[Chronique] Same Difference, Volume 1 – Nozomu Hiiragi

[Chronique] Same Difference, Volume 1 – Nozomu Hiiragi

same difference 1


Tsubaraya et Ozaki sont deux prodiges entrepreneurs rivaux travaillant tous deux dans une entreprise dont le siège social est une tour jumelée. Tous deux sont célibataires endurcis et leur rivalité laissera place à des sentiments inavoués.

Mon avis

Les packs proposés par les éditions IDP m’ont toujours intéressée, mais j’ai toujours eu peur de recevoir les nouveaux packs et non les anciens (et donc, de rater les premiers tomes des sagas), et surtout de me retrouver avec des mangas qui ne me plairaient pas. Donc du coup, j’ai profité d’un petit tour sur mon site d’occaz’ favoris pour m’en prendre trois, et je commence donc par ce premier yaoï…

Et pour le coup, je suis déçue de ce manga. Par l’histoire, par le dessin, les deux ne m’ont pas plu. Parce qu’en faite, histoire il n’y a pas. Tout est basé sur la séduction de l’un et de l’autre, et c’est tout, il n’y a pas un petit semblant de scénario derrière. L’intérêt donc? Donc du coup, je me suis focalisée sur la scène de sexe et là, encore, je suis déçue.

Les scènes de sexes (deux, pour être exacte), sont totalement décevantes et sont à des années lumières du style yaoï. Étant habituée à Viewfinder, je m’attendais à un minimum de sensualité, loin de la violence de ce titre. La romance est amenée tellement rapidement, du style, « oh il m’a regardé aujourd’hui! et puis j’ai de la fièvre! ah, ça veut dire que je suis amoureux! » (je chipote, mais en gros, c’est ça).

Je crois que le choc a été d’apprendre qu’il y avait une suite -oui oui-, parce qu’il y a juste un gros « One Shot » sur la tranche du manga. Donc pour moi, il n’y avait pas de suite. Je me demande donc comment ça se passe les classifications de mangas chez IDP…

Côté dessins, je n’ai pas du tout aimé le style graphique. Les visages sont bien travaillés, mais ils sont trop allongés. C’est un style graphique que l’on aurait plus l’habitude de trouver dans un shonen que dans un yaoï. Malgré ça, le découpage des cases est fluide, les expressions des personnages sont trop exagérées, mais variées. Cependant, je regrette que seuls les deux personnages principaux soient travaillés, au détriment des autres personnages, qui au final se ressemblent tous.

En bref, la suite sera sans moi…

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *