Archives de
Étiquette : harry potter

[Chronique] Harry Potter et l’enfant maudit – J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany

[Chronique] Harry Potter et l’enfant maudit – J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany

chronique harry potter lenfant maudit rowling thorne tiffany


Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Mon avis

Nous revoilà plongés dans l’univers de Harry Potter, dix-neuf ans plus tard. Albus va faire sa rentrée à Poudlard avec Rose (la fille de Hermione et Ron) et Scorpius (le fils de Drago). Mais pour Albus, même si il est entouré de ses amis, vivre avec toute l’histoire de son père, « Le Garçon Qui A Survécu », est plus un fardeau et source de vives inquiétudes pour le jeune homme qui se retrouve avec une pression monstre qui l’empêche d’être tout simplement heureux…

Ce livre, c’est un cadeau de ma maman, qui a supporté mon impatience folle à chaque sortie des tomes de la saga et des films. Autant vous dire que sur tout le trajet du retour, je n’ai fait que dévorer ce roman de bout en bout !

Comme vous le savez sans doute déjà, c’est le script de la pièce de théâtre The Cursed Child. Il ne faut donc pas s’attendre à un roman ou à retrouver les personnages que nous connaissions à travers les romans. Tout d’abord, parce qu’ils ont grandi et donc on forcément changé (prise de maturité, etc…) et que J.K. Rowling n’a pas écrit une ligne du script. Mais surtout parce que le théâtre c’est de l’éxagération pour mettre en avant des sentiments, des émotions, des traits de caractère. Ainsi Ron paraîtra plus comme l’élément comique de la pièce, Hermione et Ginny comme des femmes très sérieuses et Harry tourmenté par tout ce qu’il va vivre… Bref vous avez compris l’idée.

Les révélations qui sont faites dans cette pièce, paraissent au premier abord innatendues, mais en y regardant de plus près, c’est du fan-service. Tout est là pour contenter les fans de la première heure, il y a très peu de prises de risques, même dans les révélations finales. Cela me rappelle beaucoup les périodes d’après lecture où l’on cherchait toutes les théories possibles et inimaginables sur internet ! 🙂

Beaucoup de nostalgie se dégage de cette lecture, mais aussi un questionnement par rapport à Albus et à Scorpius et leur relation. Cette bromance est la bromance la plus intense que je n’ai jamais lu (à part dans les yaoï, mais ça ne finit pas de la même façon 😀 ), que j’en reste pensive. Tout dans leurs réactions, leurs mots, me font penser à autre chose que la simple relation amicale que l’on nous présente. Sérieusement, les auteurs auraient glissé un « Albus embrasse Scorpius » que je n’aurais pas été étonnée. Pour en avoir discuté avec plusieurs personnes, il en ressort que nous sommes persuadés que Albus et Scorpius étaient bel et bien en couple dans une autre version de la pièce, mais que quelqu’un a demandé à ce que ce ne soit pas le cas. Ou nous le saurons jamais, ou J.K. Rowling fera le même type d’annonce que pour l’homosexualité d’Albus Dumbledore. Après tout elle nous a bien prouvé qu’elle en était capable !

Mais c’est dommage – si c’est le cas – de ne pas l’avoir dit dans la pièce directement. Et c’est même dommage tout court, cela aurait été la seule prise de « risque » dans l’écriture de ce script et aurait amené un peu de fraîcheur dans cette saga 100% hétérosexuelle – ce qui n’est absolument pas représentatif de la réalité, monde magique ou non.

En bref, j’ai totalement apprécié ma lecture, je me suis laissée prendre au jeu et je suis rentrée facilement dans l’univers de Harry vu par deux auteurs différents. J’en suis ressortie complètement nostalgique et avec l’envie de me refaire un énième marathon des films. Cela manque cependant de renouveau et de prises de risque, mais cela a été assez efficace sur le moment pour me faire passer deux heures de plaisir.

[Chronique] Néogicia, tome 1 : Second Éveil – Fabien Fournier

[Chronique] Néogicia, tome 1 : Second Éveil – Fabien Fournier

néogicia

  • Éditeur : Olydri éditions (2014)
  • Pages : 313
  • Genre : Science-Fantasy
  • Prix : 8.81€
  • Acheter Second Eveil

Dans un monde dominé par la magie, les néogiciens, une civilisation portée par une puissance nouvelle appelée technologie, ont fondé l’Empire, dont la capitale est Centralis.

Saly Asigar, une jeune olydrienne, entreprend de rejoindre ce peuple. Pour y prétendre, elle doit subir une injection, l’isolant définitivement des flux magiques parcourant le monde d’Olydri. Une telle pratique n’est pas sans risques. Dans l’hypothèse d’une incompatibilité génétique, elle mourrait ou pire encore ! Elle pourrait muter en ce que les scientifiques appellent une aberration.

A l’aube de ce second éveil, la procédure semble prendre une tournure inattendue…

Mon avis

Saly est une jeune olydrienne en passe de devenir néogicienne. Depuis toujours, elle s’est sentie attirée par la technologie, au grand dam de la magie… Et de ses parents. C’est enfin le grand jour pour la jeune fille, mais pour cela elle va devoir subir une injection qui la mutera soit en olydrienne, soit en aberration. Une fois rentrée dans la cabine, son référent commence à lui parler de son choix et la suite va prendre une tournure pour le moins habituelle, à laquelle la jeune femme ne s’attendait pas…

Depuis sa sortie en 2014, j’ai Néogicia dans ma PàL, avec pour objectif de le lire après les romans Noob. Je n’ai toujours pas fini cette saga, mais cela tombe bien car je me suis arrêtée au tome 2.5, dont les évènements sont liés à ce premier tome. Mais ce qui m’a décidée à passer le cap, c’était la sortie imminente de la BD (que je n’ai toujours pas acheté, le salon du livre parisien approchant et bouleversant mes priorités livresques). Bref, il était vraiment temps que je sorte Second Éveil de ma PàL !

Néogicia est un spin-off de Noob, se concentrant sur les PNJ, qui ont leur vie propre (ce qui n’est pas sans rappeler Log Horizon) et pour qui le game over est une mort finale et définitive. On peut commencer cette saga sans lire Noob, nous ne sommes pas perdus un seul instant, puisqu’à l’image de Saly, nous découvrons un nouvel univers. Je recommanderais tout de même de lire Noob pour ceux qui ne l’ont pas fait et qui voudraient  en savoir plus sur la base de l’univers, l’Empire, la Coalition, l’Ordre et le reste. Mais ce n’est pas indispensable.

Fabien Fournier nous présente donc les néogiciens que nous avions déjà vu à travers le personnage de Ivy. De ce côté-là – installation de l’univers, explications, … – le roman souffre de quelques longueurs, mais un nouvel univers n’est jamais facile à mettre en place, surtout quand il faut tout faire pour que le lecteur puisse saisir les tenants et les aboutissants, mais surtout pour se démarquer de la saga principale.

La différence majeure entre ces deux sagas, c’est que Néogicia est bien plus sérieux que Noob, moins axé sur l’humour, mais sur des choses plus concrètes : la mort, la guerre… Tout ça n’est que background dans Noob, tout ça devient réalité avec Second Éveil. Il y a quelques références à des œuvres majeures de la SFFF, mais celle qui m’a le plus marquée, c’est celle des glissinfos, qui ne sont pas sans me rappeler les notes volantes qui s’engouffrent dans les ascenseurs du Ministère de la Magie, dans Harry Potter.

gif harry potter neogicia

J’ai totalement apprécié le fait que ce soit des personnages féminins mis en avant, à savoir Saly et Loreley. Ce sont des personnages qui ne se cantonnent pas à des petits rôles sans plus. J’ai vraiment hâte de voir l’évolution des filles dans la suite ! Car Saly est un personnage fort qui a ses faiblesses, mais qui nous montre tout un tas de facettes de sa personnalité plus intéressantes les unes que les autres. A côté, Loreley est une jeune « Golgotha » (c’est à elle qu’elle m’a fait penser dès son apparition), qui revendique son homosexualité haut et fort. C’est tellement rafraichissant !

En bref, pour un premier tome, Fabien Fournier a réussi à réinventer son univers sans que ce soit redondant où qu’on retombe dans du Noob pur et dur : Néogicia est totalement différent. La suite promet d’être très intéressante, surtout dans l’évolution des personnages et de leur situation. Hâte que celle-ci sorte !

[Chronique] The Mortal Instrument, tome 1 : La cité des ténèbres – Cassandra Clare

[Chronique] The Mortal Instrument, tome 1 : La cité des ténèbres – Cassandra Clare

the mortal instrument 1


Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup!

Mais le pire reste à venir…Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Mon avis

Ça faisait un bail que j’avais The Mortal Instrument dans ma PàL, sans trop vraiment oser me lancer puisque c’est une saga très longue, et sur plusieurs arcs ! Mais grâce à ma binômette Cece, j’ai enfin lu ce premier tome : La cité des ténèbres. Donc, c’est l’histoire de Clary, une jeune fille qui assiste au meurtre d’un garçon, alors qu’elle n’aurait jamais du le voir, ni ses meurtriers. Alors qu’elle est en froid avec sa mère, celle-ci se fait enlever, tandis que Clary va recroiser la route d’un des assassins, et va redécouvrir son monde avec un nouvel œil…

Alors. Tout ça, c’est très (voir trop) jeunesse sur bien des points, et cela m’a un peu gênée étant donné l’univers dans lequel nous nous trouvons. L’univers est assez violent et impitoyable envers certains personnages, le mélange avec le jeunesse m’a déroutée. Mais plus on avance dans l’histoire, plus on s’y fait et ça devient plus facile à accepter. J’ai trouvé aussi quelques ressemblances avec la saga Harry Potter, qui allait sur son dernier tome quand TMI a été publié. En effet, un bad guys censé avoir disparu de la circulation, qui refait surface avec ses adeptes pour prendre le contrôle de leur monde et tuer ceux qui s’y opposent ainsi que ceux qu’il a désignés comme étant ses ennemis… Un peu plus et Voldemort pourrait faire une cover de story of my life (Version Shaka Ponk [♥ sur eux] ou One Direction, chacun ses goûts !). Cependant, cela ne m’a pas plus dérangée que ça, puis que ces ressemblances restent très légères par la suite.

Côté personnages, j’ai trouvé le personnage de Clary indépendant et fort, malgré ce qu’elle traverse, ainsi tout ce qu’elle apprend sur elle et sa famille, en plus de vivre son premier amour (les joies de l’adolescence !). Par contre, les révélations qu’elle apprend, je les ai devinés bien vite, ça m’a un peu chagrinée, sachant que c’était un peu le plot twist de ce premier tome. Mais j’ai surtout adoré le personnage de Magnus et j’espère qu’on le recroisera plus souvent par la suite. Un arc entier lui est consacré, et j’ai plutôt hâte de le lire, c’est un personnage qui m’intrigue beaucoup !

Au sujet de l’écriture, c’est à la portée de tous : fluide, un vocabulaire simple, des descriptions ni trop longues, ni trop courtes, l’univers est bien mené et la trame est cohérente, bref un roman que l’on peut mettre entre toutes les mains !
Mais, j’ai fait l’erreur de voir le film juste après ma lecture ! Je me demande pourquoi je m’entête à regarder les adaptations, à 99% c’est à des kilomètres du livre et l’histoire est retaillée à la hache. Et The Mortal Instrument ne fait pas exception ! Une série sur la saga devrait voir le jour en 2016 sous le nom de Shadowhunter, vais-je craquer ? A suivre…

Coucou !

[Chronique] Le seigneur des Anneaux : La communauté de l’Anneau – J.R.R. Tolkien

[Chronique] Le seigneur des Anneaux : La communauté de l’Anneau – J.R.R. Tolkien

SDA 1


Dans les vertes prairies de la Comté, les Hobbits, ou Semi-hommes, vivaient en paix…
jusqu’au jour fatal où l’un d’entre eux, au cours de ses voyages, entra en possession de l’Anneau Unique aux immenses pouvoirs. Pour le reconquérir, Sauron, le seigneur ténébreux, va déchaîner toutes les forces du Mal… Frodon, le Porteur de l’Anneau, Gandalf, le magicien, et leurs intrépides compagnons réussiront-ils à écarter la menace qui pèse sur la Terre du Milieu?

Mon avis

Quel plaisir de se replonger dans les aventures de Bilbon, Frodon, Merry & Pippin, Aragorn, Legolas et Gandalf! Après avoir vu au moins cinq fois chacun des films, il était temps que je me mette aux livres. Entre le Seigneur des Anneaux et moi, c’est une grande histoire d’amour et ma première plongée dans la fantasy, à la sortie des films. Harry Potter était sortit ou allait sortir à l’époque, et notre école primaire nous emmenais un samedi par mois au cinéma. On avait vu le tout premier Harry Potter, et en sortant de la salle, j’ai vu l’affiche du SdA. Rentrant chez moi le soir, j’ai parlé avec mes parents, histoire de les convaincre d’aller voir « Le seigneur des Agneaux » (oui, agneaux). Bon, une fois au cinéma, il n’était plus question d’un animal mais d’un anneaux. Du coup, on est quand même aller le voir, et depuis je voue un culte à cette saga…

Pas la peine de faire un méga résumé de l’affaire, vous la connaissez tous, au moins. Bilbon lègue son anneau trouvé dans « Bilbo le Hobbit » à Frodon, avant de partir à Fondcombe. Sauf que voilà, ce n’est pas un simple anneau ordinaire: C’est l’Anneau Unique, jadis celui de Sauron, le Seigneur des Ténèbres avant Voldemort. Frodon est donc chargé d’une seule et unique mission: détruire l’Anneau dans la Montagne du Destin, avant que Sauron et ses sbires mettent la main dessus.

Le livre est 10 000 fois mieux au film. Le film est beau, génial, mais passe au dessus de plein d’évènements et de personnages qui ont tellement d’importance. J’ai par exemple découvert Tom Bombadil, Glorfindel, les fils d’Elrond, et une pléthore de personnages plus intéressant les uns que les autres.

Le voyage de Frodon est très détaillé. Il y a des tonnes et des tonnes de descriptions, si bien que l’on sait ce qu’a fait chaque jour le Porteur de l’Anneau durant son voyage. Agrémenté de chants, on en découvre beaucoup sur l’histoire de la Terre du Milieu et de ses habitants. Les lecteurs pourraient trouver ces longues descriptions et chants de six pages rébarbatif, mais ayant commencé Tolkien par « Bilbo le Hobbit« , ça ne m’a pas plus dérangée que ça, aillant déjà eu un aperçu de son travail.

Lire cette saga, c’est le bien pour quiconque voudrait en savoir plus sur la quête de l’Anneau et sa communauté, ainsi que la Terre du Milieu. Une certaine continuité s’étant installée entre Bilbo le Hobbit et SdA (comme avec les trolls changés en pierre), lire ce livre vous amènera irrémédiablement à lire l’autre, vous êtes prévenus.

Du coup, j’ai tellement bien aimé ce premier tome, que je lirais le deuxième le mois prochain! 🙂

[Chronique] Secret de lune, tome 1 : Croissant de lune – Angélique Ferreira

[Chronique] Secret de lune, tome 1 : Croissant de lune – Angélique Ferreira

croissant de lune secret de lune


« J’ai pitié de vous, Nicolas. Vous n’êtes pas heureux et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Un père qui a honte de votre orientation et de vos choix de carrière, une sœur qui se plaît à vous faire passer pour un idiot, et personne sur qui réellement compter. »

Lorsque les routes de Nicolas Valentin Pontault et d’Iris Sélène Black se croisent, ce n’est pas l’amour qui les unit. Au contraire ! Le premier n’est qu’un jeune homme ordinaire : photographe, modèle et professeur de théâtre à Lyon, son univers bascule le jour où il perd son travail. Déterminé à ne pas se laisser abattre, il décide de saisir cette occasion pour reprendre ses études. La seconde est une jeune bibliothécaire qui tente tant bien que mal d’échapper au clan de sorcières dont elle est l’une des héritières. Traitée comme une pestiférée par les siens, Iris est fermement décidée à ne pas les laisser contrôler sa vie. Malgré ces différences, lorsque Nicolas est transformé en loup, c’est auprès de la jeune femme qu’il trouve réconfort et protection. Au même moment, une étrange série de meurtres s’abat sur la ville, et tout porte à croire que l’assassin en a désormais après eux…

Mon avis

Iris est une jeune sorcière qui a eu le malheur de naître sans pouvoirs. Depuis, elle est traitée en pestiférée par sa mère et ses soeurs, n’acceptant pas cet « échec », cette « tare ». Alors, un jour Iris fuit pour se construire une vie loin des siens, à Lyon, mais son passé la rattrape beaucoup plus vite qu’elle ne l’aurait cru… On ne peut pas fuir comme ça loin d’une puissante famille de sorcière sans que personne ne le sache. Quand elle croise la route de Nicolas, rien ne colle entre eux. Et pour cause, la petite soeur de ce dernier s’était fait passer pour lui sur internet, faisant miroiter un amour inexistant à la jeune sorcière, qui ne s’en est jamais remis. Un soir, Nicolas se fait transformer en loup, ne comprenant pas ce qui lui arrive, il fuit, mais manque de se faire renverser par une voiture. Iris arrive, le sauve et décide de prendre soin de lui, sans savoir qui il est réellement. En parallèle, divers meurtres ont lieux et tout porte à croire que la future victime n’est autre qu’Iris… Mais pourquoi?

Autant l’histoire promet de belles choses et de passer un bon moment, autant le reste ne m’a pas plus séduite que ça, plusieurs points m’ont faite tiquer et il m’a fallu du courage pour ne pas arrêter ma lecture tellement par moment on tombait dans le ridicule le plus total.

Tout d’abord, les innombrables références à Harry Potter m’ont vite énervée. J’aime cette saga, vraiment, mais là pour moi c’était trop. Je peux concevoir que l’auteure est fan, qu’elle ai eu envie de rendre un certain hommage ou autre à Harry Potter, mais qu’on en soit limite à deux références par chapitres, non. Les humains normaux ont hérités d’un nom, comme les moldus de J.K Rowling, à savoir les Apchers. Le nom de famille de Iris est Black, elle est rousse, sa robe de sorcière est rouge et or (Gryffondor), sa tante se nomme Cissy (surnom donné à Narcissa Malefoy par Bellatrix Lestranges) son meilleur ami, Matt, se fait surnommer Draco (Drago dans la version originale), est blond, porte une robe verte (Serpentard). Ils ont tout deux une « bague d’invisibilité » qu’ils se servent à la manière d’Harry dans la saga, c’est-à-dire écouter « aux portes ». Le polynectar is back sous le nom de metamortare et je vous laisse deviner ce qu’on met dans la potion pour prendre l’apparence de quelqu’un… Et je ne reviens pas sur le surnom de « Professeur Rogue » ni l’allusion aux hippogriffes. Pour moi c’est littéralement l’overdose. A ce niveau là, c’est plus de la référence, ni de l’inspiration. J’ai très vite pensé à un début de fanfiction vite transformée en une autre histoire à par entière.

Les chapitres sont découpés entre les différents points de vue de Nicolas et Iris, mais j’ai quand même réussi à me perdre entre les deux, au beau milieu d’un paragraphe j’avais l’impression de revenir à l’un alors qu’on était bel et bien sur l’autre. Normalement, quand il y a des ellipses, une interligne est là pour séparer les deux paragraphes pour bien signifier que l’on a avancé dans le temps (et donc entre temps changer de lieux). Ici point d’interligne, à vous de deviner où nous en sommes, avec qui et quand.

Je m’attendais à de la romance, pas à ce que ça tourne au roman érotique à partir du moment où Iris perd sa virginité. A partir de ce moment là, tout est prétexte pour glisser une scène de sexe tellement crue que s’en est plus dégoutant qu’autre chose. On vient de se disputer parce que tu t’es fait passer pour mon meilleur ami pour me prendre ma virginité? Prend moi sur le capot de la voiture. Elle dort? Et si j’essayais de profiter de sa faiblesse pour coucher avec? Oh, elle est dans le vestiaire, et si je lui sautais dessus? Tient, on est chez mes parents, allons la prendre dans la chambre de ma sœur! On ne se connait pas et tu viens de me gifler et de m’insulter? Vient là que je te prenne en pleine rue contre le mur (et encore celle là est au début du roman). Tout dans ce roman est lié au sexe ou à la nudité, que ce soit l’évènement le plus important chez les sorciers (= l’Unnissance, c’est à dire coucher devant le clan au complet pour engendrer un enfant pour perpétrer la race des sorciers), ou aller chercher des réponses ultra-importantes dans un club libertin pour êtres surnaturels en manque de sensations fortes (où, évidemment, ça se finit en partie de jambes en l’air). On frise le ridicule par moment. A ce niveau là, c’est de l’écœurement total pour qui ne s’y attend pas.

A part son aptitude à pleurer tout le temps et son air fragile, on ne s’attarde pas sur la psychologie de Iris, ni des autres personnages. Je n’ai pas vraiment saisit qui était notre jeune sorcière, étant donné que l’on passe de la fille fragile sans pouvoirs à la puissante maîtresse des potions, héritière des Black qui n’hésite pas à torturer un vampire en guise de punition suite à un jugement, pour partir sur Iris super-dévergondée, revenir à Iris-fragile, et finir par Iris super forte et méga-courageuse à la fin de ce premier tome.

Ce serait un one shot, d’accord, mais il est prévu qu’un autre tome sorte, alors pourquoi ne pas s’attarder sur les personnages? Il est de même pour l’univers qu’on ne fait que survoler d’un bout à l’autre, sans vraiment que l’on nous explique certaines choses, il m’a fallu un sacré bout de temps pour deviner que les apchers étaient des humains normaux par exemple, parce qu’on ne nous explique pas vraiment.

En bref, une histoire brouillon, un univers bâclé et largement inspiré de la saga Harry Potter, des scènes de sexe ridicules et particulièrement crue qui auraient plus leur place dans un roman érotique qu’ici, des personnages que l’on ne prend pas le temps de connaître, une bonne histoire de base qui se retrouve malheureusement gâchée par un travail inachevé. Sans tout ça, j’aurais pu avoir envie de connaître la suite de leur histoire, mais ce n’est pas possible.

Néanmoins, merci au forum Have a Break, Have a Book et les éditions Flammèche pour ce partenariat.

[Chronique] Harry Potter et Les reliques de la Mort – J.K. Rowling

[Chronique] Harry Potter et Les reliques de la Mort – J.K. Rowling

harry potter et les reliques de la mort


Cette année, Harry a dix-sept ans et ne retourne pas à Poudlard. Avec Ron et Hermione, il se consacre à la dernière mission confiée par Dumbledore. Mais le Seigneur des Ténèbres règne en maître. Traqués, les trois fidèles amis sont contraints et la clandestinité. D’épreuves en révélations, le courage les choix et les sacrifices de Harry seront déterminants dans la lutte contre les forces du Mal. Avec le dénouement de l’héroïque histoire de Harry Potter, J.K. Rowling signe un chef-d’œuvre d’une grande humanité et d’une maîtrise incomparable.

 

Mon avis

Enfin. Je l’ai fais. J’ai enfin bouclé ma énième relecture de la saga Harry Potter. Vous n’imaginez même pas oh combien je suis fière de cet exploit, ni même la joie d’avoir enfin relu cette magnifique saga. Il y a quelques jours, je me disais que c’était la dernière fois que je la relirais. En faite non, j’ai déjà envie de me refaire les premiers tomes. On en reparlera dans quelques années, mais vous pouvez êtres sûrs que je recommencerais, comment ne pas vouloir se replonger dans ses aventures? Enfin bref. Harry Potter, c’est toute mon enfance ♥

Nous retrouvons donc notre célèbre sorcier, accompagné de Ron et Hermione dans son ultime quête : retrouver tous les horcruxes (objets contenant les sept morceaux d’âme de Voldemort) afin de les détruire pour affaiblir le Seigneur des ténèbres pour pouvoir enfin le tuer. Mais ou chercher? Comment les détruire? Comment faire quand notre tête est mise à prix et que mangemorts comme rafleurs sont à votre poursuite? Que vous n’avez plus un seul endroit pour vous cacher? Que vos amis doutes tout de même? Que vous apprenez que l’homme que vous respectiez le plus cachait de lourds secrets et qu’ils sont tous sur le point d’être révélés dans leur version plus ou moins mensongère par la perfide Rita Skeeter? La tache ne va pas être aisée pour Harry, qui devra lutté pour arriver au bout de son voyage…

A côté, Voldemort est au sommet de sa gloire. Il a enfin tout ce qu’il veut, sauf la tête d’Harry, s’en est devenu une obsession. Il n’hésitera pas à tuer, capturer, menacer, pour obtenir ne serait-ce que la moindre petite info sur le fugitif, tout en essayant d’éradiquer les nés-moldus et les traîtres à leur sang, dominer le monde magique, et gérer sa troupe d’incapables mangemorts, tout en cherchant la solution ultime pour tuer Harry. En bref, ce n’est pas de tout repos des deux côtés.

Qui des deux vaincra?

Un tome plein de révélation et qui revient sur plusieurs points des premiers livres de la saga, pour les rares qui n’ont pas lu les livres mais vu les films, ne vous attaquez pas à ce tome sans avoir lu le reste, sinon vous serez très vite largués. Un tome beaucoup plus dur, plus mature, beaucoup plus triste, mais qui marque la fin d’une saga magistrale. J’ai adoré relire cette saga, que je relirais très certainement encore et encore dans plusieurs années 🙂

[Chronique] Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé – J.K. Rowling

[Chronique] Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé – J.K. Rowling

Harry potter et le prince de sang mêlé


Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ?

Mon avis

L’avant dernier tome des aventures de Harry, une relecture que je me devais de faire après ma première lecture qui doit bien remonter à 7-8 ans. D’une première part, parce que cette saga est plus que géniale et qu’on a beau la relire à chaque fois, on retombe vite amoureux du style de J.K Rowling et on redécouvre des petits détails de l’histoire. Et de l’autre part, c’est que la première fois que j’ai lu ce tome, je n’ai pas su apprécier ma lecture comme il le fallait. En effet, dans celui-ci l’auteure donne une énorme prise de maturité à ses personnages et développe des sentiments à la fois simples et complexes comme l’amour mais nous met aussi face à la mort d’une manière bien plus brusque que dans le tome précédent où Sirius nous a quitté. Et quand notre première lecture se fait à l’âge de 13-14 ans, à moins d’avoir été confronté à ce genre de choses dans la vie, on ne peut vraiment apprécier et comprendre ce tome, et surtout saisir les sentiments qu’il est censé véhiculé. Enfin, maintenant c’est chose faite avec cette relecture !

Et donc, cette fois-ci nous ne retrouvons pas directement notre petit héros, mais l’ex-Premier Ministre de la Magie, Fudge, en compagnie de Scrimgeour, son remplaçant, se présentant au Premier Ministre moldu, comme il est usage de le faire quand on prend ce genre de poste. Exposition des derniers actes de Voldemort, mise en garde contre le danger qui rôde, et explication des dispositifs de sécurité mis en place pour le Premier Ministre vont rythmer l’entrevue des trois hommes.
Non loin de là, une autre soirée va être rythmée autrement. En effet, Narcissa Malefoy, la mère de Drago, accompagnée de sa sœur Bellatrix Lestranges, rendent visite à Severus Rogue pour lui demander service, bien que Bellatrix s’y oppose fermement. Nous y apprenons que le fils Malefoy a été choisi par Celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom pour faire quelque chose… Mais quoi ? Pourquoi ? Et en quoi Severus peut-il l’aider ? C’est que nous essayerons – en compagnie de Harry – de découvrir pendant cette année scolaire…

D’ailleurs, Harry est toujours chez les Dursley, attendant la visite de Dumbledore, mais il n’y croit pas tellement. Serait-ce une blague de mauvais goût ? Pour éviter d’avoir une déception pareille alors que nous sommes seulement au début de l’été, il n’a rien préparé et attend, avec sa chouette Hedwige, de voir si son directeur va réellement venir, et qu’elle ne fût pas sa surprise quand Dumbledore sonne à la porte de son oncle et sa tante ? Abusant quelque peu de toute l’hospitalité dont les Dursley sont capables de faire envers un homme vêtu d’une robe et d’un chapeau de sorcier, et qui se sert d’une baguette magique, nous apprenons quelques petites choses sur la protection magique dont Harry bénéficie chez sa tante et son oncle jusqu’à sa majorité, et nous suivons les deux sorciers dans un petit village, pour rendre visite à un ancien professeur de Poudlard, Orace Slughorn, pour le tirer de sa retraite. Harry ira passer la suite de ses vacances au Terrier, chez les Weasley.

Orace n’est pas un personnage que j’apprécie tellement. Son truc, c’est la  »collection » d’élèves un tant sois peu célèbres ou ayant un parent connu, et les réunir dans le Club de Slug, et ainsi donner quelques soirées avec eux pour les mettre en contact avec des sorciers qui sont déjà passés par le Club et qui ont acquis une certaine notoriété aujourd’hui. Il ne s’intéresse pas tellement aux autres élèves, se souvenant à peine de leurs prénoms. Slughorn a tout d’un bon professeur, mais il ne faut pas compter sur lui quand un peu d’action se présente, car il perd tout ses moyens. Tout ce qu’il est capable de faire, c’est se vanter de ses relations et les cadeaux qu’il reçoit des personnes qui sont passées par son Club. En somme, un personnage extrêmement secondaire dont j’aurais aimé qu’on laisse de côté pour le reste de l’histoire, mais Rowling en a décidé autrement pour le vieux professeur.

L’année scolaire débute donc pour nos héros avec la menace d’un Voldemort qui commence à se bouger et tuer tout ceux qui ne veulent pas le suivre au côté de ses Mangemorts, l’ambiance générale n’est donc pas à la joie. Harry va avoir de nouveau des cours particuliers – pas avec Rogue cette fois ci – mais avec Dumbledore en personne, pour l’aider à combattre le Seigneur des Ténèbres. Autre nouveauté pour notre sorcier, il est le capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor ! En somme, une année quasi-normale, ponctuée par les couples qui se font et se défont, et la jalousie, car l’un ne va pas sans l’autre… Sans oublier le Prince de Sang-Mêlé, qui va être l’élément majeur du succès de Harry en potion, mais aussi de nombreuses disputes avec Hermione qui ne supporte pas de ne plus être la meilleure, et va donc chercher par tout les moyens à convaincre Harry que le vieux livre de cours du Prince n’est pas bon pour lui, et qu’il faut qu’il le rende.

La fin de ce tome est magistrale, et m’a fait versé une larme, car même si je m’y attendais et que je connaissais déjà cette fin, on ne peut s’imaginer que cela finisse comme ça. Est-ce que cette fin aurait pu être évitée ? Si je n’aurais pas lu le dernier tome, j’aurais dit oui. Mais en faite, non. Même si au final Malefoy est convaincu de ne pas aller jusqu’au bout (ça se ressent quand il abaisse sa baguette), d’autres pactes et accords ont eu lieu pour que cette fin se déroule comme prévu, et donc même si cet événement est le plus triste que j’ai eu à lire dans Harry Potter, il se devait d’y être.

En bref, un tome excellent mais néanmoins triste, et j’ai hâte de pouvoir relire la fin des aventures de nos héros !

gif HP et le prince de sang mêlé

[Chronique] Harry Potter et l’Ordre du phénix – J.K. Rowling

[Chronique] Harry Potter et l’Ordre du phénix – J.K. Rowling

harry potter et l'ordre du phénix


A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Mon avis

L’été se passe presque normalement pour Harry Potter, jeune sorcier de 15 ans. Jusqu’au jour où deux détraqueurs ont décidés de venir faire un tour à Magnolia Crescent, dans une petite allée où justement Harry rentre chez lui, accompagné de son cousin, Dudley Dursley… Les évènements s’enchaînent et l’action est omniprésente. En même temps, les sorciers qui croient en Harry et Dumbledore surveillent le retour de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, au détriment du Ministère de la magie qui, avec l’aide de la Gazette du Sorcier, essaye de faire passer le jeune sorcier pour un gamin complètement dérangé, et Dumbledore pour un vieux fou qui devrait prendre sa retraite…

Un soir où son oncle et sa tante partent pour une remise de prix de la plus belle pelouse de la région, Harry reçoit la visite de plusieurs sorciers, dont deux qu’il connait bien : Remus Lupin et Maugrey  »Fol-Oeil », qui décident de l’emmener avec eux au 12 square Grimmaurd, quartier général de l’Ordre du Phénix, reformé quelques heures après le retour de Lord Voldemort, à la dernière épreuve du tournoi de la Coupe de Feu. Là-bas il retrouvera ses amis, les Weasley, Hermione, mais aussi son parrain, Sirius Black, propriétaire de la demeure. On y fera la rencontre, entre autre, de Nymphadora Tonks, une jeune métamorphomage, mais aussi d’un elfe de maison qui n’a plus toute sa tête : Kreattur.

Harry, s’attendant à intégré l’Ordre pour pouvoir participé au combat, se verra tout simplement assigné aux tâches ménagères, chose que Kreattur ne fait plus. Mais comment nettoyer une maison qui cherche constamment à se rebeller contre ses habitants, comme la tabatière mordeuse, les robes qui vous étranglent ou les rideaux infestés de Doxys ? Ce sera mine de rien une sacré lutte pour pouvoir la rendre habitable, avant leur retour à Poudlard.

L’école de Sorcellerie a toujours été comme une deuxième maison pour Harry, mais plus des trois quarts des élèves croient en la Gazette du Sorcier, et le ministère a décidé de mettre son nez dans les affaires de l’école, en la personne de Dolores Ombrage, sous secrétaire d’état auprès du Ministre, mais aussi nouvelle prof de défense contre les forces du mal, et bien plus tard, Grande Inquisitrice de Poudlard, s’octroyant le pouvoir de faire pleuvoir des décrets visant à assouvir l’école, ses professeurs, mais aussi son directeur… Et quand la Grande Inquisitrice décide que Voldemort n’est pas de retour, est que Harry est un menteur, elle fera tout pour lui faire passer une année particulièrement désagréable, à commencer par empêcher les élèves de passer de la théorie à la pratique dans ses cours de défense contre les forces du mal…
Comme vous pouvez le constater, cette année va être particulièrement tendue, surtout qu’en même temps, les examens de B.U.S.E (brevet universel élémentaire de sorcellerie) sont au programme, ainsi que la question de l’orientation.

On va y découvrir cette fois-ci un Harry au bout du rouleau, complètement démoralisé, qui doit subir les railleries de ses camarades à cause des articles de la Gazette. Dumbledore fait tout pour le tenir dans l’ignorance, Hagrid est de plus en plus distant, Ombrage lui fait mener la vie dure, Sirius l’accuse de ne pas être comme James… Quand à Rogue, plus cruel que jamais, nous allons découvrir une facette de son passé à Poudlard, et plus que jamais, des questions se soulèvent à son propos… Mais aussi un Harry amoureux, téméraire et beaucoup moins tête à claque que dans les précédents tomes.

La coupe de Feu était un tournant majeur de l’histoire, l’Ordre du Phénix est le début d’un nouveau combat féroce contre le Seigneur des Ténèbres et ses Mangemorts. Beaucoup plus mature et quittant petit à petit l’enfance de notre trio préféré, c’est sans peine que J.K Rowling nous entraîne vers la suite de l’histoire qui s’annonce d’ors et déjà sombre, pour notre plus grand plaisir…

[Chronique] Harry Potter et La coupe de feu – J.K. Rowling

[Chronique] Harry Potter et La coupe de feu – J.K. Rowling

harry potter et la coupe de feu


Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d’un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit… Trop vite. Il va se trouver plongé au cœur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Fascinant, drôle, bouleversant, ce quatrième tome et le pilier central des aventures de Harry Potter.

Mon avis

Pour cette quatrième année, nous retrouvons Harry, Ron et Hermione à la Coupe du Monde de Quidditch où se déroulera  »Camping Paradis, version Mangemort ! Frissons garantis ! » (la blague pas drôle que je me devais de caser dans l’article). C’est avec une certaine appréhension que notre trio retournera suivre leur scolarité à l’école de sorcellerie Poudlard, dirigée par le célèbre Albus Dumbledore…

Mais d’entrée, cette année ne se déroulera pas normalement, puisque Poudlard accueille le fameux Tournoi des Trois Sorciers, un tournoi où trois champions de trois écoles devront s’affronter pendant trois taches, réparties sur toute une année scolaire. Évidemment, l’histoire ne serait pas du tout intéressante si Harry ne se retrouvait pas mêlé à tout ça, bien entendu. Et c’est aux côtés de Fleur Delacour, championne de Beauxbâtons, Victor Krum, champion de Durmstrang et de Cédric Diggory, champion de Poudlard, que notre héros devra se battre !

Entre chaque tâches, l’année scolaire se déroule normalement, entre les cours de défense contre les forces du mal, les soins aux créatures magiques ou la divination, et la résolution des énigmes avant les épreuves. L’année aurait pu presque se dérouler normalement pour notre jeune sorcier, mais le destin a décidé d’être cruel avec lui.

Comme vous le savez déjà, Harry Potter et la Coupe de Feu est un tome décisif, qui nous lance dans un grand tournant de l’histoire du sorcier à lunette. C’est à partir d’ici que nos héros vont prendre en maturité, et vont devoir se battre contre le Seigneur des Ténèbres. Un tome long, sûrement pas le meilleur de la saga, mais qu’on ne peut laisser de côté sous aucun prétexte, étant donné qu’il est un élément majeur de l’histoire…

[Chronique] Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – J.K. Rowling

[Chronique] Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban – J.K. Rowling

harry potter et le prisonnier d'azkaban


Sirius Black, le dangereux criminel, qui s’est échappé de la forteresse d’Azkaban, recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que l’apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d’une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes… Mais Harry est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ? Un livre époustouflant qui vous emportera dans un tourbillon de surprises et d’émotions.

 

Mon avis

Nous retrouvons Harry Potter, notre célèbre sorcier de tout juste 13 ans, dans la seule famille qui lui reste, les Dursley. Sa tante et son oncle, Pétunia et Vernon, s’apprêtent à recevoir Marge, la sœur de ce dernier. La tante Marge fait toujours en sorte d’être horrible avec Harry, car pour elle, son frère aurais du l’abandonner dans un orphelinat plutôt que de le garder. Le jeune sorcier fait toujours en sorte de rester calme en sa présence, mais elle sortira la phrase de trop, celle qui précipitera le départ de Harry.
Une fois dehors, il se fait récupérer par le Magicobus, d’où il apprendra que le célèbre mais néanmoins dangereux Sirius Black s’est échappé d’Azkaban, la grande prison pour sorciers. Déposé à Londres, plus précisément au Chaudron Baveur, Harry est accueilli par le Ministre de la magie en personne, persuadé qu’il va se faire renvoyé de Poudlard. Heureusement pour lui, ce n’est pas le cas, et il est autorisé à rester à Londres le temps de retourner au Collège.

Pour une fois depuis les deux premiers tomes, l’année scolaire se déroulera presque normalement. Dressage d’hippogriffes, divination dans des tasses de thé, cours de potions et matchs de Quidditch seront au rendez-vous. En dehors du procès contre Buck, l’hippogriffe de Hagrid, les Détraqueurs qui gardent l’école et qui font irruption de temps à autres à des endroits où ils ne devraient pas se trouver, les matchs de Quidditch et Sirius Black qui tentera d’approcher Harry, tout se passera à peu près normalement pendant ce laps de temps. En dehors de l’action en début et en fin du livre, on assiste à une année scolaire riche en apprentissage pour notre sorcier.
Bien entendu, on en apprend plus sur le passé des personnages, notamment sur ceux de Lupin, Sirius et Rogue, mais aussi sur le moment où les parents de Harry furent tués,  »grâce » aux Détraqueurs.

Ça a été un réel plaisir que de relire ce tome, l’humour et l’écriture de J.K Rowling nous appelle à une relecture des tomes, et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vais me lancer dans la lecture du prochain tome des aventures de notre sorcier : Harry Potter et la coupe de feu !