[Chronique] La dictature aléatoire – Gabriel Arlys

[Chronique] La dictature aléatoire – Gabriel Arlys

la dictature aléatoire


599…
599 années après Ka…
L’an 2753 après Jésus-Christ selon le décompte utilisé dans l’ancien monde…
Dans la cité d’Anse-la-belle, la civilisation Zéphyr vit en harmonie avec la nature depuis près de six siècles. Cette utopie écologique fut permise grâce à l’avènement de la « puce ». La puce détermine aléatoirement la durée de vie de chaque Zéphyr, entre 40 et 60 ans, réglant ainsi les problèmes de surpopulation, de retraite, d’impact sur l’environnement…
En 599, alors que la civilisation Zéphyr s’apprête à quitter Anse-la-belle pour la transition de fin de siècle, Noa Larsen, un Zéphyr connu et apprécié de tous, va dépasser le seuil fatidique des 60 années de vie. A l’intérieur d’un monde socialement et écologiquement parfait, est-ce que ce dysfonctionnement passera inaperçu ? Ou, est-ce que le bonheur, même collectif, se révèlera n’être qu’un point d’équilibre instable ?

Mon avis

Un jour, un virus décima plus des trois quart de la population. Les survivants se regroupèrent, et cinq d’entre eux formèrent le Cercle de décisions en s’autoproclamant chefs de cette nouvelle communauté appelée Zéphyrs. Leur charte se base essentiellement sur de l’aléatoire: les naissances sont contrôlées mais le géniteur est choisi aléatoirement, les Zéphyrs portent une puce qui se déclenche aléatoirement entre les 40 et 60 ans pour mourir, les habitations sont distribuées aléatoirement, il en est de même pour les métiers. Des débordements se font petit à petit sentir, jusqu’au jour où Noa Larsen dépasse le jour fatidique de ses 60 ans et est toujours vivant. Comment prendre ce nouvel évènement en compte? Les dictateurs qui sont au pouvoirs sauront-ils prendre une bonne décision sans entraîner une révolution?

Bon, bon, bon… Par où commencer? Le speech de base nous propose de passer un bon moment, mais passé la moitié du roman, la suite de ma lecture a été laborieuse. Tout le moment où l’auteur met en scène l’arrivée du virus, comment une nouvelle société se construit, jusqu’à ce que Noa Larsen dépasse les 60 ans, j’ai trouvé ce moment totalement intéressant et j’ai plutôt bien aimer découvrir ce commencement. Mais je me suis ennuyée pendant le reste, la fin a été lu à reculons…

L’autre moitié m’a moins plu, on part dans tous les sens, s’intéressant par exemple pendant un chapitre entier à un cuisinier ou un cauchemar, qui n’a aucune influence sur le reste de l’histoire plutôt qu’à la trame principale. Quand on y revient, j’ai trouvé ces moments lourds et longs et moins passionnants. Ce qui n’a pas aidé, c’est que le caractère de chaque personnages se ressemble au final, il n’y a pas grand chose, en dehors de leur idéologie concernant le futur des Zéphyrs, qui les différencies de ce côté là.

Autre bémol, dès que tous les survivants sont regroupés, ils viennent de différents continents, mais pourtant arrivent tous à se comprendre, une européenne fait même une remarque à une famille d’africains après les avoir écoutés, et nos premiers dirigeants font plusieurs discours à toute la communauté alors qu’en une semaine ils n’ont pas pu apprendre une nouvelle langue…

La fin du roman est trop brute, l’histoire se finit beaucoup trop rapidement par rapport au reste de l’histoire. Certaines explications auraient dû être données, et cette fin un peu plus développée. En bref, un bon début, mais passé la moitié du roman, je me suis ennuyée. Néanmoins, merci au forum Au cœur de l’Imaginarium et aux éditions Boz’Dodor pour ce partenariat!

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *