[Chronique] Graceling, tome 1 : Le don de Katsa – Kristin Cashore

[Chronique] Graceling, tome 1 : Le don de Katsa – Kristin Cashore

graceling


Les Sept Royaumes. Katsa est une Graceling, un être rare doté de pouvoirs incroyables : elle peut tuer un homme à mains nues et son oncle, le roi des Middluns, l’oblige à assassiner pour son compte. Sa rencontre avec le prince Po, un Graceling dont le talent est connu de lui seul, va changer le cours de son existence. En tombant amoureuse de Po, elle va découvrir un monde meilleur, et comprendre que son don n’est pas une malédiction. Parallèlement, Katsa apprend qu’un terrible danger plane sur les Sept Royaumes : il est temps pour elle d’accomplir son destin. Sauver sa terre ou vivre son amour : Katsa devra-t-elle choisir ?

Mon avis

Katsa est une Graceling, un être rare qui a un don. Le sien, c’est de tuer. Alors quand son oncle apprend ça, il exerce une pression monumentale sur la jeune fille, la faisant passer pour un monstre aux yeux de tous, y compris des siens. Jusqu’au jour où Katsa va rencontrer un Graceling qui lui fera changer la vision qu’elle a d’elle, pour qu’elle se rebelle…

Donc, un Graceling est censé être rare. Sauf qu’on en croise à chaque coin de rue! L’auteur a voulu faire de Katsa un personnage unique, qui inquiète le peuple, hyper rare, mais ça ne passe pas quand d’autres Gracelings (un peu plus d’une vingtaine) sont présents. Comment croire en la rareté de son don?

Pour être jeunesse, ce roman est trèèèès jeunesse. Ne cherchez pas d’intrigues politiques de malade, d’univers entièrement travaillé et de personnages à la psychologie profonde. Rien de complexe, et ça me gêne. Non pas que ce soit juste pour ça, mais toute l’histoire est mâchée et régurgitée pour en faire une bouillie simpliste. Toutes les solutions sont amenées sur un plateau d’argent et laissent une impression de brouillon. Par exemple, à un moment, Katsa et Po cherchent le moyen d’approcher Leck, et bam, il passe juste devant eux avec sa garde royale! Et c’est comme ça pendant tout le reste du roman…

Katsa est le personnage indigné de ce qui se passe dans ses contrées, qui subit son oncle qui se sert d’elle, et qui est « rare ». Tout le monde a peur d’elle et la laisse de côté. Quand elle prend conscience qu’elle n’est pas obligée de rester le pantin de son oncle, elle part. Ça aurait pu être convainquant si Katsa n’était pas un personnage complètement naïf à qui il faut expliqué presque tout pour pouvoir avancer ou la convaincre de changer de tenue. Pourtant, nous la rejoignons dans Graceling au moment où elle est adulte, en âge de se marier, et elle se comporte comme une enfant de huit ans qui sait tuer. A côté, Bitterblue, une jeune fille d’une dizaine d’année, et mille fois plus mature alors qu’elle a eu une enfance quasi-simple.

Pourtant, Kristin Cashore écrit bien. C’est fluide, ça se laisse lire, malgré l’effet brouillon qui plane sur l’histoire. J’en ressort mitigée, et je ne pense pas me pencher sur la suite de la saga. Moi qui pensait retrouver Katsa et Po, nous repartirons sur un autre personnage qui est, semble-t-il, le dernier Graceling. Quelque chose me dit que pour la continuité, on repassera…

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *