[Chronique] Trinity Blood, Volume 1 – Sunao Yoshida & Kiyo Kujyo

[Chronique] Trinity Blood, Volume 1 – Sunao Yoshida & Kiyo Kujyo

trinity blood 1


Dans un avenir lointain, la civilisation est sur son déclin.
Fraîchement débarqué de Rome, le jeune prêtre Abel Nightroad, est accueilli à l’église Saint-Matthias de la ville d’Istvàn. Malgré le calme apparent qui règne dans les rues, la bourgade est en proie à des troubles qui opposent les terrans au Seigneur Guyla, un Methuselah, la race des vampires apparus lors de l’Armageddon.
Au cours de la nuit, l’église est attaquée par un vampire à la solde de Gyula et Abel doit intervenir pour protéger Esther, une jeune novice. Il révèle alors sa véritable force, celle du krsnik, un vampire capable de se nourrir du sang des autres vampires…!!

Mon avis

Trinity Blood est un manga que je ne connaissais pas, et qu’un ami m’a fait découvrir dernièrement, et je ne regrette pas 🙂

Le prêtre Abel Nightroad est muté à l’église Saint-Matthias de la ville d’Istvàn, où d’étranges meurtres ont lieu, du vampire Gyula, qui règne en maître sur la ville. Mais avec l’arrivée d’Abel en ville, ça va vite changer…

Je m’attendais à une histoire de vampire plus sombre que d’habitude étant donné que c’est un shonen, mais j’ai surtout beaucoup rit avec l’arrivée d’Abel en ville, et ses expressions qui me font plus penser à un personnage de shôjo. Malgré cela, l’univers gothique installé par nos deux mangakas est sombre, limite oppressante quand nous sommes confrontés à Gulya et sa bande.

J’ai bien aimé la relation assez étrange qu’entretient Dietrich avec Esther, la jeune sœur de l’église Saint-Matthias, et j’ai hâte de voir comment tout cela évoluera par la suite, avec notre prêtre, qui j’en suis sûre, ne manquera pas d’intervenir entre les deux.

Côté graphismes, c’est un style très dynamique, petit bémol la structure des dessins nous perd un peu, on se retrouve souvent en plein milieux de l’action comment ils en sont arrivés là. Sinon les dessins sont soignés, bien travaillés, et très détaillés même dans les scènes humoristique, là où les dessinateurs normalement n’en mettent pas. Les personnages sont très travaillés, ayant chacun leur propre identité graphique. Facilement reconnaissables, l’auteur joue pas mal avec les code du manga.

En bref, j’ai bien aimé ce premier tome, et je compte me faire la collection prochainement. Merci à l’ami qui me l’a prêté !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *