[Chronique] GTO, tome 01 – de Tôru Fujisawa

[Chronique] GTO, tome 01 – de Tôru Fujisawa


Ancien voyou, chef de gang, Eikichi Onizuka décide un jour de devenir prof.

Sa vocation n’a rien de pédagogique. Ce qu’il veut, c’est pouvoir sortir avec les étudiantes du lycée où il travaille.

Pourtant, on se rend compte que le sens de la justice et de l’honneur de notre héros vont l’amener à devenir un véritable enseignant…

Mon avis

Il y a déjà 19 ans, je découvrais le premier épisode de GTO à la télé. J’avais pas tout compris et les termes « mangas » et « animes » m’étaient totalement inconnus. Les années ont passé, je n’avais aucun a priori sur la saga et je souhaitais la découvrir. Après tout, c’est une saga culte et il aurait été bête de passer à côté. Et vous me connaissez, ça peut prendre des années avant qu’un livre arrive dans ma pàl – et surtout – qu’il en ressorte. Il a fallut que je le croise dans un rayon de livres d’occasions il y a 4 ans pour que je l’achète ! Et je ne l’ai lu que maintenant.

J’aurais mieux fait d’oublier

Je n’ai jamais été emballée par les histoires d’adultes qui veulent coucher avec des mineures et qui romantisent totalement la situation. De surcroit quand il y a une telle relation, biaisée par leurs rôles : le prof, qui représente l’autorité, cherche à coucher avec des élèves mineures qui lui doivent obéissance et respect pendant leur scolarité. Voyeurisme, projet d’isoler une élève… Chouette, un manga qui respecte les femmes ! (non)

Il en va de même pour les violences envers les élèves. Qui fait ça ? Qui se prépare avec un gang de motard pour enlever et torturer des élèves parce qu’ils lui ont fait un sale tour ? Dans quel monde ça se passe ? Et ne cherchont pas d’excuse, ni d’humour, c’est juste inquiétant.

Oui, c’est inquiétant, ça sort bien de la tête d’un homme, qui dans son manga sexualise toutes les mineures qu’il dessine. Sa vision des ado japonaises est très réductrice, sexiste, hyper sexualisées. C’est juste horrible. Qui un jour s’est dit : C’est ok les gars, on édite ça ?

Alors oui, c’est sorti dans les années 90, le mangaka est japonais ect mais enfaite ça ne servira jamais d’excuse à mes yeux quand Pika a offert à cette saga une réédition en 2017. Ça laisse songeur.

En bref ? On évite. 

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.