[Chronique] Incubes – Anthony Holay

[Chronique] Incubes – Anthony Holay

incubes

  • Éditeur : House Made of Dawn (2010)
  • Pages : 36
  • Genre : Horreur
  • Prix : 1.99€
  • Acheter Incubes

Un couple, qui vient de perdre leur enfant, décide de s’isoler du monde en louant un chalet à la montagne pour les vacances. Mais, tandis que la femme se remet difficilement de ce deuil, l’homme commence à percevoir des formes inquiétantes dans l’obscurité…

Mon avis

Justine et son mari ne sont plus les mêmes depuis que celle-ci à perdu son fils, étant mort-né. Pour pouvoir remonter la pente, notre narrateur a loué un chalet à la montagne, loin de tout, pour qu’ils puissent se ressourcer, et pourquoi pas essayer de refaire un enfant? Mais la nuit, il est réveillé avec une désagréable sensation, celle que si il se rendort, quelque chose d’horrible se déroulera…

Voilà une courte nouvelle horrifique qui aura réussi à me faire peur! L’ambiance installée par l’auteur est lourde, on sent qu’il y a quelque chose, et on se met à avoir peur, à l’instar du mari de Justine, qui ne comprends pas du tout ce qui se passe dans ce chalet.

L’histoire est racontée du point de vue du narrateur, le mari de Justine, à travers ce qui semble être un journal, relatant les moments forts de ces quelques nuits passées au chalet. On ressent toute l’horreur des actes et l’impression de ne pas être seuls pendant toute notre lecture, jusqu’à la conclusion finale. Cette nouvelle étant très courte (une trentaine de pages), elle se lit très vite et très facilement grâce à la facilité qu’a Anthony Holay de transporter ses lecteurs dans son univers horrifique.

Nous n’avons pas vraiment le temps de nous attacher aux personnages, le tout se déroulant très vite. Justine passant son temps à dormir et à divaguer la plupart du temps, nous suivons seulement son mari, en proie à une terreur constante, sans vraiment comprendre d’où vient le danger. Le traumatisme du jeune couple n’est qu’un prétexte pour nous amener à ce chalet perdu dans les montagnes, mais est très bien amené face aux évènements qui suivront leur arrivée, qui sont en lien direct avec. Notre jeune narrateur va commencer à voir des ours de la taille de géants et qui ressemblent à d’horribles gargouilles aux yeux rouges et sombrer petit à petit dans l’alcool, l’empêchant de réfléchir correctement…

Alors, est-ce l’alcool qui a déclenché tout ça? Est-ce des hallucinations? Ou est-ce que notre narrateur a vraiment vu des grandes bestioles de la taille de géants, qui ressemblent à d’horribles gargouilles aux yeux rouges?

La fin est amenée avec brio et s’imbrique parfaitement avec le reste de l’histoire, concluant cette nouvelle avec le même sentiment d’horreur qui tenait le narrateur dès sa première nuit…

En bref, j’ai passé un très bon moment, première fois que j’ai autant peur en lisant! Merci aux éditions House Made Of Dawn et au forum Have a Break, Have a Book pour ce partenariat.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *