Archives de
Étiquette : énigme

[Chronique] Judge, Volume 3 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Judge, Volume 3 – Yoshiki Tonogai

judge 3


Pour chaque adolescent le mot d’ordre est simple : survivre, quitte à condamner son voisin à mort !
Le jeu continue… prêts pour le second vote ?

Mon avis

Milieu de série, et ça traîne déjà des pieds… Yoshiki Tonogai m’a habituée à bien mieux que ça !

Parce que là, nous n’apprenons rien. La big révélation se voulait être qu’il y ait quelqu’un avec eux qui exécute les sentences, mais très franchement, qui ne s’y attendais pas ? Surtout pour ceux qui comme moi ont pu déjà lire Doubt, on le voyait venir à des kilomètres !

Donc, ce troisième tome se concentre sur le deuxième vote, et point de surprise là aussi : les gentils sont gentils, les méchants sont méchants et je mettrais ma main à couper que le tueur est une tueuse et qu’elle est dans le groupe des gentils. Simple déduction, mais je me trompe peut-être.

Mais je m’attendais à mieux, je m’attendais à de la grosse révélation, qu’on en apprenne plus sur le passé de chacun ! Je m’attendais à tout, sauf à ça ! Maintenant, il y a juste trois fois plus de questions, et pas l’ombre d’une seule réponse… Et certaines similitudes avec Doubt recommencent à pointer le bout de leur nez, ce qui s’annonce pas forcément génial !

J’espère que la suite avancera mieux que ça, parce ce que pour l’instant ce n’est pas gagné !

[Chronique] Judge, Volume 2 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Judge, Volume 2 – Yoshiki Tonogai

judge 2


Pris au piège par le mécanisme du jeu, les adolescents se résignent à procéder au vote. Seulement, à l’heure de choisir qui doit mourir, quelqu’un manque à l’appel… Le garçon au masque d’ours a préféré se cloîtrer dans sa cellule, condamnant ainsi tout le monde à mort.

Mais pour Hiro, pas question de sacrifier qui que ce soit ! Il pense avoir trouvé la solution-miracle. Encore faut-il que ses compagnons d’infortune acceptent de se faire confiance. Si un seul d’entre eux doute, c’est la mort qui les attend au tournant…

Mon avis

Ayant trouvé toute la suite de Judge d’occas’ pour le prix d’un manga, je me suis dit que j’allais faire un petit effort avec cette saga. Hé oui, la fan de Doubt qui est en moi n’a pas trop aimé l’auto-plagiat de son mangaka, et les énoooormes ressemblances avec la première série de Mr. Tonogai.

Bref, on retrouve nos jeunes, tous enfermés les uns avec les autres, dans l’attente de leur jugement. En effet, nous les avions laissés au premier tome en plein vote. Ils avaient trouver l’idée de tous voter pour sois même, pour éviter que l’un d’eux subisse le jugement… Est-ce qu’ils l’ont fait?

Cette fois-ci, notre mangaka s’améliore et tente de faire oublier les similitudes avec Doubt en changeant certains traits de caractères, les accentuant et nous fait oublier les connaissances de nos personnages, en mettant en avant d’autres traits de leur personnalité, d’autres connaissances à leur disposition. Du coup, on à moins l’impression que nous lisons une V.2 de Doubt, en espérant qu’il reste sur cette lancée par la suite.

La tension est à son comble, c’est quand on croit que c’est enfin bon, que Yoshiki Tonogai ré-installe un climat de peur et de paranoïa  – mais qui est un habitué de ses œuvres cherche là où aucun personnage n’a encore chercher pour se sortir de là. J’avais déjà ma petite idée en tête, et je crois bien que je vais rester sur celle-ci, à savoir que ça doit être leurs proches qui leur joue ce coup-là. On verra bien si j’ai raison, héhé!

En bref, une bonne suite, des améliorations, croisons les doigts pour que ce soit pareil par la suite!

[Chronique] Judge, Volume 1 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Judge, Volume 1 – Yoshiki Tonogai

judge 1


Après avoir indirectement causé la mort de son propre frère, Hiro vit rongé par le remords. Deux ans ont passé quand il se réveille soudain dans le noir, menotté et coiffé d’un mystérieux masque de lapin. Au bout d’un couloir, le corps sans vie d’un adolescent, et sept autres victimes terrifiées, enfermées dans une étrange salle de tribunal. Mais aucun d’entre eux n’est vraiment innocent… Coupables d’un crime resté impuni, tous incarnent un des péchés capitaux : gourmandise, avarice, paresse, orgueil, luxure, envie et colère. Le procès peut commencer… À la fois juges et bourreaux, ils devront choisir toutes les douze heures celui d’entre eux qui sera sacrifié.

Mon avis

Quand Judge est arrivé dans nos contrées, il ne m’a pas du tout attiré. Rien qu’à la couverture et au speech, je voyais en lui une fausse suite de Doubt et j’en étais pas loin. Un scénario proche de Doubt. Des personnages qui ressemblent physiquement comme psychologiquement à ceux de Doubt. Des masques et des straps comme dans Doubt. Un lieu qui ressemble à celui de Doubt. Sauf que maintenant ils sont neuf à choisir qui mourra au lieu d’une gamine complètement dérangée. ET qu’ils ne sont pas mieux les uns que les autres.

Bon alors, quoi qui s’passed’dans ? Et bien nous avons affaire à une bande de jeunes tous enfermés pour avoir commis un des sept pêchés capitaux. Toutes les 12h, ils vont devoir décider qui mourra, qui vivra, jusqu’à ce qu’il en reste que quatre parmi eux. Ça fait cher payé pour un simple pêché : « Et toi tu manges trop, t’es gourmand ! Et paf, ceci est un pêché capital, tu vas mourir, nananarèreuh ! » (ceci n’est absolument pas tiré du livre). C’est trop, non ? Non ? Bon. Et si je vous disais que l’un des neuf est là parce qu’il est gay ? Miam miam, une bonne petite dose d’homophobie ! Surtout que le gars n’a rien fait d’autre. C’est propre. Mon hypothèse est qu’il faut être proche d’eux pour savoir ça, donc c’est forcément un proche qui a manigancé ça à l’aide de je-ne-sais quel programme spécial ou annonce sur internet (donc du coup je pense aux parents). C’est forcément ça, enfin on verra bien quand je serais à la fin de la saga.

Alors, on en pense quoi de Judge ? Bah ça pue le Doubt remixé quand même. Sur les ¾ des personnages, j’ai pu identifier ceux de Doubt, comme par exemple Hajime et ses connaissances en médecine, qui a son portrait craché : même coupe, même lunettes, même comportement, même connaissances médicales. Même Haruka est présente, avec son immense poitrine et ses allures de fille facile. Celui qui a aimé le premier manga au lapin aura du mal à comprendre comment Judge ai pu cartonné, qu’il soit sorti en film au Japon en novembre 2013 et que personne n’ai tenté de crier au plagiat (oui, ceci est inutile, c’est le même mangaka. Mais un mangaka qui se plagie à mort quand même).

Côté graphisme, je n’ai rien à dire, c’est du Doubt, donc rien d’exceptionnel ni de révolutionnaire.

Cependant, je lirais quand même la suite. C’est peut-être la copie conforme de Doubt, mais il n’en reste pas moins que Yoshiki Tonogai est un excellent conteur, ce qui sauve l’histoire dans sa grande majorité.

[Chronique] Doubt, Volume 4 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Doubt, Volume 4 – Yoshiki Tonogai

doubt 4


La partie continue : Yû et Hajime finissent par se retrouver face à face! Du moins, c’est ce qu’ils croient, car un individu masqué fait son apparition avant de blesser grièvement Hajime…
Désormais livré à lui-même, Yû est bien décidé à mettre fin à ce jeu de massacre. Il part affronter le loup en espérant de récupérer le code-barres qui lui permettra de s’enfuir… Mais quand le masque tombe, le choc est trop grand : le jeune garçon a une seconde d’hésitation qui pourrait bien lui être fatale!
La tome final de cette série au suspense haletant, signée Yoshiki Tonogai.

 

Mon avis

Qui dit dernier tome, dit conclusion et réponses ! En effet, ce quatrième tome est le dernier de cette petite saga, dont la lecture a été agréable du début à la fin, pleine de suspense, de mystère, mais aussi de questions…

Nous étions restés à la fin du tome 03 sur la mort de Mitsuki, Hajime seul et Yû enlevé par un mystérieux inconnu. Enfin pas si mystérieux car il ce trouve que les morts reviennent à la vie dans ce dernier tome… Le loup se révèle, mais révèle aussi toute son histoire, le passé des autres joueurs de Rabbit Doubt qui sont morts au court de cette partie, le pourquoi de ce massacre organisé.

The Liar must Die

Mais notre mangaka ne nous laisse pas là avec quelques pages de réponses et un happy end. Non, ce serait beaucoup trop simple, et les premières raisons m’ont paru tellement… idiotes, futiles, que j’en étais presque soulagée que le massacre ne s’arrête pas là, et que l’on continue un peu plus loin dans la quête de la vérité !

En bref, une fin magistrale digne de la saga, que je relirais sans hésiter !

[Chronique] Doubt, Volume 3 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Doubt, Volume 3 – Yoshiki Tonogai

Doubt 3


Bouleversé par les documents découverts dans lune des salles, Yû refuse cependant de croire que Haruka ait pu commettre un meurtre.
De nouveaux éléments font bien vite s’effondrer toutes ses certitudes et, désormais, le jeune homme n’a plus qu’un objectif : franchir avec Mitsuki l’ultime porte qui les sépare de l’extérieur ! Plus question de faire confiance à qui que ce soit. Mais les cadavres n’ont pas fini de s’amonceler autour de Yû : le loup est loin d’avoir achevé sa macabre besogne et, maintenant que les joueurs sont divisés, il va pouvoir passer a la vitesse supérieure…

Mon avis

On retrouve notre équipe réduite, se composant après ces deux tomes de Hajime, Mitsuki, Haruka et Yû, seuls survivants dans l’hôpital désaffecté du jeu macabre Rabbit Doubt. Haruka est portée disparue, et Hajime est toujours attaché à sa chaise car Yû le suspecte toujours. En cherchant des preuves avec Mitsuki, cette dernière fait un malaise suite à une blessure à la jambe. Yû libère alors Hajime juste pour qu’il la soigne, le rattache et repart à la recherche d’autres preuves pour trouver le loup… Jusqu’au moment où il trouvera la tête de Haruka enfouie dans un de ces énormes masques de lapin, en comprenant que Mitsuki est en danger, seule et affaiblie avec celui qui pourrais être le loup !

Les évènements s’enchaînent, et une hypothèse s’impose à nous : c’est forcément Hajime qui est dans le coup, c’est lui le loup. Mais encore une fois, Yoshiki Tonogai défait notre hypothèse en quelques pages. Il nous présente notre coupable, mais quand on sait qu’il y à un quatrième tome, on se dit  »Non ! Ça ne peux pas être ça ! Impossible ! ». Et le tome se fini comme ses prédécesseur, avec un appel à lire la suite, et ici si je puis dire… Lire la fin !

[Chronique] Doubt, Volume 2 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Doubt, Volume 2 – Yoshiki Tonogai

doubt 2


Pour Yû er ses compagnons d’infortune, la belle entente du début a laissé place à la méfiance et aux soupçons. Après la fouille de tout le bâtiment, une seule chose est sûre : ils sont bel et bien enfermés, et le nombre de codes-barres à leur disposition ne cesse de diminuer… Petit à petit, le passé des joueurs commence à se dévoiler. La tension monte – Tout le monde s’épie en quête d’un indice, du moindre signe qui permettrait enfin d’identifier le loup. Mais voilà que ce dernier fait une nouvelle victime…

Mon avis

On retrouve Yû et ses amis, toujours coincés dans ce qui semble être un hôpital désaffecté. Ils découvrent une fenêtre condamnée, dans une salle d’archives. Haruka tombe sur un classeur, contenant des informations sur ses amis, qui laissent penser que Mitsuki et le loup. D’autres indices font leur apparitions dans ce tome, qui rendent coupable tout les joueurs. Tonogai a su garder le mystère dans ce tome !

Beaucoup plus trash que le précédent, on en apprend plus sur le passé de Eiji et Haruka, qui est très évocateur. Comme dans le dernier tome, le mangaka nous laisse à la dernière page avec un appel à lire la suite : une porte… Qui a tout l’air d’être la sortie. Mais est-ce vraiment la sortie ? N’est-ce pas plutôt une autre salle ? Ou un couloir amenant à d’autres salles ? Nous le saurons avec le troisième tome !

[Chronique] Doubt, Volume 1 – Yoshiki Tonogai

[Chronique] Doubt, Volume 1 – Yoshiki Tonogai

doubt 1


Rabbit Doubt fait fureur au japon : dans ce jeu sur téléphone portable, des lapins doivent débusquer le loup qui se cache parmi eux. Quant au loup, il doit utiliser tous les subterfuges possibles pour semer la confusion dans le groupe et éliminer un par un tous ses adversaires… Mais pour cinq fans du jeu, Rabbit Doubt ne tarde pas à virer au cauchemar: ils se réveillent enfermés dans un bâtiment désaffecté avec, à leurs côtes, le corps d’une camarade assassinée. Tatoué sur la peau des adolescents, un mystérieux code-barres qui leur permet à chacun d’ouvrir une porte différente, semble être leur seul espoir de salut. Pas de doute: un loup se cache bien parmi eux, et il leur faudra le démasquer avant d’être dévorés…

Mon avis

Doubt est un énorme rappel au jeu du Loup-Garou de Tiercelieux, c’est bien pour ça qu’à l’époque je ne ratais pas une seule sortie de cette saga déclinée en quatre tomes. Les éditions Ki-oon ont frappés fort avec, si bien qu’encore aujourd’hui, pas mal d’auteurs reprennent ce concept à leur sauce (la fausse suite de Doubt avec Judge, et plus récemment, King’s Game).

The Liar must Die

Les graphismes sont à la fois simplistes et trashs. Nous nous trouvons dans ce qui ressemble à un hôpital désaffecté, dont les portes s’ouvrent à l’aide de code-barres tatoués sur notre équipe de joueurs, avec dans une des pièces, le cadavre de l’une de leurs amies, crucifiée au mur. De là, va s’ensuivre une enquête pour leur survie, car n’importe qui peut être le tueur.

Les personnages sont attachants mais révèlent tous une part de mystère, si bien que le lecteur ne peut pas deviner qui est le loup dès le premier tome. Nous irons de surprises en surprises, qui nous feront au final douter de notre propre hypothèse. La dernière page est, quand à elle, un appel à lire la suite au plus vite !

[Chronique] Cathy’s Book – Jordan Weisman, Sean Stewart & Cathy Brigg

[Chronique] Cathy’s Book – Jordan Weisman, Sean Stewart & Cathy Brigg

cathy's book

  • Éditeur : Bayard Jeunesse (2008)
  • Pages : 191
  • Genre : Science-Fiction, Romance
  • Prix : 17.90€
  • Acheter Cathy’s book

Si tu n’es pas Emma, repose immédiatement ce carnet ! Emma, je sais que cette histoire parait dingue. Maman et toi, vous devez vous demander où je suis passée et quand je reviendrai. Voilà pourquoi je te laisse ce carnet, au cas où il m’arriverait quelque chose et qu’on ne me revoit plus jamais. Regarde bien tout ce qu’il y a là-dedans. Appelle les numéros de téléphone. Va sur les sites internet. Mais surtout pas un mot à personne, sauf si tu as envie de finir impliquée jusqu’au cou comme moi. Ne t’en fais pas, je m’en sortirai (enfin j’espère). Après tout, c’est peut-être le début d’une nouvelle vie pour moi. Ce qui est sûr, c’est que plus rien ne sera comme avant. Appelle-moi. Bisous. Cathy.

Mon avis

Cathy’s Book est le premier tome de la saga Cathy (en trois tomes), que je relis suite à la sois-disant « perte » de la saga complète à laquelle je tenais beaucoup, car elle m’était offerte par des personnes qui me sont chères. Depuis, j’ai quelques difficultés à prêter mes livres… Enfin, ceux que j’aime beaucoup ne sortiront plus jamais de chez moi !

Mais cette saga, je me devais de la racheter -pas d’un seul coup- parce qu’elle m’a plu. Ce premier tome fait preuve d’une originalité qu’on ne trouve pas partout. Un peu à  l’histoire d’on vous êtes le héros , les auteurs nous poussent à mener l’enquête de notre côté à l’aide de numéros de téléphones et de sites internet. Les numéros sont au prix d’un appel normal (non surtaxé), et l’on tombe sur les répondeurs des personnages du livre. Et même en cherchant bien, on peux trouver les codes des messageries, pour écouter les messages… (essayez d’appeler celui qui est sur la couverture, vous verrez par vous même ! ) Les sites internet sont truffés de preuves si ont prend la peine de chercher. Il y a aussi une pochette de preuves à l’intérieur du livre, qui ne contient pas juste 3 bouts de ficelles et une fiche de numéros, mais des photos, articles de journaux, pages d’agendas, lettres privées, cartes de sociétés, dessins, actes de naissances et décès, ect. Bref, tout pour nous transformer en détective privé.

L’histoire, quant à elle, n’est pas qu’une simple histoire d’amour, mais avant tout une quête de la vérité sur l’ex-petit copain de Cathy, qui se retrouve malgré elle embarquée dans une histoire qui la dépasse (comme un peu tout les héros qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas). En tout cas, j’ai trouvé l’histoire bien écrite, bien menée pour arriver à la conclusion du premier tome qui ne paressait pas si évidente que ça, vu dans ce que Cathy s’est embarquée en voulant enquêter sur Victor. Notre héroïne croisera des personnages plus intriguant les uns que les autres, mais je ne peux en dire plus, ce serait spoiler une histoire qui est à découvrir.

Quand à l’effet « journal intime », le Journal Intime tiré du film LOL de Lisa Azuelos  peut aller se cacher ! Là, les auteurs on pu se permettre d’écrire en « Times new roman », parce que c’est un roman de plus de 150 pages, et c’est bien compensé par tout le reste : nombres des pages écris au stylo, les très nombreux dessins et autres annotations de bas de pages écris à la main ça donne un effet « carnet secret» très intéressant ! De nombreux rappels nous renvoie à la pochette de preuves qui ne fait pas office de décoration, mais qui sert surtout à l’histoire, surtout que les lettres ne sont pas retranscrites dans le livre, ni les numéros.

Un bon livre qui nous pousse à réfléchir et à mener l’enquête de notre côté, et qui se laisse lire… Que demander de plus ?

[Chronique] Anges et démons – Dan Brown

[Chronique] Anges et démons – Dan Brown

anges et démons


Robert Langdon, le célèbre spécialiste de symbologie religieuse, est convoqué au CERN, en Suisse, pour déchiffrer un symbole gravé au fer rouge retrouvé sur le corps d’un éminent homme de science. Il s’agirait d’un crime commis par les Illuminati, une société secrète qui vient de resurgir après une éclipse de quatre siècles et a juré d’anéantir l’Église catholique. Langdon ne dispose que de quelques heures pour sauver le Vatican qu’une terrifiante bombe à retardement menace !

Mon avis

Anges & Démons a été écrit bien avant le célèbre Da Vinci Code, du même auteur, et ce fut une réelle surprise, que de voir que A&D est bien mieux ficelé que le Da Vinci. On y retrouve notre héros, Robert Langdon, professeur d’Harvard, spécialiste de symbologie religieuse, qui se retrouve une fois de plus avec un cadavre sur les bras et une énigme à résoudre. Mais cette fois-ci, l’enjeu est de taille : si il ne réussit pas, il aura des milliers de morts sur les bras.

J’ai eu du mal à m’accrocher au début. Tout le passage au CERN est long et fastidieux. A moins d’adorer que l’on vous fasse un long discours sur les protons, les neutrons, les masses et tout ce qui s’en suit, les 140 premières pages vous donneront plus envie d’arrêter toute suite cette lecture, et reléguer ce tome aux livres-barbecue. Pour ma part, quand j’ai commencé à voir qu’on parlait de la célèbre confrérie des Assassins, et en même temps de Rome, la famille Borgia et le Vatican, j’ai tout de suite posé mon livre pour me refaire un « Assassin’s Creed Brotherhood ». L’histoire prend enfin tout son sens et devient tout de suite plus intéressante quand l’enquête commence enfin, au Vatican.

Du début de l’enquête à sa résolution, en revanche, je n’ai pas pu lâcher ce roman, pas même pour faire une pause. Cette partie là est très intéressante, on en apprend pas mal sur le Vatican et l’art religieux. L’intrigue est bien menée, nous laisse réfléchir sur notre propre théorie, pour voir au final que cinq pages plus loin, on s’est trompé.

Mais le côté « quand il n’y en à plus, il y en à encore » est très présent à la fin. On va de révélations en révélations alors que 50 pages plus tôt, la conclusion de l’enquête était donnée. Certes, cette fin ajoute plus de crédit aux actes perpétrés par celui qui a fait renaître le mythe des Illuminati, mais elle est trop longue pour ce qui est censé être une conclusion finale.

C’est ce que j’appellerai sans conteste un bon livre, qui se laisserait relire sans prises de tête, si on oublie le début fastidieux et cette fin trop longue.

[Chronique] Da Vinci Code – Dan Brown

[Chronique] Da Vinci Code – Dan Brown

Da vinci code


Enfermé dans la Grande Galerie du Louvre, Jacques Saunière n’a plus que quelques instants à vivre. Blessé mortellement, le conservateur en chef va emporter son secret avec lui. Il lui reste cependant un mince espoir de ne pas briser cette chaîne ininterrompue depuis des siècles. Mais il lui faut agir vite. Une seule personne au monde peut prendre la relève, décrypter le code et être traquée à son tour…

Mon avis

J’ai découvert ce livre grâce à une NSP de 2012, et je ne regrette pas du tout! Ce roman est… Comment dire… J’en perd mes mots tellement il est génial! Des rebondissements à chaque pages, une intrigue de folie! Il est parfait pour les mordus d’histoire, de conspirations et d’énigmes en tout genre. Jusqu’à la fin, rien ne nous laisses imaginer ce qui va se passer, tellement il est bien écris. Je suis même restée bouche bée à la fin, quand le dénouement à eu lieu! Mais il reste assez complexe dans son intégralité, il faut s’accrocher pour aller jusqu’au bout.

Rien ne nous laisse non plus deviner l’histoire d’amour naissante entre nos deux héros, Robert Langdon et Sophie Neveu. Ils passent leur temps à semer la police et chercher des réponses aux énigmes que Jacques Saunière, le grand-père de Sophie, leur à léguer avant sa mort, si bien qu’il n’ont pas le temps de se poser quelques secondes pour pouvoir parler calmement d’eux. Ce n’est qu’à la fin qu’on se rend compte de leurs sentiments réciproque.

On comprend à la dernière ligne comment Dan Brown nous présente ses personnages: les gentils sont présentés comme les méchants qui veulent leur mettre des bâtons de les roues, et les méchants les aides à résoudre leurs énigmes. Sauf Silas et son Maître, qui eux montres bien dès le début de quel camps ils sont: aucun des deux n’est là pour les aider en quoi que ce soit. Mais je ne vais pas spoiler l’histoire, et vous dire qui est le Maître, ce sera à vous de le découvrir 😉

C’est le genre de roman qui m’a redonné envie de me remettre à la lecture de long livres, et de sortir un peu de mes mangas 🙂 Bref, encore un livre que je vous conseille !