[Chronique] La proie du tueur – Laura Van Wormer

[Chronique] La proie du tueur – Laura Van Wormer

la proie du tueur


Pour tous ses admirateurs, Jessica Wright est une star. Une femme adulée de l’Amérique entière. Mais pour la direction de la chaîne DBS, dont elle est l’animatrice vedette, cette adoration n’est pas sans danger : parmi ses fans se cache en effet un homme qui semble tout savoir sur la jeune femme – depuis ses plats préférés jusqu’au contenu de sa table de chevet. Un homme qui connaît suffisamment les studios de télévision et leurs systèmes de sécurité pour y déposer des messages de plus en plus menaçants…
Jessica, elle, refuse d’abord de prendre ces incidents au sérieux. Mais lorsqu’elle découvre que son persécuteur s’est introduit dans sa chambre, la menace lui apparaît tout à coup bien réelle. Brillant, imprévisible, l’inconnu intensifie son harcèlement… et va jusqu’à assassiner l’assistante de Jessica. cette fois, la terreur est à son comble. Et tandis que la jeune femme se prépare à dédicacer son autobiographie, personne ne semble en mesure de prédire le prochain geste du psychopathe…

Mon avis

La proie du Tueur est un roman sans grande prétention, rempli de suspense, et qui a le mérite d’accrocher le lecteur jusqu’au bout. Pour ma part, j’ai lu les 441 pages en seulement deux après-midi. Il se laisse facilement lire et n’a rien de complexe pour un policier.

L’histoire débute sur Jessica Wright, l’animatrice vedette de la chaîne DBS, qui est poursuivie et harcelée par un maniaque, qui est persuadé de pouvoir finir sa vie avec elle. Elle préfère ignorer cette menace, jusqu’au jour où il s’introduira dans sa chambre, et que dans la même soirée, il abattra Bea, l’assistante de Jessica. Personne ne se doute qui il est, jusqu’où va t-il être capable d’aller. Le lecteur, tenu en haleine, ne peut découvrir lui même le maniaque, tant l’histoire est bien menée.

On regrettera cependant les innombrables noms de stars listés lors des évènements autour de l’animatrice, et que de très nombreuses fois les personnages soient appelés par leur nom et non leur prénom, ayant l’effet de s’emmêler les pinceaux pendant notre lecture.

A lire au moins une fois, pour ceux qui aiment le suspense et les romans policiers bien menés !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *