[Chronique] Tu es le héros ! – A l’assaut des flammes & Le dragon des mers

[Chronique] Tu es le héros ! – A l’assaut des flammes & Le dragon des mers



Mon avis

Ah, les livres dont vous êtes le héros. Ça faisait un tabac quand j’étais plus jeune, ce genre de bouquins ! Alors quand j’ai reçu ceux-là, je me suis dit : pourquoi pas ?
Ces petits livres sont tous écris sur le même schéma : présentation  du personnage que l’on incarne, explications sur les choix à faire et le background (le personnage dans l’univers, ect…). S’ensuit le début de l’histoire avec les fameux choix qui nous transportent d’un bout à l’autre du livre. Pendant la lecture, le jeune apprend du vocabulaire propre à l’univers du personnage incarné, grâce à des définitions bien placées. Il est important de les lire pour pouvoir répondre correctement  aux divers quiz proposés à la fin du livre.
Le tout fait engranger des points pour déterminer quel héros est le lecteur et permet de défier ses amis.

Pour moi qui suis rôliste, j’ai trouvé ces ouvrages très bien tournés, bien écrits et très accessibles pour les enfants qui s’amuseront et essayeront de débloquer toutes les fins prévues. Cependant, j’ai trouvé celui sur les vikings cliché : la vie entre eux n’était pas faite uniquement de morts, pillages et meurtres entre eux, pourtant c’est ce que suggère l’auteure,  Madeleine Deny. D’ailleurs, deux des fins se résument à la mort pure et simple du personnage incarné, c’est joyeux quand on pense que le public visé sont des jeunes de 8 ans ! Personnellement ce n’est pas le genre de choix que j’aurais fait.

Un petit problème qui se présente, c’est que dans les deux cas, viking et pompier, il n’est pas possible de choisir le sexe du personnage : on a juste deux garçons qui débutent, l’un dans les pillages et l’autre dans le sauvetage de vies. Pourtant, il  y avait des femmes chez les vikings, certes leurs activités étaient différentes de celles des hommes, mais elles étaient bien là. Pareil chez les pompiers, il existe des femmes chez les pompiers volontaires. Pourquoi avoir fait le parti pris de ne faire incarner que des garçons, excluant donc le lectorat féminin qui à cette âge-là ne va pas penser à incarner un personnage d’un autre sexe (on pense à la facilité de se représenter le personnage, de se l’approprier, de se comparer à lui…).

Dans l’ensemble, de bons petits livres, mais il ne faut pas chercher plus loin. Dommage !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *