[Chronique] La sélection, tome 2 : L’élite – Kiera Cass

[Chronique] La sélection, tome 2 : L’élite – Kiera Cass

la sélection 2


La Sélection de 35 candidates s’est réduite comme peau de chagrin, et désormais l’Élite restante n’est plus composée que de 6 prétendantes. L’enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu’elles sont les mieux à même de monter sur le trône d’Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d’enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales… Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie…

 

Mon avis

On retrouve America, Maxon et Aspen pour la suite de la Sélection. Je n’avais pas été tendre avec le premier tome, puisqu’il y avait des clichés et des incohérences à la pelle, et surtout que ça restait trop jeunesse. Force est de constater que ce deuxième tome, L’élite, ne suit pas son grand-frère, pour ma plus grande joie.

Tout d’abord, America a arrêté de nous resservir le cliché éculé du personnage principal féminin qui se trouve moche à chaque paragraphe. Ensuite, les caméras sont présentes ! C’est mieux pour une télé-réalité, on est d’accord sur ce point-là. Le triangle amoureux gagne aussi en cohérence et en réalisme et surtout, surtout, America a enfin une bonne raison de faire la Sélection ! Kiera Cass commence également à abandonner le côté jeunesse-fleur-amour en distillant de la violence et en axant ce tome sur les défauts de la Sélection, des Castes, et en parlant politique. Car oui, Maxon reste un prince et ses parents respectivement le Roi et la Reine d’Illéa, ils ont donc tous les trois des obligations vis-à-vis de leurs fonctions !

Cependant, même si America a gagné confiance en soit, elle est… idiote. Oui, c’est le seul mot qui me vient à l’esprit. Tout ce qu’elle fait dans ce tome relève de la bêtise pure. Elle n’est pas méchante et pense bien faire, mais c’est n’importe quoi et elle détruit tout ce qu’elle a pu construire dans le premier tome en voulant faire valoir ses idées et remettre en cause ce qu’elle trouve injuste. C’est noble de vouloir faire ça, mais non, c’est aussi égoïste la plupart du temps.

Concrètement, mis à part ça, je trouve que L’élite est une bonne suite pour La Sélection. Elle n’est pas exempt de défauts, mais c’est toujours mieux que le premier et j’en ressort ravie. J’ai envie de découvrir la suite et voir si l’auteure fera mieux que ce deuxième opus.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *