[Chronique] L’île de sang – Darius Hink

[Chronique] L’île de sang – Darius Hink

l'ile de sang

  • Éditeur : Black Library (2010)
  • Pages : 124
  • Genre : Fantasy
  • Plus édité

Depuis des millénaires, les hauts-elfes protègent l’Île de Sang et la cachent aux yeux du monde à l’aide de brouillards magiques, car ses montagnes souillées par les énergies du Chaos recèlent de terribles secrets, parmi lesquels la Pierre du Phénix, une relique remontant à l’aube des temps. Mais malgré leur vigilance, une grande armée de skavens menée par le seigneur Skreet Verminkin a établi une tête de pont sur l’Île de Sang et menace de s’emparer de la Pierre du Phénix.

Sans attendre, les Asur ont fait appel à des renforts, mais en dépit des héros légendaires qui les ont rejoints, leurs espoirs de repousser la marée d’hommes-rats sont minces. Des hordes de Skavens se jettent sans répits sur leurs défenses, à tel points que les elfes n’ont plus qu’une seule solution: libérer le mal qu’ils avaient juré de juguler en déchaînant la magie noire accumulée au cœur de l’île…

Mon avis

La boîte de départ l’Île de Sang de chez Games Workshop, c’est un peu beaucoup ce qui m’a fait aimer le monde de la figurine, le jeu, la peinture, la collection, le trou dans le portefeuille, pas assez de place pour stocker toutes les figurines… Ahem je m’égare. Mais en 2010, j’ai jeté mon dévolu sur cette magnifique armée elfique, mon homme sur ces affreux hommes-rats et quand la Black Library a sorti le roman narrant la bataille de l‘Île de Sang, il me le fallait absolument !

Nous sommes sur l’Île de Sang, souillée par les énergies du Chaos, gardée par les Hauts-Elfes. Non loin de là, les affreux Skavens, tous clans confondus, cherchent à s’emparer d’un des secrets de cette île : la Pierre du Phénix, une amulette emplie de magie noire et autres âmes de démons pour régner sur le monde. Rien que ça. Enfin chez les Skavens, ce n’est pas compliqué. Tous les clans complotent les uns envers les autres, n’hésitent pas à tuer leurs alliés, ont peur de l’ennemi, ont peur de leurs chefs et entre la mort et la fuite, il n’y a pas grand-chose d’intéressant chez eux. Leur couardise est tout ce qu’il y a à retenir sur ce peuple.

Les Hauts-Elfes, j’en ai déjà longuement parlé dans mes articles sur la saga Tyrion et Téclis de William King. Et en comparaison à cette saga, je trouve que les Elfes sont bien moins représentés. Ce sont des créatures nobles, respectueuses et très réfléchies qui complotent entre elles mais de manière respectueuse, m’voyez? Mais avec Darius Hinks, j’ai plus l’impression de lire une bataille entre humains et hommes-rats qu’autre chose. L’auteur s’éloigne beaucoup de ce que j’appellerais  »la base », le codex des Hauts-Elfes. On retrouve aussi notre très cher Tyrion, mais c’est pour moi une hérésie que de faire appel à lui dans ce roman basé sur la boîte de départ du jeu dont il ne fait absolument pas parti.

Alors, est-ce que c’est bien ou pas ? Intéressant à lire ? Dois-je aller sur le site internet et me le commander maintenant parce qu’il n’est plus du tout trouvable en boutique et que de toute manière ils ne l’ont plus en stock sur le site?

Si vous êtes plus Skavens, allez-y, vous pourriez aimer (enfin, ça ne sert à rien je vous dis, ils ne l’ont plus en stock)!  Vous êtes du côté des Elfes ? Je vous arrête de suite, inutile de l’acheter même à ce prix, vous serez déçus. J’ai moi-même fait une pause d’une semaine dans ma lecture, n’ayant pas du tout aimé. Si vous voulez une bonne histoire elfique -et une bonne histoire tout court-, je ne peux que vous conseiller la saga Tyrion et Téclis de William King, toujours chez Black Library, dont le dernier tome est sorti en début du mois.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *