Archives de
Étiquette : homosexualité

[Chronique] Adrien English, tome 1 : Ombres funestes – Josh Lanyon

[Chronique] Adrien English, tome 1 : Ombres funestes – Josh Lanyon

adrien english 1


Un beau matin, Adrien English, libraire et aspirant auteur vivant à Los Angeles, se retrouve face à un meurtre. Son ancien camarade de lycée (et employé) a été trouvé poignardé dans une ruelle après qu’il ait été vu en pleine dispute avec Adrien le soir précédent. Naturellement, les flics ont quelques questions à poser à Adrien. Ils ne sont pas vraiment impressionnés par ses réponses et, quelques heures plus tard, quand quelqu’un s’introduit dans la boutique d’Adrien et la vandalise, la police a tendance à penser qu’Adrien essaie de détourner les soupçons qui pèsent sur lui. Mais Adrien n’est pas dupe. Adrien sait qu’il est le prochain sur la liste.

Mon avis

Adrien English est libraire à Los Angeles, auteur à ses heures perdues. Sa vie est sans complications jusqu’au jour où la police lui annonce la mort de son collègue et ami, assassiné la veille. Adrien étant la dernière personne à l’avoir vu et ayant eu une dispute avec, la police pense tenir son coupable. Adrien, attristé par cette nouvelle, ferme la librairie pour le reste de la journée. Mais quand il revient, elle est dévastée. La police ne le croit pas une seule seconde, et pense que le jeune libraire tente de les envoyer sur une autre piste, mais Adrien n’est pas idiot, ni un menteur : il sait qu’il y a quelqu’un qui en a après lui, et il est bien décidé à savoir qui. Il va donc mener son enquête de son côté, seul contre ces policiers qui ne veulent pas voir plus loin…

C’est la première fois que je lis autre chose que les livres de Rohan Lockhart chez cet éditeur, il était temps pour moi de voir ce qui se fait d’autre en romans M/M, et ayant envie de lire un thriller, ce premier tome de Adrien English est très bien tombé, et a fini rapidement dans ma liseuse !

L’histoire est racontée du point de vue d’Adrien, notre jeune libraire célibataire. On va vivre avec lui ses doutes, ses angoisses, mais aussi sa quête de la vérité au milieu de tout ce bazar. Parce que l’auteur nous présente pas moins de cinq coupables potentiels, mais personnellement j’ai vite réduit la liste à seulement deux personnes. Suite à ça, j’ai très vite deviné qui était le coupable. Mais c’était tout de même intéressant de le découvrir si tôt, puisque j’ai pu voir tout ce qu’il faisait pour atteindre sa victime (et ça fait froid dans le dos rien que dit repenser).

 – Les gens changent, non ? C’est le concept de la prison.
– Pas toujours. C’est le concept de la peine de mort.
Adrien à Riordan.

La construction du récit et de l’enquête est cohérente, je ne me suis pas perdue une seule fois dans ce récit. La plume de Josh Lanyon est fluide, et il a du vocabulaire. On ne tourne pas en rond, et on va droit au but, ce qui est agréable. Cependant, j’ai trouvé quelques descriptions un peu longues qui cassent le rythme du récit.
A la traduction, on retrouve Marc G., l’auteur de The Gardener, qui traduit lui-même son webcomic, c’est donc un travail de qualité que j’attendais de ce côté-là, et je n’ai pas été déçue !

Ce premier tome pose les bases de la saga, qui a un sacré potentiel. Quand la suite sera traduite, je la lirais à coup sûr !

[Chronique] L’année solitaire – Alice Oseman

[Chronique] L’année solitaire – Alice Oseman

l'année solitaire


On est censés vivre la plus belle période de notre vie. On est jeunes, on est en train de décider de notre avenir (c’est en tout cas ce qu’on nous répète), on a des amis. Mais en fait, tous, on attend que quelque chose change. Becky, ma meilleure amie avec qui je rigole de moins en moins. Lucas, qui réapparaît dans ma vie après toutes ces années. Mon frère Charlie, la plus belle personne que je connaisse. Michael Holden, avec son sourire trop grand. Et moi, la fille la plus misanthrope et pessimiste du lycée. On attend tous que quelque chose change.s’insurgent, qu’elle va essayer de se reconstruire. 

Merci aux éditions Nathan pour cette lecture !

Mon avis

Premier roman de Alice Oseman, qu’elle a écrit à 18 ans, qui puise son inspiration dans son propre vécu, pendant ses années lycée. Étudiante en littérature anglaise, la jeune fille nous livre ici le récit le plus réaliste sur l’adolescence qui m’a été donné de lire jusqu’ici.

Avec le personnage de Tori qui nous raconte cette histoire de son propre point de vue, on va vivre l’année de désillusion de l’adolescente, ce passage à vide commun aux adolescents de cet âge  : incompréhension de ce qui les entoure, leurs amis qui ne le sont plus, leurs parents avec qui ils n’ont plus de dialogues, ces adultes qui « ne comprennent rien », cette tristesse, ce renfermement et ce cynisme dans lesquels ils s’enfoncent. C’est le côté le plus réaliste de cette histoire et que j’ai le plus apprécié, je m’y suis beaucoup retrouvée en repensant à mes propres années lycée.

Cependant, le fil conducteur de l’histoire, le site « solitaire.co.uk » me paraît quelque peu incohérent sur certains points. En effet, plusieurs jeunes qui tiennent ce site créent des situations très dangereuses : lynchage d’un gay refoulé qui a eu peur de voir son homosexualité révélée au grand jour, destruction de matériel scolaire par le feu au sein même de l’école, piratage d’un concert qui blesse des dizaines de jeunes, encore une fois par le feu… Et rien. Pas une seule autorité locale ne s’inquiète de tout ça. On refile l’affaire aux surveillants de couloir et on compte sur eux pour attraper les coupables, malgré la violence des actes. Pas un adulte interfère dans l’histoire, je trouve ça trop gros. Ce n’est pas cohérent avec la réalité et je ne suis absolument pas convaincue.

Malgré tout, c’est un livre qui se lit bien, l’auteure a un vocabulaire riche et une culture générale importante (notamment littéraire) pour son âge (je craque pour toutes les références à Harry Potter). Il m’a fallu que quelques jours pour le finir. C’est un récit qui reste beau, un hymne à la jeunesse si on s’en tient au premier fil de l’histoire : l’adolescence.

[Chronique] GMO Project Legacy – 6san

[Chronique] GMO Project Legacy – 6san

gmo project legacy

  • Éditeur : Auto-édition (2013)
  • Pages : 456
  • Genre : Romance M/M
  • Plus édité

Ce recueil de nouvelles lève le rideau sur des personnages secondaires de la série GMO-Project. Leur passé et leur futur sont dévoilés au travers de neuf histoires.

Fay, leader consciencieux et intransigeant des S2U, découvrira une autre facette de Raphaël, membre de son groupe. Entre curiosités etrévélations, le jeune homme devra alors faire face à ses nouveaux sentiments.

Adam vient de raccrocher ses gants et rêve d’une réorientation professionnelle, afin de mener une vie paisible. Mais c’était sans compter sur la rencontre d’un homme à la carrière exceptionnelle, bien décidé à décrocher le titre de prétendant.

Après leur fuite de Brehm Island, Zack et Will tentent de retrouver une vie normale dans l’orphelinat de Little Seed. Après tant de tribulations, trouveront-ils le bonheur et la quiétude ?

Hyeong, ancien chanteur du légendaire groupe Terra et désormais manager des S2U, n’a pas toujours été une célébrité. Fils d’un martyr du soulèvement de Gwanju, il avait des rêves plein la tête avant de quitter sa campagne natale.

Rain est un artiste égoïste et misanthrope. Lorsqu’il décide d’ouvrir son cœur pour s’exprimer, cela se transforme en une troublante confession.

Enfin, le rideau se referme sur les premiers pas d’une nouvelle génération prête à prendre la relève de ses prédécesseurs.

 

Mon avis

Legacy est un recueil qui regroupe neuf nouvelles, deux doujinshis et une galerie d’illustrations R18 par Lehanan. Ce recueil ferme le premier arc de la saga, et nous prépare à la suite avec la next-gen, tout en répondant à certaines questions : que c’est-il passé entre Hyeong et Jin pour qu’ils ne s’entendent plus, comment Zack et Will ont fini chez Ivan, comment les GMO se sont retrouvés à porter des bracelets pour limiter leurs compétences… Bref, un recueil indispensable !

Chronique garantie sans spoil

Petits jeux entre amis se concentre sur Raphaël et Fay, deux membres de SU2. Nous allons en savoir plus sur la petite vie du leader du groupe, ce qu’il en est de sa famille, mais aussi son rapprochement avec son ami et collègue. Une nouvelle assez longue, mais qui se laisse lire malgré quelques répétitions, « le chanteur aux yeux céruléens » revenant par exemple assez souvent.

L’adolescent de Boseong revient sur le passé de Hyeong, l’homme impassible et un tantinet sévère qui s’occupe des SU2. Et quelle surprise ! Je ne m’attendais pas du tout à ça concernant son passé, ni même pour Jin. L’auteure nous explique enfin pourquoi il a du quitter Terra. Une nouvelle assez surprenante, mais qui au final répond à bien des questions sur ce personnage.

Quant à L’homme au coeur nébuleux est une courte nouvelle centrée sur Ivan Millers, le fils d’un des créateurs du projet GMO .Ce qu’on y apprend est assez surprenant également. Cependant, j’aurais bien aimé en savoir plus sur ce personnage.

Les souvenirs du centre remonte à l’enfance des GMO, au moment où leurs hormones commencent à les travailler, et où Stella se voit avec Gush, Ruby avec Shin ou encore Glen avec Cody, mais aussi revient sur les raisons qui ont poussés les scientifiques à leur créer des bracelets pour limiter leurs compétences, ainsi que la découverte de ses dernières.

Confession est, comme son nom l’indique, une confession de Rain, le personnage misanthrope de la saga. Et pour être déroutante, elle l’est ! Si certains GMO tombait sur cette confession, ils seraient très… surpris, voir même plus que le jour où ils sont rentrés dans sa chambre et qu’ils sont tombés sur ses boy’s love ^^

Cher professeur est elle aussi une histoire courte sur Alan, le père de Kain et Ruby et Camille, qui est très étonnante, mais pas moins amusante, au vue de la situation…

You’re Beautiful se concentre sur Adam et un autre personnage, qui offre un pairing surprenant ! En plus de faire un pairing de l’improbable, nous en apprenons plus sur la vie d’Adam, sa vie après le free-fight et sa relation avec Cody. Bien que ce ne soit pas un personnage qui m’avait marquée dans la saga, j’ai trouvé cette nouvelle fort sympathique et assez drôle.

La dernière nouvelle, Les graines du futur, présente les personnages du deuxième arc de GMO Project, quand ils étaient encore que des enfants, autour d’un repas avec leurs parents, la première génération des GMO. Elle permet de se mettre dans le bain avant de continuer sur la Next-Gen.

Dans l’ensemble, j’ai adoré ce recueil, qui est en tout point très surprenant, mais qui répond aux questions que je me posais. Les nouvelles peuvent se lire indépendamment les unes des autres, et se lisent assez rapidement. Pour ma part, je n’ai passé que deux soirées dessus. Et puis, je n’avais pas envie de le lâcher quand il fallait que je m’arrête, il faut dire !

Concernant les doujins, il y en a deux : un premier sur Kain et Camille et leur chat Cécil, et un autre qui reprend une scène de la première nouvelle. Les dessins sont très jolis, les personnages sont très bien travaillés et reconnaissables facilement. C’est un travail de qualité qui a été fournit sur ces deux doujins !

Quant aux illustrations, c’est une joie de retrouver Lehanan dans ce recueil, ayant eu un coup de cœur pour ses illustrations dans les deux premiers tomes de la saga !

En bref, un très bon recueil indispensable pour conclure ce premier arc, répondant à (presque) toutes les questions que les fans de GMO Project peuvent se poser !

[Chronique] Revanche – Cat Clarke

[Chronique] Revanche – Cat Clarke

revanche

  • Éditeur : Robert Laffont (2013)
  • Pages : 504
  • Genre : Drame
  • Prix : 18.50€
  • Acheter Revanche

La vie est injuste.
Jem Halliday est amoureuse de Kai, son meilleur ami, qui est gay. Pas vraiment l’idéal, mais Jem s’est faite à l’idée.

La vie est cruelle.
Une vidéo de Kai en compagnie d’un garçon a été postée sur Internet. Il ne l’a pas supporté et s’est suicidé.

Sa vie ne sera que vengeance.
Quoi qu’il lui en coûte, Jem a décidé de découvrir qui sont les responsables et de les faire payer, un à un, jusqu’au dernier…

Mon avis

Je pense que le résumé en dit assez sur le contenu du livre. Jem emo/gothique, irrévocablement amoureuse de Kai, son meilleur ami gay. Le lendemain d’une soirée chez le petit ami de la sœur de Kai, une vidéo est envoyée par mail, vidéo dans laquelle Kai est en compagnie d’un autre garçon. Il est anéanti, décide de se suicider. Avant de passer à l’acte, il laisse douze lettres à Jem – une pour chaque mois après sa mort – . Jem apprendra qui sont les coupables, et vengera son meilleur ami.

Enfin, venger est un bien grand mot.

Critique garantie sans spoil.

Après Cruelles, Revanche m’a l’air bien fade. C’est toujours aussi bien écrit, et Cat Clarke arrive à nous transporter, mais il y a des choses qui ne vont pas. Si je l’ai lu jusqu’au bout, c’était pour voir si mes intuitions étaient bonnes. Et pour le coup, j’avais raison sur toute la ligne…

Parce que dans cette vidéo, Kai n’était pas seul. Je me doutais déjà à la soirée, que Kai aimait quelqu’un, que c’était réciproque et qu’il ne voulait pas que ça se sache – ça m’a sauté aux yeux comme une évidence – . Quand la vidéo est apparue, ça devenait plus qu’une évidence, je commençais à avoir mes doutes sur le coupable. Quand Jem reçoit les trois noms sur un bout de papier, il devenait évident que c’était cette personne, pour des tas de raisons que je n’évoquerais pas ici, ce serait spoiler. Et quand l’on devine qui c’est dès le début, ça gâche tout le reste de l’histoire.

L’autre gros problème, c’est Jem. Elle est tellement insipide! On ne lui demande pas une maturité hors du commun, car à vrai dire je la comprend: son meilleur ami dont elle était amoureuse s’est suicidé à cause de ce ae@#!! de coupable. Elle vient de perdre son seul ami, son mentor, son frère de cœur, il y a de quoi réclamer vengeance. Mais ne pas parler à la police de la vidéo et préférer se faire sa petite vengeance dans son coin, c’est irresponsable. Elle est aussi extrêmement naïve. On lui donne trois noms, sans explications, elle ne sait pas de qui ça vient, mais pour elle c’est forcément ces trois personnes: elle ne les aiment pas, ils ont fait des blagues pendant cette soirée, c’est forcément eux les coupables.

Et à partir de ce moment là, ça part tellement en freestyle! Elle décide de se venger, des petites vengeances mesquines qui auront certains dommages collatéraux, et qui ne sont pas forcément très réfléchies. Ses idées de vengeances la désignent automatiquement comme coupable, mais tout le monde à l’air d’être aveugle, personne ne pense à elle. Et sincèrement, j’ai eu honte pour elle. Honte qu’elle s’abaisse à des actes si… bas, mesquins, sans se soucier du mal qu’elle faisait autour d’elle.

Bien que le thème laisse penser à l’exclusion à cause de l’homosexualité, j’ai trouvé qu’il parlait plus de l’exclusion à cause des rumeurs fondées par deux-trois élèves, et le mal que ça engendre pour les victimes. Dans les deux cas, que l’on soit plus touché par un thème que l’autre, j’ai trouvé que c’était très mal exploité, que l’auteur n’en parlait pas assez, pour au final se focaliser sur le Plan de vengeance de Jem, qui mange, boit, dort, étudie vengeance encore et encore…

Au final, je me suis plus attachée à Lucas, Kai et Sasha qu’à Jem, qui m’a semblé trop fade et insipide face à des personnages qui montraient des palettes de sentiments bien plus larges et qui ne sont pas obnubilés par une seule et unique chose. Mais il me faut reconnaître une chose, la fin – la toute, toute fin – a réussi à m’émouvoir.

J’en sort très mitigée et que moyennement satisfaite. En espérant retrouver la Cat Clarke de Cruelles dans ses autres romans…

[Chronique] Les soirées de Charles – Armand Aurèle

[Chronique] Les soirées de Charles – Armand Aurèle

les soirées de charles


Charles organise des soirées échangistes avec un raffinement qu’apprécient ses invités, triés sur le volet. Ce roman relate l’une de ces soirées, mais pas n’importe laquelle. Il s’agit pour Charles, passionné de psychologie, de faire une expérience. Comment une partouze, organisée en thérapie de groupe, peut-elle transformer ses participants ?

Les six invités vivront chacun à leur tour une expérience inoubliable : œuvrer comme serviteur nu, disponible à chacun, pour cet avocat puissant ; révéler son homosexualité latente, pour celui qui se croyait strictement hétéro ; se venger d’un mari humiliant en endossant le rôle de dominatrice ; réaliser la vanité de ses conquêtes pour ce dragueur impénitent mis en présence de femmes offertes… Charles amène chacun des participants à dépasser son statut à travers un jeu de rôle, une épreuve, une performance, qui sont bien sûr autant de scènes érotiques largement détaillées.

Le temps du livre est celui de la soirée.
Le récit alterne, façon caméra subjective, les points de vue de chaque protagoniste, procédé qui vous fera vivre de l’intérieur tous les instants de cette soirée. Sensations fortes garanties !

Mon avis

Charles organise des soirées d’un genre particulier. Avec des invités triés sur le volet, il se livre a des expérimentations comportementales à travers des soirées échangistes. Que ce soit pour révéler une homosexualité latente, des désirs de dominations/soumission ou aider deux personnes à ouvrir les yeux sur leur situation. A travers diverses scènes imaginées par Charles, ses invités vont évoluer….

Alternant entre les points de vue de chaque invités, nous découvrons leur façon de voir les choses, et comment ils appréhendent la suite de la soirée. Bien au delà du simple roman érotique, nous avons là la vision de différentes personnes sur un même évènement, et ce que cela leur apporte. Sans découpage de chapitre ni de rupture, nous avons les avis tour à tour, nous restons donc vraiment dans le moment présent. Mis à part le débriefing de fin de soirée, nous ne revenons pas sur ce qui s’est passé. Il n’y a donc pas de dialogues, ou très peu. La narration se base sur les monologues intérieurs des invités, leur avis du moment, comment ils voient la scène qui se déroule sous les yeux, comment ils la vivent.

Même si on le devine pour quelques-uns des personnages, on ne comprend pas comment telle ou telle mise en scène peut les aider. Notre organisateur leur a fait remplir des questionnaires avant la soirée, il savait donc ce qu’il faisait. Mais pour le lecteur, ce n’est qu’au moment du débriefing (très studieux, au passage) que les dernières pièces du puzzle nous sont données, et on comprend tout de suite les choix de Charles.

Notre maître de soirée est au final qu’observateur et ne prend pas part aux ébats qu’il a organisé, pour pouvoir aider au mieux ses convives. Et quels ébats ! Armand Aurèle va droit au but, ne faisant pas dans la dentelle et la fioriture à ce niveau-là, mais sans tomber dans le vulgaire. Particulièrement émoustillant, ces ébats rythment notre histoire, car pour nos six participants, il faut bien contenter tout le monde… Le tout est extrêmement bien écrit.  La plume fluide de l’auteur nous transporte à travers cette soirée pour le moins particulière.

En bref, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ce livre! On frôle presque le coup de cœur! Merci au forum Au coeur de l’Imaginarium et les éditions La Musardine pour ce service de presse.

 

[Chronique] GMO Project : Homecoming – 6san & Creative Alchemy

[Chronique] GMO Project : Homecoming – 6san & Creative Alchemy

homecoming

  • Auto-édition (2013)
  • Genre : Romance M/M
  • Plus disponible

Doujinshi sur KainxCamille dessiné par Caim-Thomas et scénarisé par 6san.

Mon avis

Ce doujinshi est une tranche de vie concernant Kain et Camille, suite à la guérison du dernier. Kain rentre chez eux, et au lieu d’aller voir Camille directement, s’occupe de leur petit chat, Cecil, ce qui rend son amant un peu jaloux. Camille dit regretter le Kain du passé, et ce dernier va lui prouver au lit qu’il n’a rien à regretter… Quel plaisir de voir ces deux-là dans un doujinshi, et aller bien plus loin qu’avec le roman et ses belles illustrations. Et puis Cecil est tellement mignon! Comme c’est avant tout visuel, on va se concentrer sur la partie graphique.

Les dessins sont très bien faits, le trait est simple. Les personnages sont bien proportionnés d’une case à l’autre et leurs visages sont très expressifs malgré la simplicité du trait. Côté découpage des cases, le tout est assez classique mais ça se laisse lire. Quant aux scènes de sexes, elles sont explicites, après tout cela reste un boy’s love. Ces scènes ne laissent pas indifférentes, sans toutefois tomber dans le vulgaire. Et je le répète Cecil est vraiment mignon!

En bref, ce doujinshi est complémentaire à la saga GMO Project sans forcément être indispensable, mais il serait dommage de ne pas le lire…

homecoming dédicace

[Chronique] GMO Project, tome 2 – 6san

[Chronique] GMO Project, tome 2 – 6san

GMO project 2

  • Auto-édition (2013)
  • Pages : 492
  • Genre : Science-fiction, M/M
  • En cours de réécriture

Les résidents du Centre prennent petit à petit leur envol, suite à la rébellion de Ruby qui s’est sacrifiée pour Rain. Chacun mène sa vie à sa façon, mais tout le monde n’est pas au bout de ses peines.
Kain se bat aux côtés de Camille pour l’aider à combattre sa maladie et trouver une solution, Glenn désormais une idole s’éloignera de ses camarades pour vivre sa vie tandis que Cody démarrera une carrière dans le free-fight. Sans oublier de nouvelles rencontres qui permettront à nos héros de découvrir le monde extérieur du Centre.
Venez découvrir le destin des GMO dans le dernier volet de la saga mêlant aventure et sentiments.

Mon avis

GMO Project est à la base une webfiction publiée gratuitement et périodiquement sur le site officiel de la saga, suivi par pas moins de 3700 personnes à l’heure où je tape cet article! Comment passer à côté de ce phénomène boy’s love made in France?

Ce deuxième tome reprend nos GMO là où nous les avions laissés dans le premier. Ruby et Richter sont en couple, la première s’est sacrifiée pour faire revivre Rain, qui lui vit le parfait amour avec Shin malgré un départ assez… compliqué, Cody démarre sa carrière dans le free-fight, tandis que son compagnon, Glen, commence sa carrière d’idole, mais entre eux rien ne va plus. Kain est de plus en proche de Camille et le soutient totalement pendant sa longue hospitalisation, et Gush et Stella préparent leur avenir également, tandis que Youri, le Gouverneur du Centre, se dénonce aux autorités pour son projet GMO, ce qui chamboulera les petites vies de ses protégés.

Nous suivons chacun des GMO et leurs créateurs, ce qui nous permet de bien comprendre chaque point de vue et mieux saisir leur motivation par moment. Étant donné que Ruby était réduite à un tas de cendre, elle ne m’a pas tellement manquée, j’ai apprécié ne pas l’avoir à chaque fois qui essaye de diriger tout et n’importe quoi au sein du Centre, comme dans le premier tome (on peut dire que ce n’est pas un de mes personnages préférés). Encore une fois j’ai apprécié que les sentiments soient plus mis en avant que les scènes de sexe, donnant une pointe de réalisme à l’histoire. L’action est omniprésente, le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer en passant d’un personnage à l’autre.

Nous découvrons dans ce tome le passé des protégés d’Ivan : Will et Zack. Un chapitre particulièrement touchant et triste qui relate leur rencontre et ce qu’ils ont vécu avant d’être placé en foyer. L’auteur retranscris avec habilité les sentiments de ses personnages, faisant ressentir au lecteur la profondeur de ces derniers. Ajoutons à cela une écriture fluide qui transporte très facilement le lecteur dans l’univers des GMO, ce qui en fait un tome parfait, malgré les petites coquilles et quelques fautes que j’ai pu relever.

Comme pour le premier tome, nous nous retrouvons avec une belle galerie d’illustrations par Nominee84 et Lehanan, deux dessinateurs/trices dont j’ai eu un coup de cœur pour leurs illustrations dans le tome précédent. Je suis ravie de les retrouvés ici encore une fois.

En bref, la saga GMO Project, c’est un coup de cœur pour moi, je suis absolument satisfaite de cette lecture! 🙂

[Chronique] GMO Project, Tome 1 – 6san

[Chronique] GMO Project, Tome 1 – 6san

gmo project 1

  • Auto-Edition (2012)
  • Pages : 453
  • Genre : Science-Fiction, M/M
  • En cours de réécriture

Douze adolescents aux pouvoirs hors du commun vivent depuis toujours dans un centre de la Terces Corporation, une entreprise pharmaceutique, qui répond à leurs besoins et toutes leurs envies. Ruby, flamboyante télékinésiste, troublée par des rêves plus vrais que nature, se met à douter de leurs origines. Elle entraine alors avec elle tous ses compagnons dans une quête infernale pour la vérité.
Mais cette aventure est périlleuse et ils devront se tenir prêts à bien des sacrifices pour découvrir leurs véritables origines : leur innocence, leurs amis, voire peut être leur vie. Au cours de leur périple, les liens se resserrent et d’autres se dévoilent. L’amour et l’amitié seront mis à rude épreuve. Doivent ils se réjouir ou trembler de peur avant de partir à la recherche de leur passé ? Une chose est sûre : ils ne sont pas seuls !

Mon avis

GMO Project est une saga que j’ai découvert sur internet l’année dernière, quelques mois avant Japan Expo. Malheureusement pour moi, la lecture sur écran me donne des migraines pas possible, je m’étais donc résolue à ne pas suivre la saga, jusqu’au moment où j’ai appris que la version papier allait sortir, je ne vous raconte pas mon bonheur quand j’ai reçu mon premier tome ~

GMO « Genetically Modified Organism »

Ruby, une GMO, vit avec ses amis dans un centre dirigé par le Gouverneur, qui les a vus grandir, évoluer et surtout qui les a accompagnés pendant le développement de leurs dons.

Mais Ruby fait de plus en plus de rêves où elle voit son passé et commence à réfléchir sur sa venue dans le Centre… Étaient-ils tous réellement orphelins, sans familles ? Que s’est-il passé pour qu’ils se retrouvent au Centre avec leurs capacités spéciales ? Et pourquoi personne ne veut leur dire la vérité ? Avec ses amies Stella et Glen, elles feront tout pour découvrir la vérité, mais cette dernière à un prix bien élevé…

Par où commencer ? Tout d’abord, ce roman est un boy’s love, mais il n’y a pas que des relations homosexuelles et toutes les situations ne sont pas prétextes à coucher, comme j’ai pu le voir plusieurs fois dans certaines fictions. Les sentiments que partagent les protagonistes sont placés en avant, donnant une pointe de réalisme à notre histoire. Rajoutez à ça les hormones de nos adolescents qui commencent à ne plus voir qu’en eux des coéquipiers ou des membres d’une famille de cœur, mais bien plus que ça.

Côté capacités spéciales, nous sommes gâtés ! Télékinésie, force surhumaine, contrôle mental, médiumnité, régénération… J’en oublie sûrement, surtout que certains des GMO, comme Ruby, Glen et Richter mutent et apprennent de nouvelles capacités qui s’ajoutent aux premières. Pour limiter ces capacités et toujours avoir un contrôle sur leurs sujets test, les scientifiques du centre ont créés des bracelets électroniques. D’ailleurs à ce sujet, dans la scène de la piscine avec Shin et Rain, ce dernier se sert de sa capacité alors qu’il porte un bracelet et il n’est précisé nulle part qu’il l’enlève ou quoi que ce soit. Enfin comme ça n’arrive qu’au début du tome (donc fait parti des toutes premières publications de 6san), on lui pardonne cet oubli 😉

Durant toute ma lecture, je n’ai vraiment pas eu le temps de m’ennuyer étant donné que l’action est omniprésente et que l’on va de révélations en révélations. J’ai plus particulièrement aimé suivre les couples CodyxGlen et KainxCamille (d’ailleurs j’ai le doujinshi sur ces derniers dédicacé par l’auteur et l’illustratrice, acquis à Japan Expo, j’en parlerais après ma lecture du deuxième tome ~)

La galerie d’illustrations est bien fournie et j’ai eu un coup de cœur pour celles de Nominee84, LAS-T et Lehanan, vous pouvez en voir certaines sur le site officiel de la saga. Quant à la couverture, avec ses nuances bleu-gris est particulièrement jolie et me renvoie vers le style graphique du manga Akira.

En bref, une lecture fort sympathique et je file de ce pas commander le deuxième tome !

[Chronique] Le bleu est une couleur chaude – Julie Maroh

[Chronique] Le bleu est une couleur chaude – Julie Maroh

Le bleu est une couleur chaude


Emma, une jeune femme, se rend chez les parents de son amie Clémentine. Ils l’attendent pour manger et elle doit aussi récupérer des affaires que lui laisse Clémentine, selon ses dernières volontés. En effet, Clémentine vient de décéder à l‘hôpital, des suites d’un problème cardiaque. Emma, sa petite amie, se remémore les dernières lignes écrites par Clémentine avant de mourir. Son amour si grand et si pur, elle ne cesse de lui répéter que c’était la plus belle chose de sa vie. Emma retrouve son journal intime dans la chambre et commence à le lire. Elle y raconte son quotidien, depuis l’époque du lycée. Emma découvre alors sa sensibilité et ses états d’âmes d’adolescents, comme jamais elle n’aurait pu le découvrir. Sa première rencontre avec un étudiant du nom de Thomas. En l’attendant dans la rue, Clémentine croise un couple de lesbienne, dont l’une des jeunes filles la regarde d’un regard bleu azur. Clémentine fait cette nuit là un rêve étrange : elle imagine la jeune fille croisée dans l’après-midi qui la rejoint dans son lit. Au matin, elle se sent très perturbée d’avoir fait ce rêve étrange. Elle retrouve ses amis au lycée qui lui demande comment c’est passé son rendez-vous avec Thomas. Paniquée de son rêve, elle décide de passer à l’action avec lui…

Mon avis

Le bleu est une couleur chaude relate l’histoire de Clémentine, l’histoire de sa vie lue par sa compagne, Emma. En effet Clémentine, suite à une maladie, est décédée, et l’une de ses dernières volontés et que la femme de sa vie lise le contenu de ses journaux intimes chez ses parents à partir de l’année où elles se sont rencontrées, jusqu’à la triste étape du dernier séjour à l’hôpital. C’est ainsi que nous allons revivre leur rencontre, leurs déboires mais aussi un voyage dans l’adolescence de Clémentine, de l’acceptation de sa sexualité à tous les problèmes de la vie de couple.

Clémentine a 15 ans, et pour son anniversaire vient de recevoir un journal intime, qu’elle se promet de tenir jusqu’au bout cette fois-ci. Ça va faire un mois qu’elle est rentrée au lycée et l’élève de terminal, Thomas, l’intéresse vaguement mais ses copines la pousse à avoir une relation avec, et pour seul argument, c’est qu’il est mignon et qu’il soit en terminale. Alors Clém’ accepte et l’attend sur une grande place, où elle croisera un regard bleu azur, celui d’une jeune femme aux cheveux bleus qui l’intriguent, et en rêvera même certaines nuits… Clémentine est une jeune fille sage, qui n’imaginerait jamais avoir des sentiments pour une fille vu qu’on lui a toujours apprit que l’amour ne pouvait que s’exprimer entre un homme et une femme et que toutes autres relations sont considérées comme étant contre-nature. L’acceptation de sa sexualité ne va pas être une chose aisée, mais Emma sera là pour l’aider !

Quant à Emma, elle a déjà accepté sa sexualité depuis quelques temps. Elle est avec Sabine, qu’elle a rencontré aux Beaux-Arts, une jeune femme très jalouse, portée sur l’hystérie. Emma va à son tour aider Clémentine à s’accepter, à comprendre ce qu’elle est tout en lui apportant son amour et son aide vis à vis des embûches que Clèm’ rencontrera tout au long de l’histoire. Emma est une jeune femme très mature, patiente. Et même si on connait la fin, on espère tout au long de leurs aventures que ça se finisse en happy end …

Le parti pris graphique est très intéressant puisque la dessinatrice a fait le choix de relater tout les souvenirs de Clémentine en noir et blanc, sauf pour les cheveux de sa compagne qui ressortent grâce à une touche de bleu. Cette couleur est utilisée pour attirer notre attention vers les choses qui semblent les plus importantes pour Clèm’. Cela nous donne vraiment l’impression de plonger dans ses souvenirs, et rend la lecture plus immersive. Les traits du dessin sont simples mais donnent aux personnages des attitudes très expressives. Quand les dessins sont en couleurs, elles sont sobres et douces ce qui créer une cohérence avec le reste de la BD.

Petit plus : le film adapté de Le Bleu est une couleur chaude, sous le nom de La vie d’Adèle, sort au cinéma le 09 octobre 2013, irez-vous le voir ? Edit du transfert de blog, 2016 : J’ai vu le film plusieurs mois après sa sortie, ça a été une énorme déception, l’histoire n’est absolument pas respectée, et n’est qu’au final un film racontant une romance F/F d’une femme qui vit dans un classe aisée, et une autre qui vient d’une famille qui est dans la classe moyenne. Le tout pour dire que ces femmes ne peuvent avoir une histoire d’amour, car elles ne sont pas du même milieu. Ils ont juste gardé le fait que Adèle (j’ai envie de rire…) trompe sa copine, mais ça sert bien l’histoire du « elle vient de la classe moyenne, alors vous comprenez… » . Bref, encore un film qui n’aurait jamais du voir le jour !