[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

[Chronique] Autre-monde, tome 2 : Malronce – Maxime Chattam

autre monde 2

  • Éditeur : France Loisir (2009)
  • Pages : 502
  • Genre : Fantastique
  • Prix poche : 7.60€
  • Acheter Malronce

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

Mon avis

Matt, Tobias et Ambre quittent l’île des Pans pour en savoir plus sur les cyniks et leur reine, Malronce. Surtout ce qu’elle fait : pourquoi fait-elle enlever les enfants ? Que deviennent-ils ? Pourquoi fait-elle une fixation sur Matt au point de lancer ses troupes à sa recherche ? Et comment vivent les autres communautés de Pans ? C’est dans Malronce, deuxième tome de la saga, que nous en apprenons plus sur l’après…

J’avais eu un peu de mal avec le premier tome que je trouvais trop jeunesse sur bien des points (bien que je n’ai jamais lu du Chattam avant cette saga) et je suis ravie de voir que j’ai entre les mains un tome plus mature que le précédent. Que ce soit au niveau des personnages ou des situations, on quitte petit à petit le monde de l’enfance pour un monde plus noir, plus trash, avec la plongée dans les villes d’adultes, ces cyniks qui restent régis par la religion qu’ils interprètent à leur sauce (comme IRL, rien ne change) et une prophétie à laquelle Malronce croit énormément. Et par conséquent, son peuple et ses armées y croient dur comme fer.

 Il en allait ainsi dans le royaume des hommes. Il suffisait de quelques certitudes et d’un ennemi désigné pour rassurer les esprits vides ou troublés par l’ignorance. Toutes les peurs se focalisaient alors sur cette cible à combattre.

C’est aussi un tome beaucoup plus immersif, avec beaucoup plus de descriptions que son prédécesseur. J’ai moins eu l’impression de survoler l’histoire et d’être restée en dehors du texte. Je me suis également beaucoup attachée à Matt. Comme je le disais plus haut, c’est un tome où les personnages prennent en maturité, et cela fait beaucoup de bien. Mais aussi, Matt pense énormément au bien fondé du besoin de tuer leurs potentiels ennemis. Il n’éprouve aucune satisfaction dans cet acte, comparé à ses jeux de rôles où la vie d’un ennemi tient à un lancé de dès. Devoir enfoncer sa lame dans le ventre d’un homme, la retirer, voir le cynik mourir… C’est tout de suite différent. Une bonne prise de conscience donc, pour ce personnage dont j’apprécie l’évolution.

En bref, ce deuxième tome relève le niveau, est beaucoup plus mature et plus immersif. Nous sommes cependant en droit de se demander où sont les femmes, reléguées au rang de passantes ou d’une reine dont nous ne faisons qu’entendre parler. Ambre et une trinité de jeunes filles dans une communauté Pans sont les seules que nous croisons et qui ont plusieurs lignes de dialogues et mènent certaines actions, mais cela ne va pas plus loin. Peut-être dans la suite ? Espérons-le.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.