[Chronique] Vampire Knight, Volume 4 – Matsuri Hino

[Chronique] Vampire Knight, Volume 4 – Matsuri Hino

vampire knight 4


Depuis l’instant où il a aperçu la nouvelle élève Maria Kurenai, Zero est ravagé par la rage et l’angoisse. Qui est-elle et quel marché a-t-elle passé avec Yûki ?

Mon avis

-Flashback-

« Une nouvelle élève rejoint la Night Class, Maria Kurenai, mais elle a tout de la fille complètement louche. Pour que Kaname demande à ce que Takuma s’occupe d’elle et que Zero ai envie de la tuer au moment même où il la croise, il y a forcément quelque chose qui ne va pas chez elle. Si c’est bien le cas, les prochains tomes risquent d’être beaucoup plus mouvementés que les premiers, un petit coup de pied à l’histoire ça ne fera pas de mal ! »

Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Et bah j’avais raison ! Maria n’est autre que « Cette Femme », celle qui a méchamment massacré toute la famille de Zéro et l’a transformé en vampire ! J’aime avoir raison, héhé.

C’est la période des examens pour Yûki et Zéro, mais c’est aussi bientôt le bal de fin d’année, réunissant les élèves de la Night Class et de la classe de jour, pour le plus grand plaisir des jeunes humaines qui pourront approcher les vampires de beaucoup plus près que d’habitude…

C’est un tome qui débute très légèrement, avec une petite dose d’humour, mais qui s’enfonce petit à petit dans la noirceur, les révélations, l’arrivée d’un personnage qui est censé être mort depuis des années, ce qui chamboulera Zéro. Ce tome est vraiment plus axé sur celui là vu que l’on remonte au jour de l’attaque de « Cette Femme », et de son lien très fort avec son frère jumeau, Ichiru. Yûki passe limite au second plan, tandis que l’on devine d’avance que le prochain tome sera plus axé sur Kaname, qui commence à nous révéler ce qu’il fait vraiment à l’académie !

En bref, un bon tome plein de révélation, de suspens, de gens qui sont censés être morts, et d’autres qui meurent, on aurait presque envie de ranger ce tome-ci dans la catégorie shônen.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *