées. Parmi eux, Heather, en passe de devenir malgré elle guide de son peuple, doit affronter une guerre millénaire qui, par l’aveuglement d’une poignée des siens, éclatera sans doute très bientôt. Mais comment guider tout un peuple, alors qu’elle ne parvient même pas à lutter contre ses démons intérieurs ? Deux mondes que tout oppose, deux âmes tourmentées, unies à jamais par leur Destinée. Plongez dans les légendes ancestrales d’un peuple en perdition et découvrez leur Univers, par-delà les apparences.

Mon avis

Pandora Project m’a attirée d’emblée avec sa couverture et son résumé. Alors quand sur le forum Have a Break, Have a Book, il était proposé en partenariat, je me suis tout de suite inscrite, m’attendant à passer un bon moment. Résultat final? Je n’ai pas fini ma lecture, j’ai arrêté une fois que j’ai passé la moitié du livre. Pourquoi?

Je dois vous avouer, qu’au début, j’ai plutôt bien aimé l’histoire et la façon dont elle est amenée. Heather et Ensaï, amnésiques, mais qui semble vivrent la même chose. Pourquoi ? Quel but ? Quel est leur secret ? Et puis c’est tout, parce que je n’ai pas réussi à vraiment m’immerger dans l’histoire une fois passée la page 210, et pour un livre qui fait plus de 600 pages, ça n’aide pas.

L’amnésie était bien amenée, mais juste au début. Après, c’est plutôt un frein pour le lecteur. On ne sait rien du côté d’Ensaï, et on essaye de composer un semblant d’hypothèses à travers ce que vit Heather, tout aussi amnésique, et qui découvre aussi lentement que Ensaï ce qu’elle a oublié, alors que c’est l’élément principal de l’histoire. Du côté d’Ensaï, on patauge, et à part le voir perdre le contrôle de lui-même ou faire des malaises, il ne se passe rien de son côté, étant donné que ses tentatives pour découvrir son passé ne sont que des échecs successifs…

Les répétitions et les longueurs rythment l’histoire, avec des descriptions plutôt longues qui desservent l’histoire. Autant  les descriptions dans Le Trône de Fer (même si la traduction est chaotique) et Le seigneur des Anneaux ne me déplaisent pas car nous y apprenons des éléments sur l’univers des auteurs intéressants, autant là, je n’en ai pas vu l’importance. L’auteure passe d’une écriture fluide à une écriture plutôt saccadée, sans que vraiment la situation en ai besoin, ce qui se révèle assez déroutant. Personnellement, j’ai trouvé que l’histoire n’avait pas un rythme assez ordonné, tout est brutal, que ce soit de passer au calme ou à l’action, on a pas vraiment le temps de s’y habituer, de ressentir l’extrême urgence du moment, ou la plénitude que ressent un personnage…

Le gros problème, et dont j’ai eu la réponse qu’au milieu du livre, c’est que je ne savais pas si Heather était une ancêtre d’Ensaï, une personne vivant la même chose que lui sur une autre planète, ou quoi que ce soit, parce que les dates sont seulement indiquées pour Heather, laissant penser qu’elle n’est pas/plus de ce monde, et que Ensaï vit dans un futur dystopique…

L’exemplaire que j’ai est truffé de fautes d’orthographes, cependant elles seront supprimées à la prochaine réimpression de la version papier, même si je pense qu’il aurait été bien de publier une seule et unique version corrigée dès le départ. Mon autre problème « visuel » est les chapitres en gris clair sur la kindle de base qui n’a pas le rétro-éclairage, moi qui ai déjà des problèmes de vue, la lecture devenait plutôt chaotique dans ces moments-là.

Cependant, il y a un réel potentiel derrière tout ça, et l’histoire m’aurait sûrement plu si on avançait un peu plus vite, car attendre de dépasser le premier quart du livre pour commencer à s’immerger, la moitié pour avoir toutes les révélations,… Le reste me semble bien fade.

Néanmoins, merci au forum Have a Break, Have a Book et à l’auteur pour ce partenariat.

[Chronique] Détective Conan, Volume 1 – Gosho Aoyama

[Chronique] Détective Conan, Volume 1 – Gosho Aoyama

Detective conan 1


Shinichi Kudo est élève de première au lycée Tivedétec. Pour avoir résolu plusieurs enquêtes difficiles, beaucoup le considèrent comme « l’aide la plus précieuse que la police pouvait espérer ». Un jour, alors que Shinichi se baladait avec sa petite amie Ran Mouri, il fait la rencontre d’hommes étranges vêtus de noir. Par curiosité et intuition, Shinichi les suit et comprend que ce sont des maîtres chanteurs. Découvert, on lui fait boire un poison expérimental pour le faire taire et l’effet est inattendu, il rajeunit. Shinichi, aidé par son voisin le Dr.Agasa, inventeur génial et farfelu, décide de partir à la recherche de l’organisation secrète dont il a été victime. Il cache sa véritable identité sous le pseudonyme de Conan Edogawa, et se réfugie chez Ran, dont le père est détective.

Mon avis

Ah, Détective Conan… Souvenir souvenir, de l’époque où France3 diffusait l’anime après les cours. Je me suis toujours demandée, sachant que c’est toujours les mêmes personnes qui sont liées à l’enquête, commet ça se fait que personne n’a encore remarqué que Conan assomme/endort Mouri ? Par le plus grand de tous les hasard, il est dans les vapes, personne ne le remarque, Conan disparaît, idem, et l’enquête est résolue, comme ça. Malheureusement, c’est la trame de chaque enquêtes de la saga, déclinée en 72 tomes actuellement.

Quant aux graphismes, ils sont très détaillés, très complet, et Aoyama nous gâte avec ce premier tome. Les expressions des personnages sont très bien représentées, rendant ce tome un peu plus vivant à chaque pages.

Malgré que j’ai aimé ce premier tome, je ne prendrais pas la suite. En effet, Détective Conan est un manga qui traîne en longueur, au bout du 72è tome, notre héros est toujours un enfant. De plus, on peu aisément deviner la fin de celui-ci : soit il va retrouver les hommes en noir et guérir, soit le Docteur Agasa va trouver un remède bien avant, soit Conan va attendre de grandir tout seul. Et devoir lire 72 tomes, avec 3 à 4 enquêtes par livre se finissants toutes pareil, pour au final voir qu’effectivement Conan va récupérer sa taille normale, ça ne donne pas du tout envie de lire la suite. Du moins, quand ils annonceront le dernier tome, j’irais lire quelques scans pour vérifier ma théorie !