Archives de
Étiquette : black moon

[Chronique] Journal d’un vampire, tome 01 : L’éveil – L.J. Smith

[Chronique] Journal d’un vampire, tome 01 : L’éveil – L.J. Smith

avis vampire diaries livre

  • Éditeur : Hachette / Le Livre de poche (2007)
  • Pages : 448
  • Genre : Bit-Lit
  • Prix : 7.90 €
  • Acheter L’éveil

Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l’amour d’une même femme. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité.

Mon avis

Est-il vraiment utile de présenter encore Vampire Diaries ? Diffusé en long-large-travers, ordre et désordre par la télé française, on sait tous plus ou moins que Elena croise Stefan au lycée, futur amour de sa vie. Mais, ce qu’elle ne sait pas, c’est que la rencontre avec son soupirant va – bien évidemment – faire basculer sa vie.

Et c’est comme cela que j’en suis arrivée au roman. La série avait fini par me sortir par les yeux et j’imaginais que le livre serait sûrement meilleur, après tout ils nous l’ont fait assez souvent, détruire une saga. Mais pas du tout !

Dès les premières pages, Elena exaspère au plus haut point. C’est l’archétype de la Reine du lycée, du type Reine Abeille et son essaim qui lui tourne autour. Et attention si le sujet du moment où les autres ne gravitent plus autour d’elle, c’est la fin du monde. Alors imaginez un peu quand Stefan l’ignore purement et simplement ! Elle a besoin de tellement d’attention qu’elle en est désagréable avec tout le monde.

Je me suis donc rabattue sur les vampires. Peine perdue, au 21è siècle ils aiment toujours se faire passer pour des lycéens et mangent des écureuils. Je suis à deux doigts d’invoquer Anne Rice ou Morgane Caussarieu.  J’ai commencé à rire nerveusement quand Stefan explique son vampirisme à Elena… Et qu’elle répond à la positive en lui proposant son sang. En règle générale, leur relation m’a beaucoup trop fait lever les yeux au ciel. Déso pas déso.

A la fin du premier tome, les premières pages de la suite sont proposées. Ça a enterré ma décision de ne pas continuer la saga, tout simplement. Si j’avais ris nerveusement 250 pages plus tôt, j’en ai franchement éclaté de rire tellement le retournement de situation est beaucoup trop gros et présenté d’une façon qui sonne peu naturelle pour passer.

Il est vraiment temps d’en finir avec les vampires beaux, gentils, mais méga trop torturé. Non ? 

[Chronique] Boys out ! – Rawia Arroum

[Chronique] Boys out ! – Rawia Arroum

boys out !


Depuis l’Éradication, le monde est gouverné par les femmes et pour les femmes uniquement. Les hommes n’ont plus le droit de cité. Tous sont bannis, ou bien traqués et placés en détention pour assurer leur seule fonction : la reproduction. Ensuite, systématiquement, ils sont éliminés. Comme toutes les jeunes filles de son âge, Lyra s’entraîne dur pour être capable d’affronter et de maîtriser les mâles qui rôdent encore. Jusqu’au jour où elle doit rencontrer un homme pour procréer à son tour…

Merci à Hachette et à Babelio pour cette lecture !

Mon avis

Boys Out ! est un livre qu’on ne présente plus. Dystopie qui fait beaucoup parler d’elle en bien sur la blogo ces dernières semaines, elle a réussi à séduire pas mal de blogueurs. En est-il de même avec la tenancière de ce blog? Petite plongée dans le monde de Lyra…

Un monde uniquement dirigé par des femmes, c’est une première pour moi dans le monde littéraire. Une idée très intéressante que voilà : un univers féministe qui bannit tout ce qui vient de l’homme et empêche la femme de s’épanouir dans sa féminité. Ainsi donc, il y a des tenues réglementaires, des coiffures réglementaires… Bref, on est en pleine dictature dont les jeunes filles en vive l’endoctrinement tous les jours.

Nous suivrons donc tout particulièrement Lyra, une jeune qui a été convoquée à la Structure pour faire son rôle de femme : avoir des enfants. Mais une fois en face de l’homme ses certitudes vont flancher. Lyra commence comme toute bonne héroïne de dystopie de base, mais elle a le mérité d’évoluer suite à son contact avec Loan, l’homme qui est censé être son destiné. Cependant, je ne me suis pas tellement attachée à Loan. Certes, il est un des moteurs de cette histoire, mais j’ai trouvé ses réactions par moment inappropriées pour certaines situations.

Le tout est bien écrit et l’univers est bien travaillé. Avec la plume fluide de Rawia Arroum, il m’a fallu quatre heures pour arriver à bout de ce roman. Cependant, il y a quelques incohérences qui m’ont un peu dérangée, mais dont je suis passée au dessus. A certains moment, j’ai trouvé l’histoire très prévisible également : par exemple quand on annonce que les sœurs Diva ne sortent plus de chez elles, ou quand on parle de Paradis ou quand Lisa explique la « tenue » des rebelles, j’ai très vite deviné ce qu’il en était.

Mis à part ces quelques défauts, j’ai tout de même apprécié ma lecture et j’en ressort satisfaite, bien que la fin soit extrêmement frustrante.