Archives de
Étiquette : la musardine

[Chronique] La débauche – Esparbec

[Chronique] La débauche – Esparbec

chronique debauche esparbec


Imaginez un jeune homme qu’on éjecte d’un pensionnat religieux parce qu’il s’y comporte fort mal. Ses parents, n’en voulant plus, le confient à son frère aîné âgé de vingt ans de plus que lui, et chez qui il fait connaissance de sa belle-sœur… Laquelle aurait l’âge d’être sa mère. L’âge seulement, parce que sinon la funeste Armande, femme perverse jusqu’à la moelle, n’a vraiment rien de maternel. Ce serait plutôt le genre marâtre… et obsédée sexuelle.
 » Tiens, tiens, se dit cette mégère, en voyant débarquer le novice. Un grand dadais, un puceau attardé ! Ma foi, pourquoi ne pas nous distraire avec lui ?  »
Vous allez lire le récit de ces  » distractions « . Et ne vous attendez surtout pas à rigoler !

Merci à La Musardine pour cette lecture ! 

Mon avis

Gérard a 17 ans quand il se retrouve renvoyé du pensionnat religieux où il était élève, à cause de pratiques qu’on ne pourrait qualifier d’orthodoxes. Ses parents l’envoient chez son frère avec qui il avait peu de contact à cause de leur trop grande différence d’âge. Gérard va y faire la rencontre de Armande, sa belle-soeur. D’abord froide et assez sévère, elle va très vite révéler un autre aspect de sa personnalité… Bref, Gérard va taper dans l’oeil d’Armande qui va tout faire pour essayer de le dévergonder plus qu’il ne l’est déjà !

De tous les romans de Esparbec que j’ai pu lire, La débauche est de loin le plus soft de ma collection de cet auteur. Mais l’histoire commence assez rapidement, on est vite plongés dedans. Et comme c’est raconté à la première personne, on est aux premières loges ! Ce qui est bien avec Esparbec, c’est qu’on y va jamais par quatre chemins. Avec des situations et pratiques toujours aussi variées, il y en a pour tous les goûts et de quoi nous tenir en haleine jusqu’à la fin de notre lecture. Disons qu’ici, Esparbec est un des rares auteurs où on peut se permettre d’acheter ses livres les yeux fermés, on sait que la qualité sera toujours au rendez-vous 🙂

C’est un roman assez court – 156 pages seulement ! – , mais il n’en faut pas plus pour que nos protagonistes arrivent à leurs fins. C’est une histoire entraînante, addictive, mais surtout terriblement émoustillante. On se demande jusqu’où iront Armande, Gérard, son frère et toutes les personnes qui les approchent. Car personne n’est en reste ! A chaque fois que l’on croise un nouveau personnage, on se demande si lui aussi n’a pas son rôle à jouer dans la débauche de la belle-soeur, sans trop vouloir spoiler !

La fin m’a énormément surprise, je ne m’attendais pas à cette révélation de la part de l’auteur. Est-ce qu’il y a une suite à cette histoire, est-ce que nous la lirons à jour ? Je l’espère !

En bref, La débauche est un roman assez soft, mais qui reste dans la veine des autres romans de l’auteur. Une lecture courte, mais très plaisante ! 

[Chronique] Lieutenant Darmancour – Eric Jourdan

[Chronique] Lieutenant Darmancour – Eric Jourdan

lieutenant darmancour


A tout juste 19 ans, Pierre Perrault est déjà célèbre et enchante tout Paris avec ses Contes de ma mère l’oye. Mais le fils de Charles Perrault, lui-même écrivain reconnu, est conduit en 1697 à la prison du Petit Châtelet pour avoir mortellement blessé un jeune charpentier dans des conditions troubles… Face à certaines circonstances, ni la notoriété ni les soutiens ne raccommodent rien. Que faisaient ensemble ces deux-là, trouvés chemise déboutonnée ? Pour fuir telle situation, une seule échappatoire : s’enrôler dans un monde d’hommes au sein du Régiment Dauphin, et s’acheter un nouveau nom : lieutenant Darmancour.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Charles Perrault avait un fils, comment s’appelait-il ?

Pierre Perrault, ou plutôt le Lieutenant Darmancour, qui était, selon les dires, un beau garçon. Et Pierre était gay, chose qu’il fallait cacher à l’époque pour éviter le supplice réservé aux homosexuel.les… Alors quand un jeune homme meurt sous son épée et qu’ils sont retrouvés avec leurs tenues défaites, Pierre doit absolument trouver un alibi sur ce qu’il vient de faire et une raison valable pour expliquer l’état de leurs vêtements. Et en prison, il aura tout le temps pour réfléchir à tout ça, et revenir sur les débuts de tout cela…

Lieutenant Darmancour est un titre assez mélancolique, énormément axé sur les sentiments et émotions de Pierre. Car grâce à de nombreux flashbacks, on remonte aux premiers émois du jeune homme, que l’on découvre plus en profondeur. Un Pierre qui ne veut pas être enfermé dans les carcans de la société, être à la cour, être fardé, porter des dentelles et des perruques. Bref, un esprit libre ! (Ou un rebelle, c’est selon les points de vue 🙂 )

Ce livre est une ode en trois parties. D’abord à la jeunesse, puis au sexe, et enfin à l’amour. Bien que le sexe il y ai, n’y cherchez pas de longues descriptions langoureuses des scènes. On reste plutôt sur les faits pour rester concentrés sur l’histoire, dont les émotions transmises sont assez puissantes.

Les flashbacks composent l’histoire de bout en bout. Il faut être attendu à se retrouver baladé de gauche à droite, quand les souvenirs ne sont pas imbriqués dans d’autres. Les souvenirs viennent à Pierre, qui en vient à les raconter plus tard. L’histoire est la même, mais des détails changent suivant la maturité de notre protagoniste et sa façon d’appréhender les choses.

En bref, Lieutenant Darmancour est un court roman sur la vie du jeune Pierre Perrault selon Eric Jourdan, qui a imaginé pas mal des faits qui sont présentés ici. C’est un roman très prenant émotionnellement et qui reste en tête après sa lecture. Un roman à relire, très certainement !

[Chronique] La bourgeoise – Gil Debrisac

[Chronique] La bourgeoise – Gil Debrisac

la bourgeoise


Rebecca Muller est une très belle femme de 37 ans. Mariée à un banquier, oisive et fortunée, elle est le prototype de la bourgeoise de province. Sans enfant, elle trompe son ennui en activités futiles et en dévorant des romans pornographiques qui font surgir de sa mémoire les souvenirs enivrants de sa sexualité précoce. Lors d’un salon du livre, Madame Muller rencontre Gil Debrisac, son auteur préféré, et lui confie que rien ne l’excite davantage que d’inventer des infidélités pour exciter son mari.

Elle met cela aussitôt en pratique et devient la maîtresse de Gil. Les amants vont rapidement se rendre compte qu’ils ont tous deux le même goût prononcé pour la perversité, les relations sexuelles hors-normes, et nous suivrons avec délectation l’itinéraire d’une femme mariée, totalement amorale et infidèle, trompant un mari qui tire un plaisir pervers de son humiliation de bourgeois nanti.
Plongée toujours plus loin dans le stupre et le vice, Rebecca s’abandonnera alors sans retenue dans une hypersexualité qui la fera quitter mari et amant pour connaître l’absolue soumission à l’homme.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Rebecca Muller, bourgeoise de 37 ans, est mariée à un banquier qui ne la satisfait plus sexuellement. Sa vie est composée de longueurs dans sa piscine, la relecture de son journal intime dans son bain avec sa collection de godes et la lecture des romans érotiques de son amie Clotilde, ainsi que de son auteur favori, Gil D. . Lors d’un salon du livre, elle va faire la rencontre de Gil. Alors que cette entrevue aurait pu en rester-là, ils décident de s’envoyer des lettres, commençant ainsi une relation des plus particulières…

Et donc voilà partie notre bourgeoise avec son auteur fétiche, se racontant d’abord leurs frasques à travers leurs lettres, avant de passer à la pratique, dans des scénarios plus émoustillants les uns que les autres. Et je n’en attendais pas moins après la première partie du roman où nous avons remonté l’adolescence de Rebecca, à partir de sa première fois.

D’ailleurs, Gil et Rebecca continuent de s’écrire par la suite. Moins souvent puisqu’ils passent beaucoup de temps ensemble, mais n’en oublient pas moins leurs échanges épistolaires. Il y en a vraiment pour tous les goûts : orgies, saphisme, soumission-domination… Allant de la chambre à coucher de la bourgeoise aux vitrines des maisons closes belges. Le tout est très bien écrit, avec des descriptions très plaisantes, et on monte crescendo, jusqu’à l’apothéose.

Sauf que je ne suis pas convaincue par cette fin. Tout s’emballe, les révélations sont faites, mais l’auteur fait venir un ultime personnage, Gontran, qui apporte un retournement de situation qui arrive comme un cheveu sur la soupe, c’est la surenchère de trop et je n’arrive toujours pas, même plusieurs jours après, à accepter cette fin. Peut-être que j’étais trop attachée au couple que formaient Gil et Rebecca ?

En bref, pour une première avec cette auteure, j’en ressort globalement satisfaite. Bien que je ne sois pas convaincue par cette fin et cet ultime personnage, cela m’a donné envie de découvrir ses autres ouvrages 🙂

[Chronique] Perle – Anne Bert

[Chronique] Perle – Anne Bert

perle

  • Éditeur : La Musardine (2016)
  • Pages : 181
  • Genre : Érotique
  • Prix : 8.95€
  • Acheter Perle

Perle, « née sous X », ça vous campe un personnage, surtout lorsque l’héroïne découvre, au détour de ses lectures de l’Enfer, que cet X n’est peut-être que la révélation d’un destin sexuel hors du commun. S’appropriant cette lettre comme identité plutôt que de la porter comme une croix, elle va l’incarner dans le monde interlope et libidineux d’un Paris de débauche. Puis rompre avec cette vie, et se retirer en bord de mer, dans la Brière. Mais sur sa route, elle croise Alanik, marinier taiseux, avec qui des horizons nouveaux se déploient. Les légendes locales, la terre, l’eau, les huîtres laiteuses, le bon vin, tout devient prétexte à exacerber un amour torride et pastoral qui en appelle aux cinq sens… et à l’outrance.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Perle est née sous X. Abandonnée à la naissance, vivant dans une famille adoptive, elle voulait de l’amour, elle a eu la porte. Ce X devient donc son identité, mais aussi un monde de plaisir qui s’ouvre pour Perle, qui ne tarde pas à découvrir les soirées libertines parisiennes. Alors qu’elle s’est trouvée un régulier, elle ne prend plus de plaisir et certains côtés de cet homme l’effraie. Alors la jeune femme plie bagage et part loin des tumultes de la capitale…

L’histoire démarre quand Perle rencontre Alanik et va découvrir une autre facette de la sexualité, différente de ce qu’elle a connu jusqu’ici. Mais j’avoue avoir totalement décroché quand la légende locale devient réalité. Il se dit, en substance, qu’à une certaine période de l’année, si une femme se balade alors qu’elle a eu un rapport sexuel récemment, une flopée de mini-pénis la violera et la rendra totalement nymphomane… Et évidemment, pile quand Perle est là-bas, et elle n’y échappe pas. Tout cela m’a paru tellement incongru ! Je me suis donc penchée sur les scènes érotiques, mais pas une ne m’a émoustillée. C’est un enchaînement de descriptions qui ne laisse place au moindre sentiment, à la moindre émotion.

Mais dans l’ensemble, ce petit poche est bien écrit, Anne Bert a une plume très poétique, malgré quelques envolées lyriques dont on ce serait bien passées. Malheureusement, le mélange poésie/érotisme n’est pas très bien passé, puisque – encore une fois- ce ne sont que des descriptions brèves des actes en eux-mêmes.

En bref, je suis moyennement convaincue par Perle et je n’ai pas réussi à renouer avec l’histoire pendant ma lecture, qui n’a pas correspondu à mes attentes.

[Chronique] Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir – John Cleland

[Chronique] Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir – John Cleland

mémoires de fanny hill


Si Fanny Hill est à ce point une curiosité, c’est que la très prude Albion demanda l’interdiction en 1749 de « ce livre ignoble qui est une insulte à la religion et aux bonnes mœurs ». Au travers de ces Mémoires, John Cleland ne faisait que brosser le tableau des mœurs de son temps, lorsque le Tout-Londres s’encanaillait dans les bouges et les maisons closes… La jeune héroïne, orpheline, tombée dans les griffes d’une maquerelle, devient une prostituée de luxe. Mais si Fanny ne dédaigne pas le plaisir, elle place toujours la vertu au-dessus du vice et incarne un personnage très « moral » à des lieues des personnages sadiens. Des phrases élégantes, des tournures délicates, un petit bijou de lecture du xviiie siècle avec ce qu’il faut de piment pour en faire un grand classique de la littérature érotique…

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Fanny Hill vient de perdre ses parents. Seule, elle n’a pas d’autres choix que de monter à Londres pour s’en sortir. Mais une fois sur place, la personne qui s’était chargée de l’aider la laisse en plan. Livrée à elle-même, elle va tomber dans les griffes d’une vieille maquerelle et deviendra une prostituée de luxe, d’abord privée, puis publique, le tout pour assurer sa survie dans cette grande ville. Dans deux longues lettres, elle raconte sa vie à Londres, entre plaisir et intrigues…

L’histoire ne commence pas directement avec Fanny Hill, mais par une introduction de 179 pages, soit la moitié du roman, de Guillaume Apollinaire sur Londres et ses bordels au XVIIIè siècle, se basant sur les écrits de Casanova. C’est une longue introduction qui permet de saisir la situation dans laquelle nous plonge John Cleland aux côtés de notre héroïne, et dans quel monde elle évolue. C’est donc très intéressant et c’est un point que l’on ne peut sauter, tant elle nous prépare à ce qui va suivre !

L’introduction lue, nous passons aux deux longues lettres de Fanny, relatant comment elle a quitté sa campagne natale, s’est faite dépucelée. Puis enfin comment elle en est venue à se prostituer, d’abord auprès d’un homme, puis devenir ensuite une prostituée de luxe « publique », vendant ses charmes à des jeunes hommes triés sur le volet.

Bien sûr, Fanny Hill prend du plaisir à tout ceci et a accepté la situation en toute connaissance de cause – le consentement du personnage est un point assez intéressant. Elle aurait pu se trouver un petit travail, dame de compagnie, faire du ménage… Elle s’est pourtant tournée vers un métier qui demande du courage, un métier pas facile où elle aurait pu tomber sur bien pire que la vieille maquerelle peu scrupuleuse, tout en gardant la tête haute.
Ce sont deux lettres avec de belles tournures de phrases, au vocabulaire soutenu, et exempt de toute vulgarité.

C’est un classique de la littérature érotique qui a été interdit en 1749, soit un an après sa publication… en Angleterre ! Et jusqu’à récemment, à Singapour. Et pourtant, pour l’Angleterre, c’est assez surprenant puisque si on se fie à l’introduction de Guillaume Apollinaire, les bordels étaient légions, et sous différentes formes !

En bref, Mémoires de Fanny Hill, femme de plaisir est un petit classique, que l’on préféra plus pour comprendre les mœurs de nos voisins outre-manche avec l’introduction bien fournie de Guillaume Apollinaire que pour son côté érotique. Cette nouvelle édition est à mettre sous le sapin des lecteurs avertis !

[Chronique] La pharmacienne – Esparbec

[Chronique] La pharmacienne – Esparbec

la pharmacienne


La Pharmacienne est un roman pornographique « pur et dur », où les métaphores sont bannies, les adjectifs concrets, et les descriptions méticuleuses sans être délayées. En outre, un humour noir assez décapant ne gâte rien à l’affaire. Les tribulations de Bébé, Laura Desjardins, Beau P’ et son cousin Ernest constituent un vaudeville d’un genre nouveau, lubrique et facétieux. Gageons que sa lecture en surprendra plus d’un qui avait, sur ce type de littérature, des préjugés que l’actuelle liberté d’écriture a rendu désuets.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Bébé couche avec n’importe qui. Son frère, son cousin, les amis de son frère… Bref, Bébé s’éclate sexuellement. Mais un jour, Beau P’, le nouveau mari de sa mère, est rentré beaucoup trop tôt et l’a surprise avec son cousin. Pour acheter son silence, Bébé accepte de s’offrir à lui. Mais c’était sans compter aussi sur la venue d’Ernest, le cousin de Beau P’, un ex-détenu aux mœurs légères… La Pharmacienne, qui n’est autre que sa mère, va bien avoir du soucis à se faire avec sa petite famille !

Ce qui est bien, quand on commence un roman de Esparbec, c’est que l’on sait qu’on aura très peu de chance d’être déçu. Et c’est le cas avec cette nouvelle édition de La Pharmacienne, un roman oh combien émoustillant. Comme je m’y attendais, j’ai retrouvé ici le style très descriptif et immersif de son auteur. Il prend son temps pour décrire chaque chose, chaque parcelle des corps, qu’on arrive sans mal à s’imaginer les différentes scènes qui se déroulent dans cette maison.

Esparbec n’hésite jamais à détailler une vulve, ou appeler une chatte, une chatte. C’est plaisant de s’éloigner, avec cette lecture, des romans « érotiques » des éditeurs généralistes qui sont la plupart du temps totalement aseptisés ! C’est cru, c’est du porno, mais tout en n’étant ni insultant, ni irrespectueux. Chaque chapitre amène à découvrir plusieurs pratiques : homosexualité, voyeurisme, triolisme, inceste, ect… On voyage, avec Esparbec, qui n’est pas avare en mise en scènes plus ou moins originales !

Tout comme La femme de papier de Françoise Rey, cette édition est agrémentée d’illustrations en noir et blanc de Alex Varenne, une postface de l’auteur, ainsi qu’une interview et une réécriture d’un chapitre qui est paru la première fois en 1994, dans « Darling ».

En bref, lire un roman de Esparbec, c’est accepter de s’ouvrir à mille et une possibilité, aller de découverte en découverte, dans un style toujours plus immersif et descriptif. Cette édition est à avoir dans toutes les bibliothèques des lecteurs fans du genre, qui ne peuvent décemment pas passer à côté de ce roman culte !

[Chronique] La femme de papier – Françoise de Rey

[Chronique] La femme de papier – Françoise de Rey

la femme de papier


Alors que leur liaison s’endort, une femme a l’idée d’écrire à son amant un journal de bord de ses fantasmes. Jour après jour, ses lettres vont provoquer une renaissance, nourrissant de mille idées leurs jeux sexuels. S’ensuit une passion que nulle limite n’endigue hormis une seule règle : « Interdiction d’aimer ».  Paru en 1989, alors que son auteure Françoise Rey, professeure dans le Beaujolais venait de traverser une grave crise personnelle, La Femme de papier a marqué l’histoire de la littérature érotique. C’est le premier texte dans lequel une femme affiche et signe de son nom, ouvertement, ses fantasmes et ses désirs sexuels. Le livre défraie alors la chronique, secouant tabous et conventions.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Tandis que la liaison entre une femme et son amant devient plate, celle-ci décide d’écrire des lettres à cet homme. Mais pas n’importe quelles lettres ! Cette femme couche sur papier ses fantasmes et autres désirs pour réveiller l’appétit sexuel de son amant…
Son succès vient du fait que Françoise Rey existe et qu’elle a réellement envoyé ces missives à son partenaire sexuel. Pour une fois, dans nos contrées, une femme ne se cachait pas derrière un pseudo et exprimait clairement ses désirs !

Alors évidemment, la presse s’en est emparé et on en a beaucoup parlé à l’époque, le succès du livre vient de là. Mais pour un roman épistolaire érotique, je m’attendais à beaucoup, mais ce livre ne m’a pas plus émoustillée que cela. Les lettres restent du sexe pour du sexe, et ça ne va pas plus loin. L’auteure se met en scène avec son amant, installe le décors si besoin, rajoute des personnages quand l’envie lui en prend, mais, encore une fois, cela ne va pas plus loin.

Je m’attendais aussi à un style plutôt doux, pour une femme qui met en scène ses fantasmes. C’est le contraire, puisque les mots choisis sont violents. Il est question de plaisirs, mais la douceur n’est pas au rendez-vous, tant dans les actes que dans les dialogues des protagonistes. Cela s’explique peut-être par la crise que Françoise Rey a traversé avant de se lancer à l’écriture de La femme de papier ? En tout cas, elle a vocabulaire varié et riche, ce qui évite une certaine redondance entre chaque missive, et j’apprécie la diversité des fantasmes de Françoise, qui amène à voir certaines pratiques sous un autre œil.

Cette édition est agrémentée d’illustrations en noir et blanc, plutôt suggestives (Disons que le lire dans un train le soir n’est pas une bonne idée, surtout quand vous êtes côté fenêtre) (Et je noterais au passage que la petite dame des sièges d’à côté, d’un certain âge, ne devait pas avoir qu’une quinte de toux… Oups !). Alex Varenne met en scène des femmes, parfois seules, parfois accompagnées, cependant sans que cela ne colle avec le texte. Avec ces illustrations, on retrouve également une interview de l’auteure, ainsi qu’un dossier de presse datant de la sortie du livre, en 1989.

En bref, La femme de papier est un ouvrage intéressant d’un point de vue féministe : une femme qui se libère du carcan imposé par les hommes et parle librement de sexe, sans avoir à se cacher derrière un pseudo, on ne peut qu’applaudir la démarche. Cependant, il ne faut pas le lire pour chercher un récit hautement émoustillant, à moins que l’érotisme violent croisé avec des petits chatons plaise au lecteur. Cette édition avec l’interview de l’auteure permet de mieux comprendre sa démarche, et d’où a commencé ce récit pour le moins singulier.

[Chronique] Mon mari est un homme formidable, l’intégrale – Eve de Candaulie

[Chronique] Mon mari est un homme formidable, l’intégrale – Eve de Candaulie

mon mari est un homme formidable


Ici, la jalousie est un vecteur d’excitation intense. Tous vos repères se décalent doucement, subtilement et toujours plus profondément. Tout est possible : être une femme libérée, laisser les sens éveiller le corps, puis le laisser se laisser aller, afin que l’aventure devienne en elle-même un délicieux itinéraire. Suivez-moi…

Belles lectures indécentes,

Eve de Candaulie

Merci aux éditions La musardine pour cette lecture !

Mon avis

Eve et son mari sont candaulistes. Le candaulisme – comme ça, vous vous coucherez moins bête, rassurez-vous, moi non plus je ne connaissais pas cette pratique avant ma lecture de ce titre 🙂 – c’est quand l’homme éprouve du plaisir en exposant sa femme ou une image d’elle a d’autres personnes. Mais aussi, on parle de candaulisme quand une femme couche avec d’autres personnes (hommes, femmes, un seul, plusieurs…), et que son mari est consentant et qu’il regarde. Voilà pour la petite définition. Pour le placer dans le contexte de Mon mari est un homme formidable, celui d’Eve adore la prendre en photo et/ou la filmer pendant qu’elle se donne à d’autres personnes.

Et, petite originalité, Eve et son homme existent. Ceci est donc une histoire vraie – leur histoire – que nous livre Eve, sans fioritures. Une sorte de journal intime, donc, mais pas si intime que cela (l’on peut d’ailleurs retrouver Eve sur son site web).

 Assez étrangement mais tout à fait logiquement, le réel offrait une saveur plus intense en ajoutant des représentations encore plus tangibles aux illusions fantasmagoriques. Au coeur de la nuit les pampilles de verre des lustres ravivaient le flamboiement des vieux ors. Mon regard s’illuminait. Une lumière douce semblait s’être réanimée en moi, histoire de vivre à nouveau un peu plus fort. Tout, dans cet acte improvisé, était à la hauteur des réminiscences érotiques qu’il m’évoquait. La fracture s’estompait entre les faits et les caprices de l’imagination.

Les faits sont donc réels, et cela ne m’a pas plus dérangée que ça. Eve a une façon de raconter sa vision du candaulisme et de ses parties de jambes en l’air tout juste émoustillante, pleine de complicité, un peu comme une meilleure amie qui raconte ses dernières histoires de fesse, à sa façon. Bref, rien de bien gênant si c’est ce que vous vous demandiez. De plus, le thème de la liberté sexuelle et de l’épanouissement est très présent et l’on comprend très vite que c’est ce que prône l’auteure : la liberté, le consentement, prendre du plaisir, se laisser aller… autant de valeurs saines que l’on ne peut qu’approuver !

Le tout est assez plaisant à lire, malgré quelques longueurs quand Eve raconte son point de vue sur telle ou telle situation. Comme pour Femme de vikings, j’ai lu l’intégrale, bien que Mon mari est un homme formidable ai été publié initialement en six épisodes, illustrés de photos tirées du site d’Eve, le tout divisé en chapitres. Bref, de quoi tenir le lecteur en haleine sans que cela soit forcément répétitif.

Le premier épisode est gratuit, est vous auriez tort de ne pas en profiter…

[Chronique] Femme de vikings, l’intégrale – Carl Royer

[Chronique] Femme de vikings, l’intégrale – Carl Royer

femme de vikings


Seconde moitié du IXe siècle, quelque part dans le comté de York. Terrifiés, bourgeois et paysans se terrent dans leurs villages : partout dans la campagne, débarqués sur le littoral comme chaque printemps, les Danois rôdent, pillent et violent. Emportée par la tourmente, Nora, jeune saxonne encore vierge, découvre le sexe et ses plaisirs face à l’ennemi juré. Les Vikings sont brutaux, insensibles, sans pitié. Pourtant, ils éveillent en elle des fantasmes dont elle n’avait pas soupçonné l’existence. Jusqu’où une paysanne retournée par le stupre peut-elle aller pour assouvir ses pulsions ? La loyauté, l’honneur, la raison… Ces mots ont-ils encore du sens face à l’appel du sexe ?

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Nora, fille de paysans dans le Comté de York, se terre dans la maison familiale. En effet, les danois pillent le village et tous savent le traitement qu’ils réservent aux femmes. Alors que l’un d’eux se tient face à elle, recroquevillée, il est arrêté par les hommes du village. Qu’il soit emprisonné ne va pas empêcher la jeune saxonne de lui offrir son corps, et ainsi découvrir les plaisirs charnels et braver tous les interdits…

Initialement publiée en six épisodes, Femme de vikings raconte l’histoire de Nora la paysanne partie vivre chez les vikings en tant que deuxième femme de son danois, et qui va s’offrir à tous. Trois épisodes lui sont consacrés et sont de son point de vue, tandis que les restants sont du point de vue de Denisc, un homme du village de Nora, qui la caressait au détour d’une grange. Resté au pays et enrôlé dans l’armée, il a la charge de défendre et de protéger les habitants de ces terribles viking et de la femme qui les mènent.

Comme cela a été publié en épisodes, il a fallu tenir le lecteur en haleine, et donc proposer du contenu à chaque sortie. Donc, du sexe dans chaque épisode, ceux qui ne s’attendent pas à autant de luxure seront vite déboussolés – les autres au contraire, y trouveront leur compte. Cependant, il y a une histoire derrière. Celle-ci est cohérente, mais je l’ai trouvée plus intéressante du point de vue de Denisc. La fin est assez surprenante, mais colle parfaitement à l’histoire.

Côté écriture, c’est fluide. Carl Royer a un vocabulaire riche et ne fait pas dans la demi-mesure. Cependant, il y a peu de descriptions, ce qui ne m’a pas plus gênée que cela. Il est agréable de suivre Nora et Denisc, ils ont un cheminement bien particulier et une vision des choses différente. Ce sont des personnages avec un fort caractère et qui sont bien travaillés – bien plus que ce que l’on s’attendrait à croiser dans un roman érotique, ce qui n’est pas forcément pour me déplaire.

Les thèmes abordés sont pour tous les goûts ! Outre la loyauté et l’honneur remis en cause, voir même la folie, on aborde ici le saphisme, le triolisme, l’esclavagisme sexuel… Et j’en passe ! Ainsi chaque lecteur y trouve son compte.

En bref, c’est une intégrale agréable à lire, très chaude ! Et Le premier épisode est gratuit, pourquoi ne pas en profiter ?

[Chronique] Rayon hommes – Camille Saféris

[Chronique] Rayon hommes – Camille Saféris

rayon hommes


Les filles d’aujourd’hui sont compliquées. Prenez Zoé, ma cliente. Encore une qui cherche l’amour au Rayon Hommes, le nouveau concept-store des Grandes Galeries : des mâles « prêts-à-emballer’ que les femmes viennent se choisir en magasin – c’est l’idée du siècle, un vrai carton ! Et moi dans tout ça ? Je suis juste Barnabé, le vendeur. Des semaines que ma Zoé fait du lèche-vitrines, teste tous ces types l’un après l’autre, sans conviction. Son problème, c’est qu’elle cherche un modèle qui n’existe pas, sans voir que l’homme de sa vie, c’est moi. Le seul du Rayon Hommes qui ne soit pas à vendre.

Merci aux éditions La Musardine pour cette lecture !

Mon avis

Zoé, fraîchement célibataire, a juré que l’on ne la reprendra plus de si tôt en couple. Pour chasser la déprime passagère, elle est entraînée par sa meilleure amie dans une galerie commerciale. Jusqu’ici, elle tient son vœu de célibat, jusqu’au moment où une voix invite toutes leurs clientes à se diriger au dernier étage du centre pour découvrir le Rayon Hommes, où il est possible de faire son choix parmi tout un éventail de mâles. Ni une, ni deux, les filles foncent pour découvrir ce nouveau concept…

L’histoire est racontée par Zoé et Barnabé, les chapitres alternant les points de vue des deux personnages. Zoé, c’est notre célibataire qui a tout de l’éternelle insatisfaite. Elle vas tester plusieurs hommes du magasin sans jamais trouver chaussure à son pied. Et Barnabé, il n’est autre que le vendeur de Rayon Hommes ! Le seul homme sur place que l’on ne peut pas emporter. Et il voit sa cliente revenir régulièrement avec ses derniers achats pour faire un retour, et ce n’est jamais positif. Pour Barnabé, c’est sur : Zoé est la femme de sa vie, même si l’intéressée ne le sait pas encore !

Dans cette romance qui laisse très peu de place à l’érotisme, c’est une réflexion sur notre manière de consommer de tous les jours qui se déroule sous nos yeux. Mesdames, l’amour est commercialisé et que l’on ne s’offusque pas : il est déjà possible « d’acheter » son homme sur un célèbre site de rencontre ! Mais cela apporte aussi une réflexion sur le besoin limite viscéral des gens qui, sous les diktats de la société, cherchent à tout prix l’homme ou la femme de leur vie, voir même veulent de toute les façons possibles un enfant. C’est triste, mais réel.

Côté écriture, c’est fluide et il y a très peu de description et de longueurs, l’auteur va droit au but et expose sa démarche de manière simple. Des petites pointes d’humour sont disséminées tout au long du roman, mais sans jamais tomber dans l’excès. Et mention spéciale à cette fin que j’apprécie beaucoup (on frôle un taux de mignonnité de 100%) . En bref, Rayon Hommes est une petite comédie romantique parfaite pour se détendre un soir !