[Chronique] La cour des secrets – Tana French

[Chronique] La cour des secrets – Tana French

la cour des secrets


Stephen Moran, présent dans Les Lieux infidèles, est un flic ambitieux affecté aux affaires non classées. Il rêve d’intégrer la Brigade criminelle quand il reçoit la visite de Holly Mackey, fille d’un collègue. Un an auparavant, dans
un lycée huppé pour filles de Dublin, le corps de Chris Harper, 16 ans, avait été découvert. Or Holly a trouvé sur le tableau d’affichage du lycée une photo de Chris assortie d’un mot dont les lettres ont été découpées dans les pages d’un livre : « Je sais qui l’a tué. »

Grâce à cet indice, Moran s’impose aussitôt au côté de l’inspectrice chargée de l’enquête, Antoinette Conway. Issus du milieu ouvrier, les deux flics sont mal à l’aise parmi ces jeunes privilégiés. Et il leur est difficile de démêler l’écheveau des secrets et des mensonges propres à l’adolescence.
Les drames se produisent aussi dans les cages dorées…

Merci aux éditions Calmann-Lévy pour cette lecture !

Mon avis

Un jour, Chris Harper, un jeune adolescent, a été retrouvé mort dans les jardins de l’institution privée pour fille Sainte Kilda, à Dublin. Un établissement select tenu par des bonnes sœurs qui ne jurent que par le respect, les couvre-feu et le calme. Personne ne sait ce qui s’est passé cette nuit-là dans les jardins, et nous voilà un an après le drame. Holly Mackey, élève de l’institution, demande à voir Stephen Moran, un enquêteur qu’elle connaît bien puisqu’elle a été témoin dans une de ses affaires. Si elle revient le voir aujourd’hui, c’est qu’elle a trouvé sur le tableau d’affichage de son école une photo de Chris, accompagnée des mots « Je sais qui l’a tué.« . Il n’en faut pas plus à Stephen pour qu’il ressorte cette affaire et qu’il s’associe à Antoinette Conway, l’inspectrice qui était chargée de cette enquête à l’époque.
Très vite, ils vont réduire la liste des suspects à huit personnes : huit jeunes filles de St Kilda, deux bandes rivales composées de quatre filles dont Holly Mackey qui tentent tant bien que mal de garder leurs secrets pour elles seules… Alors qu’elles sont toutes liées à Chris.

Et ces jeunes filles m’ont trimballée d’un bout à l’autre du roman du roman, se renvoyant la balle, dénonçant leurs rivales, inventant, bref tout pour en dire le moins possible sur cette fameuse nuit. Mais heureusement, Stephen arrive à les faire parler, même si ça prend du temps. L’auteure alterne entre les interrogatoires des filles et les flashbacks de l’année du meurtre, levant le voile sur ce que les filles n’osent pas dire ou ne font que suggérer. Le tout se déroule sur une seule et unique journée et à aucun moment je n’ai deviné ce qu’il en était, Tana French ayant un sacré talent de conteuse ! Elle a su placer du suspens là où il fallait, juste assez pour que je reste intriguée jusqu’au bout.

 Pâle, elle semblait avoir vieilli de dix ans. Elle paraissait hébétée , comme si quelqu’un avait secoué son univers telle une boule à neige où rien ne se remettait en place…

Très franchement, je n’ai pas vu passer ces 523 pages, il a même été dur de devoir arrêter ma lecture par moments tellement c’était addictif. En comparaison, je n’ai pas ressenti une telle addiction depuis Phaenix, c’est pour dire. L’écriture est fluide et le vocabulaire utilisé n’est pas des plus complexes. L’auteure arrive à faire passer des sentiments à travers ses personnages (l’impatience, l’énervement…) et concernant ceux-ci, on arrive très vite les cerner, on comprend rapidement où veut en venir l’auteure avec ses personnages, tout en réussissant à nous surprendre au moment où l’on pense avoir tout saisi.J’ai très envie de lire les autres ouvrages de l’auteure, car sa plume m’a beaucoup plu et j’aimerais retrouver le personnage de Stephen Moran, qui est un personnage récurrent de plusieurs romans de Tana French.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

2 réactions au sujet de « [Chronique] La cour des secrets – Tana French »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *