[Chronique] Dérapages – Danielle Thiéry

[Chronique] Dérapages – Danielle Thiéry

dérapages


Un corps d’enfant, très déconcertant, est découvert sur une plage du Nord de la France. Un cas troublant, qui laisse totalement perplexes les médecins légistes. Même le commissaire Edwige Marion, qui dirige un important service de la PJ parisienne, n’a jamais rien vu de tel. Au même moment, Edwige Marion, récupère sa fille Nina, choquée et couverte de sang. Elle a fui Londres et sa soeur Angèle. Nina est mutique. Angèle et son mari, un scientifique renommé, ont disparu. Quels peuvent être les liens entre cet enfant mort noyé, une adolescente, et un scientifique spécialiste du génome humain… Commence pour la commissaire Marion une enquête complexe, aux ramifications internationales, et qui va vite sombrer dans l’horreur. 

Merci aux éditions Versilio et à Babelio pour cette lecture !

Mon avis

Quels peuvent être les liens entre cet enfant mort noyé, une adolescente, et un scientifique spécialiste du génome humain…

Vingtième roman de Danielle Thiéry, et exactement le onzième où elle met en scène le personnage de Edwige Marion, Dérapages est un thriller qui m’a tenue en haleine du début à la fin. Quand je ne pouvais pas lire, je n’arrêtais pas d’y penser, échafauder des théories (et à part un petit bout d’une, aucune n’a tenu la route !).

On suit l’enquête du commissaire Marion, qui se retrouve avec un mystère qui la dépasse : une créature retrouvée morte sur la plage qui ressemble à une jeune enfant, sa fille qui débarque de Londres couverte de sang et la sœur de sa fille, disparue avec son mari, un éminent scientifique… Et pas l’ombre d’un indice, d’une réponse, rien. Pas même pour le lecteur, qui découvre chaque élément avec Edwige Marion. L’auteure nous mène en bateau jusqu’au bout !

Comme je le disais plus haut, ce n’est pas la première fois que Danielle utilise le personnage de Marion dans ses romans, mais on est pas perdus pour autant, son passé nous est expliqué quand il le faut. Ainsi, même pour moi qui n’ai pas lu ses romans, je n’ai pas eu de problème pendant ma lecture, c’est un très bon point.

L’écriture est saccadée, on se sent dans l’urgence de la situation, de l’enquête qui piétine, l’agacement et la baisse de moral des différentes personnes qui enquêtent sur ces affaires. Histoire racontée du point de vue de l’auteure, on a accès à un large panel de personnages hauts en couleurs. Danielle a été la première femme commissaire divisionnaire, et ça se ressent dans toute la lecture : on sent qu’elle sait de quoi elle parle et ça donne un côté très réaliste à l’histoire, un réalisme qui manque cruellement à nos chères séries américaines.

J’ai passé un très bon moment avec ce roman qui m’a faite frémir, une lecture le soir dans une maison à colombage normande, perdue dans la campagne m’a bien mise dans l’ambiance !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *