[Chronique] Les égériades, tome 1 : 393 Résidence Avalon – Corinne Guitteaud

[Chronique] Les égériades, tome 1 : 393 Résidence Avalon – Corinne Guitteaud

les égériades 1


Et si Lancelot n’était jamais revenu du Val sans retour, le destin des Pendragon en aurait-il été changé ? Tout commence le jour où Iris Morgenstern devient la locataire du 393 de la Résidence Avalon. Elle ignore alors que l’appartement ouvre sur un autre monde peuplé par les personnages de nos contes et de nos légendes et qu’elle est appelée à devenir la nouvelle Égéria. D’abord effrayée par l’ampleur de cette tâche, Iris se laisse peu à peu séduire par les créatures qui attendent d’elle qu’elle les guide dans leur combat contre Morgane la Fay : Agrippine, la licorne fanfaronne, Nahimana, la belle Algonquine, Robin des bois, le Prince des Voleurs, Athénor, le vieux dragon, et surtout Merlin l’Enchanteur. Face à eux, les Manitous, alliés de la sorcière, ne leur épargneront aucune épreuve, à commencer par les abominables wendigos. Et dans l’ombre, les Muses attendent leur heure dans la Cité de l’Éternel Été.

Mon avis

Lecture proposée par les éditions Voy'[el] pour leur prochain anniversaire, le 09 janvier, 393 Résidence Avalon a été une lecture sacrément original et rafraîchissante, dont il me tarde de lire la suite !

L’histoire commence par Iris, une jeune femme qui devient locataire de l’appartement 393 de la Résidence Avalon. Mais dès les premières nuits, elle va recevoir d’étranges visites de… Merlin l’enchanteur ! En effet, un portail entre le monde d’Iris et de Merlin se trouve dans la chambre de cette première, et les révélations de l’enchanteur seront très étonnantes. Iris n’y croit pas, jusqu’au moment où elle va faire la rencontre de Lancelot, Morgane la fée, Pinnochio, ou encore Dorian Gray ! Et en peu de temps, elle se retrouve à mener une guerre contre Morgane, dans le monde de Merlin…

J’ai bien aimé le personnage d’Iris, qui change comparé aux autres personnages principaux d’autres romans SFFF, qui acceptent toujours sans ciller la situation telle qu’elle est (oh, les vampires/loups-garous/anges existent? Ah ok, bon on mange quoi ce soir?). Iris se pose des questions et n’accepte pas la situation tant qu’elle n’en a pas une preuve tangible, ce qui l’humanise un peu plus que ses consœurs.

L’auteur a réécrit une partie des légendes arthuriennes pour son histoire, et pour moi qui adore ces légendes, je n’ai pas trouvé que ça les dénaturait ou desservait l’histoire. Au contraire, ça lui apporte cette fraîcheur et cette originalité qui m’a tant marquée pendant ma lecture, qui lui donnait un petit goût de « reviens-y ». Je l’ai lu pendant la période des fêtes, et l’ai donc fini après celles-ci, mais j’avais hâte de m’y replonger à chaque fois que c’était possible. Côté écriture, c’est une plume fluide accompagnée d’un vocabulaire riche qui nous est servit.

Ce premier tome est une réussite, tout les éléments d’une bonne fantasy sont là : de l’action, de la politique, un peu de magie et univers bien expliqué dans lequel on se plonge avec facilité. A quand la suite?

Merci aux éditions Voy'[el] pour cette lecture.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *